Le bruit des glaçons (film)

De prime abord, je ne suis pas sûre que j’aurais été voir un film de Bertrand Blier comme ça, en dépit d’Albert Dupontel et Jean Dujardin, deux acteurs que j’adore.

Mais les cinés limougeauds faisaient les places à moitié prix pour « la rentrée du cinéma », alors quand y’a des réducs comme ça on essaye toujours d’en profiter. Et samedi, on a pu, alors on a tenté ça.


Eh ben j’ai vachement aimé. Les acteurs sont tous excellents, et si la structure est un brin intello, ça reste tout à fait compréhensible et bien foutu. Et y’a des traits d’humour bien savoureux, Dujardin et Dupontel s’y illustrent toujours aussi bien!

C’est l’histoire d’un écrivain qui a acheté une belle villa, malgré l’avertissement de la bonne qui affirme que la maison ne porte pas chance aux parisiens.


C’est l’histoire d’un type devenu une épave, miné par le départ de sa femme et son fils, qui se trimballe constamment avec sa bouteille de blanc dans son seau à glaçons pour ne plus jamais avoir les idées claires, qui trompe son ennui avec une jeune poule de luxe.




C’est l’histoire d’un homme qui reçoit la visite de son cancer.

« Bonjour, je suis votre cancer. Je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de faire un petit peu connaissance… »






A partir de là, ni intimité, ni tranquillité, plein de remises en questions, des trucs qui bougent, des trucs qui changeront jamais.

Et pendant ce temps, Louisa, la bonne, est là…



Et tout se finit super bien avec un dénouement assez loufoque


« J’ai envie de me précipiter dans ses bras mais là, chuis tellement bourré que je vais me casser la gueule. »

Laisser un commentaire