Malicorne au Rocksane Bergerac (15/03/14)

Alors si je parle de mes groupes doudous, y’en a quand même un qui tient le haut du podium depuis toujours : Malicorne.
Ma mère les écoutait dans sa jeunesse et à ma naissance et enfance, puis les a oubliés, mais pas moi.
Quand on avait pu aller les voir avec Solly l’an dernier à Ars (le festi « de St Chartier »), c’était un rêve inespéré qui se réalisait, je n’aurais jamais cru avoir l’occasion de les voir un jour sur scène, de vivre ça pour de bon, et de les rencontrer… ça avait été magique, et évidemment quand on commence on n’en a jamais assez !
Alors une date à Bergerac, à 1h des amis de Bordeaux, on ne pouvait pas laisser passer.

Du coup, j’en avais profité pour inviter Linou qui a aussitôt accepté pour assister à son premier concert, et Solly y allait avec son copain, et ils y retrouvaient aussi une bande de potes passionnés.

Donc une petite salle sympa, un public debout très enthousiaste et principalement constitué de grands fans : des conditions et une ambiance particulièrement bonnes !
Et quel bonheur de revoir ce groupe tant aimé…

Ils ont attaqué direct avec un chant en haut anglais, a capella, magnifiques et pleins de prestance. A couper le souffle.

malicorne-bergerac-1       malicorne-bergerac-2

Après, mes souvenirs sont mélangés, mais ça a bien sûr été génial, émouvant et entraînant, avec des morceaux que j’étais particulièrement heureuse qu’ils reprennent, comme Le garçon jardinier

Et c’est bon de voir leur plaisir à jouer, leur complicité, se donner les tons de départ, et les interludes de Gabriel qui énervent Marie parce qu’il parle trop et pendant ce temps eux autres s’impatientent et ça fait ça de moins de musique – mais c’est aussi comme ça qu’on l’aime, même quand il s’enfonce tranquillement dans son meublage foirouillé ou qu’il interrompt grossièrement le début de Marions les roses pour nous inciter à participer plus

malicorne-bergerac-3       malicorne-bergerac-4

La setlist de base de cet « Almanach Tour » est toujours aussi plaisante, et on a aussi été gâtés avec quelques extras : La nuit des sorcières, Voici la Saint Jean, Pierre de Grenoble, Bacchu Ber, Les bannières qui claquent, Les choses les plus simples, Beauté, Soleillet de l’air en l’air, Comprenez-vous… et Marie qui est descendue danser avec nous sur l’instru du loup renard et belette, et puis Le Prince d’Orange !!!

Même s’il a manqué le dernier couplet des quatre cordeliers pour celle-ci, quelle claque, et quel bonheur…

Et quand y’en a plus, y’en a encore: en sortant dans le hall, la bande de potes prolongeait le plaisir en entonnant tout le répertoire Malicornien, et je m’y suis joint avec le plaisir rare de ne pas avoir trop l’impression de chanter faux Certains ont aussi sorti des instruments, dont un vielleux…
Et puis Marie est arrivée, et Gabriel, et Romain, et Gilles ; alors on a alterné entre les dédicaces et mini papotis, et les chants en choeur. Marie a chanté aussi avec nous… La fille aux chansons, Le Mariage anglais, La Mule, Quand j’étais chez mon père, Paye paysan, La conduite, Margot, Pernette, Voici la Saint Jean (bis), Le Bouvier (dont un en occitan), Landry, Nous sommes chanteurs de sornettes, Les filles sont volages, Quand je menai mes chevaux boire, Les tristes noces, La fille au cresson, Le galant indiscret… C’était incroyable.
Et Gabriel est venu un moment aussi, le temps de chanter Je resterai ici… Magique, juste magique…

On a eu aussi une petite discussion sur les vielles avec le vielleux de la bande et Gilles Chabenat, le virtuose de Malicorne, très modeste et souriant, pédagogue aussi.
Solly visait un tuyau pour louer une vielle et prendre des cours, qui augurait bien de la concrétisation de son vieux rêve… et moi, pour la première fois, je commençais à me dire qu’au lieu de juste en rêver et admirer, je pourrais bien le tenter…
Bref : encore une envolée d’étoiles dans les yeux.

 Et pour finir, en quittant la salle qui fermait, on a dit au revoir à Gabriel… qui a spontanément fait plein de bisous à Solly et deux bibises à moi. Gnouh !

malicorne-bergerac-9

Laisser un commentaire