Sorcier, es-tu là? L’étrange en Limousin (Pierre Louty)

Comme je commence à sérieusement mettre le nez dans la littérature « terroir », l’un des titres les plus flagrants s’imposait:


Pierre Louty nous entraîne à travers les landes et les forêts limousines, à la traque des superstitions et de la sorcellerie. Parmi les centaines de témoignages recueillis, tous plus vrais les uns que les autres, il fait revivre les plus fabuleuses aventures ésotériques: drames, accidents, maladies, séparations, déchirures, ruines… L’auteur peint le Limousin d’aujourd’hui hanté par les vieilles pratiques de la « physique du plateau ». La sorcellerie limousine existe, il l’a rencontrée!

J’ai édulcoré un peu le résumé éditeur, puisque étant également l’auteur, je trouve qu’il manque un peu d’objectivité ^^


Donc oui, cette grande figure du panorama littéraire local réunit ici toutes sortes de témoignages et informations sur la sorcellerie et les superstitions dont la région a toujours foisonné… Ce n’est pas son premier ouvrage sur ce sujet, d’ailleurs.


Il insiste sur le fait que ce surnaturel est encore très présent dans le quotidien d’aujourd’hui-même, et effectivement je connais quelques personnes autour de moi qui croient à ce genre de trucs… Moi-même je pense qu’il y a une part de vrai dans tous ces phénomènes, tellement on en a de témoignages, mais sans y adhérer pour autant, et encore moins à tout l’enrobage superstitieux qui tient du folklore.


Certains chapitres du livre sont très intéressant, et m’ont notamment permis de me documenter sur certains mythes que je connaissais trop peu ou mal (par exemple la bête de Noth), et aussi d’en retrouver certains qui me fichent toujours autant la frousse (notamment la silhouette du site Corot).
Je me rappelle encore très nettement des histoires à se faire peur qu’on se racontait quand j’allais en colonie de vacances, que j’ai bien retrouvé ici…


– J’ai quand même adoré l’intro du chapitre sur la lune rousse, où j’ai appris que sous la troisième république, un député miaulétou avait déposé une proposition de loi visant à la supprimer allez, je résiste pas:

{moshide hidden EXTRAIT (lire) |SPOILER (cacher)}Chacun se souvient de ce professeur miaulétou, le père Tourgniol qui, député sous la III° république, déposa sur le bureau du Parlement une proposition de loi visant à la suppression de… la lune rousse. Oui (…) vous avez bien lu: « suppression de la lune rousse ».

Cet élu des campagnes, radical et opportuniste, savait les méfaits que causent aux cultures printanière cette fameuse lune rousse: temps clair et nombreuses gelées nocturnes qui « brûlent » les fleurs, les feuilles et les fruits tendres. Hantise du paysan qui la craint à juste raison, la lune rousse porte bien son nom! C’est elle qui roussit les pommes de terre et les noircit au ras du sol: il n’y aura plus de récolte et, au début du siècle, on pouvait encore craindre la famine. (…)

La lune « rousse », c’était la lune du Diable, du « grand roux », celle qui vous ruine en quelques heures les efforts de plusieurs mois de dur labeur.

« Lo luno rousso », véritable calamité de nos campagnes, invention diabolique, elle ne pouvait pas résister au rationalisme des radicaux du Père Caillaux, premier ministre de l’époque.

Monsieur Tourgniol, dans une célèbre envolée lyrique dont il avait le secret, au cours d’une réunion électorale contradictoire tenue à Masléon déclara:
« Mes amis! Le paysans a deux ennemis: le curé et… la lune rousse! L’un est habillé de noir et est un fainéant qui prétend représenter Dieu. L’autre est toute blanche et n’est que l’instrument du Diable! Mes amis! il faut les supprimer et vous serez riches et heureux! Monsiur Caillaux s’y emploie, il ruinera les curés et moi, je vais régler le cas de la lune rousse! Votez pour moi, en masse: et « lo luno rousso passoro »! »

Opportunistes, Monsieur tourgniol et ses amis! Les paysans limousins se laissèrent griser par cet homme plein de conviction qui n’y allait pas par quatre chemins. Comme il proposait dans le même temps, une loi pour qu’une vache mette bas, chaque année, deux veaux, doublant ainsi le revenu de nos paysans: il fut élu jusqu’à sa mort… Monsieur Tourgniol passa, la lune rousse resta: peut-être quelque politicien peu scrupuleux pourrait à nouveau s’en servir pour régler les problèmes actuels!
{/moshide}


La sincérité des témoignages est pour la plupart indéniable, pourtant je trouve que malgré sa volonté d’objectivité, l’auteur a trop de parti pris dans certaines de ses interprétations.

Je dirais donc que c’est un livre à prendre avec des pincettes, à lire avec beaucoup de recul. Dans cette optique, ça peut être assez intéressant, mais en prenant bien garde à toujours rester à une distance prudente et à s’acrocher à son second degré!

Laisser un commentaire