Ne vous fâchez pas, Imogène ! (Charles Exbrayat)

La bande-annonce du film m’alléchait, mais je voulais d’abord lire l’oeuvre d’origine, je me suis donc lancée dans le premier des « Imogène » de Exbrayat.

       

Depuis vingt ans, Imogène McCarthery sème la zizanie dans le bureau de l’Amirauté où elle travaille. Depuis vingt ans, la fière descendante des Mac Gregor fait tourner en bourrique son chef de service. Mais cette fois, la coupe est pleine. Trop, c’est trop. Voilà que cette grande bringue à la tignasse rouge se pavane en clamant qu’elle a été investie d’une mission secrète de la plus haute importance ! Et par le patron de l’Intelligence Department lui-même ! Pas de doute, elle est mûre pour l’hôpital psychiatrique… Pauvre Imogène ! Elle qui est prête à mourir pour la couronne ! Les héros se heurtent parfois à des murs d’incompréhension…

Eh ben je suis sous le charme. C’est frais comme tout, j’adore cette Imogène McCarthery, très extrême dans sa fierté d’être écossaise, femme énergique un brin garçonne mais lady jusqu’au bout des ongles, toujours chic et distinguée, bombardée agent secret de Sa Majesté selon toute vraisemblance et qui s’acquitte opiniâtrement de son devoir dans des situations toutes les plus rocambolesques.

Le tout dans un style qui surprend un peu parfois, par l’emploi de mots ou tournures un peu obsolètes mais qui n’ont pas perdu de leur charme, ce qui ajoute à l’ambiance bonne enfant qui se mêle à la très fidèle ambiance de detective novel bien british, tout en bonne éducation et en courtoisie chic…

Pour l’instant je dois rendre l’omnibus du Masque que j’avais emprunté et qui est redemandé, mais je n’hésiterai pas à le ré-emprunter plus tard pour en lire plus!


« Rosemary l’ayant huchée par la fenêtre pour lui ordonner de venir se restaurer, Imogène, redevenue la fillette de jadis, obéit et, tout au long du repas, ne cessa d’entretenir sa gouvernante des défauts et des ridicules des anglais et des anglaises, ce qui flattait la xénophobie bien ancrée de Mrs Ellroy. »
 

Laisser un commentaire