Le livre des terres imaginées (Guillaume Duprat)

Il y a longtemps que je voulais parler de cette petite merveille:



Aujourd’hui tout le monde sait que la Terre est une planète ronde. On le sait grâce aux scientifiques et aux explorateurs et à leurs découvertes qui ont révolutionné notre manière de voir le monde.
Mais « avant », quelle image de la Terre les hommes avaient-ils ? Une Terre plate comme une asiette, rectangulaire au fond d’un coffre, en forme de poire, reposant sur les cornes d’un buffle géant dans un équilibre précaire ou encore une Terre creuse?

Ce livre dévoile les visions, parfois farfelues, parfois extrêmement pertinentes, de la Terre, et révèle des géographies, réelles ou symboliques, auxquelles des hommes ont cru. Toutes ces « Terres imaginées » contiennent des trésors d’inventivité et de poésie…

Que dire de plus?

C’est le genre de livre qu’on peut feuilleter des centaines de fois sans jamais s’en lasser, et s’y laisser prendre des heures quand on ne voulait y passer qu’une minute à rechercher une page en particulier.

C’est une bénévole de la bibli qui m’en avait parlé et me l’avait montré vite fait, j’en étais tombée amoureuse comme elle, l’avais acheté pour la bibli, et puis quand je l’ai vu à la boutique du Muséum à Toulouse pendant l’IRL Fondue, je me le suis offert pour moi

Ce livre est une mine d’or pour les curieux: avec des illustrations magnifiques et des petits paragraphes concis, on explore toutes les versions de la Terre selon la représentation que s’en faisaient les peuples, et ce à travers le temps et les découvertes qui modifière ces visions…

Les mythologies les plus anciennes présentent des modèles très symboliques et rigolos – parmi lesquels évidemment la mythologie hindoue qui a influencé le Disque-monde!

            

Les indiens ont aussi vu ça, encore avant…

 

Les dogons, dont j’aime bien la mythologie qui rappelle beaucoup les scandinaves, avec l’Arbre de vie et l’ouroboros…

A Alexandrie, au 6° siècle, on l’imagine même à l’intérieur d’un coffre! J’ai tout de suite pensé au Bagage du Disque-monde ^^

D’après Chen Zi, un sage chinois du 1er siècle, « Le ciel ressemble à un chapeau de pluie et la Terre à un bol renversé. »

Christophe Colomb, à sa troisième expédition, estimera qu’il est arrivé au paradis terrestre, qui forme une grande montagne située sous l’équateur, en Orient:
« Je trouvais que le monde n’était pas rond de la manière qu’on le décrit, mais de la forme d’une poire… »

Bref, on ne s’ennuie jamais avec ce livre!

Le sommaire est bien foutu, et on retrouve à la fin une fresque chronologique pour se re-situer dans les versions de la Terre au fur et à mesure des évolutions de la science et de la pensée.

En fait, ce livre a reçu le prix documentaire du livre jeunesse Bologne 2009 et le grand prix de la presse des jeunes 2009, et il les mérite parfaitement.

Je ne saurais que le conseiller à tous les curieux, petits et grands!


Laisser un commentaire