Dr Who 501 – The Eleventh Hour

Allez, j’ai plus de raison de faire traîner, je me lance dans la nouvelle saison…

Brand new Doctor, brand new companion, brand new Tardis, brand new adventures!


Entre les désagréments de la régénération et le crash du Tardis, l’atterrissage est loin d’être doux ^^



Eleventh fait donc la connaissance d’Amelia Pond, petite fille de sept ans qui vit seule avec sa tante…


« Ah, that’s a brilliant name. Amelia Pond, like a name in a fairy tale. »


« I’m the Doctor, I’m worse than everybody’s aunt. »


…et il a grand besoin de manger, mais c’est aussi un brand new palais qu’il a dans la bouche.


« An apple. Apples are rubbish. I hate apples.

– You said you loved them.
– No, no, I love yoghurt. Yoghurt’s my favourite. Give me yoghurt. »


« I hate yoghurt, it’s just stuff with bits in.
– You said it was your favourite.
– New mouth, new rules. »


« You’re not scared of anything, are you ? Box falls out of the sky, man falls out of box, man eats fish custard, and you’re just sitting there… »


Il jette un oeil à la fissure bizarre sur le mur de la petite Amelia, puis il retourne s’occuper de son Tardis qui est bien mal en point, affirmant qu’un saut de 5 minutes dans le temps devrait le stabiliser. Résultat, il revient avec un retard de… 12 ans

Entre-temps, elle a bien grandi, la petite Amelia, surnommée Amy.

Et dans ses jeux d’enfants, il était question d’un certain « Raggedy Doctor » et d’une cabine de police bleue.

     


Mais maintenant, elle est « kissogram » à ses heures, d’où l’uniforme, et elle a un copain.


« Oh, this is Rory, he’s a…friend.
– Boyfriend.
– Kind of boyfriend. »


Et encore une trop chouette tuture trop classy-so-britichoupinette


Dans tout ça, comme à son habitude, le Doc retrousse les manches et s’emploie à sauver le monde, tout en renouvelant sa garde-robe au passage.


« Twenty minutes to save the world and all I have’s a post office. And it’s shut ! »

« I’m saving the world ! I need a decent shirt. »

« Bow ties are cool. »

Ce que j’ai trouvé vraiment bien, aussi, c’est le moment où il parlemente avec les aliens à propos du sort de la Terre…


« One more. Just one. Is this world protected? Because you’re not the first lot to come here. Oh, there have been so many! And what you’ve got to ask is…

..what happened to them? »

*dans le scan de l’alien, on voit tous les visages des Doctors de la série depuis les débuts*

« Hello. I’m the Doctor. »



Et hop, il refait le coup du « je reviens dans cinq minutes », le temps d’essayer la nouvelle peau de son Tardis.


« What have you got for me this time? Look at you! Oh, you sexy thing! »




Et là résidaient mes principales appréhensions. Déboutées à la perfection avec l’agréable surprise d’un tableau de bord résolument steampunk! Yaayyy!!!


         

  

     



J’adoooore!!!

 

Et il a même un nouveau screwdriver pour remplacer l’ancien complètement bousillé…



« Oh! A new one! Lovely. Thanks, dear! »

 

Bref, et donc, finalement il refait son apparition juste encore un peu en retard (2 ans ^^), alors qu’Amy est à la veille de se marier… il les embarque toutes à ce moment-là ou quoi? il a un détecteur pour les mariages imminents, c’est pas possible!

 

Et voilà. Finalement Amy me plaît beaucoup, elle qui me laissait un peu sceptique jusque là… Mais non, elle n’est pas une cruche en mini-jupe, mais une écossaise rousse qui a son caractère et qui sait ce qu’elle veut!

 

J’ai juste encore un peu de mal avec le nouveau générique, un peu mollasson par rapport à l’ancien, et les choeurs sont un peu de trop. Quoique, je me demande s’ils ne vont pas prendre plus de sens par la suite, à voir le trailer. On y reconnaît clairement la patte de Moffat, d’ailleurs. Affaire à suivre, donc…

 

Et je suis vraiment conquise par Eleven, évidemment il est différent de Tenny, et il ne le surpassera sûrement pas, mais il est aussi très bon dans son genre, très fortiche dans le rôle qui est loin d’être facile, surtout dans la relève de Tenny, et je trouve qu’il est vraiment génial. Il a bien ce délicieux grain de folie, cet attachement à l’humanité, ce p’tit doigt d’esbrouffe et une classe intersidérale.


 

« I am definitely a mad man with a box ! »

Laisser un commentaire