Volo à La Courtine (09/02/14)

 Peu après les « retrouvailles » à Isle, Volo repassait par chez nous, alors on a remis le couvert avec la même équipe !
C’était avec les
bistrots d’hiver, un p’tit festi qui organise des concerts dans des petites salles de restau’ du sud creusois, mais alors ce qui s’appelle le fin fond de la Creuse, par les monts enneigés du plateau de Millevaches… Et encore, c’est la plus grande salle du festival, leur « Zénith » comme ils l’appellent avec beaucoup d’humour (dont le groupe s’est réjoui de cette première pour eux)

C’est d’ailleurs bien la première fois, je pense, que je fais un concert avec des tapisseries d’Aubusson en décor de scène, et le groupe qui fait remarquer qu’il a été fixé par un cerf pendant tout le show
(on était juste en-dessous, debout tout au fond, je l’aurais jamais repéré sans ça!)

volo-courtine-1       volo-courtine-6

  Vu la taille de la scène, ce fut  un set plus léger – sans la batterie, juste « guitare-guitare-guitare » comme disait Frédo – mais tout aussi appréciable, super bien adapté, et toujours aussi rempli d’émotion et de patate et de blagounettes.

volo-courtine-3     volo-courtine-2

Je suis encore pas super sûre de la chronologie et exhaustivité, mais la setlist a ressemblé à ça :


Élisa
Toujours à côté
Tu connais
Montréal
Réguler
T’es belle
Fiston
17 ans
L’amoureux
A ma place
C’est pas tout ça
Sous le feu
Aucun doute
Le MEDEF
Le bonheur
L’interprétation
J’ai r’trouvé (ma boulette)

Il n’y eu qu’un seul rappel, que le public visiblement pas familier du concept a pris pour un « faux départ »… M’enfin ! C’était juste une sortie de scène – et donc de salle vu la configuration du « Zénith », quoi – c’t’une chose qui se fait, c’est la convention, comme l’expliqua Frédo en le prenant à la blague ahurie 

Donc on n’a pas eu le magnifique « Allons enfants », et le tout fut fichtrement court, mais super et kiffant quand même: ils sont géniaux, c’est juste comme ça

volo-courtine-5

Et on a réussi à les chopper 5 secondes pour des gribouillis et un semblant d’embryon de papotis  (j’ai failli oublier que je voulais parler de Jean Teulé avec Oliv’) (et poulpisation-minibug avec le méga sourire interrogatif de Hugo le Dieu Guitariste quand on est allées le débusquer de sa pause-clope… gnéhéhé apapeur groupiestériiique !!!)

volo-courtine-0

Laisser un commentaire