Trolls & Légendes 2013

affiche300Bon, bon, bon. J’avais pas spécialement prévu d’y retourner, mais pour diverses raisons, ben je suis quand même retournée à Trolls & Légendes (voyage voyage, quand tu nous tiens ).
Mes principales motivations étant de revoir ma duchesse adorée Ayako, revoir et rencontrer des amis, et refaire un concert du Naheulband parce qu’on n’en a jamais de trop, et voir La Horde en concert et m’acheter leur CD – je peux dire que pour tout ça j’ai bien eu mon content, et rien que pour ça ça valait bien tous les efforts et désagréments impliqués ^^

Je suis donc partie le vendredi matin, en speed parce que je me croyais en retard (en fait carrément pas), pour débarquer vers 16h à Lille où j’ai retrouvé ma koko, et le covoitureur que j’avais trouvé par les archives du vademecum.

Du coup, j’ai pu avoir un bref aperçu touristique (mais pas pris le temps de prendre le joli beffroi en photo) et commencer à papoter. Depuis le temps qu’Ayako m’en parlait, j’étais ravie d’enfin mettre les pieds à la librairie des Quatre Chemins, qui a des locaux magnifiques et la particularité très notable d’être spécialisée en SFFF – autant dire le paradis, quoi.

4chemins5        4chemins4

Une fois les pass récupérés, on a laissé l’équipe de la librairie (Ayako incluse, donc) attendre le camion pour aller s’installer à Trolls, et on a récupéré Mat’, un ami d’Ayako fort sympathique avec qui j’ai pu bien papoter allègrement.

Avec les billets pré-achetés, on a pu entrer directement dans l’espace concert, et découvrir la déco de tour de scène toute nouvelle de cette année, dont j’avais pu voir passer quelques photos sur FB par les membres du Naheulband dans le train.

troll13scene        trolls13scene2
© Midnyt (Ghislain)                                      © Tony l’Orc

Dans la fosse, un jongleur occupait l’espace – je me suis même demandé si c’était pas un truc prévu par l’orga pour mieux gérer l’afflux dans la fosse, mais non, simple visiteur – le genre de truc qui peut t’hypnotiser pendant des heures ^^
(j’en reparlerai plus tard, on l’a revu par la suite)

Mais bien vite La Horde est venue démarrer les festivités, avec leur classe internationale et leur talent débridé!



Je les avais découverts en prévoyant d’aller à Cidre & Dragon l’an dernier (même si finalement je n’y avais pas été) et sur FB, où je n’avais vu que leur clip de la 5° danse hongroise de Brahms, ce qui était déjà fort sympathique mais bien à mille lieues du foisonnement de leur répertoire et de leur génialitude en général… Le concert a complètement confirmé et décuplé le coup de coeur!

Déjà l’ambiance musicale en général est superbe, mais quand en plus tu reconnais subitement la chanson de Ali Baba Disney, ou I like to move it, c’est peanuts. Sans parler de leurs très belles versions de Bella ciao et de Drunken sailor.

Aussitôt après on est allés s’acheter leur CD tout juste sorti pour l’occasion, et les faire dédicacer, dans la mesure du possible (y’avait pénurie de marqueurs/stylos) et en papotant un chouïa. Ils ont quand même sacrément mis le paquet pour faire un CD (et un bon CD!) en juste trois mois, histoire de profiter de leur passage à Trolls…

Pendant ce temps, Tator prenait le relai avec une chouette ambiance folk itou, une très belle surprise puisque je n’avais écouté que La brousse que j’avais juste trouvé sympa sans plus, et qui a fait que je m’attendais à quelque chose de plus « reggae de base ». Mais non, c’était vraiment du bon folk comme je l’aime – et je ne réalise que maintenant que le violoniste et chanteur (dont la voix faisait un peu penser à Tryo sur La brousse) est aussi celui qui m’a complètement bluffée avec le pur son folk tribal de Rastaban le lendemain soir.

Sur ces entrefaites Sunila est arrivée, et si on s’est croisées 3 fois sans se voir on a quand même fini par établir le contact et ça fait bien plaisir XD
Toutes les deux on s’est rapidement mises à jouer les anguilles pour intégrer la fosse, pour bien en profiter à fond. Et c’était malin parce que ça n’a pas vraiment bougé ensuite pour le Naheulband, du coup on était quand même plutôt bien placées et on a pu bien se lâcher – j’avais mis mon bonnet-casque à barbe intégrée et fait péter mon qwertee de CMOT Dibbler
Ce fut bien sûr énormissime, d’autant plus que Naheul est très lié à Trolls – et moi-même j’avais fait mon premier concert de Naheul justement à Trolls en 2011, quand ils avaient inauguré le poulet-poulet-piou-piou-piou  Et j’avais été aussi avec Sunila aux Imaginales. Donc là c’était vraiment idéal pour ma 4° session de Naheul


© DragonLady

La petite nouveauté, c’est une paire de lunettes qui paraît-il filment la vision du porteur… Je serais curieuse d’en savoir plus


© DragonLady

J’ai été super contente qu’ils jouent « Hé la p’tite dame », inédit en concert et un de mes morceaux surkiffés du dernier album
Et à la fin, les gars de La Horde sont revenus pour accompagner le final, très chouette

       
(oui, je sais, le son est pourri et le visuel ne vaut guère mieux. mais c’est mieux que rien, nah, d’abord.)

trolls13naheul-setlistAprès je cherchais vaguement Ladyfae et Clémence pour compléter mes dédicaces, mais à la place Ayako a intercepté Ghislain à qui on a soutiré 2 des playlists qu’il avait en main, et il nous as parlé un peu plus de sa récolte de dés pour un projet de jeux de rôles en kit dans les hôpitaux.

En rentrant on a encore papoté, et chez Ayako, ben on avait déjà tellement peu de temps à dormir, que le temps de se poser, et surtout de ne pas pouvoir s’empêcher de blablater encore un peu, qu’on n’a dormi qu’une petite heure à tout casser…

* * * ~ * * * ~ * * * ~ * * * § * * * ~ * * * ~ * * * ~ * * *

Le réveil matinal du samedi fut rude.
Même si j’ai miraculeusement échappé à la migraine (ma petite toux de rhume des foins bien chiante a compensé) et que je devais assez tourner à l’adrénaline pour ne pas le ressentir trop durement, il n’empêche que j’avais quand même un peu de mal, normal ^^

Mais j’ai pu me poser un moment chez Allaupi, un autre pote d’Ayako que j’avais déjà pu croiser aux Utopiales, et avec qui j’ai papoté ebook, traduction et édition avec le Trône de fer.

Et hop, nouveau récupérage de Mat’ et covoiturage, pour cette fois, commencer le festival en lui-même – et avec un bon 500m de file d’attente dans le froid dès l’ouverture, on est vraiment contents d’avoir le bracelet coupe-file.

Après mon premier petit tour de repérage, j’ai commencé par m’acheter l’anthologie du festival, et à la faire dédicacer par Nathalie Dau, Mathieu Coudray et Denis Labbé:

       trolls13antho-dau
(et je surkiffe le dessin de Mathieu Coudray, chus fière!)

Après ça, je suis retombée sur Allaupi qui s’est lui aussi pris une anthologie, et on a mis le cap sur Pierre Dubois, tant qu’on en avait le temps et qu’il n’y avait pas trop de monde.
Je crois que c’est par là que j’ai croisé pour la première fois un Rincevent très réussi (on le reverra le dimanche), et on a aussi rempli le questionnaire d’une étudiante, le temps que le grand monsieur finisse son oeuvre dans nos exemplaires respectifs


(un dessin qui me fait particulièrement plaisir aussi, pile le genre de personnage que j’adore. chus fière bis!)

Dans tout ça on était un peu en retard pour le repas des blogueurs, mais on a pu les rejoindre sans trop traîner à la galerie commerciale juste à côté. J’étais bien contente de revoir Lhisbei et son Mister, Julien le naufragé volontaire, et rencontrer Cachou. Je suis restée scotchée à leur discussion dès que je suis arrivée, parce que bon sang que c’est bon de se retrouver entre blogueurs

Je suis aussi restée avec eux pendant que mes autres comparses partaient de leur côté, ce qui m’a permis de regarder les expos de plus près (voir le diaporama sur le RSF blog, avec moults autres photos du festi) et d’aller papoter de vraiment « près » avec des auteurs et éditeurs (ce que je n’aurais pas pu ou osé autrement pour certains), comme Yal Ayerdhal et Sara Doke, le Monsieur Folio SF, la Madame de Olivier Peru, et bien sûr Jérôme Vincent d’ActuSF qui nous a même fait une petite photo de groupe (que je vais vous épargner tellement on a l’air frais, en mode sardines écrasées).

J’en ai aussi profité pour saluer le libraire des Quatre Chemins (le fameux) (et je dois dire qu’il a effectivement une sacrée classe naturelle).

Et pour m’offrir enfin le premier tome des enquêtes de Lasser, que j’attendais depuis ma découverte de ce personnage dans l’anthologie Plumes de chats, et que j’ai eu l’immense plaisir de me faire dédicacer par l’adorable Sylvie Miller ET le Ward – avec même un petit badge en cadeau (pour les ignares: c’est pas le verbe, c’est le nom du personnage)

J’ai même eu mon petit moment de papotis avec Anthelme Hauchecorne, toujours aussi bon tchatcheur, et passionnant et prolifique. J’espère pouvoir bientôt chroniquer son Âmes de verres

Et un petit coucou à l’Atalante (que je ne m’attendais pas à voir ici) pour quelques affaires en cours 

Puis les blogueurs sont partis, (apparemment pendant ce temps-là je ratais le boeuf Nalbeukien à l’extérieur, mais bon tant piche), et il était temps pour moi d’aller me positionner à la « Souche » pour voir la première « Monster class » de Tony Verdâtre !

(Et là, j’ai reconnu Ladyfae dans le public, et je lui ai vite demandé une ch’tite signature pour compléter mon T’as pas le niveaugrin)

trolls13masterclass-affAvec les derniers réglages, et une vraie entrée façon boxeur présenté par Ghislain, Tony l’Orc prit donc place avec une dégaine fort Naheulienne, short-chiffon, blancs mollets maigrichons et genoux anguleux à l’appui: juste excellent

Très vite le ton a été donné (avec le célèbre « défaut d’élocution » de l’Orc) – aux questions de « qui joue déjà un peu de guitare ou banjo », puis « qui envisage d’apprendre la guitare ou le banjo », très peu de mains se sont levées, puis aucune: « d’accord donc en fait ça va chervir à rien, ma machter clache »

Mais on s’en fout, puisque c’est bien connu: une master class c’est surtout fait pour se la péter, et donc Tony nous a bien régalés en jouant du banjo et de la guitare-démon avec une rapidité et une facilité déconcertante, tout en expliquant quand même un peu et en répétant régulièrement qu’en fait c’est super facile.
(alors pourquoi moi quand je tâte de ma guitare ça fait juste « ploing ploing » en sonnant faux et que j’ai besoin de post-it pour me repérer sur le manche, hin?!) (et accessoirement, pourquoi j’ai pas les moyens de ne serait-ce qu’essayer une guitare-démon à faire riffer rien qu’en la frôlant, hin?! hin?!)

Et evidemment y’a eu pas mal de déconnade et de Naheulbeuk/band dans l’affaire


La vidéo n’est pas de moi mais y’a une verchion choutitrée par mes choins ichi (pour mieux entendre par-dessus le brouhaha).
Et un autre bout que j’ai fait à l’arrache: avec ou chans choutitres ;

et mon dernier bout de la partie guitare-démon: avec ou chans choutitres itou.

Sunila m’a retrouvée à la fin, et j’ai juste interpellé Ghislain pour lui remettre quelques dés donnés par Ayako suite à l’annonce de la veille, avant qu’on aille se poser sur un banc tout proche, côté bar sous le dragon suspendu (que je n’avais remarqué qu’au retour du restau grâce à une remarque de Cachou ^^).

      trolls13bar-dragon2
© Mary                                              © Mary

Ca nous a fait un bon point de repère pour nous réunir. Et repartir explorer le stand de Trollart avec Allaupi (tout juste sorti d’un sacré marathon dédicaces), et traîner un peu jusqu’à ce que les lumières s’éteignent ^^

J’étais déjà bien crevée, mais aux concerts j’ai eu un petit regain d’énergie… Quand Rastaban entame une ambiance orientale et fait péter le didjeridoo, y’a pas, ça transporte Du coup j’ai refait un peu de fosse avec Sunila…
L’énergie du groupe était communicative, le didjeridoo à coulisse est d’un apport incroyable, et c’est toujours hallucinant de voir un violoniste arriver à jouer tout en sautant partout.
Y’a aussi eu un moment magique quand il a entamé une chanson par un chant-cri pur et puissant, rien de mieux pour prendre aux tripes et subjuguer sur l’instant.


(regardez vers 24:27, et 29:23, 31:04, et surtout surtout à 34:14)

Après ça (et le traditionnel gueulage de « pouleet pouleeet piou piou piou! ») je ne pouvais que craquer pour leur CD, même si j’ai appris sur le stand (et en approfondissant maintenant) que ce concert était leur dernier sous leur formation connue précédemment sous le nom d’IlianA, et que maintenant que la chanteuse doit faire un break pour mieux prendre soin de sa grossesse, le groupe va enregistrer une nouvelle version de l’album avec une nouvelle chanteuse, en prenant cette fois le nom de Rastaban.

Sunila a pris congé là-dessus, et j’ai retrouvé Mat’ et Allaupi pour la suite, à papoter et profiter de la bonne musique. Sur le moment je ne savais plus quel groupe ça pouvait être, maintenant je peux affirmer que c’était Stille Volk, décidément très bon aussi – notamment une reprise du Prince d’Orange qui m’a filé le frisson 

Après ça, je tournais encore à l’adrénaline et je serais bien restée pour Haggard, mais j’avais quand même trop de sommeil en retard, et Ayako m’attendait pour pioncer elle aussi, qui en avait encore plus besoin que moi. Donc zoup, on est rentrés – en chantonnant encore et en parlant de steampunk ^^

* * * ~ * * * ~ * * * ~ * * * § * * * ~ * * * ~ * * * ~ * * *

Le dimanche, j’ai copiloté Ayako, toutes fraîches qu’on était après encore une courte nuit (changement d’heure et toux chiante, combo gagnant!).

Du coup, en arrivant j’avais vaguement prévu de retrouver/rencontrer Val et Vanessa du Frat, mais finalement non (et on se sera complètement loupées de toute la journée, mais c’est pas grave, ce ne sera que partie remise ^^).

A la place, j’ai mis mon costume d’A’Tuin (amélioré en 2.0, mais j’ai encore de quoi faire pour les prochaines versions ^^) et j’ai fait mon petit tour en solo, tranquillement.  
J’ai enfin trouvé le stand de Rozenn Illiano (dont je surkiffe la boutique Unseelie et que je suis sur FB depuis que je l’ai croisée très rapidement aux Utos en en repartant avec Laure du Miroir) et Xavier Collette (croisé aussi avec Laure, et un jour je m’offrirai son Alice au pays de merveilles), où j’ai pris mon exemplaire du Rêve du prunellier et des joulies cartes
J’ai même rencontré la blogueuse Seelie in Wonderland sur le stand (bon, je croyais connaître mais en fait non, j’ai dû confondre avec un autre blog) ^^

Et juste après, mon blog a aussi intéressé Estelle Faye, à qui je venais acheter un bouquin parce que j’avais entendu Cachou lui parler la veille, et d’une part j’avais appris qu’elle aussi a des racines en Limousin, et d’autre part je m’étais souvenue que j’avais vu passer des bons retours sur ses textes.

J’ai aussi complété mon tour de dédicaces de l’anthologie avec Emmanuelle Nuncq.

Puis j’ai fait quelques emplettes de cartes de Pat Thiébaud, ça devient une habitude ^^


trolls13thiebaut

Ensuite, Lulujoy (Marie) est arrivée avec sa comparse Mary (prononcer Merry), et ma foi j’ai passé la suite de la journée avec elles, en fort bonne compagnie donc

On a commencé par attendre Mathieu Gaborit, et j’ai découvert par la même occasion la magnifique nouvelle édition des Chroniques des crépusculaires, toute en cuir et gravures pour un effet à l’ancienne… La classe.
Personnellement, je lui ai fait dédicacer mon anthologie du festival.

Et tant qu’à faire, M’sieur Pierre Pevel était juste à côté, alors j’en ai profité pour encourager Lulujoy à acheter les Lames du Cardinal, et pour feuilleter les illustrations du jeu de rôle que je pense que je m’offrirai même si je n’ai pas l’occasion d’y jouer
En attendant, le rendez-vous est pris pour Haut-Royaume aux Imaginales…

J’avais prévu une Pizza du Vade-mecum, mais il n’y avait que nous et surtout j’avais oublié un détail anodin mais qui a son importance: on était dimanche… et donc la galerie commerciale était fermée, logique!
On s’est donc rabattues sur le bar du festival.

Ensuite on a fait quelques tours de l’espace des jeux et du marché féérique, et craqué petit à petit nos budgets et un peu plus () tout en se régalant les mirettes:

      trolls13hobbit
Trolls du Hall © Murielle [Mu²] Babault   ~   Déco d’un hobbit’s home
© Mary
trolls13mages      trolls13mage
Convent d’enchanteurs © Mary ~ Enchanteur et vrai zoizeau-trobô © DragonLady
trolls13instruos   trolls13marionettes   trolls13dragonlecteur
crâne-lyre © Mary ~ étrange marionettiste © Murielle [Mu²] Babault ~ un dragonnet aussi peut être LCA © Mary
trolls13licorne   trolls13faun   trolls13faun2
maman licorne © Mary ~ faune © Murielle [Mu²] Babault ~ Peau-de-bec? © Mary  
trolls13belfeuildans
danseurs à masques des Cuirs de Belfeuil © Mary
trolls13coolsteamp       trolls1steamy1
la bouffarde cey la classe © Mary ~ un des deux *vrais* nains croisé sur le festi (so brilliant!) © Murielle [Mu²] Babault ~ équipement steampunk © Mary
trolls13steamy2
groupement steampunk © Mary

Perso je me suis offert cette illustration steampunk sur support polystyrène:

trolls13polysteam

Et des cartes et ce petit bouquin de Godo (à un moment où il était parti du stand, et j’ai oublié d’y retourner ensuite pour demander une dédicace, tant pis) :

Et puis Mary s’est offert un dragon d’épaule à Trollart (comme le mien, mais que j’avais laissé dans mes sacs chez Ayako, j’ai déjà bien assez de mal à gérer mes sacs de livres etc ^^), et Lulujoy et moi on a flashé sur des diadèmes en cherchant des colliers, en se disant qu’un beau diadème pouvait très bien faire 2 en 1… On est revenues plus tard et on a confirmé la théorie ^^

trolls13diad

Dans les allées, j’ai aussi pu attraper ma dédicace manquante du violoneux de La Horde, ô joie

trolls13cds

On a aussi croisé le jongleur du vendredi, costumé en Obélix – très réussi et bien trouvé.

trolls13obljongl

Je me suis offert un livre de Céline Guillaume sur un stand du marché avec l’intention d’aller lui faire dédicacer – mais là aussi j’ai oublié

trolls1celineguillaume

On est pourtant revenues traîner du côté des auteurs, pour que Lulujoy récupère sa commande d’exemplaire de l’anthologie « Hommage à sir Terence » et voie les autres auteurs de l’anthologie présents (notamment Anthelme), et puis Nathalie Dau et Mathieu Coudray pour l’antho du festival et une question d’Appel à Textes d’Argemnios…
Et puis je bavais tellement devant une carte en particulier d’une illustration de Mathieu Coudray que Mary et Lulu ont fait la danse du sourcil et se sont liguées pour me l’offrir, c’est cro gentiiil !

trolls13cardcoudray

Et enfin, on a aussi eu de jolies dédicaces de Laurence Péguy.

trolls13peguy-nuncq

Je voulais aller à la conférence de David Wenzel, donc j’ai laissé mes 2 comparses peu avant leur propre départ du festi, et j’ai été retrouver Sunila dans une salle de conférence bien vide… Ca m’a étonné, et un peu peinée pour un invité d’honneur et un aussi grand dessinateur que Wenzel. Sunila m’a appris que ça avait été pareil pour la conférence de Ted Nasmith juste avant… Dommage.

(EDIT: retrouvez sur ActuSF l’enregistrement de la conférence avec Ted Nasmith et de celle avec David Wenzel)

Du coup, le public était forcément intéressé et beaucoup de questions étaient très bien vues, même si je m’attendais plutôt à une conférence-fleuve suivie seulement dans le dernier quart d’heure de questions du public, mais bon, pourquoi pas.
La traduction était beaucoup mieux faite que dans mon souvenir à la conférence de Robin Hobb en 2011, cette fois l’interprète était beaucoup plus professionnelle et ne sautait pas la moitié des paroles – même si 2 ou 3 contresens se sont glissés dans le flot. D’après Sunila, ça avait été bien pire pour Nasmith juste avant, et j’ai appris le soir que c’était un des libraires qui avait été bombardé à la dernière minute, donc forcément on fait mieux comme personnel préparé…

Ca restera clairement une de mes principales critiques envers ce festival (et la gestion de la porte de la salle de conf qui laisse toujours à désirer) (et tant qu’on y est: pas assez de signalisation claire des plats servis pour lesquels on fait la queue, un peu plus de points de retraits pour les jetons ne serait pas du luxe, un peu plus d’endroits où s’asseoir et se poser à éparpiller plutôt que juste le bar-sous-le-dragon itou, et un peu plus de largeur d’allées, surtout dans le marché, pour que l’affluence soit moins problématique) (mais d’un autre côté ça fait plaisir de voir autant de monde venir, d’avoir autant de diversité dans les stands aussi, et le service des boissons est nickel), mais bon, c’était bien quand même.

Et aussitôt après, j’ai pu aller me faire dédicacer Bafflerog le sorcier dont je suis une grande fan, dans la nouvelle édition puisqu’il fallait acheter sur l’espace BD pour avoir droit à un ticket de dédicace (et que accessoirement j’avais aussi oublié mes 2 BD chez Ayako).
Et once again, chus trop contente et fière de ma dédicace:

Après ça, on a été se poser au bar, avec Sunila, histoire de reprendre des forces – au son de Virelai, puis de la harpe de Eve McTelenn et son bagpiper timide -, avec de merveilleuses gaufres (je me suis laissée tenter par une au caramel beurre salé que Lulu avait approuvée plus tôt dans la journée, et c’était effectivement une tchuerie) et du glou salvateur. On était bien claquées, toutes les deux…

Finalement, quand Sunila est partie manger au carré VIP et que j’ai commencé à me diriger vers la salle de concerts, Ayako m’a confirmé que je pouvais me joindre à l’équipe des libraires, et je ne me le suis pas fait dire deux fois, tellement je commençais à être vraiment explosée. Tant pis pour les derniers concerts, je n’aurais jamais pu tenir debout jusqu’à Saltatio Mortis de toute façon ^^

trolls13gaboritDu coup j’ai donné un mini coup de main, je me suis laissée tenter par la belle édition des Crépusculaires de Gaborit (mais oui mais bon, non seulement relié façon cuir à l’ancienne, mais en plus dans un beau coffret avec carte imprimée… et j’aurai bien d’autres occasions de le ramener faire dédicacer!), et j’ai essayé de ne pas tomber endormie dans mon assiette de frites, et de garder mes poumons à l’intérieur de ma pauvre tuyauterie pas loin du bout du rouleau.
Nonobstant le brouhaha ambiant d’une brasserie qui me rend toujours à moitié sourde quand je suis fatiguée, ce fût quand même fort sympathique ^^

Et le retour en voiture aussi, où j’ai bien papoté avec un collègue bibliothécaire. Un dernier coup de main à la librairie pour décharger le camion, et zou au dodo.
C’est que j’avais encore de la route à faire le lendemain, moi… (d’autant plus avec les travaux et le gros merdier à Austerlitz, à attendre dans les courants d’air et tenter de dormir mieux que par pointillés stressés) (malgré tout j’étais relativement fraîche pour mon heure de petite route entre la gare et chez moi, contente de moi sur ce coup-là ^^).

Voilou voilou. Cette fois c’est sûr, j’ai bel et bien l’intention d’y retourner la prochaine fois. Avec deux ans pour économiser, et éventuellement voir à mieux m’organiser (surtout pour dormir un chouille plus que ça), ça devrait le faire!

En tous cas, cette année j’ai passé un gros paquet de bons moments qui valaient bien le déplacement et le mode zombie (mais sans migraine, youhou!) et tout ça ^^

trolls13scene

Laisser un commentaire