Dr Who 600 – A Christmas Carol

Et pour débuter mon Ending Year, je vais jouer les prolongations de Noël:

puisque je n’ai pas fini de faire tout ce que je voulais à cette occasion, je ne vois pas pourquoi on devrait tout de suite passer à autre chose sous prétexte que c’est derrière nous!
Alors je décrète que c’est encore Noël en janvier et mon opération « Ending Xmas », avec un p’tit logo pourri que j’ai fait moi-même

Et donc je n’ai pas pu regarder le nouvel épisode de Noël de Dr Who tant qu’on était dans l’ambiance, mais je me rattrape maintenant!

Et je l’ai beaucoup aimé, décidément c’est très utile de connaître « Un chant de Noël » de Dickens

On commence par un vaisseau en perdition dans lequel Amy & Rory débarquent pour faire le lien avec le Doc et tenter de sauver la situation pendant que lui va fureter au sol.

Sur le plancher terrien, on est dans un monde résolument steampunk, je me suis régalée les mirettes!



Le Doc se laisse gagner par l’ambiance de Noël et ne trouve rien de mieux que d’entrer par la cheminée

La grande machine du méchant, très steampunk aussi, me fait beaucoup penser à l’orgue de l’UI, en bonne Pratchett addict…

Et puis ce qui est trop poétique et meugnon, c’est les pitits poissons qui se baladent dans l’air!


On a droit aussi à un nouvelle version du « je fais mon blog vidéo », ça c’est du clin d’oeil!


 

 

« – Aren’t you going to tell me it’s dangerous?
– Dangerous? Come on, we’re boys! And you know what boys say
in the face of danger.
– What?
– Mummy! »

Et puis le Doc se démène pour fabriquer un nouveau passé et les souvenirs qui vont avec, et ça ouvre une bien belle histoire…

Han l’appareil photo, c’est celui de mes rêves!



Ah, ils ont recyclé le fez

Mais comme toutes les belles histoires, elle est trop courte et triste.

Mais elle est aussi un hymne à la vie et au bonheur


 

Ce qui rejoint parfaitement Dickens, ajouté aux Ghosts of Christmas Past, Present and Future… c’est bien trouvé.


 

 
Parce que Noël, de tous temps et en tous lieux, c’est avant tout le solstice, où on se motive parce qu’on est arrivés à la moitié de cette période particulièrement sombre et dure de l’année…

« Halfway out of the dark »

Laisser un commentaire