Harry Potter & the Deathly Hallows (film 7 Part 2)

Comme je le disais, j’ai vu le tout dernier film HP en vraie VO à Cardiff.
Et je ne sais pas si c’est l’enthousiasme et la satisfaction communicative d’Estelle, le fait que j’ai totalement décroché des bouquins (ma tentative de relecture intégrale est un échec), ou la réconciliation qui s’opère en moi avec les films depuis à peu près le 5°, et aussi le fait que j’ai définitivement intégré que ce ne sont que des adaptations à regarder en tant que telles, mais ma foi j’ai beaucoup aimé ce dernier film.

Evidemment, tout n’est pas exactement fidèle au livre, mais au moins les raccourcis restent sobres et crédibles. J’ai eu beaucoup d’émotion sur des scènes retranscrites exactement telles que je me les imaginais, j’ai redécouvert quelques trucs (le tome 7 est toujours le seul que je n’ai encore jamais relu, je n’ai eu que ma première lecture en VO et celle en VF), et j’ai même trouvé que certaines scènes un peu réadaptées devenaient meilleures que dans le tome, et même chose pour l’épilogue qui cette fois formait vraiment une fin qui bouclait la boucle et qui m’a effacé le goût fade que ça m’avait laissé dans le livre…

  

    

Et on redémarrait fort avec la plage que chuis trop contente d’avoir vue en vrai le lendemain 

  

Première petite surprise: je me souvenais plus qu’Hermione prend du Polynectar pour se faire passer pour Bellatrix et entrer dans son coffre à Gringotts, la scène m’est revenue en même temps que je la voyais, et ça collait parfaitement!

    

J’ai bien aimé comment ils ont fait le dragon, vieux, fatigué, malade, blessé, et profitant de cette fuite inespérée…

  

Et puis la rencontre avec Abelforth, et les résistants de la Salle sur demande, très proche là aussi de ce que j’imaginais.

     

Et surtout Snape, bien que sa fuite ait été légèrement altérée, j’ai trouvé que ça restait très fidèle malgré tout, et alors son souvenir dans la Pensine… c’était exactement, exactement, comme je l’avais ressenti.

     

Le « always » que j’attendais était très très réussi, et j’ai bien écrasé ma larmichette (qui n’était ni la première ni la dernière).

Et puis l’attaque de Poudlard, bien ficelée et qui retranscrit bien les différentes étapes de la Dernière Bataille, avec ses moments épiques, ses quêtes parallèles, ses sacrifices et ses revirements…

   
(j’ai adoré McGo: « J’ai toujours rêvé de faire ça, huhu » – et je me suis encore régalée avec Bellatrix, ce rôle génialement exacerbé par Helena Bonham-Carter est plus que jamais fidèle à lui-même)

    
(Hum, je me découvre un petit faible pour Bill Weasley, je sens qu’il va falloir que je m’intéresse de près à ce Domhnall Gleeson)

Et alors là, un de ces moments qui a été théâtralisé dans le film par rapport au livre mais que j’ai trouvé ça tellement mieux: l’instant héroïque de Neville. C’est juste grandiose. Et il le méritait.

Et évidemment le grand dénouement…

   
(« Huh? » « Pas conteeeennnt! »)


(« ça va ch**eeer! »)

Et les petites innovations sur le sort final (et celui utilisé par Molly Weasley) ne m’ont absolument pas choquées, au contraire j’ai trouvé que ça collait bien avec l’adaptation et que ça passait mieux à l’écran.

Voilà voilà *soupir satisfait*

Laisser un commentaire