Don’t wake me up when september comes

Je m’étais bien installée dans ma routine, il ne se passait presque rien, tout était en suspens pendant l’été, période de grandes vacances… Et tout d’un coup, voilà qu’on est en septembre, et que tout le monde se réveille sauf moi, qui aurait bien aimé continuer à comater (relativement) tranquillement.

Rien que mardi, j’avais déjà ramassé une bonne migraine et une réserve de stress (et sources de). Evidemment, ça ne s’en va pas comme ça, ce serait trop facile. Semaine pourrie en vue… Je m’attend à un point culminant samedi, où visiblement il va y avoir la fête foraine sur la place, je ne sais donc pas encore si je vais pouvoir circuler et me garer pas loin du boulot, mais je vais plutôt sûrement galérer un peu. Et je vais encore me taper leur sono de merde pendant toute une matinée, en plus de la floppée de visiteurs du samedi et son maxi quota de chieurs. Gasp. Rien de bien méchant, en fait, mais ajouté à tout le reste, ça m’achève rien que d’y penser.

M’enfin je vais quand même pas gaspiller un précieux congé rien que pour ça. N’empêche que y’a toujours des hauts et des bas, mais là j’ai l’impression que je suis dans le bas pour un bon moment… (si seulement je pouvais vivre bien sans avoir à bosser)

Laisser un commentaire