Dr Who 211 – Fear her

Puisqu’avec Pékin on entend plus parler que des Jeux, autant rester dans le ton !


J’aime bien les débuts d’épisodes, quand nos gais lurons sont encore insouciants



C’est vrai, quoi, ça fait plaisir de les voir comme ça ^^

Qu’ils profitent un peu de la vie, avant de se faire attaquer par des gribouillis mutants.



(Par contre, le Tenth dit qu’il n’est pas un homme à chats, alors que le Ninth n’avait rien contre dans The Empty Child… Bizarre)
Et de se creuser encore les méninges (à la pelleteuse? ahem, laissez tomber, private joke)
sur des situations de dingues.

(Yeah, la houppette de Tintin!)

Par exemple, encore un alien qui s’est scratché et qui, perdu tout seul loin des siens, prend possession d’une gamine au bon coup de crayon.
Bon, comme d’habitude, quoi.

N’empêche que l’Isolus m’a fait beaucoup penser aux p’tites fées des fleurs dans le film des Chroniques de Spiderwick.




Et quand ça tourne vraiment mal, y’a toujours Rose pour prendre les choses en main, pas vrai?


Pis au final on a juste un crétin tout content qui allume la flamme olympique…


Et… J’ai vu le teaser du prochain épisode.
Je m’attendais déjà à un truc énorme, parce que c’est un double et c’est le dernier de la saison, et l’adieu à Rose (et je sens que ça va être torrentiel, là)

Mais apparement, c’est même au-delà de ce que j’imagine ça va carrément être le festival, le méga feu d’artifice, un gros bouquet final!

HP/Dr Who: castings parralèles?

Yaaayyyyy!!!! Je viens de reconnaître encore une actrice de Harry Potter dans Doctor Who.

Shirley Henderson (elle est écossaise, en plus ^^) qui joue Ursula, la p’tite amie d’Elton, est aussi Mimi Geignarde.



   

(J’aurais même cru qu’elle avait joué Nancy dans la saison 1, la jeune fille-mère dans the Empty Child… Mais non, c’était une autre actrice.)

Après Tennant et Roger Lloyd-Park, qui sera le prochain?

Dr Who 210 – Love and Monsters

(Hééé oui, ça f’sait longtemps!) Et wouch, encore un épisode court mais intense…



(J’ai cru un moment que c’était le même acteur que Dr Horrible… mais non.)


« We forget because we must… »

Et en plus il cite Stephen King! Si c’est pas beau, ça…

« Turns out I have the most terrible thing and the most brilliant thing, and sometimes – well I can’t tell the difference, they’re all the same thing.
Stephen King said once, he said, « Salvation and damnation are the same thing ».
And I never knew what he meant. But I do now… »



Oh, juste pour info, je me suis rendue compte que je sais dire Raxacoricofallapatorius sans avoir besoin de vérifier. Pourtant j’ai jamais cherché particulièrement à le retenir par coeur, je suis quand même pas toquée de cette série à ce point.
Pas comme ma geekerie HP qui me fait tenter de retenir absolument le moindre détail des bouquins, du prénom de personnages à peine entraperçus jusqu’aux livres de cuisine de Mme Weasley.
Mais ben pour le coup, même sans faire exprès je retiens des trucs inutiles mais so geek comme Raxacoricofallapatorius. (En fait il suffit de le décomposer en 3 fois et ça passe comme dans du beurre, faut à peine se concentrer une demi-seconde.)
M’enfin si un jour j’ai le malheur de croiser un slitheen, je pourrais au moins lui sortir un mot, cool non?

Ahem, trève de digressions nulles et retour à l’épisode: en fait on voit très peu le Doc et Rose, ça coupe la routine… Et malgré cela on sent leur présence tout le temps, et l’épisode contient tous les ingrédients typiques de la série.

Et j’admire toujours le sens des perspectives ^^




Les mains d’argent ça raye

Ca faisait super longtemps que je devais regarder Edward aux mains d’argent, parce que j’ai emprunté le DVD et il faut absolument que je le rende (je suis plus qu’en retard).
J’avais bien essayé de le graver pour le regarder plus tard, mais pas réussi…
Donc je m’étais dit, ce week-end ou jamais.

Mais le cd était rayé… Bloqué après une heure de film. Naaaann!!!!
Le pire, c’est que jusque là j’accrochais pas tellement, Depp est bien, j’aime bien l’idée de départ, mais après je me suis plutôt ennuyée…
Alors je me dis même pas que je vais me l’acheter pour voir la fin, comme j’aurais peut-être fait pour un autre film.
Mais du coup ça m’énerve de ne pas savoir la suite!





Dr Who 208-209 The Impossible Planet, The Satan Pit

Pfiou, je sais encore pas quoi dire… C’est pas un p’tit morceau, ça!
La vérité derrière le mythe… Wow.




(j’aime bien le petit effet à travers l’hologramme…)


« Oods? »

 
Et une nouvelle ode à l’humanité… « Brilliant! »

Et ça repart pour une alternance de panique, d’idées lumineuse, de frénésie, de moments où on se pose, de « deceased with honours »





Black holes and revelations, en somme.

Et en quoi il croit, le Doc? C’est quoi, sa religion personnelle?
C’t’intéressant, ça, comme question…


« I believe I haven’t seen everything, I dunno.
Funny, isn’t it? The things you make up. The rules. If that thing had said it come from beyond the universe, I’d believe it, but before the universe? Impossible. Doesn’t fit my rules.
Still, maybe that’s why I keep travelling. To be proved wrong. »

Dr Who 207 – The Idiot’s Lantern

Wouaaaahhh!!! Encore un épisode que j’ai adoréééé!!! (Mais est-ce bien étonnant?)
J’approuve totalement cette intrigue où le danger vient de la TV! Ouais!



Et pis ils sont tout kitchouilles, nos deux companions!





Et décidément, le voyage par Tardis n’est pas très précis, lol…  
(ou alors il se dirige là où y a de « l’action » au mépris des directives du Lord, je verrais plutôt ça comme ça)


« A sort of… Londony New York, mind… »



Par contre, la tonne de gel, merci bien…

(Jack The Tiffeur est parmi nous! Depuis les massacres dans le casting d’HP, il se glisse partout…)


« Hiiiiii! »

Ah, j’adore trop ce passage, comment ils s’incrustent en beauté, muahaha…



Et puis l’incarnation de la méchante, là, la personnification de The Wire, j’adore…

  


« I’m on my way »…


(Je sens que ça va me faire un fond d’écran, ça, un de ces jours!)

Bref, j’ai encore passé un super moment à geeker sur Doctor Who, comme d’hab’ ^^

« That’s what I like about you. The domestic approach.
– Thank you… Hold on, was that an insult? »

Dr Who 205-206 Cybermen/Age of Steel

Hmmm… Où est-ce qu’il va nous embarquer, cette fois?


A vrai dire, pas bien loin: le Tardis a un accident…
Petite incursion imprévue en univers parallèle!

Et c’est pas un coup de tatane vengeur qui va y changer quelque chose…

« – Did that help?
– Yes.
– Did that hurt?
– Yes. Ow! »




But…

« Is that a light? We got power! »

(ça, je sens que ça va détrôner mon « fiat lux » mental quand j’allume la lumière chez moi ^^)



Reste que Rose tient à faire son p’tit tour dans cette version du monde où son père est vivant… Et sa mère aussi, mais pas elle. Ou plutôt, l’autre Rose est en fait un petit toutou-à-sa-maman, huhuhuuuu…  
(‘tention, les verres penchent ^^)

  

Mais Rose n’est pas la seule à avoir son double dans ce monde-là: Mickey trouve son Rickey! Lui-même en version plus teigneux ^^
Dans un groupe de rebelles audacieux…

« But target number one is Lumic and we are going to bring him down.
– From your kitchen?
– Have you got a problem with that?
– No, it’s a good kitchen. »

Quelle joyeuse équipe pour sauver le monde
Par un nouveau plan-impro made in Doc!

« You are just making this up and go along!
– Yep! But I do it brilliantly. »

Lequel se paye au passage une bonne tranche de je-fais-mon-malin-parce-que-j’en-suis-un (et-que-je-le-vaux-bien) ^^

« Yeah, talk too much, that’s my problem. »



Et donc tout est bien qui finit bien. Sauf que vient l’heure des adieux, et ça, c’est toujours kleenexovore à mort.

Déjà, Rose doit quitter ce monde où son père est vivant, pas facile…

Et non content de nous laisser sur ce pincement de coeur, voilà que Mickey déclare qu’il va rester ici, dans ce monde parallèle où ils ne reviendront jamais, parce que toutes les portes doivent être fermées, c’est le job des Time Lords.

Gosh, alors qu’il commençait tout juste à devenir un tant soit peu battant, que j’avais fini par vraiment m’y attacher…
Bon, c’est pas un « coup » neuf dans cette série, mais ça fait toujours le même effet.



Ok, so…


Adieu, Mickey the (non-)Idiot…


EDIT 1: Oh, et j’oubliais « Jungle jungle » utilisé pour couvrir les hurlements, je m’attendais pas à trouver l’original d’une reprise de Pow Wow dans un épisode de Doctor Who…

EDIT 2: Ah-ah! J’en étais sûre : le méchant, Lumic, est joué par Roger Lloyd-Pack. Lequel incarne Barty Croupton Sr dans HP. Question: cette série recycle combien d’acteurs de HP? Dois-je m’attendre à bientôt y trouver Maggie Smith, par exemple?

Dr Who 204 – The girl in the fireplace

Allez, c’est reparti… Je m’étais un peu calmée, ces derniers temps, d’autres (occu)pa(t)ssions, mais ça revient, l’appel du TARDIS ne se laisse pas attendre longtemps ^^

Okay, donc nous voilà in Paris avec passages à Versailles en compagnie de Madame de Pompadour, que Monsieur The Doc ne laisse pas insensible, comme c’est étonnant.
Le tout avec l’accent, ça fait toujours son petit effet ^^



Et c’est toujours le festival de tronches de dingue…

   


Et ça vous passe par les miroirs comme on rentrerait par la fenêtre…

  


« …seven years of bad luck »


   


Dr Who 203 – School Reunion

Allez, je me décolle du Tooth and Claw et je me remet enfin à la suite…


Raaah, le Prof Doc, c’est juste fantastique.
  Fantastic, devrais-je dire… je commence à être sérieusement toquée ^^

J’adore ses mimiques… En fait, il a beaucoup plus l’air de s’éclater que le Ninth Doc. Beaucoup moins sérieux. Le grain de folie plus sournois ^^



Matrix a déjà attiré l’attention sur sa crinière, je craque moi aussi, surtout sur la p’tite mèche, là…

 

Et puis c’était marrant, la rivalité entre Rose et Sarah Jane qui se mue en complicité…

 


Et puis c’est émouvant avec cette Sarah Jane, cette ancienne companion…


Et K9, bien sûr! Ca manquait de robots sympathiques ^^


M’enfin je me dis quand même que ça doit être assez space et pas super discret de le promener dans les parcs, gninhinhin




Dr Who 202 – Tooth and Claw

Juste au moment où on pourrait en avoir marre des planètes de dingues et du futur de SF (ce qui n’est assurément pas mon cas)
Ecosse, époque victorienne.
Wahoohooo!!!



Gosh!! Exactement le genre d’atmosphère que j’adore! Dès les premières secondes, ça commence fort, lol!
Même que ce paysage du tout début, il m’a bien rappelé le SdA…
Et une petite scène d’arts martiaux, *un brin* décalée mais ça se refuse quand même pas ^^


Et puis, non mais bon sang, regardez-moi çaaaaa!!!



   


Yiaaaaaaaa!!!!!

Et puis, l’intrigue toujours aussi bonne et bien rythmée…



« You want weapons? We’re in a library… Books!
Best weapons in the world. »


‘l’a tout compriiiiis!!!


Et pis Matrix a raison, ce criblage de tâches de rousseur…

    

Et le long manteau virevoltant sur la lande…
(petite pensée pour les effets de robes d’un certain Snape ^^)


Et puis, l’Ecosse, quoi. Jusqu’au bout des tifs, définitivement.
Un jour il faudra vraiment que j’y aille.


J’ai bien rigolé avec eux, pendant les spéculations de Rose sur la famille royale…

« And if you think about it, the’re very private. They plan everything in advance. They could shedule themselves around the Moon! And… they like hunting. They love blood sports. Oh, my God! They’re werewolves! »


‘tain, par contre, suivre avec un sous titrage qui a quelques secondes d’avance en trop et des acteurs/personnages qui parlent toujours trop vite, c’est vraiment, vraiment pas de la tarte!


Dr Who 201 – New Earth

Je sais de moins en moins quoi dire après chaque épisode ^^

Je commence à bien m’habituer au New Doc… Même si le Ninth avait son style à lui, on ne perd pas au change. Et puis ce p’tit accent nasillard, là… C’est pas si mal.

Ah oui, et puis ça y est, je me suis mise aux sous-titres en V.O., plus fidèle aux vraies répliques… Il va quand même falloir que je m’accroche pour pas revenir aux ST VF, parce que c’est quand même plus dur à suivre; je dois revenir plus souvent en arrière pour avoir le temps de tout lire et comprendre sans rater l’image pour autant… Mais bon, ça doit être une question d’habitude, et ça n’en sera que bénéfique pour ma compréhension de l’anglais oral (ahem, ahem)

Bon, bref… J’aime assez New (new new new…) New York, d’ailleurs j’ai tout de suite pensé à la chanson des Cranberries , héhé…



Et Cassandra (la vieille peau ^^) dans le corps de Rose, finalement c’était bien marrant.

   

Et j’étais fascinée par ces tronches de chat…
(Et hop, on remet du Cranberries:
Copycat!)


Et pour finir, le Doc, c’est encore et toujours une histoire de main tendue…


Pis alors, la toute fin, j’ai ressorti les mouchoirs, quoi…
(L’inconvénient avec cette série, c’est que ça fait remonter mon fond guimauve.)


Deux jours à tuer (à défaut…)

Alors hier soir, j’étais partie avec Kelkune & sister au cinéma de Limoges qui faisait une avant-première qui nous attirait beaucoup: Seuls Two, le nouveau film de Eric & Ramzy, en présence d’eux-même…


Sauf que comme on est du genre à pas avoir de bol, on a loupé les dernières places en vente. Et le plus rageant, c’est qu’il aurait suffi que je ne laisse pas passer la fille qui se précipitait et qui nous as en fait pris les dernières places sous notre nez…
Je suis trop gentille! Je m’en veux, mais je m’en veux…

M’enfin bon, on n’a plus qu’à attendre le 25 juin pour voir Seuls Two… Et puis j’ai cru voir qu’un nouveau film avec Chabat sort aussi ce mois-ci…

Et donc, pour ne pas être venues pour rien (quand je pense que j’avais posé un après-midi et une matinée de congé exprès pour ça… Et pour rien, au final… Grrr!), on a été voir Deux jours à tuer, avec Dupontel.



C’est très bien, Dupontel est excellent, mais qu’est-ce que c’est triste… Bon, pas tout du long, le vent de rébellion qui souffle sur la première moitié du film donne de bons moments, le personnage s’applique tellement à être magistralement ignoble… Mais ensuite ça s’assombrit petit à petit, de plus en plus, et la fin est bouleversante…
C’est un coup à plomber complètement une soirée! Mais c’est quand même très beau…

Dr Who Special – Xmas Invasion

Le début m’a fait comprendre un truc: une des choses désagréables avec Mickey, c’est qu’il est flippant quand il flippe.


Ca me rappelle trop le tout premier épisode, avec son clone en plastique… Brrr. A part ça, ben le Tenth Doctor, quoi. J’étais aussi désorientée que Rose. Et puis c’est inquiétant de le voir si faible, avec la régénération qui se passe mal…
Jusqu’à ce qu’une good cup of tea trouve enfin son chemin, et qu’on retrouve notre super sauveur de l’univers… en pyjama, huhuhu.



C’est le même, mais… il est différent. Un brin plus vindicatif, peut-être…

(Pauvre Harriet Jones, j’étais contente de la revoir, mais avec l’erreur qu’elle a faite je sens qu’on n’a pas fini de la voir s’enfoncer.)

Et un de ses premiers réflexes quand il est tranquille, c’est de se regarder dans la glace… Ca aussi m’a rappelé le tout premier épisode!




Narcissique, le Doc?

Et Rose qui se torture les ongles…



Pour rien, bien sûr! Evidemment, qu’ils vont continuer à voyager ensemble, voyons…

Dr Who 112-113 Bad Wolf / The Parting of the Ways

Damn it, encore un qui me laisse sans mots. Encore un où j’ai été à ramasser à la p’tite cuillère au moins dix fois, entrecoupée d’espoirs, de ricanements et d’euphories…

Parce que y’a rien de mieux qu’un tas de poussière pour se sentir complètement impuissant…


Parce qu’il y a des fois où une tronche de ouf suffit à peine à exprimer toute l’exultation…


    


Parce qu’il y a des moments où tout n’est pas si cramé, pas encore…




Mais des fois si, un p’tit peu quand même.



Alors on met en route la procédure d’urgence ultime… Pour qu’au moins Rose soit à l’abri.


   


« But what do I do every day, mum? What do I do? Get up – catch the bus – go to work – come back home – eat chips and go to bed? Is that it?

– It’s what the rest of us do.

– But I can’t! […]
But it was… it was a better life. And I – I don’t mean all the travelling and… seeing aliens and spaceships and things – that don’t matter. The Doctor showed me a better way of living your life. »


Donc mettre Rose à l’abri, c’est louable, sauf que Rose elle veut pas rester à l’abri.

Et comme elle est pas con, elle finit par mettre le doigt dessus…


Au passage, j’avais jamais fait gaffe que Micky roulait en Mini!
Bon, pas le modèle le plus classe, mais quand même, quoi!! Il remonte dans mon estime, ce brave garçon ^^

 

Et donc, et donc, Rose réussit un truc absolutly incredible. Epatipoustouflant. Bouleversing.

A ce moment-là, elle est ma Déesse, vraiment.


Mais c’est pas encore fini avec les kleenex. Parce que y’a aussi des moments où toutes les bonnes choses ont une fin, alas, alas.


Pour mieux repartir, bien sûr, pour mieux renaître de ses cendres et continuer à avancer… Mais quand même…

…Je sens que le Ninth va furieusement me manquer. Tennant a l’air moins posé, la voix moins grave, plus chien foufou… (Mais je vais sûrement très vite changer d’avis.) M’enfin Eccleston, je l’oublierai pas de sitôt.


(Et le cap’tain Jack, j’étais toute triste qu’ils le laissent en plan. J’attend les prochaines occasions de le croiser… C’est fou, trois épisodes seulement et je l’aime comme s’il était là depuis le début de la saison…)

Dr Who 111 – Boom Town

Hop, petite transition avant de trouver encore le temps de regarder le double épisode suivant.

Mais c’est qu’on en n’avait pas fini avec les Slitheen…

La dernière qui reste a quand même appris la solitude.



Et le Doc lui offre une belle fin… Très instructive sur les mystères du T.A.R.D.I.S.

Et puis on dirait bien que cette fois, l’affaire Micky est bel et bien terminée, évolution normale…

J’aime bien les tronches de Rose…

   

Et dans le rayon « paysages irréels », celui-ci est pas mal du tout…


Dr Who 109/110 – Empty Child, The Doctor Dances

Punaise, cet épisode double… J’en suis encore toute retournée…

Bon, déjà, le Doc devant un rideau rouge, mine de rien, ça pète sa classe.

Et puis… il aime les chaaaaats!!!
(si, si, regardez bien, c’est pas de ma faute s’il traîne dans des rues sombres, non plus)

Mais tout ça, c’est dans une période bien sombre et déglinguée… La seconde guerre mondiale.

Forcément, une série qui remonte le temps, on pouvait pas passer à côté, hin. Ben c’est quand même original. Et puis, ça me rappelle le début de Narnia. Bon. Bref.

J’ai adoré cette fille-mère, cette ange des orphelins, Nancy…

Et puis y a pas à dire, Big Ben, ça fait tout de suite classe, quoi.

Et j’oubliais la tête du Doc dans le nuage de nanogenes
(encore une référence qui se réveille en moi: la Poussière de la Croisée des Mondes…)

Et puis le fameux délire swingueur… I remember! I can dance! I can dance!

Juste après l’euphorie du Everybody lives! et le récupérage de captain Jack (qu’on peut pas s’empêcher d’aimer malgré tous ses défauts répugnants, il me fait un peu penser à Han Solo en fait), c’était… cool ^^

Et puis alors comme ça, le mauve, c’est la couleur universelle du grand danger. C’est con, c’est ma couleur préférée
Bon, en même temps, c’est proche de l’octarine, hin. (si, si, hin?!)
Donc c’est bien la preuve que ça dépend du multivers, d’abord!

Dr Who 104/105 – Aliens of London / World War Three

EDIT 24/11/10: toujours en train de rapatrier mes anciennes notes d’avant mon déménagement de blog, je tombe sur les tirs groupés que j’avais fait au début de Dr Who, avant d’être assez complètement accro pour faire systématique une note par épisode, ne serait-ce que pour déblatérer une capture et une broutille.

Bref, j’avais envie de refaire ça mieux.

Tout ce que j’avais au départ, c’est ça:

« Excuse me, do you mind not farting while I’m saving the world? »

– Tellement potache, mais vraiment irrésistible ^^ –

Sauf que je parlais même pas de la mère de Rose qu’on découvre mieux dans ce double épisode, quand le Tardis revient 12 mois et non 12 heures.

Portée disparue, on fait mieux comme retour à la maison après une petite balade.


Mais le rude retour à la réalité est balayé par une intrusion impressionnante dans le ciel londonnien contemporain:


Et puis on découvrait une nouvelle race de méchants, les Slitheen.

Ou plutôt, les raxacoricofallapatorians.
(qu’est-ce que ça m’avait fait – et fait toujours – tripper, ça!)

Des purs aliens, quoi. Qui lâchent des gaz quand ils portent leurs déguisements d’humains, d’où la capture/citation que j’avais gardée ^^

Et pour les tuer il fallait trouver du vinaigre, une bonne bidouille de derrière les fagots, quoi.