Nouveaux moments d’Eiffel

Je suis en train de faire connaissance avec le nouvel album d’Eiffel, A tout moment.

Il faut encore que je le réécoute plusieurs fois pour l’apprivoiser, mais j’ai déjà l’impression qu’il est mieux équilibré que Tandoori: autant de guitares saturées que de chansons plus calmes. Et qu’il y a toujours cet art des mots que j’affectionne.

Par contre, j’aurais adoré profiter de l’occasion pour les voir enfin en concert. Et ils passent bien chez moi… Mais pile le dernier jour de mes congés de novembre, alors remonter ensuite en Creuse et reprendre le lendemain avec une aussi petite nuit combinée au syndrôme « j’veux rester en vacaaances »… Non, pas moyen.

Râââh, c’est tellement rageant…

(Tout comme – dans un autre genre – Paul Kidby, le géniallissime illustrateur des livres de Pratchett, qui vient à Paris fin novembre…)

Concert celtique à Azay-le-Ferron

Il y a quelques temps, mes parents avaient émis l’idée d’aller se balader un peu dans le département voisin, par exemple aller visiter le petit château d’Azay-le-Ferron, en passant par les étangs de la Brenne (que, pour la petite histoire, j’avais envisagés comme lieu d’habitation sorcière pendant mes diverses documentions préparatoires à la Grande Fic, il y a longtemps)… 

En regardant leur site j’avais été intéressée par un concert celtique qui s’y tenait, le duo Joanne McIver & Christophe Saunière

Et on y est donc allés samedi.
La visite du château était courte (et la guide était un peu, euh… spéciale) mais bien intéressante, toute émaillée de petites anecdotes enrichissantes.

Le concert était très chouette.
Là aussi on a eu quelques anecdotes au fil des introductions de chansons (ils avaient même pas mal d’humour) et on a même eu droit à un exposé sur le fonctionnement d’une smallpipe, petite cornemuse de chambre – principal instrument de la chanteuse, avec les flûtes.


 



 

Mais elle a joué aussi un peu de grande cornemuse à la fin, notamment Amazing Grace que tout le monde s’est mis à fredonner en bourdon supplémentaire (je trouve toujours ça vachement émouvant, je retenais la larmichette…)


 

 



 

On a acheté leurs 2 derniers CD (dont leur avant-dernier que j’avais écouté en avant-goût sur Deezer, jetez-y donc une esgourde) et je regrette juste un peu de ne pas avoir pris le temps de les faire dédicacer ensuite, mais on avait trop de route à faire, on pouvait pas trop attendre…

Ah bon c’est ça les vraies paroles…

Encore deux incompréhensions de paroles:

Tryo – Toi et moi : « trop de fascisme en bavière »
Moi j’entendais « trop de vachissement baviaire », du genre a(‘)vachissement et bave…

Olivia Ruiz – Belle à en crever : « je suis là, lasse de t’effleurer »
Moi j’entendais « je suis la lasse de tes fleurets » dans le sens « je suis celle qui en a marre de tes épées / tes duels »…

Deux soirs à Veyrac

Bon ben je ne sais encore trop quoi dire, alors je vais faire ça vite…

Donc tout d’abord, les Flow: gasp! La grande claque. Cette petite bonne femme à la casquette vissée sur la tête dégage une rage et une énergie énormes! Impossible d’y rester insensible. C’est poignant, ça fouille les tripes…
Par contre, c’est vraiment un truc à voir sur scène, même en écoutant le CD maintenant je retrouve pas le quart de toute l’émotion de sa musique.

Ensuite, la Grande Sophie. Bon, c’était bien, hin!
Mais je regrette presque que ça ait été le même soir, encore sous le coup de la big baffe, sans transition. Alors que c’est deux styles vraiment différents.
Du coup j’en ai pas profité autant que j’aurais voulu, c’est dommage. J’étais plus complètement dedans. Surtout que évidemment ça tournait surtout sur le dernier album, et moi perso je préférais sa période plus rock, je suis sûre que j’aurais adoré encore plus vivre un concert de « la suite », par exemple…
On aurait dû aller la voir à Chanteix comme on l’avait envisagé (mais c’était à Pâques et on avait peur de le refaire sous la neige, sauf qu’il a pas neigé mais on pouvait pas savoir).
M’enfin c’est la vie, et je me suis quand même bien éclaté!

Le lendemain, on était dans les tout premiers à investir le chapiteau pour écouter K, qui malheureusement n’a pas eu un grand public… Mais ça l’a pas empêché d’être génial, et nous d’en profiter! Des deux soirs, c’est bien le concert que j’ai préféré!!!

Enfin Origines contrôlées, ben on n’était pas très motivés, alors on est juste restés pour les 2 ou 3 premières chansons, et le reste on l’a écouté en bruit de fond en prenant le frais dehors (ça faisait du bien de s’asseoir!). Mais faut reconnaître que leur concept de reprises autour du thème de l’immigration, en puisant dans leurs influences familiales et autres, était intéressant, et c’était assez chouette de voir la foule en délire sur les rythmes orientaux…
Dommage que y’ait pas eu autant de monde pour K ><

Voualaa…

En partance pour les Veyraco’

Je pars ce soir aux Veyracomusies, pour découvrir Flow mais surtout surtout voir La Grande Sophie, que j’adooooore énormément depuis l’époque de son album « et si c’était moi ».
En toute franchise, j’ai encore un peu de mal à y croire.

Et demain soir, on y retourne pour revoir K qu’on aime bien et qu’on a déjà vu aux Francos, et Origines Contrôlées avec 2 anciens Zebda. Autant j’aimais Zebda, autant là, ce que j’ai pu écouter sur le web, j’ai pas accroché. M’enfin on verra bien ce que ça va donner!

Donc un week-end que je pressens crevant mais génial! Ou plutôt génial mais crevant, surtout que j’ai lamentablement échoué à faire une grasse mat’ comme je voulais, je me suis même réveillé un quart d’heure plus tôt que d’habitude, et évidemment, pas moyen de me rendormir.
J’ai même saigné du nez au p’tit déj’, alors que je saigne jamais du nez. Je ne suis pourtant pas particulièrement crevée ni trop mal nourrie ces temps-ci (enfin pas plus que d’habitude, quoi, ahem). Hmm, c’est peut-être lié au germe de migraine que je sens en arrière-plan.

Bref. Je me demande si mon APN (=Appareil Pas Neuf) va valoir le coup que je me le trimballe. Mais bon, si je l’avais acheté pour ça, j’aurais haussé mon budget.
Et je me demande à quel endroit du Mas Martin ça se passera: dans la « grande salle » ou sous chapiteau? En toute logique, je suppose que La Grande Sophie est la tête d’affiche, donc qu’elle sera sous le chapiteau pour loger un max de monde. En même temps, dans mon esprit, le chapiteau c’est plutôt pour le dernier jour du festival, pour faire une clôture comme qui dirait plus festive.
Nan, parce que si c’est dans la grande salle, on peut s’asseoir et c’est moins crevant, mais en même temps l’ambiance n’est pas vraiment la même. Mais si c’est sous le chapiteau, je veux pas m’encombrer de mon sac, aussi petit soit-il, parce que c’est plutôt chiant dans la foule (et de se le remonter sur l’épaule toutes les 5 mn pendant 3h). Quoique, maintenant que j’essaye de me souvenir comment j’avais fait l’an dernier pour Da Silva, et je me rappelle que j’avais allongé la bandouillère pour avoir les mains libres, et que j’avais été tranquille.
(d’ailleurs ça me rappelle que c’est justement pour cette bandouillère que j’aime ce sac, même si j’aime pas trop qu’il soit fermé juste avec un rabat)
.
Ouf, je peux enfin m’arrêter de surchauffer du carafon!

And now: allons-y!!!

Tryo au Zénith de Limoges

Jeudi dernier, veille du 8 mai, Tryo passait en concert au Zénith de Limoges, et je m’y suis laissé traîner par Kelkune and sister. Parce que bon, je connais un peu, comme tout le monde, et j’aime bien, mais sans en être dingue, quoi. Mais au final je regrette absolument pas, c’est même tout le contraire!

Malgré l’arrivée légèrement speedée parce qu’on n’a pas pu arriver en avance et que du coup on a été obligées de se garer loin, on a réussi à se placer pas trop mal, et ça a été quelques heures de pur bonheur.
(par contre, petit bémol: ils avaient dû oublier de couper le chauffage de la salle, parce que pinaise c’était la fournaise avant même qu’on commence à s’échauffer…)

La première partie, Monsieur Melon, était déjà sympa, avec un p’tit groupe plutôt « de rue » qu’avait pas l’habitude de faire un Zénith (d’ailleurs la môman du chanteur était dans la salle pour l’occasion, c’était meugnon), et rien que ce petit trio a réussi à foutre une ambiance du feu de dieu, si je ne m’abuse.
Même si de notre côté, on était un peu juste pour répéter en choeur vu qu’on comprenait pas la moitié des paroles, depuis nos hauteurs, mais le coeur y était!
Et heureusement, le son était beaucoup plus clean pour Tryo.

Alors comme c’était l’anniversaire de Manu (on commence à se dire qu’on a le chic pour tomber sur les dates d’anniv’s à nos concerts, lol), on a commencé par ça, et on en a remis une couche au moins 2 fois dans la soirée, ça a apporté une petite touche personnalisée très appréciable, huhu.

Ensuite, euh, ben je ne sais point trop quoi dire, hormis que c’était absolument génial d’un bout à l’autre et qu’ils assurent grave, avec des interludes-repos de même pas 3 secondes, des rappels bien fournis, et du coup un spectacle plutôt long (mais presque trop court quand même).

Quasiment toutes les chansons du dernier album y sont passées, et d’autres plus anciennes, que j’adorais toutes…
Ca a commencé sur « G8 », ensuite séquence souvenir d’un ancien passage chez nous – j’étais au lycée, ma voisine de bus y avait été, j’étais un peu verte, même si à l’époque je guignais surtout Calogero qui figurait aussi à ce vieux concert en plein air – avec « la main verte », puis enchaînement avec « la crise »…

Il me semble qu’après ça on a eu le tombé de rideau avec une petite animation comme il y en a eu tout au long du concert, petites vidéos, montages etc… Bref, là, c’était une silhouette de violoniste qui forçait le respect, sur un « Mrs Roy » de toute beauté.

Ils nous ont présenté le violoniste qui m’a particulièrement scotché pendant tout le reste du concert, ainsi qu’un percussionniste argentin bien talentueux aussi…
On a eu droit à des duels de tam-tam impressionnants!
Et des beaux développements instrumentaux, parce que tous autant qu’ils étaient, ils étaient tous vachement bons avec leurs instrus.

Il y a eu « el dulce de leche », « quand les hommes s’ennuient », « Abdallah », « ce que l’on sème », « si la vie m’a mis là » (super gros coup de coeur), « cinq sens », « l’air du plastique », « Jocelyne » (« imagine, dans une ville qui est vraiment le trou du cul du monde… *sifflements* Euh, non, mais Limoges, à côté, tu vois, c’est New York! »), « désolé pour hier soir », « tombé mal », « toi et moi », « serre-moi », « sortez les poubelles » (je pensais pas qu’ils la feraient, j’étais trop contente), une reprise très chouette de la chanson de Gainsbourg « les p’tits trous », et vers la fin: « Pompafric », « Yakamonéyé »… « Marcher droit »… Et « l’hymne de nos campagnes », que je voulais de tout mon p’tit coeur et que j’ai bien cru qu’ils ne feraient pas, la fin du concert arrivant sans qu’elle soit sortie. D’ailleurs c’était une énorme apogée du final, avec toute la salle qui chantait en choeur, c’était vraiment fort!

Et comme l’intro du concert s’était faite avec une animation sur notre pauvre planète qui part en fumée sur un fond de Bolero de Ravel, ils ont clôturé le concert sur un fond de « around de world » de Daft Punk, avec une chorégraphie hilarement ridicule et parodiante de « la débandade » appuyée par toute l’équipe technique, ça valait le coup d’oeil.

Voilà, je dois encore en oublier plein, m’enfin je suis très heureuse d’en avoir été!

No more Geike’s Hooverphonic

Depuis l’avant-dernier week-end, je replonge dans un des univers de Hooverphonic avec l’album « No more sweet music », vraiment sublime…
Et là je viens d’apprendre sur le site officiel que Geike quitte le groupe. Bouh…
Enfin, le groupe n’est pas complètement mort, ils cherchent une autre voix, c’est déjà ça, m’enfin quand même, ça me fout un coup. Encore une musique que je ne vivrai jamais en concert…

(M’enfin, au moins, si tout va bien je vais pouvoir vivre La Grande Sophie aux Veyracomusies, et ça c’est tiptop!)

Le cerveau en poudingue

Juste au moment où je me dis que bon, j’ai assez bravé ma migraine comme ça parce que mine de rien je pouvais pas attendre plus pour découvrir Indo, mais que là faut vraiment que j’aille coucher l’enclume qui me tient lieu de cerveau, que mon itunes en mode aléatoire me balance « Pudding Morphina » de Julien Doré.

« My sick brain
Is leaving my hand
My sick brain
Is sqeezing my name »

Ouais, c’est exactement ça, lol! Ah, mon p’tit shuffle, tu m’étonnera toujours.

Embarquement pour les Meteors

Gnhinhin, ayé je l’ai reçu!

C’est parti pour la première écoute découverte en temps réel!
(voui, y’avait découverte de l’album dimanche sur RTL2 by Zegut mais j’ai loupé, j’avais pu entendre seulement « je t’aime tant », la reprise d’Elie & Jacno)

Donc première écoute à froid, donc pas du tout objective, sans recul ni rien, hin.

1. Republika Meteor Ouverture : on entend un fond comme une vieille radio, des vagues bruits de guerre… Je suis assez « preneuse » de ce genre de bruitages ajoutés et intégrés dans les CD d’une manière générale ^^

2. Go Rimbaud! go! : moui, pas encore bien convaincue, faut que je rentre plus dedans

3. Junior song : j’aime beaucoup!

4. Little dolls : j’adore déjà depuis le temps que ça passe à la radio ^^

5. Le grand soir : wouah… c’est bô! Et… ukulélé? ah ouais?! Etonnant, mais plutôt pas mal…

6. Un ange à ma table : graaah, cette vibration de voix dans les graves, au début, gnihi! Et le reste est chouette aussi!

7. La lettre de métal : c’est jouli aussi…

8. Le lac : j’adore… (oh! et Matu était de la partie pour composer la musique!)

9. Republika : j’aime beaucoup également… ça y est, je crois que c’est clair que je suis bien rentrée dans l’ambiance, là!

10. Play Boy : plutôt « marrante », celle-ci!

11. L World : I love too…

12. Je t’aime tant : chouette aussi!

13. Bye bye Valentine : hmm, j’aime aussi, mais un tout p’tit peu moins que le reste (mais c’est vraiment par comparaison, et juste pour cette première écoute, hin)

14. Les aubes sont mortes : j’aime bien

15. Union War : un peu moins fort mais pas mal non plus (sauf le p’tit refrain vraiment bien)

16. Le dernier jour : bien sympa aussi

16bis (morceau « caché »). Tom & jerry : oh, bien aussi!

CD 2 – bonus

1. We are the young : magnifique! (la musique me rappelle « Morphine »)

2. Mexican Syndicate : style un peu différent, mais très très sympa

3. You spin me round : bon ça, je connais déjà par coeur, depuis les concerts (grah), le single au profit de RSF…

4. Junior song a capella : bô…

5. Play boy a capella : c’est quand même zarb sans la musique, mais c’est beau aussi ^^ (et intéressant, comme bonus!)


Conclusion: on ressent bien l’aspect « guerre » et tout ce qui s’ensuit, ça fait une évolution dans le style Indo mais la patte reste indéniablement présente, Nico a toujours une voix à se damner (en même temps je vois pas trop comment ça pourrait changer, ça, lol) et les petits changements instrumentaux sont très agréables…

C’est assez différent de Alice & June, mais l’identité Indo est toujours là. Pour l’instant je crois que j’aime un peu moins que Alice & June, mon grand préféré avec le live magique à Hanoï.
Mais y’a quand même beaucoup de belles choses dans cette Republique des Meteors, de nouvelles couleurs musicales, des bonnes sonorités… Et vraiment, j’aime.

Pour résumer: toujours fan!

A Moveable Musical Feast

J’ai (enfin) regardé la vidéo documentaire « A Moveable Musical Feast » de Loreena McKennitt, que j’avais acheté dans le lot en édition spéciale du dernier album « A Midwinter Night’s Dream » à Noël dernier. (oui, j’ai vraiment traîné…)

Incontournable souvenir de la tournée 2007 An Ancient Muse de Loreena McKennitt, A Moveable Musical Feast, vous propose de suivre en coulisses une des artistes les plus captivantes de la scène musicale contemporaine.
Sur le mode du cinéma direct, Loreena, ses musiciens, les membres de son équipe technique, ses fans et ses confrères de l’industrie canadienne du disque, nous invitent à découvrir, par fragments d’interviews, le parcours de la prodigieuse aventure musicale d’une vie, décrivant la carrière, l’engagement et l’incomparable talent de l’artiste.
De concert en concert, Loreena et ses compagnons de voyage relatent de nombreuses anecdotes autour du montage des spectacles; font part des joies et des défis qu’impose la vie en tournée; et partagent leurs réflexions sur comment la musique leur permet d’échanger entre eux et avec le public.

A Moveable Musical Feast présente également 25 minutes de performances en concert inédites. Soyez aux premières loges alors que Loreena et ses musiciens interprètent à l’avant-scène (répétitions) « The Highwayman », « Never-Ending Road (Amhrán Duit) » et « The Gates of Istanbul », et faites l’expérience inoubliable de l’alchimie musicale de cette tournée.

C’est vraiment intéressant, de découvrir comment elle et son équipe s’organisent pendant les tournées, comment ils arrivent à former un ensemble de musiciens… J’ai aussi appris plein de choses, notamment sur ses débuts, et le temps qu’elle passe à gérer ses affaires puisqu’elle s’auto-produit depuis le début…

Ca m’a encore renouvelé ma passion pour elle et son univers musical!


(cette caps n’a aucun rapport avec la tournée An Ancient Muse, mais dans les évocations de la carrière de Loreena il y avait des extraits du clip de « The Bonny Swans » que j’aime énormément, pas pu résister…)

Et en parlant de miss…

…En rentrant j’ai découvert le clip du nouveau Superbus, Addictions… Plutôt pas mal!
La première fois que j’ai entendu ce nouveau single, j’étais assez sceptique, mais finalement à force de l’entendre à la radio, j’ai fini par l’aimer tout à fait.
Et j’adore Jenn avec ce chapeau de majorette!



Encore, à nouveau…

Bon, officiellement le nouveau single d’Indo n’est pas encore sorti, mais y’a déjà des « fuites »… On peut le trouver sur radionomy, youtube… Et, déjà alléchée et pantelante que j’étais depuis qu’on en avait eu les quelques premières secondes sur RTL2, j’en ai profité comme tout le monde pour la découvrir en entier.
Ca n’empêche pas que je vais acheter le single dès sa sortie, hin, mais de toute façon je suis un peu déçue parce que ça ne sortira que « digitalement », pas en CD physique, et j’aurais préféré avoir vraiment un CD single, c’est plus mieux et plus sûr, et puis aussi ça fait un beau visuel à exposer, parce que j’aime bien la pochette…


Dans les influences évoquées, y’avait les lettres de poilus, ça se retrouve bien ^^
Et le dégradé en couleur sur fond noir et blanc, ça reflète bien le décalage/paradoxe entre le sombre, la dureté de la guerre, l’omniprésence de la mort, et la vie qui continue quand même tant qu’on est là, les joies malgré tout, l’espoir…
Rah, les mots me paraissent réducteurs, là!

Toujours est-il que quand j’ai été y goûter, je ne voulais pas l’écouter en boucle, je voulais écouter une fois ce que ça donnait en entier. Mais ça a un petit goût de reviens-y, j’ai voulu réécouter mieux une deuxième fois, puis une troisième, une quatrième… Et ça y est, je l’écoute en boucle


Pour finir, je vais me citer moi-même parce que rien ne vaut la spontanéité d’MSN:

« moi j’ai envie de dire: vive le piano, vive la voix trémolotante et grave (posée) en même temps, et vive les paroles qui veulent rien dire mais disent quand même »

Le samedi sous la neige…

Bon, alors ces temps-ci, je suis vraiment débordée, ça va de la sensation de ne pas être à ma place au boulot (dans le sens « chuis pas faite pour ça, trouvez-moi vite un placard! » sans oublier « mais qu’est-ce que je fous là??! »), aux premières ruineries tuturesques (ben quoi? automobilistiques, si vous préférez) qui arrivent, avec un détour par les dents qui se réveillent intempestivement alors qu’on leur avait rien demandé (si c’est ça la sagesse, je préfère rester douce dingue, merci bien), mais je dois dire que j’ai passé un très bon week-end que je ne regrette pas, même si…


Même si, comme si ça ne suffisait pas d’habiter au fin fond de la Creuse et de la Haute-Vienne, il a fallu qu’on aille aussi s’enfoncer au fin fond de la Corrèze Mais vraiment au fin fond, hin, on fait pas ça à moitié, nous. Avec un léger détour « mais-non-on-est-pas-perdues » et retour nuitamment sous la neige fraîche. M’en fous, c’était pas moi qui conduisait, héhé. M’enfin chapeau à Elicec, c’était bien joué pour un baptême de neige. 

Bref, tout ça c’était pour aller là:


 

 

 

Hé oui, Volo, pas trèèès loin de chez nous et pas cher du tout, ça aurait été dur de se le voir passer sous le nez. Surtout que c’était vachement convivial et qu’ils se sont bien lâchés, même qu’on a eu droit à des magnifiques solos de chaque musicien (leur guitariste sosie d’Hendrix est toujours époustouflant) et même à deux des nouvelles chansons rajoutées en bonus de Jours Heureux, les géniales « Ma p’tite chanson » et « J’espère« .


Et le groupe de première partie était sympa aussi, et vraiment une ambiance générale « petit truc du coin / on fait comme chez nous » bien agréable. Sauf que bon, on évitera d’y retourner à des périodes neigeables, quand même

A little bit of music…

Yaha, y’a du nouveau côté Indoooo!!!! Par encore le titre du nouvel album de mars, mais déjà les premières dates de la tournée!! Avec tarif unique comme l’an dernier, accessible, quoi… Dès que c’est en vente (et ça va plus tarder), je fonce acheter nos places… Et vivement le 7 novembre 2009!! Ca tombe un samedi, en plus, pas de souci à se faire…

C’est pas le cas de Superbus, et là on hésite plus à prendre les places tout de suite… On va au moins attendre l’album en février. En croisant les doigts pour qu’il reste longtemps des places… Bon, toutes les dernières fois on avait acheté nos places relativement tard, mais j’ai toujours cette trouille de me casser le nez au moment où on se décide.

Je trouve ça quand même un peu pénible, cette manie de lancer la tournée avant même que l’album soit sorti, et pas seulement quelques jours avant, mais carrément plusieurs mois (voire un an tout rond) à l’avance…

M’enfin bref, au moins pour Indo je sais que je peux y aller, j’ai déjà de la bonne compagnie bien motivée Tr&egrave;s souriant
Pis bon, si l’album nous branche bien et que les concerts sont toujours aussi magiques (de fortes chances que ça se confirme, j’ai l’impression), j’ose espérer secrètement (euh, non, même pas secrètement, d’ailleurs!) qu’on fera d’autres dates, genre une supplémentaire à Limoges ou carrément des crapahutages ailleurs si c’est faisable…


En attendant, bah y’aura le single début décembre, et surtout l’album complet en mars… J’en bave d’avance, j’ai vraiment hâte de découvrir ça!

A part ça, une petite découverte ma foi sympa: The Ukulele Orchestra of Great Britain

Par exemple, leur reprise de smells like teen spirit est assez énorme (zieutez particulièrement le chevelu tout à gauche, bien dans son trip, lol)

Ils m’ont un peu réconciliés avec le ukulele, instrument qui a plutôt tendance à me sortir par les trous de nez… (non mais c’est vrai, quoi: Fersen, Da Silva, Dionysos, mais qu’est-ce qu’ils ont tous à délaisser leurs violons et guitares pour ce petit machin ridicule?)

Shop-ping-pong hivernal

Je fouine un peu en faisant mon shopping (DVD double Colour of Magic et craquage pour la Fob Watch de Doctor Who, entre autres) du mois (enfin, il faut que je me maîtrise pour que ce soit bien la seule fournée de ce mois-ci – et attendre décembre pour le coffret saison 4 de Dr Who, en même temps que les Contes de Beedle le Barde), or donc, voilà-t-y pas que je découvre que Loreena sort encore un album de Noël!!


C’est trop beeaauuuu!!!! Bon, y’a des chansons que j’ai déjà sur ses anciens albums de Noël, mais pt’être que c’est orchestré différemment ou chais pas, pis y’en a quand même un p’tit nombre que je connais pas… Pis y’a un DVD, pis le boitier est trop magnifique, pis y’a des prix un peu baissés sur son site (Quinlan Road), alors je ne peux pas résister une seconde de plus


Et comme si ça suffisait pas, Enya s’y met aussi avec « And Winter Came »…


Gaaahhh!!!
Bon, celui-là, je vais le rajouter à ma liste de Noël, ça fera un truc de plus pour mes parents qui galèrent toujours pour trouver ce que je demande…

Peau neuve (?)

(ouais j’ai pas d’idée pour le titre, sorry)


Oooh, je découvre le nouveau design du site officiel d’Indo, c’est la classe!! (comme d’hab’)



(p’naise, si ça se trouve ça fait des mois qu’il est là, je me tiens plus trop au courant…)

Le concept du prochain album? J’adore… Même atmosphère qu’Alice & June, mais en pas pareil, lol! Et puis cette petite volée de notes, et ce joli, euh… orgue de barbarie, c’est ça? Le machin à manivelle qui déroule ses partitions, là… Bref, ça a petit arrière-goût de fête foraine, et l’ensemble est bien prometteur
Vivement 2009… Roh, ça y est, je suis encore en manque 

En attendant, j’irai peut-être revoir Volo en novembre, ils passent dans un p’tit festival en Corrèze… Et au programme y’a aussi Tryo le 7 mai 2009 au Zenith de Limoges.

The Verve is back!

Wouh pinaise! Ca y est, The Verve revient! On peut écouter des extraits ici de l’album Forth qui sort le 25 août… Et ça m’a l’air très bon!!! Pour l’instant, mention spéciale pour « Sit and wonder », « love is noise », « noise epic ». Ca surpasse peut-être pas Urban Hymns, mais je crois y retrouver les ambiances bien planantes et euphorisantes, et la voix de Richard Ashcroft dans les mêmes sonorités bien particulières, pas comme le machin pâlot et banal de ses albums solo…

Pis c’est tout joli:



Moi j’dis, vivement Noël, si tant est que j’arrive à attendre jusque là!

Le String Quartet

Il faut absolument que je parle d’un truc: le String Quartet Tribute.

C’est une formation classique de quatuor à cordes, qui reprend des groupes et artistes d’absolument tous les genres.

Je l’avais découvert avec leurs « tributes » à Evanescence:


     

Et ça rend merveilleusement bien, on retrouve les thèmes de l’original, mais avec une toute nouvelle idendité… Ca fait une musique de fond très inspiratrice ^^
(et puis vous noterez qu’ils soignent leur design, les jacquettes sont toujours magnifiques…)


Et en ce moment même je me délecte d’un opus plus celtique:



Et ils ont une discographie vraiment impressionnante, y’en a beaucoup d’autres que j’ai envie d’avoir… C’est pas facile de les trouver, mais plus tard je pense que je craquerai au moins pour les tribute to Tori Amos, Enya, Coldplay, Depeche Mode…

M’enfin en attendant je gigue intérieurement, j’adore me sentir portée par ces ambiances celtiques, je tourne en boucle sur tout ce que j’ai en rayon!

D’ailleurs, si je me trompe pas c’est aujourd’hui même que Loreena McKennitt se produit, au festival interceltique de Lorient… J’aimerais bien y être ^^

Mais le festival de Lorient, ça fait partie des choses que je me suis promis de vivre au moins une fois avant de mourir! Et en attendant, je pourrais me contenter demain de la parade diffusé sur France 3, de 15h05 à 17h05. C’est devenu une habitude, depuis quelques années… Je vais encore me régaler!!
(tout en abattant du repassage, parce que là ça déborde)

Viens donc faire un tour à…

… La Rochelle! (ah ah! raté!)

Parce que ouais, c’était vraiment bien sympa.
Parce que non, rien de rien, non, je ne regrette rien, ni la fatigue, ni les coups de soleil, ni la cohue, ni la sollicitude *insistante* de notre logeuse, ni la fatigue et les coups de soleil bis.

Parce que déjà, La Rochelle, c’est bien jouli, avec les tours du vieux port, les remparts, la jetée, tout ça tout ça…

Et après, y’avait les concerts, même qu’on venait en grande partie pour ça, en fait.



Donc je vais sûrement répéter ce qu’en a dit Kelkune, qui a déjà fait un beau p’tit résumé, mais en gros c’est ça: on a commencé par arriver comme des fleurs à peine après le début du p’tit concert de l’aprem, en pleine chanson de Carmen Maria Vega, une chanteuse euh… de caractère!
Ca mettait bien l’ambiance, c’était marrant… une assez bonne découverte, en somme.
Et j’ai particulièrement aimé son rappel avec une chanson plus calme et douce-amère, « Du jaune » qu’on peut écouter sur son myspace.

Ensuite est venu K, que c’était pour lui qu’on avait pris nos places, à la base. Et je suis bien contente de l’avoir vu, j’l’aime bien ce p’tit suisse! (ouais, c’était facile)
Même qu’il a chanté presque toutes mes chansons préférées: le p’tit air décontracté de « celui du centre« , celui plus vivifiant de « smoke another air« , et puis « l’émigré« , « trois jours » et bien sûr « l’amour dans la rue
« …

Après, on a un peu crapahuté à toute blinde pour régler quelques détails bassement matériels, avant de se retrouver dans la place pour la grande scène du soir…
Bon, le seul mini-hic c’est qu’on était en conditions de festival, donc un peu serrés et bousculés façon sardines, un peu pris pour des cendriers, et un poil trop loin de la scène, à se dévisser le cou pour entrevoir le grand écran de notre côté, ou de se souvenir qu’en jetant un oeil de l’autre côté on avait aussi l’option vision directe, selon les angles de vue obstrués ou pas par des gens trop grands… Mais en fait on s’en fout, je me suis bien éclatée quand même, et je crois bien que j’étais pas la seule ^^

Oui, donc… Les Wriggles. Depuis le temps que Kelkune m’a « convertie », je les voyais enfin en vrai. Et ils sont vraiment scéniques, y’a pas à dire. Ca a démarré fort avec « la major« , et y’en a eu d’autres que j’adore, comme « ce que les temps sont durs » ou « monolithe« …

M’enfin c’est pas tout ça, mais moi ce qui m’avait attiré plus que tout, c’était Matmatah!
Et comment dire, c’était géant. Si j’ai bien un seul regret et un gros, c’est bien de ne pas les avoir vus avant leur tournée d’adieu, dans une vraie salle avec un spectacle plus long et tout un tas de bonnes chansons en plus. Ca, je regrette trop.
M’enfin comme on dit, mieux vaut tard que jamais, et rien que ce p’tit bout en festival, c’était beaucoup mieux que rien!
Je m’attendais pas à ce qu’ils se lancent sur « Gotta go now« , ça rendait trop bien… Après j’ai un peu perdu le compte, mais je sais qu’y a eu « quelques sourires« , « comme si de rien n’était« , « au conditionnel« , « le festin de bianca« , « il fait beau sur la France« , « radio edit« , « now we have a pen« , « lambé an dro« , « Emma« , « derrière ton dos« , et que la toute dernière était « Crepuscule Dandy« … Que du bonheur, quoi.

On n’est pas restés pour la suite, on a préféré s’extirper de l’arène et aller prendre l’air… Et le lendemain soir on a profité du feu d’artifice sur la jetée…

Donc voilà, c’était bien.
Dès le retour je me suis chopé un méchant rhume allergique, et puis je me suis fait torturer par le dentiste (qui n’en a même pas fini), mais tant pis.
Et ça m’a pas empêché d’aller me marrer devant Seuls Two (enfin!
) avec ma mère, na.

Entanglement

Enchevêtrement…

Je découvre en même temps les derniers petits bijoux de Alanis Morissette et de Damien Saez…





Morissette qui s’oriente vers quelque chose de plus électronique, Saez dans un beau tryptique bien mélancolique…
I am a citizen of the planet
From simple roots through high vision
I am guarded by the angels
And my body guides the direction I go in

Pour faire nos ADN
Un peu plus équitables,
Pour faire de la poussière
Un peu plus que du sable

Such a difference between who I am and who you see

This shit’s making me crazy
The way you nullify what’s in my head

Dedans parfois je crois que je suis soleil levant
Et mes rêves s’éteignent les uns après les autres,
A chaque pas de plus, c’est toujours un de moins
Au-delà du brouillard, c’est toujours le brouillard …

One day I will speak freely
I’ll be less afraid and measured outside of my poems and lyrics and art

One day I will be faith filled
I’ll be trusting and spacious, authentic and grounded and home

Je suis le cavalier sans tête
Et je cherche un amour
Au travers des tempêtes
Moi je cherche le jour
Moi je cherche la flamme
Qui viendra m’éclairer l‘âme

I have running so sweaty my whole life urgent for a finish line
I have been missing the rapture this whole time, of being forever incomplete