Utos 2013

Comme je le disais donc, je retournais aux Utos cette année.

Le jeudi 31 octobre, j’ai fait étape à Paris, où je suis retournée voir le musée des Arts & Métiers. C’était aussi l’occasion de rencontrer enfin en vrai Véro, pratchettienne qui vient avec nous à la grande convention Disque-monde britannique l’été prochain, et autant dire qu’on a pas mal papoté

On a commencé par l’expo Mecanhumanimal de Enki Bilal, bien intéressante (même quand on ne connaît pas bien l’auteur – perso je n’ai que feuilleté Un siècle d’amour il y a fort longtemps) et qui présente de fort belles choses, entre le trait si caractéristique de cet artiste (crayonnés, taches de bleu, rouge qui ressort comme une flaque de sang dans la neige/grisaille…) et des inventions très steampunk…

mecanhumanimal0

utos13-am1    utos13-am6v    utos13-am2
© Véro’

utos13-am7    utos13-am4

utos13-am3

On a ensuite enchaîné avec le musée lui-même (ce que je n’avais pas eu le temps de faire la dernière fois), et même si on a plutôt survolé tout en papotant, c’était passionnant et magnifique.

utos13-am8    utos13-am9  

 utos13-am11    utos13-am10

utos13-am12    utos13-am15

utos13-am13    utos13-am14

utos13-am17     utos13-am16

utos13-am19

utos13-am20

On a même pu grapiller des bouts d’une visite guidée fort sympathique où la guide était géniale, très impliquée, passionnée et passionnante, légèrement rétro et classe elle-même
Pour ça, je pense notamment à la démonstration du phonographe et aux débuts de l’électricité comme divertissement mondain.

Après un grignotage au musée, Véro est repartie et j’ai traîné encore un peu pour revoir la chapelle.

utos13-am21

En repartant, j’ai enfin découvert le fameux quai on ne peut plus steamé de la station de métro Arts & Métiers, que je n’avais encore jamais abordée par là.

  utos13-am22

utos13-am24     utos13-am23

J’ai continué en direction du Muséum d’Histoire Naturelle, où je pensais visiter une expo sur la galerie de l’évolution au temps de la Belle Epoque.
Le hic, c’est que le Jardin des Plantes – et donc tout l’ensemble – fermait plus tôt que ce que j’avais noté, je m’y suis donc cassé le nez. Pas trop de regrets, je n’aurais pas eu beaucoup de temps pour en profiter, de toute façon.

Je me suis donc contenté de la fontaine Cuvier, et je me suis calée avec Nepo pour qu’on se retrouve gare de l’Est (rien à voir avec la choucroute, juste que c’était le plus pratique pour nous deux).

utos13-paris8      utos13-paris9

J’y ai fait mon baptême de Starbucks, on a papoté, c’était bien cool de se revoir, et elle m’a passé les cartes postales qu’on a initiées pour la pub du Vade-mecum.

utos13-paris10

Comme elle partait dans la même direction que moi, on a encore papoté un bon moment dans le RER.
Puis j’ai retrouvé TigerLilly chez qui je passais la nuit avant le vrai départ pour les Utos, avec Vert aussi, le lendemain matin.

—————————————————————————

Le vendredi, donc, nous sommes parties et arrivées sous la pluie, mais c’est pas grave, Nantes est toujours aussi belle !

utos13-ven0    utos13-ven1

utos13-ven2    utos13-ven3
(erf, c’était mieux en bleu et or) – (oh, un champi de mario !)

Dès le pass « presse » récupéré (en tant que blogueuse), j’ai fait mon premier tour traditionnel au coin librairie, où j’ai tout de suite retrouvé ma coupine Tep’
J’ai aussi fait mes premiers achats, et salué quelques blogueurs (dont Lhisbei et Mr du RSF blog).
Un petit tour au bar pour repérer la nouvelle disposition des lieux, et je ne sais plus trop ce que j’ai glandé ensuite avant d’aller à la conférence sur le merveilleux livre Un an dans les airs.

utos13-ven4

Je m’étais dit que j’en partirais une demie-heure en avance, pour être dans les premiers de la file d’attente pour la dédicace de Nicolas Fructus qui suivrait (et poursuivre avec tous les autres prévus à ce créneau-là à la librairie), mais bien sûr, c’était tellement intéressant et cool que je n’ai filé qu’aux dix dernières minutes.

J’ai bien fait quand même, la file était conséquente…
Et en fait, à partir de ce moment-là, j’ai enchaîné les papotis de files d’attente aux quatre coins de l’espace librairie (à l’atmosphère de plus en plus surchauffée), avec les potes et les quelques échanges au hasard des files.

Pendant que le Grand Nicolas Fructus faisait des merveilles, ses voisins aux files vides tentaient d’attirer les lecteurs, et avec Raphaël Albert d’un côté et Laurent Whale de l’autre, il y avait de quoi se marrer

utos13-ven5
Raphaël Albert parviendra-t-il à s’éclipser à temps pour aller manger? Suspense…

Seule Jeanne-A Debats manquait à l’appel, mais je ne doutais pas de pouvoir l’alpaguer plus tard. En attendant, je fus fort fière de mes premières dédicaces sur Un an dans les airs 

utos13-ven8

J’ai aussi été acheter le premier roman de Laurent Whale, parce que même en ayant fait un peu de retape pour Les pilleurs d’âme dans la file, je ne pouvais humainement pas le laisser comme ça
(bon, aussi parce que j’ai pas encore eu le temps de lire Les étoiles s’en balancent et donc que c’est un peu tôt pour que je m’achète Les damnés de l’asphalte bien que j’en crève déjà d’envie, alors que rien ne me retenait pour Le chant des psychomorphes)

Après autant de gniii intérieurs, j’ai suivi la duchesse Ayako pour faire signer l’antho des Utos 2013 par Ian McDonald et Peter Watts, et on a rejoint d’autres amis dans la file pour Orson Scott Card.
Un peu prise au dépourvu, j’ai légèrement foiré mon choix de livres à faire dédicacer, mais c’est pas grave.
Il a un chouette paraphe, et il était plutôt sympa – il a blaguouné sur mon bibi – même si je n’ai pas encore écouté les retransmissions de ActuSF pour voir ce que sa vision de mormon pouvait donner aux conférences.

utos13-dim18

En passant, j’ai ensuite salué Lionel Davoust, toujours aussi sympa et adorable.

Et on a filé direct attendre pour Max Brooks, stratégiquement installé dans un autre coin. Bon, c’était des signatures en mode gribouillis à la chaîne, mais le sourire et les petits mots font toujours plaisir, et il a accepté avec plaisir les photos que les copains lui demandaient.
(et puis, *Max Brooks*, quoi !)

utos13-ven9

On se liquéfiait de plus en plus, mais Ayako est allée retrouver Nicolas Fructus dans un coin très encombré et étouffant de l’espace illustrateurs, pour utiliser le ticket d’attente qu’elle avait obtenu le matin quand il s’était rendu compte que tout le monde ne passerait pas cette fois-là.

A ce moment-là, Mélusine arrivait, on a donc été prendre l’air pour récupérer les clés de notre studio de 4 à l’hôtel (qui fut vraiment un très bon plan).

De retour aux Utos un peu plus tard, j’ai surtout traîné au bar avec Mélusine et Andoryss qu’elle bêta-lit, et Daelf et Fifo, Angua et Chpokator, etc etc…

Pour finir, j’ai pas vu passer l’heure et j’ai dû foncer retrouver les autres pour la projection de Shaun of the dead, présenté par Max Brooks. C’est tout bête, mais j’ai beaucoup apprécié sa façon de se recaler pour permettre au traducteur de faire de l’instantané plutôt que des gros pavés de notes à restituer. Et dans le discours, la façon dont il a resitué le film dans un contexte générationnel et d’évolution sociale, par rapport à l’histoire du film de zombies, aussi.

utos13-ven7    utos13-ven6

Je faisais partie du petit pourcentage de personnes qui ne l’avaient encore jamais vu dans la salle. J’ai bien aimé, je m’attendais à bien pire dans le gore, et je comprend que ça soit effectivement une certaine référence – que je suis ravie d’ajouter à mes connaissances

Et hop, retour au Falstaff où j’organisais à nouveau le restau « vaguement Vade-mecum », avec tous les amis plus ou moins proches qui avaient bien voulu/pu venir (Lionel Davoust, Zoé, +sort+, Ayako, Allaupi, Alzion, Mélu, Pascale, Daelf et Fifo).
Et ce fut bien sympa, comme toujours ^^

Le plus gros de la troupe s’est plus ou moins mis d’accord et organisé pour faire un peu de tourisme le lendemain, et on s’est rentrés.

—————————————————————–

Le samedi matin, donc, on a commencé par un petit tour aux Utos entre 10h et 11h, puis on s’est éclipés pour une petite visite un peu guidée par Mélu, et un multi-pélerinage à la librairie L’Atalante, et aux Machines de l’Île (de mon coeur).

utos13-sam1    utos13-sam2    utos13-sam4

utos13-sam3   utos13-sam9   utos13-sam8

utos13-sam11     utos13-sam5    utos13-sam12

utos13-sam6    utos13-sam7
Le rat goutteux

utos13-sam10

La librairie est très chouette, on s’est un peu agités à se recommander des livres, faire des tentatives de conversions, etc… J’ai aussi eu droit à mon petit pincement au coeur devant les Roland Wagner… Et la libraire était fort sympathique aussi !

Aux Machines, on est un peu tous redevenus des gamins de 4 ans, la mâchoire lâche et les noeils grand ouverts, à en oublier de ciller
L’éléphant, le vol du héron, le projet de l’arbre, la chenille arpenteuse, la nouvelle fourmi mécanique, le vieux prototype d’engin volant, etc etc…
C’est toujours aussi génial et magnifique, présenté par des machinistes absolument passionnés et passionnants (et drôles et beaux et grands), au milieu des claquements, grincements et ronronnements des moteurs et des mécaniques… En un mot c’est magique, et c’est du rêve en barres.

utos13-sam13    utos13-sam14

utos13-sam19      utos13-sam15

utos13-sam16

utos13-sam17    utos13-sam18

Par manque de temps, on s’est dit qu’on reviendrait le lendemain pour aller au Carrousel des mondes marins, et on est retournés aux Utos – perso, pour voir la conférence « Rencontre avec Max Brooks », qui a un peu répété ce qu’il avait dit en présentant les films de zombie, mais qui n’en restait pas moins intéressant. Et avec une certaine dose d’humour. Le petit plus, c’est qu’il parle d’une façon très intelligible, en articulant bien et quasi sans accent

J’ai ensuite traîné un peu au coin librairie pendant que Ayako et Allaupi couraient après les dédicaces.

Puis j’ai traîné un peu au bar, en recroisant Daelf, Mélu et Andoryss.

Après quelques alertes de koko, je me suis rendue (enfin) au stand de ActuSF où j’ai pu retrouver Jeanne-A Debats qui m’a apporté la dernière dédicace sur Un an dans les airs, et Arthur Morgan pour Le guide steampunk, et qui m’a même amenée au Pr Etienne pour que la dédicace soit complète.

Ensuite j’ai rejoint Ayako pour écouter la conférence « Le jeu de rôle sauvera-t-il le monde ? », entassée dans un coin du bar de Mme Spock… Et je m’attendais plus à un débat sur le jeu en général qu’à de la promo pour 3 ou 4 jeux de rôles spécifiques, en fait. Même si l’angle de vue post-apo était intéressant et que ça a amené quelques réflexions sympas.

Après ça j’ai aussi suivi pour la conférence « Terres creuses, mondes souterrains » – en apercevant au passage Patrick Couton (en pleine conversation, je ne l’ai même pas salué ), mais en fait ça m’a vite barbé, et je me suis décidée à aller retrouver Angua que j’avais aperçue au bar.

Je m’y suis donc posée sans façon, entre elle et Laurent Whale qui sirotait une vodka, avec Chpokator, des gens, et Mélu/Daelf/Ando en face.
Je dois dire que la fatigue commençait à se faire bien ressentir, mais j’étais bien contente de ce bout de conversation quand même.

Et puis ça a été l’heure de la remise du Prix des Utopiales, et Daelf a proposé que de notre côté on initie le mouvement de la chasse au restau, donc zou. A noter que pendant le moment de flottement du départ, j’ai eu l’insigne honneur de garder la veste de Laurent Whale et de la lui remettre, ce qui m’a valu des bises – ou alors c’était l’alcool, mais je n’oserais médire là-dessus, car comme il le dit lui-même, il « est un professionnel » – et j’ajouterais même un anglais: cqfd. Dans tous les cas ça mange pas de pain et ça fait plaisir

En suivant Mélu et Fifo, on a fini par atterrir dans une pizzeria où on a pu se caser à 7 à l’arrache, et ce fut sympa (bien qu’un peu bruyant).

—————————————————–

Le dimanche matin, Mélu etc retournaient au Carrousel, mais de mon côté je prévoyais plutôt d’y retourner avec TigerLilly et Vert (à qui la première voulait faire une surprise d’anniversaire) alors j’ai commencé ma journée aux Utos.

Bien m’en a pris, puisque j’y ai intercepté in extremis Antoine Mottier dont j’adore les photos et qui se trouve avoir dirigé une anthologie dernièrement.

utos13-dim17

Et puis j’avais déjà aperçus quelques vaporistes, mais le dimanche est le jour du cosplay et ça se voit : on croise des tas de gens costumés, dont quelques perles avec talent et génie 

utos13-dim1     utos13-dim2

Et j’ai enfin trouvé un petit moment pour papoter avec Tep’.

(D’ailleurs je suis toujours un poil chiffonnée par les attitudes plus ou moins moches envers les bénévoles de l’espace librairie: si vous avez des livres sur vous, il faut les faire pastiller, c’est comme ça. Sortez-les de vous-même, ce n’est qu’une fois par jour, on prend vite le pli et c’est plus sympa pour tout le monde.
Et au moins, dites-leur bonjour  , et ça vaut aussi pour certains auteurs – à mon grand regret: je sais qu’ils valent bien mieux que ça!)

utos13tlil
© TigerLilly

Ensuite un tour de bar m’a permis de retrouver Pascale et Fifo qui attaquait déjà l’antho des Utos, et on a parlé de Gibson.

En attendant le kidnapping de Vert, je suis retournée sur le stand d’ActuSF pour papoter un peu avec Jérôme Vincent, et saluer Arthur Morgan et Pr Etienne.
Un jour, je prendrai le temps d’essayer un peu plus d’engager la conversation avec tous les vaporistes

Là je me suis retrouvée avec un trou béant à la place du cerveau, alors j’ai pris congé et suis repartie comme j’étais venue

La deuxième arrivée de l’Elephant et visite de la galerie des Machines m’ont ravi autant que la veille, et j’ai ensuite fait le Carrousel avec juste Pascale. On a passé un bon moment à s’extasier aux trois niveaux, avant de jeter notre dévolu sur les chevaux marins tout en haut.

utos13-dim3      utos13-dim4

utos13-dim20       utos13-dim5

utos13-dim6     utos13-dim7  

utos13-dim9   utos13-dim10

utos13-dim11     utos13-dim12

utos13-dim13      utos13-dim14

Quand on est revenues aux Utos, j’ai juste eu le temps de récupérer mon sac à dos avant que la librairie ne ferme entièrement. Tout était fini, le cosplay avait commencé et c’était blindé de partout…
Mais après un petit posage malaisé au fond du bar, j’ai eu l’idée de demander à TigerLilly et Vert où elles en étaient, et on a fini à la salle presse.

utos13-dim15
Mon butin final (dont cadals par ma koko aux Machines)

Un partage du kouign ammann de la boulangerie d’à côté (j’ai enfin retrouvé exactement le même délice que celui de mon souvenir ébloui de St Malo), quelques petites discussions au vol avec les rares qui squattaient aussi la salle, et on est parties rejoindre la gare, le train, et le comatage du retour.
Le blues de post-festi m’y attendait déjà un peu…

Mais il me restait à m’écrouler chez +sort+ et me traîner jusqu’à Austerlitz le lendemain matin, avec mon nouvel ordi principal que j’ai hâte d’installer (dès que je trouve un moment entre les cartons de bouquins, rangements, etc…), et la rude reprise dans la foulée.

Voilà, j’ai encore adoré ces Utos, où j’ai beaucoup mis l’accent sur le tourisme en-dehors du festi, et privilégié surtout le temps passé avec des gens biens.

Du côté chiffoné, j’ai raté tout plein de gens, juste aperçus ou croisés ou même rien du tout, et loupé plein de trucs et de bons moments potentiels, et ma confiance en moi reperdue est revenue un chouïa mais m’a encore fait défaut en bien des occasions, comme toutes ces fois où je n’ai rien trouvé à dire sur le coup, ou n’ai carrément pas osé essayer d’aborder les gens à cause de ça.

Mais du côté banane-jusqu’aux-oreilles, j’ai été en très bonne compagnie tout du long, j’ai adoré passer du temps avec mes amis plus ou moins proches, et j’ai quand même réussi quelques rapprochements.

Les Utopiales est toujours un de mes rendez-vous préférés et j’ai plus que jamais l’envie de continuer mes voyages en festis quoi qu’il arrive et quoi qu’il m’en coûte…

Subitement je me remet à lorgner sacrément sur Sèvres, et les prochaines Imaginales, et déjà sur les Utos de l’an prochain… Pourvu que je puisse les faire !

Les enregistrements des conférences sont sur ActuSF. Les divers palmarès sont sur le site des utos, et le prix Planète SF ici entre autres.

J’ai envie de finir en plein cliché avec une énaauurmme MERCI aux orgas (je suis toujours très reconnaissante et limite incrédule d’obtenir l’accréditation presse pour mon tout pitit blog sans prétentions), aux bénévoles, aux potes qui m’ont accompagnée, et à tous ceux que j’ai eu le plaisir de croiser et saluer

Laisser un commentaire