Nouvel An Fondu à Lyon

Comment terminer une telle année de vadrouilles mieux que par une ultime IRL?

D’autant plus que je n’avais pas encore pu aller à une grande IRL Fondue cette année, et que retourner à Lyon sur l’invitation de la Chiara Family m’enchantait grandement.

Je suis donc arrivée le jeudi 29 en début de soirée, à la Chiara House que je découvrais pour ma part, et où j’ai aussi retrouvé Nelson et Anilori.

Après de bonnes pât’au-thon et un gâteau laborieusement cuit de Charlie qui se révéla fort bon, nous partîmes pour une petite balade en Chiaramobile.

On a été à la basilique Notre-Dame de Fourvière, que j’approchais vraiment pour la première fois. Avec la cathédrale Saint-Jean, j’ai été assez impressionnée par leur blancheur immaculée, je crois que je n’ai jamais vu de tels monuments nettoyés d’un bloc, tout propres d’un bout à l’autre comme ça…

On a aussi profité d’un beau panorama de la ville by night, ainsi que la Tour métallique de Fourvières toute proche.

       

Mon imagination m’a fait voir des allures de donjon médiéval à la tour du crédit lyonnais ^^

De retour, on s’est posés devant Pocahontas que regardaient les bouts d’choux, et on a même enchaîné sur Pocahontas 2, c’est dire si le mode vautrage était enclanché

Le lendemain, d’autres arrivées se sont échelonnées avec Apsara, Elenna/Srithanio, Luna Pensive, et Popoyo.

J’avais organisé une petite sortie en deux parties pour profiter de l’occasion d’être à Lyon pour retrouver ou rencontrer quelques pratchettiens, mais il pleuvait à verse…

On a quand même fait la petite balade, entre fondus pratchettophiles et en version abrégée sans vraiment zigzaguer dans les traboules, guidés par Hestianne. Un détour à la boutique Mandragore nous as fait une petite pause à l’abri

Puis nous avons rallié le bar à cupcakes Little que j’avais réservé, et où nous avons rencontré Lael et sa moman ainsi que GuilD du forum du Vade-mecum.

On a bien papoté, les p’tits gâteaux étaient très bons et l’ambiance sympa, un très bon moment en somme

Et comme tous les bons moments, nous dûmes y mettre fin (bien trop vite), et nous autres Fondus repartîment vers d’autres aventures, en l’occurence quelques emplettes pour le repas thaï que Luna allait nous concocter le lendemain midi.

De retour à la Chiara House, on a retrouvé la Nau’ Family arrivée entre-temps, et on a refait le plein avec une raclette 

Je crois me souvenir qu’ensuite c’est le moment où on a tous déballé nos cadeaux du Popo(yo) Noël, et j’ai eu le plaisir de recevoir le premier tome des Notes de Boulet dont je lui avais soufflé l’idée

La soirée s’est ensuite déroulée tranquillement. Quand vint le dodo time, Elenna et moi avons investi le canapé du salon, et bien que la nuit fut courte on n’a pas pu s’empêcher de papoter un moment à voix basse ^^

Le lendemain la matinée s’écoula sans évènement particulièrement notable, et le midi nous goûtâmes au repas thaï de Luna. Je dois dire que j’aime bien les épices, même si c’est à prendre avec des pincettes.
Le poulet au curry vert réchauffait déjà bien, j’ai donc raffolé de la sauce au piment des oiseaux par-dessus!
La bonne astuce que je retiens, c’est les coupelles de tranches de concombre à disposition pour calmer le feu (et penser à s’en garder un bon tas pour la fin de l’assiette, et ne surtout pas s’arrêter de manger en cours de route).
Une très bonne expérience, ma foi ^^

Apsara avait proposé pour balade cet après-midi-là le musée des frères Lumière et l’horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean, j’avais oublié que ça faisait partie des pistes et rien n’aurait pu m’enthousiasmer plus!

L’institut Lumière – peu après avoir vu le film Hugo Cabret! -, installé dans une magnifique demeure Art Déco: une mine d’inspiration steampunk…

     

Le jardin d’hiver est un petit paradis…

      

On approche ensuite toutes sortes de lanternes magiques et autres techniques ayant précédé ou côtoyé le fameux cinématographe des frères Lumière…

    

    

…puis la Mêrveille et autres objets similaires…

         

    

…et bien sûr les premières images des débuts du cinéma.

  
(à droite, le célèbre « arrivée d’un train en gare de La Ciotat »)

L’escalier, majestueux, nous emmène ensuite poursuivre la visite à l’étage.

    
(aaah un coq! oui, mon obsession des poulets et autres volailles est toujours là depuis le Froggy Run ^^)

On y découvre une maquette interactive de la villa Lumière qui permet de se repérer un peu et imaginer comment vivaient et travaillaient les frangins.

    

C’est complété par des photos de famille, puis par une collection de photos de Gabriel Veyre, l’un des premiers opérateurs Lumière  qui mena une vie de globe-trotter, appareil en main.

      

Aurait-on voulu inventer ces personnages et leur histoire qu’on ne l’aurait pas fait aussi bien!

Pour finir, une petite vidéo dans une chambre de bonne, la touche ultime à ce décor grandiose ^^

 

Evidemment j’ai craqué un peu à la boutique, en particulier avec un flip-book de « l’arrivée en gare de La Ciotat ».

On a ensuite été admirer l’horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean, vraiment remarquable. 

   

    

J’ai aussi beaucoup apprécié les sculptures très fines incluant je ne sais plus quelles initiales, les contours de vitraux en forme de coeur, et une Sainte Thérèse mise en valeur par ce qu’il me semble bien être une tapisserie d’Aubusson.

   

Et quand on est ressortis, vision magique de Notre-Dame de Fourvière toute illuminée dans la brume…
 
 

  

Et comme on a refait un tour dans le Vieux Lyon, on a fait un nouvel arrêt à Mandragore, et forcément, j’ai fini par vraiment vouloir prendre quelque chose et j’ai trouvé cette paire de gants-mitaines pas trop chers

Bon évidemment ça irait mieux avec des grandes mains, et je ne sais absolument pas en quelle occasion je pourrai porter ça vu que c’est pas hyper pratique et que le velours est chaud mais que les gants longs c’est pas le mieux par-dessus des manches, mais boarf.

De retour, je me suis chargé de ma mission « décor de table », avec honneur me semble-t-il.

Pendant ce temps, Charlie terrassait le dragon de feu sorti du barbeuc rebelle. (c’était rigolo et ça fait des souvenirs, mais j’avoue que sur le moment on en menait pas large – je ne sais pas comment Apsara a fait pour prendre tranquillement l’incident en photo!)

     

Le preux chevalier nous a ensuite présenté sa faluche en détail, et je dois dire que c’est absolument fascinant…

Un mini Loup-garou version HP fut aussi joué avant l’apéro ^^

Bref, les magrets sauvés des griffes du dragon furent délicieux, et ce repas de réveillon fut fort réussi, avec une superbe apogée dans le sapin en brioche à la crème

    

Sans oublier les p’tites pralines et autres douceurs faites main par Nausicaa ^^ 

Après ça on a procédé au piochage, déballage et devinage du swap sylvestre, qui remplaçait la traditionnelle tombocadeau par un simple échange aveugle de cartes de voeux – toutes plus diverses les unes que les autres.

Pour ma part il s’est avéré que j’ai reçu celle fait par Nau’:

Au début j’ai cru que c’était une achetée et même pas écrite, je n’en ai pas fait grand cas, mais quand on m’a aiguillé sur l’odeur de colle je l’ai regardée d’un oeil tout autre!

La perfection de la colle en bombe, je crois que je m’y ferai jamais ^^

De mon côté j’avais passé pas mal de temps sur la mienne, qui a été reçue par Anilori

       
(j’ai suivi la vieille idée des thés des 4 maisons de Poudlard qui nous était venue aux tout-débuts des Fondus – et j’ai tout fait moi-même, y compris marbrer le papier! *tropfière*)

Voilou voilou, après ça quelques jeux et traînouillages, une nuit trop courte, une matinée à essayer de refermer ma valise et repérer ce que j’oubliais (et un super brunch avec le fameux far breton de popoyo qui en avait avancé le mitonnage exprès pour que je puisse y goûter avant de partir!), pour me faire déposer par Charlie à la gare.

Le retour en Creuse dans la grisaille et la reprise du volant sous un crachin bien pénétrant ne furent guère joyeux, et mon lundi ne fut bien sûr pas suffisant pour me faire reprendre le boulot dans la joie et la bonne humeur, en même temps que – oh! cette saleté de rhume dont je croyais être débarrassée mais qui ne fait que m’attendre sagement chez moi depuis le coup de froid pris en revenant des Utopiales.


– Photos by Apsara, A. Nelson Sindfoul et moi (surtout moi, vous voyez bien la qualité « phone » ^^) –

Laisser un commentaire