[LDVH] Défis Fantastiques N23 : Le sang des zombies (Ian Livingstone)

Les LDVH (ou ldvelh), ou Livres Dont VOUS Êtes Le Héros, c’est une bonne partie de mon adolescence dont je garde un souvenir ému et reconnaissant.
A défaut d’entrer vraiment dans le JDR (jeu de rôle) sur table etc, ça a été une sorte d’initiation à ce concept général, qui a beaucoup occupé mes longues journées de collégienne/lycéenne seule et timide en fond de cambrousse…
Bien sûr, ce n’était pas pareil, et les ldvh ont aussi leurs défauts, mais je leur conserve bien évidemment une affection toute particulière !

J’avais fini par accumuler une collection honorable, dont je ne me suis jamais séparée, et que j’ai commencé à reprendre et étoffer il y a 2 ou 3 ans.

Sur ce, un renouveau s’est produit dans le domaine : tous les titres existants ont fait l’objet d’une nouvelle réédition mise à neuf chez Gallimard, et des inédits ont commencé à arriver !

J’ai donc tâté des nouveaux, toujours dans la série Défis Fantastiques – la grande classique de Ian Livingstone et Steve Jackson (mais sans ce 2° pour cet opus inaugurant la nouvelle génération) – avec Le Sang des Zombies.
Un de mes thèmes de prédilection, ça pouvait pas tomber mieux.

*

ldvhzombie

Brillant étudiant en mythologie, vous ne vous attendiez certainement pas à passer des vacances, que vous aviez imaginé studieuses, dans un château perdu au fin fond de la Transylvanie, à la merci de hordes de Zombies.
Et pourtant vous voilà maintenant menant une chasse effrénée à ces créatures, œuvres de l’immonde Gringrich Yurr et de ses savants fous, dont le rêve insensé n’est autre que de devenir maître du monde. Un rêve que vous seul pouvez réduire à néant. Si toutefois vous restez en vie… Pourrez-vous survivre dans l’enfer qui vous attend, ou deviendrez-vous à jamais un Zombie ?

Inédit! L’aventure continue en grand format pour la série culte aux 14 millions de lecteurs.
*

Pour rappel ou remise en situation, un ldvh est un livre qui se joue, comme un roman dont on influerait le cours de la narration. Plusieurs fins sont possibles, généralement une seule est la bonne. On incarne un personnage qui va évoluer dans un contexte donné et avec un certain état de santé qu’il va falloir maintenir.
On avance dans l’histoire par « paragraphes » (ou sections) numérotés successifs, à la fin desquels on choisit d’effectuer certaines actions ou non, de prendre telle direction ou telle autre dans l’exploration de l’endroit, etc…
Il arrive qu’on rencontre des bêbêtes ou personnages belliqueux ou nocifs, qu’on combat selon un système établi et avec l’usage de dés (parfois imprimés dans la marge au bas des pages, il suffit alors de feuilleter rapidement l’ensemble du livre et s’arrêter sur une page au hasard pour obtenir le résultat d’un jet de dés).
Un crayon et du papier sont nécessaires pour consigner les données caractérisant son personnage, noter des indices, le déroulement des combats et le nombre de victoires…

*

Et donc, pour ma propre expérimentation de cet inédit, je dirais que comme les meilleurs DF d’antan, le niveau est assez difficile, on tombe forcément dans au moins une impasse avant de parvenir à la fin victorieuse. Mais c’est le jeu !
Et c’est ça qui permet de bien explorer à fond toutes les options possibles, les diverses variations de parcours.

Il y a beaucoup de combats, on passe pas mal de temps à buter du zombie – ça aussi fait partie du principe (et encore, un système de munitions semble avoir été supprimé des règles au dernier moment).

De même, il faut louvoyer pour fouiller assez d’endroits et d’ennemis vaincus pour récupérer de l’argent et des objets, envahir son sac d’une liste d’objets très disparate et farfelue, sans trop savoir ce qui sera vraiment utile (voire même indispensable) dans tout ce fatras, noter les bonnes infos et les codes secrets à utiliser à bon escient…

Mes bonnes vieilles méthodes de jeu développées par mon expérience intensive m’ont à nouveau été bien utiles – et nan c’est pas tricher !!! Bien organiser ma Feuille d’Aventure, ajouter un listing des paragraphes choisis lors du parcours et s’en servir pour repérer les boucles, les détours déterminants, les pièges à éviter, revenir au dernier choix « sauvegardé » quand l’aventure se termine prématurément à cause d’un mauvais hasard… (mais je reste honnête sur mes combats, points d’endurance, tests de chance etc, hein. ‘tention.)

ldvhzombie2

 
Si l’intrigue est volontairement située dans un univers contemporain, et non sur le monde de Titan traditionnel de la série, on en trouve des clins d’oeil plus ou moins flagrants, avec grand plaisir pour les nostalgiques comme moi.

*
« Le tiroir du haut contient des crayons, du papier, une règle,une calculette, une agafeuse, une perforatrice et un chargeur de téléphone, alors que dans le tiroir du dessous, vous ne trouvez que des cartes postales représentant le château. Sur l’une de ces dernières sont incrits de brefs voeux d’anniversaire : ‘Joyeux 30 ans, Zagor !’ suivis de la signature de Yurr lui-même, mais sans la moindre adresse. »
*

En bref, cette nouvelle mouture me séduit tout à fait, en restant bien dans l’esprit d’origine tout en apportant quelques innovations, un renouveau qui ne dénature pas l’essence même des Défis Fantastiques.

J’ai bien l’intention de continuer à découvrir ces inédits, et peut-être même à me replonger dans ma vieille collection, tenter de chroniquer mes préférés, jouer à ceux que je n’avais pas lus…
On verra bien !

* * *
* *
*

Et c’est ma première participation au Zombies Challenge du blog La Prophétie des ânes, un défi de 28 semaines avec des vrais bouts de cerveau dedans.

zombies challenge

Laisser un commentaire