Odilon, ma Cybook Odyssey HD Frontlight

Depuis le temps qu’on entend parler de l’e-book, que je vois non pas comme un substitut au livre papier (format « arbre mort », comme dit Pratchett) mais plutôt comme un complément, avec un usage et des pratiques un peu différents, j’étais bien évidemment très curieuse de tenter l’expérience par moi-même.

D’autant plus que j’avais déjà commencé à me constituer une petite bibliothèque d’ebooks en formats divers, offerts par les auteurs ou les éditeurs sur leurs propres sites, ou proposés dans des opérations à prix quasi nul, etc etc…

J’ai attendu de longs mois, écumé les comparatifs, tests, avis, conseils d’amis, et finalement j’ai opté pour investir un chouïa d’argent de Noël (même si ce n’était quand même pas très raisonnable, mais chut) dans une liseuse Cybook Odyssey HD Frontlight.

Que j’ai reçue peu ou prou le jour de la Saint Odilon, qui s’imposa donc tout de suite comme nom de baptême de ce nouveau préccciieeuuux

Alors, je ne vais pas en faire un test très détaillé comme savent le faire les gens doués pour ça, hein. Ni même une superbe série de chroniques de blog comme l’a fait Imaginelf.

D’ailleurs j’en suis encore un peu à découvrir des astuces plus ou moins par hasard. La recherche google est assez pratique, quand le manuel est lui-même intégré dans la liseuse en ebook, qu’il balaye les généralités sans trop aborder les choses vraiment intéressantes, et que de toute façon on n’a pas trop envie de se le cogner ^^

A part ça, la prise en main est très simple, intuitive et rapide.

Le seul défaut que je lui ai trouvé, pour le moment, c’est l’absence de recherche par mot, ce qui est quand même un gros défaut par rapport à d’autres liseuses de la même génération. Mais je me dis que ça viendra peut-être dans les futures mises à jour du système, qui sait…

Sinon, ça se révèle plus addictif que je ne pensais! C’est quand même hyper pratique pour lire n’importe où et n’importe quand, d’une seule main et sans risquer de casser le dos du livre, très léger et très confortable.
L’e-ink couplée à la frontlight, à l’intensité facilement réglable, est vraiment agréable pour les yeux.

Bon, l’avantage que j’y voyais pour marquer et récupérer mes extraits préférés de mes lectures, et pour annoter mes bêta-lectures, n’est finalement pas aussi pratique qu’escompté (le clavier tactile serait aussi un peu à retravailler, et d’une manière générale ce tactile-là n’est pas aussi hyper-réactif que sur un smartphone), mais c’est déjà une petite révolution de pouvoir les avoir aussi facilement à portée de main!

Et entre les quelques titres de Bragelonne inclus à l’achat, et ce que j’avais accumulé (malgré quelques fastidieuses manips à faire pour la maniaque que je suis sur les titres pas toujours uniformes selon les pdf, notamment), tout à coup c’est une nouvelle PAL entière qui s’offre à moi
Et ça rejoint d’ailleurs tout à fait un des usages que j’y voyais: découvrir des titres que je n’aurais jamais ouverts autrement, avoir un meilleur accès aux classiques, et redécouvrir des valeurs sûres en deux mouvements de doigt

Attendez-vous à en voir la marque dans mes prochaines chroniques de lectures…

Laisser un commentaire