Combo Imaginales & Geekopolis 2013

Bon, bon, bon. Ces Imaginales ont eu un peu de mal à s’organiser, pour moi, et ça s’est surtout transformé en un week-end un peu bizarre de picorage, périple ferroviaire avec barda intégré, et d’un certain décalage de fatigue. Mais j’en suis quand même contente

Au départ, je voulais surtout accompagner Galoo qui tenait assez à y retourner et était très tenté d’essayer le speed dating auteurs-éditeurs. Et puis, j’ai été grandement alléchée par la présence de Andreas Eschbach à l’affiche. Ensuite, j’ai voulu y traîner Solenne pour lui faire tâter du festi, lui offrir une petite escapade, et puis la rencontrer de plus près.
Et alors, on a découvert que le Naheulband faisait plein de trucs – dont un concert – au festival Geekopolis qui se déroulait le même week-end… Mais l’hôtel à Epinal ne pouvait pas être annulé et je ne pouvais pas abandonner complètement Galoo. Et le dating pouvait aussi être tenté par Solenne. Mais quand même, un concert de Naheul c’est trop tentant, tout comme l’occasion de tester un autre et nouveau festival…
Donc on a fini avec le meilleur compromis: le combo, les deux à la fois! En repartant d’Epinal le samedi après-midi, on pouvait assister au concert et voir Geeko le dimanche matin.

imaginales2013       geekopolisaffiche

J’ai donc été récupérer Solly jeudi soir, avec déjà un peu de papotis (et de « chachaaa!!! », et de chantonnages à base de Naheul – et de customming de chapeau poulet, baptisé Pouletto, avec une selle et tout pour la chevauchée des poulets ^^), et puis le vendredi on s’est levées tôt pour filer à l’autre gare et débarquer à Epinal sur le coup de 14h30.

Ma batterie de téléphone étant déjà très faible, j’ai décidé que je ferais pas de photos cette année – à peine une ou deux le lendemain. Après tout, plein d’autres en font, et c’est toujours autant de gagné sur le temps de profitage du festi (déjà bien assez coup-de-vent) et de chroniquage. (et je n’ai pas non plus photographié la plupart de mes bouquins et dédicaces, ni linké tout le monde, désolée)
(et puis tant que je n’ai pas trié et vidé la mémoire de mon phone, le déclencheur met plus de temps et les 9/10° de mes photos sont bougées ou floues… ça n’aide pas!)

ima13a
(mais quand même, les vannes ouvertes sur la rivière en passant sur le pont habituel, ça se rate pas ^^)

Galoo n’étant pas encore arrivé, on a fait un premier tour de repérage, et posé nos gros sacs au stand de ActuSF où j’ai aussitôt pris mon exemplaire de l’anthologie des Coups de coeur des Imaginales, avant d’aller se poser nous-même pour un petit bout de la conférence « Créateurs d’univers » au Magic Mirror 2 (doté d’une nouvelle façade tout aussi magnifique), avec Joslan F. Keller, Kai Meyer, Stéphane Beauverger, Mathieu Gaborit, et Pierre Pevel, modéré par Anne Besson. Je me souviens surtout de la réflexion sur la documentation historique ou le choix de rester sur le fantasme intact, comme pour les Lames du Cardinal ou Ambremer pour Pierre Pevel, ou la démarche de Stéphane Beauverger de bien se caler pour dé-Disneyifier l’image des pirates…
Mais sinon, d’une manière générale, Solly trouvait que la conférence n’était qu’un ramassis de lieux communs, et je dois dire que j’étais hélàs assez d’accord.
Redlisterdwarf, du Vadem’, m’a saluée mais comme ma batterie de portable venait de mourir et que je n’ai pas compris ses chuchotements, je ne l’ai pas su sur le moment… Encore raté!

ima13c
© [Mu²]

Ensuite, je me suis arrêtée au stand du SMD qui refaisait son opération d’échange de livres contre des appareils électroniques usagés à recycler. J’avais deux vieux câbles cassés, je suis repartie avec « Le héros de la vallée » de Jonathan Stroud et le tome 1 de Fils-des-Brumes de Brandon Sanderson, les 2 en édition poche, et surtout par curiosité (le Sanderson, je pensais me le faire en e-book).

De retour dans la Bulle, mon repérage s’est un peu précisé, et j’ai commencé à retrouver les coupines et autres têtes connues
Galoo nous a aussi rejoint à peu près à ce moment-là. C’est là que j’ai vraiment commencé à jongler entre les retrouvailles, les découvertes, les files d’attente et les dédicaces, les mini discussions avec les auteurs et les amis – sans jamais rester très longtemps avec qui que ce soit, à mon grand regret… Je me sentais un peu décalée, déjà fatiguée, et un peu pressée par le temps pour essayer d’en profiter un max avant de repartir le lendemain. Mais du coup, on en profite forcément moins bien quand on prend moins le temps, c’est plus coup-de-vent et superficiel.

M’enfin, c’était quand même cool d’avoir quelques gribouilles et bafouilles avec notamment, non-exhaustivement, en vrac et potentiellement dans le désordre: Rachel Tanner, Mélanie Fazi, Lionel Davoust, Olivier Gechter (Vert lui a rameuté tout le monde pour « Le baron noir »), Gail Carriger (très charmante et au look bien raccord à son univers), Jean-Philippe Jaworski, Mathieu Gaborit, Johan Heliot, Oph…

Et donc aussi Vert, Snow, Lynnae, Lelf et Herbie, Olya, Shaya, TigerLilly, Lhisbei…

Quand Galoo et Solly sont partis au dating, j’ai traîné encore un peu, j’ai été écouter un bout de la conférence « La ville de demain » mais Sara Doke n’y parlait pas assez à mon goût et l’élu beaucoup trop, j’ai donc fini par repartir en quête de quelques dédicaces.
J’ai d’ailleurs passé un très bon petit moment avec Raphaël Albert, très sympa et agréablement déconneur

Puis, comme le temps passait et que les repas entre potes s’improvisaient mais que je ne voyais pas revenir mes speed-daters, je me suis débrouillée autant que possible pour récupérer nos sacs et s’organiser vite fait, et au final on a réussi à s’en sortir et rejoindre à temps la table de Snow, Lelf et Herbie, Lynnae et sa cousine. Ces dernières nous ont régalé de leur feuilleton familial, un très grand moment 
Et j’ai été ravie que Galoo et Solly soient ressortis contents de leur speed dating, avec des pistes éventuelles, des contacts, des conseils et idées… (et accessoirement je me suis rendue compte que si, je ‘connaissais’ la plupart des éditeurs impliqués)
Et du coup j’ai eu l’impression que Solly profitait vraiment du voyage pour la première fois, une fois le stress et la migraine passés  *soulagement et kiffage*

*
* *
* * *

La nuit fut courte (surtout avec mon réveil oublié de déprogrammer qui a sonné à 6h30 et qui a emmerdé tout le monde sauf moi qui dormais bien à fond ).
De retour au festival, on a surtout tourné dans la Bulle…

J’ai été voir Gudule pour une dédicace dans l’antho (ça fait tout bizarre de voir une auteure que j’ai lu pré-ado dans ma sphère SFFF actuelle), et puis Snow m’a parlé d’une revue gratuite, ce qui ne se refuse jamais. C’est ainsi que j’ai découvert Mythologica dont le n°0 était effectivement offert sur le festival, et ça m’a tout l’air d’être un truc très sympa et intéressant.

Dans la foulée j’ai pu le faire dédicacer par Nathalie Dau qui a un texte et un dossier dedans (et ça me fait toujours plaisir de la revoir), et qui m’a montré les super gâteaux personnalisés que lui avait offert Acta Est Fabula

ima13b

En continuant mon p’tit tour, j’ai pu prendre mon tome 2 des enquêtes de Lasser, dédicacé par Philippe Ward et Sylvie Miller.


© [Mu²]

ima13o

En passant devant l’aile des principaux invités, j’ai fini par avoir un doute sur le monsieur assis derrière les livres d’Andreas Eschbach… Et oui, c’était bien lui-même! Je ne sais pas pourquoi, je me l’étais imaginé avec un physique complètement différent, très imposant, peut-être plutôt du genre américain, en fait. J’étais passée devant lui 3 fois la veille en le prenant pour un interprète glandouillant près de Kai Meyer…
Du coup j’étais légèrement confusionnée, en plus du fait que je n’ai toujours rien lu d’autre que « Des milliards de tapis de cheveux » (même si j’aime ce bouquin tout particulièrement), et j’ai bafouillé lamentablement. Pas vraiment comme ça que j’avais imaginé le rencontrer

Bref, j’ai ensuite trouvé Fabrice Colin à sa place pour une rapide dédicace qui complète mon « Confessions d’un automate mangeur d’opium » adoré, sans vraiment discuter là non plus…
Puis Rachel Tanner à qui je n’avais fait signer que la première des deux anthologies sorties à l’occasion du festival de cette année dans lesquelles elle a des textes, et Sire Cédric que j’avais un prétexte pour approcher pour la première fois, depuis le temps que je le voyais sur les festivals, ça fait plaisir

Et j’ai pris un moment pour patienter dans la file pour Olivier Peru… qui a informé la personne devant moi qu’il arrêterait après elle parce qu’il n’avait toujours pas été manger, et comme je repartais quelques heures plus tard, cette personne a eu la gentillesse de me faire passer devant elle
Du coup j’ai pu avoir une petite signature au dos de la planche bonus de mon coffret DVD de Hero Corp en discutant un peu de la saison 3 qui arrive 
(même si bon, j’aurais bien aimé que mon stylo argenté marche pour customiser le coffret lui-même, j’aurais bien aimé un tit dessin, et j’ai complètement oublié sa présence au sommaire du Mythologica aussi, mais bon vu les circonstances je n’aurais pas voulu trop abuser non plus, et ça peut toujours être pour une autre fois!)

Et puis j’ai filé au Magic Mirror 2 pour la conférence sur la fantasy urbaine avec Raphaël Albert, Mathieu Gaborit, Lionel Davoust, Timothée de Fombelle et François Place, où j’ai trouvé quelques moments intéressants.
En particulier, c’est toujours génial quand on peut compter sur Lionel pour ramener sur la table une manière bien prosaïque et cool de lancer une réflexion sur l’urbanisme et son côté utilitaire en opposition à l’enchantement: « à la base, une ville, c’est une bande de types mal rasés qui en ont marre de partir tout le temps chasser le mammouth pour se faire décapiter »

Après ça, ça aurait été l’heure du grand pique-nique sur les bords de la rivière, mais vu le temps c’était mort… Et l’attroupement au fond du bar était nettement moins attrayant. On s’est donc posés dans un coin juste le temps d’avaler nos sandwiches – à côté d’un petit groupe des costumés napoléonniens habituels – et avec une petite interruption pour moi, le temps d’alpaguer Charlotte Bousquet pour l’anthologie, et papoter très très vite fait.

Ensuite on a encore tourné un peu, en s’attardant cette fois sur le stand de Lokomodo où on aurait aimé (re)voir Anthelme Hauchecorne, mais son planning ne se plaçait que sur le dimanche. En même temps, ni Solly ni moi n’avions eu la force d’amener notre « Âmes de verre » à faire dédicacer, c’est qu’un pavé, ça compte, dans le sac!

En revanche, Solly s’est pris le tome de Cheveux-de-Feu et m’a offert le tome 1 qui me tentait, et on s’est plus ou moins laissé tenter aussi par deux autres auteurs présents sur le stand.
En passant au paiement, mon bibi m’a encore fait repérer (par Peggy Van Peteghem elle-même, je crois), décidément il m’est bien utile…

Enfin, Solly voulait voir Vyrhelle, et j’avoue que j’ai craqué aussi…

ima13p

Après cette dernière dédicace, on a été se poser à la conférence sur l’anthologie annuelle Elfes et Assassins avec Lionel Davoust, Sylvie Miller, Pierre Bordage, Rachel Tanner, Xavier Mauméjean, Raphaël Albert, et Fabrice Colin.

Juste après, on a récupéré notre barda et on est reparties vaillament à la gare…


(youpi, j’ai ma photo-par-vitre-du-train! )

*
* *
* * *

Après un long et laborieux hâlage de notre barda, on est arrivées au festival Geekopolis pour la Nuit du Geek.

Renseignements pris à l’avance, on était persuadées que le concert de Naheulbeuk commencerait à 21h… Du coup on a eu un peu peur en arrivant dans une salle où tout le monde était assis, et où quand la soirée a fini par commencer, une ribambelle de numéros de dance et autres interludes ont été annoncés avant Naheul.

On a appris plus tard par Ladyfae que c’était plutôt 23h, le passage de Naheul.
Du coup, on a attendu… Et je dois dire que le reste de la Nuit ne m’a pas vraiment soulevé de hauts niveaux d’enthousiasme.
A part le groupe steampunk dans les danses (les Dolls Chronicles) et quelques passages de la chorale geek dans les animations musicales (Negitachi) (dommage qu’ils n’aient pas optimisé l’usage des micros), et la séance de dessin en direct, j’ai plutôt trouvé le temps long.

Heureusement, entre-temps Cécilia, une amie de Solly, est arrivée avec sa petite famille pour gonfler les rangs…

Et enfin, l’heure du concert est arrivée (en retard), une « fosse » s’est mise en place, et on a pu se caser dans un coin devant pour bien voir la scène.
En se tournant un peu on pouvait voir l’écran (et se retourner subrepticement pour contempler toutes les têtes de poulet débiles avidemment tournées par là), sur lequel on a d’abord été régalés d’une vidéo des Bidouille Prod’ (que je découvrais, honte à moi, alors que l’une de ces deux géniales bidouilleuses n’est autre autre que Clémence la Prêtresse de Dlul dans le Naheul)

…puis d’une intro au concert « Naheulband: Back to the Dungeon », où Zangdar chargeait Reevax de s’occuper de la programmation à la taverne du Donjon pour renflouer les caisses… Reevax étant incarné sur scène par Dimitri ! (un ancien du groupe parti en Irlande depuis un bail, pour ceusses qui n’auraient pas suivi)

Et tout le concert axé sur cette mise en scène, c’était vraiment sympa… Avec des apparitions de Knarf aussi (mais pas en nain *gruf*)

ima13i

…et du groupe MagoYond qui nous a complètement mordues avec « Adopte un zombie »

Il y a eu aussi le dieu poulet, suite aux invocations, ça rigole plus avec le Laridé…

Côté barbare, le look était aussi au rendez-vous!

Voilà, évidemment ça s’est terminé beaucoup trop vite, et après j’ai pu piquer une setlist sur le plateau et on a été voir si on pouvait pas papoter un peu avec le groupe et/ou avoir quelques dédicaces.
Ghislain est parti d’un trait, Ladyfae est passée en coup de vent, et tout le reste de la troupe a dû se carapater par une porte dérobée, mais Tony l’Orc est quand même venu quelques minutes, joie!
Bon, par contre, on était tous plus ou moins bien décalqués, et l’appel du dodo étant puissant, on n’a pas vraiment traîné.

*
* *
* * *

Après avoir repris quelques semblants de fraîcheur et de forces chez Cécilia (dont les cookies maison tout chauds sortis du four sont une vraie tuerie, et dont le fienfien est juste adorable), on est donc retournées au festi en (fin de) matinée, où on a retrouvé deux autres amis de Solly et tracé direct au « village Naheulbeuk », hélàs plutôt désert à ce moment-là. Ce qui ne nous a pas empêchées de nous extasier sur la Terre de Fangh en playmobil.

    ima13l

Du coup on est reparties faire un vrai tour du festi, et on a croisé Tony l’Orc et Marie Fontaine (qui a co-écrit le roman de Qantice, pour les ignares encore), avec qui on a pu papoter trois secondes avant qu’ils partent.

Au hasard des allées, on est tombées sur les géniallissimes membres de MagoYond, à qui on a avoué notre fanitude et aggripé voracement le CD (en n’ayant même pas l’idée de le faire dédicacer, tu parles de groupies…), et papoté deux minutes aussi.

Et puis on est reparties en quête de Naheul, et au passage j’ai attrapé la BD de The Unspeakable Vault (L’Appel de Chtulhoo, de François Launet) qui venait de sortir en avant-première à Geeko

De retour au village Naheul, cette fois on a eu plus de chances en trouvant PoC, Knarf et Ghislain attablés. On a eu quelques dédicaces, photos avec Poinpoin, papotis disparates… et puis l’heure tournait et on avait un train à prendre et du paquetage à trimballer, alors on a dû prendre congé.

Sur le chemin de la sortie on a quand même pris du nougat artisanal cro cro bon bien qu’il n’ait rien de geek, et zou, métro, escaliers, contorsions dans les portiques… Tout ça pour réaliser en arrivant à la gare que, euh, hum, en fait, on aurait eu une demie-heure facile pour profiter encore un peu de Geekopolis
(d’où l’intérêt de *toujours* vérifier ses billets avant de se mettre en route pour une heure approximative et très arrondie au minimum sécuritaire)

Ensuite, on a retrouvé mes amis Angua et son poilu à Orléans pour papoter une petite heure – ce fut fort sympa mais bien trop court à mon goût, malgré mon état de fatigue avancé – et on a fini notre périple avec encore un changement à Vierzon, et les trois quarts d’heure de route après la dernière gare, pour enfin s’écrouler chez moi. Et papoter encore un bout ensemble jusqu’à ce que je ramène Solly à la gare pour son propre dernier périple…

Au final, j’ai surtout retenu qu’un combo de 2 festivals sur un même week-end, c’est vraiment une idée pas terrible, mieux vaut se concentrer sur un seul, c’est déjà assez trop court et trop riche comme ça… Mais quelle idée, aussi, d’organiser autant de trucs cools aux mêmes dates, hin?!
Du coup – surtout avec la fatigue persistante et continue – j’ai l’impression de n’avoir vraiment profité de pas grand chose, et d’avoir un peu foiré une grande part des bons moments grapillés – justement trop grapillés. Mais d’un autre côté, c’était mieux que rien, et j’ai quand même ramené des souvenirs, matériels ou pas, qui valaient le coup…

ima13m       ima13n
ui, c’est touh flouh touh pouhrri. nuh, j’les ref’rai pwint.

Et puis j’ai été très contente de rencontrer Solly pour de bon, c’était vraiment sympa et un des trucs les plus chouettes de tout le week-end

Laisser un commentaire