Séjour gallois, Part 1 (13-14-15/07/11)

En cette année fort foisonnante de voyages et meetings IRL, voici mon deuxième séjour au Royaume-Uni, où je retrouvais Estelle & Vince pour visiter Cardiff et voir avec eux le film Harry Potter 7 partie 2.

Mon périple a commencé mercredi 13 juillet, avec un train (une relique toute pourrave comme j’en avais encore jamais vu, et j’en ai vu des vieux machins sur cette ligne) de Limoges à Paris, changement de gare, Paris-Lille, changement de gare, Lille-Londres…

Là j’ai eu le temps de faire un break en allant visiter l’expo de la British Library « Out of this world: Science Fiction but not as you know it », et j’ai fait mes premiers achats avec quelques cartes et badges, et mes premiers craquages imprévus avec le livre développant l’expo et une « Steampunk Bible ».

Je ne suis pas sûre que l’expo aie vraiment pu convaincre les frileux de la SF, mais pour les adeptes elle est absolument passionnante.
Ca parle des premières conceptions et découvertes de l’espace, en particulier avec tout l’imaginaire de la lune et de Mars, des anticipations, des utopies (comme les Voyages de Gulliver, ou le Micromégas de Voltaire… oui, y’a plein d’auteurs français en fait dans cette expo ^^), des uchronies (il y a donc toute une partie sur le steampunk), des mondes inventés comme la Terre du Milieu de Tolkien, le Gondal des soeurs Brontë, ou le Disque-monde (oui oui! il y a la carte!), des classiques plus ou moins inattendus comme Alice à travers le miroir ou le Cycle de Dune, et tout ce qui est foncièrement populaire, comme les robots de Blade Runner, H2G2 ou Star Wars, les grandes séries comme X-Files ou Doctor Who (un Tardis trône au milieu de l’expo et y’a toute une vitrine sur les Daleks), le feuilleton radio de H.G. Wells inspiré de la Guerre des Mondes, et j’en passe et des meilleurs.

(Si vous avez l’occasion d’aller à Londres avant le 25 septembre, allez y jeter un oeil, la British Library est juste à côté de St Pancras et l’expo est gratuite.)

 
Puis j’ai attrapé mon bus pour Cardiff in extremis (c’était pas faute d’avoir en main les explications guidées très détaillées d’Estelle, mais j’ai pas pu m’empêcher d’hésiter et de douter un max, ça aurait été trop facile sinon), et j’ai passé ma première soirée à Cardiff avec Estelle & Vince, bien tranquillement en prenant un petit repas au pub et en ébauchant quelques pistes de ce que je pourrais faire les 2 jours suivants pendant qu’ils seraient au boulot (ils venaient chacun d’en décrocher un nouveau juste avant, c’était pas prévu).

C’est le lendemain que les choses « sérieuses » ont commencé

* Day One: jeudi 14 juillet *

Après une bonne nuit de sommeil tranquille, je me suis réveillée à peu près à mon heure habituelle, et aussi un peu avec les cris des mouettes, comme m’en avait prévenu Vince ^^

J’ai retrouvé Tony Black, modérateur du forum du site officiel (vitrine) de Terry Pratchett et adorable retraité, et on a bien papoté pendant qu’il me faisait faire mon premier tour du centre ville. Il m’a notamment montré certains lieux où ont été tournées des scènes de Doctor Who (beaucoup sont en fait tournées à Cardiff, entre autres le magasin des mannequins en plastique où travaille Rose dans le tout premier épisode des nouvelles saisons), il m’a prononcé en gallois le fameux nom de ville le plus long d’Europe (Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch),  on a pris un café dans les arcades en discutant du Disque-monde, et on est revenus vers la rue d’Estelle & Vince où il est reparti sur son vélo et où j’ai fait une petite pause au calme avant de retourner dans le centre, appareil photo en main, cette fois.

J’ai ré-arpenté les arcades en m’extasiant sur toutes ces belles perspectives et toute cette classe un peu vintage et so british…

     

      

            

         

Et j’ai craqué pour mes premiers achats: un vinyle des We Are Scientists à une échoppe spécialisée dans les Halles, le Drood de Dan Simmons (qui m’intriguait depuis avant même sa sortie) à Oxfam, un mug « heat changing » du Tardis à Forbidden Planet, quelques cartes postales…

Et comme l’après-midi avançait, je suis allée visiter l’intérieur du château de Cardiff, dont j’avais déjà longé le mur aux animaux et la Tour de l’Horloge.

         
(les yeux en verre c’est limite flippant)

     

     

    

Les restes du château normand, lui-même squattant les premiers forts romains.

J’y aurais eu un beau point de vue, mais l’audioguide mettait en garde contre la centaine de marches dont certaines très escarpées, alors avec mon vertige-qui-n’aime-pas-les-colimaçons et ma fatigue dans les pattes, j’ai préféré rester en bas.

Par contre j’aurais bien aimé en apprendre un peu plus sur la conception du symbolisme par l’architecte William Burges, surtout pour la tour de l’horloge…

En attendant, j’ai fait un petit tour dans la galerie et visité l’intérieur du logis des Bute.

         

        
La p’tite chimère bien accrochée à sa p’tite épée m’a fait bien sourire, et la bibliothèque m’a arraché quelques soupirs… Même si le décorum était un poil trop chargé sur les murs, mais n’empêche. (et puis les petits cartouches pour célébrer les auteurs préférés, c’est une belle idée)

Et j’ai fini en allant voir ce que ça donnait vu depuis les douves de la tour normande.

   
On aperçoit sur la gauche un bout du stade de Cardiff, temple du rugby, j’ai bien aimé le décalage ^^

     
Vues depuis la tour normande: l’entrée du château, avec la haute tour noire (ou « sombre »? j’ai oublié) qui a servi de sinistre prison, et un joli bâtiment lointain dont j’ignore la nature exacte ^^

   
Deux mini-tumuli qui marquent d’anciennes fortifications, et un dernier regard à la tour horlogère…

Bon, cela dit, comme j’y ai été en fin de journée et déjà un peu fatiguée, j’en ai pas profité autant que j’aurais pu (notamment avec une visite guidée plutôt qu’un audio-guide sommaire), et j’ai un peu regretté mes 11£, tarif qui fait un peu bobo mine de rien.
Cela dit je trouve ça génial que les habitants de Cardiff puissent avoir un pass gratuit qui leur permet de profiter pleinement et sans restriction du château, de pique-niquer dans l’enceinte, même avec des mini-barbeuqs et tout…
Et puis j’ai quand même été séduite par cette fantaisie de « Camelot victorien gallois », et je crois que je veillerai à mieux rentabiliser mon billet si j’ai l’occasion d’y retourner un jour.

Pour finir, je me suis posée un moment dans le Bute Park, et c’était très agréable de prendre le soleil avec une petite brise tout en entamant vaguement « Drood » dans un cadre aussi chouette. Et encore, je n’ai vu qu’une infime portion de ces immenses espaces de parcs qui verdissent le centre de la ville!
En repartant, j’ai repéré un tronc sculpté très joli posé comme ça dans la pelouse:

Je suis donc rentrée crevée, et je n’ai pas décollé du canapé pendant qu’on regardait Harry Potter & the Deatlhy Hallows Part 1 en mangeant de délicieuses pizzas et que Estelle m’aidait à faire la comparaison avec le livre (elle était en train de le relire) et customisait son chapeau pointu pour le lendemain, me faisant regretter de ne pas avoir pensé à ça avant de partir.

* Day Two: vendredi 15 juillet *

Du coup, le lendemain, j’avais aussi ça en tête en retournant me balader dans les arcades, pour arranger moi aussi le deuxième chapeau qu’elle me prêtait gentiment, pour marquer le coup dignement. J’ai acheté quelques bricoles mais finalement c’est surtout 2 plumes de paon de la boutique du château qui m’ont été utiles. En attendant, j’ai encore passé une belle journée à déambuler dans le centre…

       
Les pubs sont toujours dans des beaux bâtiments très classes

    
Boutique à touristes qui met le paquet et lampadaire qui indique les toilettes ^^

   
Les drapeaux sont de sortie, chouette! (pour le festival de Cardiff, je crois)

     

       
La nouvelle Bibliothèque nationale, futuriste au milieu des arcades…

      
Jolie surprise que cette belle bâtisse encastrée dans un immeuble moderne en s’éloignant un peu, et retour dans le dédale des arcades

   
Enseigne qui m’a fait sourire, vitrine d’une boutique de vinaigres et autres liqueurs et elixirs (au fait, les arcades m’ont fait penser au Chemin de Traverse potterien plus d’une fois!), détail des Halles

Et j’ai visité le musée sur l’histoire de Cardiff, couplé avec l’office de tourisme, installé dans l’ancienne bibliothèque. Gratuit et intéressant, très bien étudié pour faire une visite ludique aux enfants – d’ailleurs il y avait des pingouins en liberté au moment où je visitais ^^


On sent décidément l’influence de Doctor Who partout ^^

    
Et encore ici, où pour faire comprendre aux enfants que les archéologues d’aujourd’hui trouvent des objets de la vie courante des civilisations d’autrefois et que ceux du futur trouveront nos objets qui nous paraissent les plus courants, on trouve pour figurer notre époque contemporaine… des badges Doctor Who

       
Figure de proue issue de l’essor portuaire de la ville, et vieux vinyles de Spillers Records, plus vieux disquaire encore en activité dans les arcades dont m’avait justement parlé Vince la veille et que j’avais l’intention d’aller voir…

         
…et ainsi fut fait, après une pause repas (ultra miam, le shortbread et le jus de cranberries) dans un « bar à salades » juste à côté, dans la Queens Arcade (non, je ne m’en lasse pas ^^)

       

Par contre c’est vraiment tout petit, j’y ai juste trouvé un vinyle de Coldplay, histoire de dire que j’ai acheté de la musique au plus vieux disquaire du monde ^^
(et aussi parce que j’avais fini par m’acheter une petite platine usb deux semaines avant)

J’ai aussi fouiné avec bonheur chez quelques bouquinistes, brocantes et friperies, et bien que je sois restée assez raisonnable (en même temps je commençais légèrement à toucher le fond du porte-monnaie), je n’ai pas pu résister à un foulard en pure soie soldé chez Shared Earth

J’avais pensé aller faire un tour au musée national en fin d’après-midi, mais finalement j’étais trop sur les rotules, découragée par la petite pluie qui commençait à tomber, et puis je voulais me garder du temps pour bricoler ma déco de chapeau pointu, alors j’ai laissé tomber et je suis rentrée – ça me fera toujours une raison de plus de revenir à Cardiff ^^

Bilan de mon shopping de ces 2 jours:

J’avais vraiment pas prévu de craquer autant mais bah j’étais aussi partie pour me faire plaisir, hin ^^

Les lunettes Harry Potter, ce sont les modèles spéciaux pour la 3D, achetées par Estelle & Vince en même temps que les réservations de nos places de ciné pour être sûrs de pas louper la première séance de cette sortie nationale britannique (le jour de sortie pour les films c’est le vendredi là-bas, et pas le mercredi comme en France…).

On a donc arboré nos chapeaux pointus, et dans la file d’attend on a bien vu quelques pendentifs du signe des Deathly Hallows, quelques écharpes poudlardiennes et lunettes harryesques, mais on était les seules à porter des chapeaux… Pfeuh! La fanitude, ça se perd!
On s’en fout, on était contentes de marquer le coup aussi bien, et y’a même un journaliste qui est venu nous prendre en photo (mais il semblerait que ça ne soit pas son article à lui qui ait été retenu par le journal, c’est trop con ). Avouez qu’on avait quand même de l’allure, nan?


(zappez juste le sourire crispé de merde, mon habituelle marque non-photogénique)

Et on a aimé le film, c’était un très bon moment, et on a bien passé du temps à en papoter et à le refaire dans tous les sens

Et puis dodo, pour être d’attaque le week-end à vadrouiller ensemble!

Laisser un commentaire