[BD] Cadavre exquis (Pénélope Bagieu)

Ca fait vraiment longtemps que je voulais le lire, celui-là, à tel point que j’avais l’impression de le connaître, et pourtant ce livre a trouvé le moyen de me surprendre !
Une très bonne surprise, et le coup de coeur que je pressentais a bien été au rendez-vous, encore plus fort que je ne l’escomptais.

bagieu-cadavrexquis

Zoé a un boulot pas drôle : elle est hôtesse d’accueil dans les salons – de l’automobile ou du fromage – et doit faire bonne figure, debout toute la journée avec des chaussures qui font mal aux pieds. Le jour où elle rencontre Thomas Rocher, écrivain à succès, la vie semble enfin lui sourire.
Mais pourquoi Thomas ne sort-il jamais de son grand appartement parisien ? L’amour peut-il vivre en huis clos ? Et quel est dans cette histoire le rôle d’Agathe, la belle, froide et machiavélique éditrice de l’écrivain ?

Pénélope Bagieu est une des blogueuses BD que je suis depuis le plus longtemps, avec son fameux « Ma vie est tout à fait fascinante ».
J’apprécie la fraîcheur de son trait, son humour, son enthousiasme…

Ici j’ai retrouvé tout ça, avec aussi de la profondeur en plus, un graphisme travaillé encore plus expressif, et une justesse efficace dans le ressenti et le rendu des personnages, des ambiances, des sentiments… Avec une intrigue très jolie happy

Cette fille tellement désabusée, engluée dans le métro-boulot-dodo, qui plus est un boulot peu valorisant basé sur les faux-semblants, et un dodo pas folichon avec un copain limite bidochon, on s’en sent vite proche…

bagieu-cad-1

Elle est toute jolie quand elle y met les formes, mais surtout elle est nature, et c’est là qu’elle n’en est que plus belle et touchante ! 

Et c’est sa simplicité, son naturel, qui lui ouvre la porte de Thomas, caché derrière ses rideaux et pourtant si soucieux de sa célébrité.

bagieu-cad-5

bagieu-cad-2     bagieu-cad-3

La roue tourne, la vie change… Ils forment un couple qui détonne, et pourtant, c’est si… naturel, une fois de plus.

Mais il y a quelque chose qui cloche, Thomas fait bien des mystères, persiste à se terrer sans jamais sortir, et puis voilà Agathe, l’éditrice qui se révèle vite bien trop proche de « son » auteur « pour être honnête ».

Comme toujours dans ces cas-là, ça ne se passe pas tout seul, il y a beaucoup de rancoeur, de petites mesquineries, de doutes… Le shéma est classique, mais on le vit vraiment par les yeux de Zoé, qui sent plus que jamais qu’elle n’évolue pas dans le même monde de livres et de coups publicitaires que son amoureux et sa vieille complice.

bagieu-cad-9

bagieu-cad-8

Et puis comme toujours dans ces cas-là, ça crépite un moment, ça frôle la fêlure, ça se rabiboche avec des bouts d’espoir, et puis… sans spoiler, ce qui finit par se révéler est assez énorme.
C’est l’un des principaux éléments du bouquin, ce qui forge son identité, qui lui donne son sens.

C’est la fin pour Zoé, une fin douce amère… Mais d’un autre côté, elle nous a déjà montré qu’elle n’est pas du genre à se laisser faire, non ?!
Elle va prendre sa vengeance sur la vie d’une manière très intelligente – et totalement pétasse, mais assumée et heureuse ; et ça FAIT DU BIEN !!!

Et c’est d’ailleurs ce qui pour moi résume le mieux cette lecture : ça fait du bien, bon sang. Ce personnage de Zoé est vraiment chouette smi

bagieu-cad-6

Laisser un commentaire