Lectures d’octobre

Allez, vite fait, les lectures de cette première moitié de mois…

Fini:

– La malédiction de l’Epouvanteur (t.2), Joseph Delaney
– Le secret de l’Epouvanteur (t.3), Joseph Delaney
– Le combat de l’Epouvanteur (t.4), Jospeh Delaney : pas mal
– Le Soldat Chamane t.2: Le cavalier rêveur, Robin Hobb
– Pardonnez nos offenses, Romain Sardou
– Sauvez Hamlet! (Thursday Next 4), Jasper Fforde : Mamie Next m’a bluffé!
– La compagnie noire, t.4: Jeux d’ombres, Glen Cook : bouh, la fin n’est pas réjouissante…
– [BD] L’année du dragon, 1: Franck, Vanyda & Duprat
– [BD] L’année du dragon, 2: Bernadette, Vanyda & Duprat
– [BD] L’année du dragon, 3: Kim, Vanyda & Duprat : plutôt sympa



– [BD] Le Temps des Cendres, 1: Avant tout, Mouret & Meddour
– [BD] Le Temps des Cendres, 2: Papegaï, première partie, Mouret & Meddour
– [BD] Le Temps des Cendres, 3: Papegaï, deuxième partie, Mouret & Meddour : ça casse pas des briques mais j’aime bien Papegaï, le petit lapinoïde…


– [manga] Xxxholic, 6
– [manga] Xxxholic, 7 : kyaaah…


– [manga] Les Princes du Thé, t.1 : pas mal mais je pense pas aller plus loin

Laissé tomber:

– [manga] Chonchu, 4
– [manga]Testarotho, 2
– Légendes d’automne de Harrison

En cours:

– Nightside, 1: Vieux démons, Simon Green : très sympa
– Le château de Hurle, Diana Wynne Jones : idem
– Le soldat chamane, t.3: Le fils rejeté
– [manga] Ludwig revolution, t.3, Kaori Yuki
– [manga] Tsubasa Reservoir Chronicles, 1 : préparation pour suivre les intrigues croisées quand j’arriverai aux derniers holic…

Sur le dos

La situation évolue à mon boulot: on se dirige vers le bénévolat pour que je ne sois plus seule à tout gérer. J’aurais préféré me libérer d’une certaine tache excédentaire et en rester là, mais mon manque de dynamisme se ressent sur la fréquentation et le fonctionnement de la bibliothèque.
Alors c’est vrai que des bénévoles pour m’aider ne seront pas de trop, particulièrement lors de certaines périodes un peu critiques comme les préparations de bibliobus, mais je n’ai jamais vraiment travaillé en équipe, et jusque là j’aime bien ma relative tranquillité, si on peut dire. Ca me stresse d’avoir des collègues ou équivalent… Surtout que si j’ose me regarder en face, je crois que je n’ai pas tellement besoin d’aides, mais plutôt d’organisation et de discipline à défaut de motivation. Si vraiment je faisais mon travail sans repousser autant que possible ce qui m’importune, sans voler quelques instants de rêverie, d’égarements au détour d’une recherche sur internet, ou de bouquinage de portée-de-main, si vraiment je me concentrais uniquement et totalement à mon travail, le tout devrait pouvoir se faire. Après tout, celle qui m’a laissé sa place y arrivait bien. Mais elle était beaucoup plus dynamique que moi, beaucoup plus enthousiaste envers les enfants et les animations, et réellement active (et réactive). Moi, c’est trop contraire à ma nature d’asociale timide et réservée.
Rien que le contact quasi quotidien avec le public me demande des efforts personnels. C’est aussi ce qui m’a un peu renfermé depuis que je travaille. J’ai gagné un peu d’assurance avec ce début de carrière, cette situation respectable bien comme il faut, mais j’en ai perdu beaucoup plus à être confrontée aussi directement avec… ben, la réalité, la société. J’ai beau rester discrète et m’aggriper à ma bulle, j’ai plutôt l’impression d’être coincée sur le dos environ 7 heures par jour, et de ne me retrouver sur mes pattes, bien dans ma carapace, que le temps des soirées et des week-ends, ce qui me paraît bien insuffisant… Je retrouve vraiment mon vieux mal-être, pas aussi puissant qu’autrefois mais bel et bien réveillé, à l’affût dans un coin, guettant la moindre faiblesse pour ré-attaquer épisodiquement.

Et pourtant, je ne vais plus avoir le choix, je ne vais plus pouvoir faire à moitié semblant, il va vraiment falloir que je bosse à fond et que je m’implique dans la vie sociale… Ca me stresse, beaucoup plus que prévu.

 

« – Les tortues sont cyniques. Elles s’attendent toujours au pire.
– Pourquoi?
– Aucune idée. Parce que c’est souvent ce qui leur arrive, j’imagine. »
(Om & Frangin dans Les Petits Dieux, XIII° livre des Annales du Disque-Monde)

(…et ça + le changement d’air du week-end, ça m’a complètement coupé mes élans d’écriture, alors que j’étais plutôt bien partie dans mon Bibliotheca Multiversalis. Ca me parait tellement loin maintenant, alors que j’étais tellement dedans encore en fin de semaine dernière… Pareil pour mes lectures, je culpabilise de ne lire tout le temps que de la Fantasy ou presque, faut avouer qu’en fait, j’assume pas dans la vraie vie…)

…m’enfin faut que j’arrête de flipper comme ça. Mais c’est plus fort que moi, ça me stresse à mort.

Dr Who 310 – Blink

Yay! Alors là, je retrouve mon Doctor Who des grands crus! Une véritable intrigue à tiroirs, cet épisode… Et j’adore ces statues d’anges pleureurs, ces aller-retours dans le temps, ces vies qui passent en un clin d’oeil…
Finalement c’est un peu comme le 210, « Love and monsters »: l’épisode ne tourne pas autour du Doctor (tout de même bien présent en filigrane), mais d’un personnage occasionnel qui développe toute une aventure absolument énorme, l’aventure de sa vie…
J’avais déjà adoré le blogueur vidéo un peu dépassé de « Love and Monsters », mais cette fois c’est encore mieux, rien que le nom de Sally Sparrow est parfait! 

 


 

« Okay, let’s investigate. You and me, girls investigators. Love it. Hey! Sparrow and Nightingale: that’s so works! »  

Et y’a encore un geek du Dr Who dans l’épisode même, et ça c’est toujours tellement trippant!

Ca donnerait même un peu le tournis, ce temps non-linéaire ^^

   


« Look, sorry, I’ve got a bit of a complex life. Things don’t happen to me in quite the right order. Gets a bit confusing at times, especially at weddings. I’m rubbish at weddings, especially my own. »

Mouhaha, le clin d’oeil aux mariages. Et ce n’est qu’un « mouhaha » parmi tant d’autres (par exemple la maison de Scoobydoo, c’était fort ^^)

Ouais, vraiment un nouveau bon épisode bien sympa.

Tête ailleurs

En fait j’ai compris ce qui m’arrive ces temps-ci: je suis constamment la tête ailleurs, ce qui n’est pas nouveau, mais on dirait que le décalage avec la réalité est particulièrement appuyé ces temps-ci. Je suis toujours en train de penser aux derniers trucs que j’ai lu (aujourd’hui, le 4° Thursday Next, j’en suis encore toute retournée ^^), écouté ou vu, ou même que j’imagine pour mes scribouillages, donc forcément c’est un peu le bordel. Surtout que les destinations mentales ne me manquant pas, je n’en suis absolument jamais à court  

Ce qui m’explique mieux pourquoi ce matin j’avais l’impression d’être dans un aquarium tellement il se passait un certain temps entre le moment où je formulais mes réponses et celui où mon cerveau percutait que c’était pas le tout de le penser, fallait le dire…

C’est donc ça, comme le chante Saule et les Pleureurs:

Ma tête est ailleurs
sur une autre planète,
parmi les grands rêveurs
aux allures un peu bêtes…

Encore une constatation sans aucune espèce d’importance, puisque je n’en suis plus à une près: tout à l’heure j’écoutais « le stade de la résistance » de Miossec, une de mes grandes préférées de lui, je me balançais et mon siège couinait en cadence, c’était marrant… Voilà, c’est tout 

PS: bordel de gnnn (oui je laisse définitivement le gni à Matrix ^^), la dernière news d’Indooo!!!

Divagations du soir

Bon alors, depuis quelques temps j’ai parfois, par bouffées intermittentes, de furieuses envies d’hiberner purement et simplement, ou bien de changer d’air une bonne fois (pour toutes je sais pas, mais une bonne fois ça oui ^^). L’autre jour au volant je me suis même prise à rêvasser d’un p’tit voyage en Belgique, allez savoir pourquoi… Un truc dans la lumière qui m’y a fait penser, je sais pas.
Bon, en fait, un peu après j’ai fait le rapprochement avec des trucs qui m’avaient surement influencé: j’ai découvert récemment que l’artiste Michel Barthelemy (un de mes chouchous de la biennale de St Léo, voir article antérieur) organise lui-même à Arlon une biennale des arts de l’imaginaire, et dans nos dernières discussions MSN, la pensineuse Ayako m’a parlé d’un truc en Belgique avec concerts du Naheulband et surtout de Qntal, entre autres, et je me suis dit que ça pourrait bien être le même évènement, en fait.

Brefle. Je disais donc, entre le train-train quotidien, les petites galères familiales et les tracasseries au boulot, il y a des moments de plus en plus fréquents où j’ai bien envie de tout ignorer et me cloîtrer chez moi bien tranquillement. M’enfin ça me passe toujours assez vite, jusque là. Je n’ai pas encore abordé les grosses montagnes de p’tites merdes de fin d’année. Et après tout, je peux bien prendre sur moi et me fendre d’un dimanche restau avec ma grande-tante et un cousin avec qui je ne me sens pas à l’aise, puisque je ne sais pas ce qui m’a pris d’accepter l’invitation transmise par mes parents sans réfléchir ni même chercher un minimum à esquiver… C’est juste une journée à passer, c’est pas la mort, et puis pour compenser je vais me payer un week-end prolongé à geeker et faire la marmotte, à la fin du mois ^^

M’enfin! J’étais surtout partie à faire cette note pour parler des trucs qui m’ont déniché le sourire aujourd’hui: mes parents sont venus manger, pour que mon père regarde des détails de bricolage (dont un tiroir qui ne fermait plus qu’il a simplement tiré à fond puis rentré en douceur, je me suis sentie con de pas y avoir pensé, heureusement que je ne le faisais pas venir que pour ça!). Et mon père m’a reproposé leur décodeur TNT, il avait le temps de l’installer et de le régler. Je pensais qu’avec l’antenne pas terrible de l’immeuble, ça me donnerait de toute façon rien de folichon, mais puisque c’était gentiment proposé, j’ai pas refusé… Et ce soir, ô miracle! La qualité en est carrément rehaussée.
Bon, ça change pas la qualité générale de mon vieux poste tout petit, mais c’est déjà un beau progrès! Et pour l’usage que j’en fais, ça me convient très bien.
Je suis super contente d’avoir France 4, surtout… D’ailleurs il me semblait avoir vu qu’ils passaient Torchwood, faudrait que je me magne un peu à le regarder en anglais avant d’y jeter un oeil en français, avant que France 4 ait terminé ses diffusions… Je crois que le timing va être un peu trop court pour moi, et mes principes sur la télévision impliquent justement de rester à mon rythme et ne pas devenir esclave des diffusions, quitte à louper des trucs bien. 

Bon sang, je suis encore partie en fly.
Donc, maintenant j’ai la TNT, youhou, yeah yeah.
Mais j’ai aussi des commandes qui commencent à arriver (conséquences de la frénésie d’occasions de début de mois, pour combattre les envies d’hibernation et effet kiss-cool de la paye tombée), et ce soir c’était une belle tournée…
Un tome de l’assassin royal pour compléter ma collec (j’ai presque réuni tout le cycle), le tome 2 de Death Note (vivement que j’ai le temps de me l’engloutir), mais aussi le DVD de Sweeney Todd en anglais! Je me suis déjà revu le début, ce film est décidément trop bon, surtout en V.O.!
Bon, comme je l’ai acheté d’occasion, j’ai fait très attention pour que ce soit bien la version anglaise et pas autre chose, et c’est bien le cas, mais il y a quand même des avertissements en russe, espagnol et je ne sais quelle autre langue sur les CD, ça fait pas très beau, mais j’m’en fous 
Et puis, last but not least (at all), le coffret de la saison 2 de Doctor Who!
Gnihihiârk! Y’a même le Tardis en 3D qu’on peut voir bouger si on incline le coffret sous différents angles, géniale surprise! Par contre, s’il y a bien Christmas Invasion on dirait qu’il n’y a pas Children in Need, ça m’embête… Ca dure même pas dix minutes mais c’est un complément indispensable, absolument! M’enfin j’ai pas encore regardé à fond, et puis sinon je l’ai toujours sur mon disque dur externe, après tout.

M’enfin voilà. Ce soir chuis plutôt happy 

Le temps pour écrire…

Il y a un temps pour tout, et chaque chose en son temps… Le hic, c’est que dans tous les moments non consacrables à l’écriture, je suis motivée et inspirée pour écrire, j’ai des pistes, des phrases qui se forment dans ma tête, j’esquisse des éléments qui donneront le fil rouge, la cohérence indispensable à l’intérêt d’un texte, j’extrapole et je cogite, j’ai l’esprit vagabond… Mais je ne peux pas les mettre en pratique dans ces moments-là. Et quand je suis enfin tranquille devant mon ordi perso sans rien avoir d’autre à faire, la magie n’est plus là, l’enthousiasme est retombé. Je traînasse, je jette un oeil sur autre chose, je me laisse entraîner ailleurs et au final je n’avance pas d’un pouce dans mes projets d’écriture.

Et maintenant ça doit bien faire quelques semaines que j’ai des pistes sérieuses pour une troisième Morporkerie… Bon, j’ai été un peu freinée en m’énervant contre un (vieux?) souvenir de fanfic que j’aurais aimé retrouver pour presque certainement lui rendre hommage en réutilisant cette idée (d’une grande Bibliothèque de l’Etoile dans le Paris ou Londres sorcier, si jamais…), mais finalement je me suis résignée à ne jamais remettre le doigt dessus et je me suis rabattue sur une autre idée…
Bref, tout ça pour dire que les idées sont bien là, pour cette 3° morporkerie (à laquelle je donne le nom de code de « Bibliotheca Multiversalis ») et même plutôt avancées, mais j’ai pas encore réussi à vraiment commencer la rédaction.

J’ai aussi ce vague projet de récit de fantôme que je garde dans un coin de ma tête, pour l’instant son nom de code est « La Sanglotière », mais les idées sont trop vagues pour l’instant.

Et puis je voudrais me remettre à ma lyricsfic…

Mais il faudrait vraiment que je retrouve ma motivation dans les moments adéquats.

Dr Who 308-309 Human Nature / The Family of Blood

Moui… Ben cet épisode-là, même double, il m’a pas tellement accroché. Il m’a moins touché que les autres… C’est pas une époque passionnante; et c’est à la fois frustrant et déroutant de voir ce fac-similé d’imposture de Mr Smith – et sa Mrs Joan Redfern à l’eau de rose – je me suis sentie un peu détachée, indifférente…



Même s’il y a un fond intéressant, en particulier cette watch si importante…
Et puis les croquis du carnet étaient assez sympa…



Et puis la scène de départ sous une pluie anglaise, c’était pas mal ^^




Biennale 2008

Ce week-end, j’ai été avec des amies zieuter la 12e Biennale de peinture et de sculpture de l’imaginaire de la petite ville pas loin de chez mes parents. Ca fait quelques années que je connais cette biennale maintenant, et je l’adore. Depuis deux ou trois ans, je me débrouille pour y aller à chaque fois, et même aux expos plus petites sur un seul artiste que le Cercle organise entre les biennales.
Bien sûr, il y a toujours des oeuvres ou des artistes qu’on aime moins, mais comme l’entrée est gratuite on ne perd rien à jeter un oeil, et j’y trouve souvent du bonheur pour mes mirettes…


Maintenant, j’arrive même à retenir quelques noms d’artistes dont j’apprécie particulièrement l’univers, et que j’ai beaucoup de plaisir à retrouver régulièrement…

Par exemple, Michel Barthelemy, un de mes plus vieux coups de coeur, parce que so fantasy:



Ou bien Sylvia Karle-Marquet, pour son délicieux côté fabuliste:

 


Ou encore Kazimierz Dzyga, plus insolite, un peu comme de la SF-fantasyste:


Et aussi Séverine Pineaux, résolument sylphique:


Ou bien, plus récemment, Chistian Lloveras, dont le petit côté art naïf mais pas niais me ravit:


Et puis bon, si je continue à détailler cet article j’y serai encore à minuit, et de toute façon il y en a que j’oublie ou dont je ne sais plus le nom…

Mais en préparant cet article, j’en ai profité pour faire un peu le tour des sites de tout ce beau monde, et c’est comme ça que j’ai eu une révélation…

Parmi les nouveaux qui m’ont enchanté dans la biennale de cette année, il y a un certain François Schlesser, notamment avec ceci:



Des peintures à l’huile, si je me souviens bien, alors imaginez la lumière qui pouvait en ressortir… On avait l’impression que c’était l’astre du tableau qui dégageait sa propre lumière.
(d’ailleurs maintenant que j’y pense, ça me rappelle un peu les paysages interstellaires époustouflants de Doctor Who, huhu…)

M’enfin bref, je cherche donc son site, et là je tombe sur ça:


La fontaine d’eau vive

Gah! Cette image, je l’ai en carte postale sur mon armoire, dans ma chambre chez mes parents, depuis des années et des années. Maintenant que j’y réfléchis, c’est en fait depuis la toute première fois que j’ai été la biennale, lors d’une sortie au collège. Je devais être en sixième ou cinquième, donc ça remonte tellement que je m’en souvenais plus du tout…
J’en ai eu le souffle coupé (pour rester correcte ^^) !

Et en regardant d’encore plus près, je vois que ça a servi de thème de fond pour plein de couvertures de livres de Bernard Weber!
Bon, je les ai pas lus, mais j’aime bien le lien…

Dr Who 307 – 42

Moui, ben j’ai encore pas grand chose à dire…
Un petit épisode de transition avant le prochain double, mais quand même avec sa dose de « gnnn put** cette fois il va y passer gnnn »

Avec encore du pilotage acrobatique…




Du jusqu’au-bout-isme…


Et un p’tit cap de plus dans la confiance donnée à cette companion, « frequent flyers privilege »


Lectures de septembre, fin

Fini:

– Le Soldat Chamane t.1: La Déchirure, Robin Hobb: pas mal, pas mal. Un peu longuet, mais encore une ambiance magnifiquement plantée, et des éléments qui m’inspirent beaucoup…

– [manga] Xxxholic t.4 UK: j’avais trouvé l’édition anglaise nettement moins chère, alors c’était l’occasion de comparer, voir si ça avait l’air d’être aussi bien traduit, etc… J’ai l’impression que ça se vaut, mais je préfère les couvertures françaises (et les tranches colorées, j’ai découvert que j’ai un vrai faible pour ça!), et les lire en français. Je pense même essayer de revendre ce tome anglais. 

– [manga] Xxxholic t.4 VF: ben oui, après ça je voulais le 4 aussi en français, pour pas avoir de trou dans ma série. De toute façon les premiers mangas d’une série se trouvent généralement très facilement à pas cher, en occasion. Du coup je l’ai relu en français, obligée ^^

– [manga] Xxxholic t.5: C’est toujours aussi bien, j’adore vraiment.

– [manga] Death Note t.1: wahou, mais c’est vraiment passionnant! « Thriller psychologique » ne sont pas de vains mots! Je comprend mieux pourquoi tout le monde parle de ce manga, il le mérite… Light est époustouflant, c’est fascinant de suivre ses raisonnements, ses façons de se justifier, d’analyser, de ruser… Je crois qu’on s’amuse à l’observer autant que Ryuk, en fait ^^

– Garrett détective privé, 2: Coeurs d’or à l’amer, Glen Cook: j’adore toujours! Ca me manque déjà, vivement que je puisse lire la suite… (en attendant faudrait vraiment que je m’attaque enfin au t.4 de la Compagnie Noire, tiens)

– Saint Glinglin, Raymond Queneau: j’ai fini par le reposer, après en avoir lu une bonne partie avec plaisir et le reste en diagonale. Je l’ai trouvé un peu trop compliqué et répétitif par moments, moins « coule-tout-seul » que Les Fleurs Bleues.

– L’apprenti Epouvanteur (t.1), Jospeh Delaney: petite série jeunesse ma foi bien sympa, avec des éléments de sorcellerie médiévale qui donne uen ambiance qui me plaît bien…

En cours:

– Le Soldat Chamane t.2: Le cavalier rêveur, Robin Hobb
– La malédiction de l’Epouvanteur (t.2), Jospeh Delaney

Plus en pointils:

– Balzac et la petite tailleuse chinoise, Dai Sijie
– Chroniques des Temps obscurs, t.1: Frère de Loup, Michelle Paver (mwuf)
– [manga] Les Princes du Thé, t.1 (vraiment par curiosité)
– [manga] La nuit du fantôme: j’en reparlerai (enfin si j’y pense)
– (relect.) Carpe Jugulum, Terry Pratchett

Morporkeries

Bon ben voilà, mes Morporkeries sont en ligne. C’est que des p’tits machins pas parfaits, mais bon je suis quand même plutôt contente de moi, pour des débuts dans le fandom Discworld, et apparement, c’est mérité, vu le certain succès rencontré sur FF.net ^^
Avec l’aide de Marygold et celle particulièrement précieuse de Alda, ne l’oublions pas.
Pour l’instant j’en ai fait le tour avec « Fâcheuse curiosité » et « Bananes mutantes« , mais il se pourrait que je récidive.

Je crois que je recommence à avoir des idées persistantes qui ne demandent qu’à être étoffées… Irma Pince me reste dans la tête depuis qu’elle a surgi pendant mon brainstorming pour « Bananes mutantes », et j’ai eu beau la rejeter, elle reste juste dans un coin avec son regard acéré, attendant son heure. Et il y a aussi un trip sur le surplus de croyance dans le Disque-Monde qu’on voit dans Hogfather, qui ne veut pas partir non plus. Ca me fera peut-être un OS de Noël?
Enfin, ne nous emballons pas, pour l’heure je n’ai que des embryons d’idée.

Sinon, je suis toujours un peu dans ma lyricsfic, et dans mon Aven (nom de code pour le texte plus long de ma Mosaïque), et je garde en tête les vagues idées d’OS à base de fantôme et de sanglier. Mais ça reste en pointillés.

Couic End

Raaah. Ma mère m’a gâché mon week-end. Pourtant c’était plutôt un bon week-end, autrement, avec une petite sortie ciné bien sympa (Wall-e, à la hauteur de toutes ses bonnes critiques), et des soirées dans le salon plutôt qu’à rester dans ma chambre à bouquiner – depuis que mes parents ont enfin une parabole et du même coup la TNT, leur tv devient beaucoup plus intéressante (et ça m’empêche pas de bouquiner par-ci par-là dans la journée)

Mais du coup ça m’a pas assez reposé, la preuve en sont les p’tites traces rouges qui me restent encore dans les n’oeils…
Et ma mère a fait tout un fromage d’un truc qu’elle me reprochait vertement et qui s’est révélé être totalement injustifié. C’est toujours pareil, malentendus, mauvaise mémoire, assertions soutenues mordicus parce qu’il n’y a qu’elle qui a raison, et au final de toute façon ce n’est jamais de sa faute à elle. Grrgnngnnngnnnn…

Du coup, je me suis sérieusement engueulée avec elle cet aprem’ avant de partir, et je suis restée à ruminer ça tout le reste de la journée, pendant que je conduisais j’avais des moments où je bouillonnais en reniflant, puis je me calmais, puis ça revenait… Et ça me le fait encore maintenant que je suis chez moi. Ca va me rester sur le coeur quelques temps, je pense.

C’était bien le moment de me mettre sur les nerfs, avec tout le stress que j’accumule au boulot et d’une manière générale. Rah, je suis encore tellement furax et frustrée…

Frreuuâââ…

L’an dernier, autant chez moi qu’au boulot, j’avais trouvé que le chauffage avait été mis beaucoup trop tôt, qu’on pouvait très bien s’en passer encore un peu (et faire des économies écologiques comme financières).

Cette année, il fait toujours bien bon au boulot entre ces vieux murs qui gardent bien la chaleur (et même trop en été), mais à mon appart’ je me surprend à me cailler sérieusement… Vivement qu’ils relancent la chaufferie 

Dr Who 306 – The Lazarus Experiment

Et hop, end of the trip, retour à la maison, et bye bye…


(j’avoue que j’y ai cru une seconde, ce qui est totalement idiot vu le nombre d’épisodes qu’il reste à la saison – et puis l’adieu à une companion, ça s’expédie pas comme ça…)

…Et puis non, finalement, il se passe des trucs, ici !




Un type qui fait joujou avec la technologie sonique et génétique pour rajeunir…


Et qui ne se rend pas compte à quel point il se trompe…


Parce que même si la pratique présente toujours des risques et qu’il y a toujours des imprévus, dans ce cas il est de taille… Tripatouiller à son ADN, c’est pas bénin.
Tout ça pour quoi? Encore un type qui veut être immortel, qui veut se jouer de la mort…

« Doctor: Facing death is part of being human. You can’t change that.
Lazarus: No, Doctor. Avoiding death, that’s being human. »



« I’m old enough to know that a longer life isn’t always a better one. In the end, you juste get tired. Tired of the struggle. Tired of losing everyone that matters to you. of wathcing everything turn to dust. »

Et sur ces bonnes et tristes paroles, the Doctor s’emploie une fois de plus à régler le problème (et sauver le monde, accessoirement – la routine, quoi).
Parce que lui aussi il sait se servir du sonique. Il sait faire plein de trucs avec…



Et on remet ça avec la case départ?


Mais faut bien écouter quand il cause, le Doctor…
(pis c’est pas pour dire mais y’a une saison à finir!)

Lectures du week-end

Et oui, depuis que j’ai commencé à lister, on m’arrête plus ^^

Ce week-end j’ai pas fait grand chose d’autre que lire, et surtout des mangas…

[manga] Xxxholic t.3:
Je suis décidément dingue de cette série, maintenant mon manga préféré avec Forget-me-not…
Yuko est tellement fascinante, au beau milieu de ses volutes de fumée, les mokonas (entre autres) sont craquants, et y’a toujours une bonne dose d’humour ^^



– [manga] Claymore t.1:
Moui, mwof, je suis mitigée. J’aime bien ces filles « Claymore », et tout l’arrière-plan psychologique qu’elles portent et qu’on effleure seulement. Mais les combats contre les démons sont trop répétitifs, sans compter que tous les autres personnages, les villageois, sont des niais parfaits, limite bâclés.
Je verrai peut-être le tome 2 à l’occasion, mais je suis un peu sceptique.

     

– [manga] Ludwig revolution t.2:
J’aime beaucoup ce concept de contes de Grimm (très) adaptés à la sauce manga, et j’aime de plus en plus ce manga…

   

– Journal de Georgia Nicolson t. 7 Retour à la case égouttoir de l’amour:
du mal à redémarrer avec le vocabulaire, très vite repris en quelques pages, et hop c’est déjà boulotté. Ca se lit trop vite, ce truc!

Write Point

Alors, où j’en suis dans mes scribouilleries…

J’ai écrit mon lai médiéval sur le MdE (adresse provisoire entre 2 déménagements), « Le psylle et le cordier », c’est encore un morceau de ma Mosaïque…
Du coup, je me suis fait un brouillon où j’ai réuni tous mes morceaux, et j’ai relu le texte plus long que j’avais commencé à écrire, mais j’ai un peu de mal à vraiment me remettre dedans.
Et je ne sais toujours pas précisément où je vais, même si c’est un peu le but de cette Mosaïque: me faire construire un univers avec ses lieux, ses peuples, ses histoires, et donc laisser une assez grande part d’ouvertures possibles, mais aussi agglomérer un peu tout ça en le développant vraiment dans une histoire cohérente.

J’ai toujours pas retouché à ma lyricsfic et le regain de motivation est passé, faudra attendre le prochain…
En ce qui concerne ma grande Fanfic, j’y repense régulièrement, mais je doute de plus en plus de m’y remettre vraiment un jour et surtout de m’y tenir jusqu’à l’avoir suffisament avancée, sans me laisser distraire par autre chose ou pas mes doutes devant l’ampleur de la tache. Dommage, j’aurais vraiment aimé mettre des mots sur ces personnages et cette histoire, mais plus le temps passe et moins j’ai de courage et d’intérêt pour ce travail d’écriture.

En revanche, j’ai vaguement quelques idées pour un nouveau texte court, plus ou moins dans le monde de HP, avec une fantôme qui raconte son histoire… Cette nuit j’ai été très turlupinée par ces embryons d’idées et tout un champ lexical qui me bottait, reste à voir ce que je vais en garder, comment je vais pouvoir développer, ce que ça va donner.
Et justement je repensais à un des mes dadas HP: les fantômes à Poudlard, qui font partie intégrante du quotidien et que tout le monde accepte comme des habitués des lieux sans plus s’émouvoir, à part quand tout à coup ça devient une bonne idée d’aller leur demander leur histoire (suivez mon regard: chez les Serdaigle!).
Pour ma grande Fanfic, j’avais plusieurs fois pensé à une de mes personnages qui auraient des discussions régulières avec la fantôme de sa maison, un peu comme avec une amie un peu spéciale (par exemple comme Harry avec Mimi Geignarde?). L’idée récurrente était de sortie cette nuit ^^

J’ai 2 vignettes Disque-Monde sous le coude. Enfin, la deuxième est trop longue pour être appelée vignette, mais bon. J’attend juste un dernier avis pour publier la première sur FF.Net, dès que Marygold aura eu le temps d’y jeter encore les mirettes. Par contre, la deuxième aurait encore sacrément besoin d’être retravaillée. C’est un peu trop poussif, laborieux et compliqué, pour de l’humour pratchettesque. M’enfin (comme toujours) je finis par ne plus trop savoir comment y remédier. Là aussi j’attend ma chère beta tout en essayant de continuer à voir ce que je peux faire pour améliorer, mais je pense que j’en serai toujours pas satisfaite quand je publierai. M’enfin, il suffira de n’y voir qu’une pauvre tentative de faire du fandom Discworld, et pis c’est tout ^^

Fantasy vs Fantasie

Sur Elbakin:

on apprend que le JO du 23 décembre 2007 a adopté le nom (féminin) fantasie comme équivalent de l’anglais fantasy, de même que sa définition : «genre situé à la croisée du merveilleux et du fantastique, qui prend ses sources dans l’histoire, les mythes, les contes et la science-fiction».
Fantasie, voilà donc enfin le néologisme issu du terme fantasy que pourra entériner l’Académie Française, en relation avec les décisions de la Commission générale de terminologie et de néologie du JO.
Un changement certes minime, mais qui prêtera sûrement à débat. Peut être ce terme trouvera-t-il davantage sa place dans les dictionnaires de la langue française que son équivalent anglais pourtant employé en France depuis des décennies…


Oh noooonnnn!!!! Je suis dégoûtée, j’ai toujours été une militante fervante du « y », parce que ça fait trop moche et ridicule en français, sans compter que ça porte à confusion avec la fantaisie qui est un tout autre genre… Non, franchement, c’est trop naze.

Je m’ennuie de Noël

Les jours ont commencé à raccourcir, z’avez remarqué? (et puis la flotte est de retour, mais bon, ça…)

Moi, ça fait à peu près une semaine que je pense régulièrement à Noël, l’esprit de fin d’année, la neige, les beaux sapins et les loupiotes, les cadeaux et les gueuletons, et finalement les journées rasoir à se coltiner en famille ou à comater vainement.
J’ai même ressorti quelques chansons de Noël de Loreena McKennitt…

Mais voilà: depuis… combien de temps, en fait? J’en sais rien, mais je me sens de plus en plus frustrée de ces Noëls plan-plan en famille. Même si je suis pas forcément non plus désireuse de vivre la grande bringue (j’aime pas me saoûler, ni le goût de n’importe quelle boisson alcoolisée – à part le cidre, et encore il doit être doux et de préférence normand – et j’aime pas danser non plus, donc ça restreint un peu). Je sais pas exactement ce que je veux, en fait. Je voudrais vivre l’esprit de Noël de plus près, ce petit truc dans l’air qui rend euphorique et nostalgique en même temps, cette magie bien particulière…
Mais ces temps-ci je suis aussi résolument casanière et renfermée, ça n’aide pas vraiment à l’esprit d’initiative.

Pourtant j’aurais une ouverture de rencontre forumière qui en d’autres temps m’auraient sûrement enthousiasmée au plus haut point, mais qui pour le coup me laisse mitigée et dubitative. Bien évidemment, j’ai toujours la curiosité et l’envie de voir les gens qu’il y a derrière des pseudos que je fréquente fréquemment, mais j’ai aussi la grosse timidité de rester pendant deux jours (et dormir, etc) chez des gens que justement je connais pour l’instant pas des masses (en même temps, pour commencer à se connaître y’a pas d’autre solution que de saisir les occasions, hm?).

Bon, l’argument majeur reste comme toujours le déplacement, et subséquemment le prix du train, of course. Et par aileurs, faudrait vraiment que je me calme au niveau dépenses-pour-le-plaisir, parce que même si c’est toujours des bonnes affaires, ça finit par s’accumuler même si je me retiens autant que possible…
Bon, il y a aussi le marché de Noël de Strasbourg que j’aimerais bien voir un jour. Mais ce serait un peu (euphémisme) onéreux et je ne sais pas trop avec qui j’y irais. Tout comme pour mon envie de baguenauder en Ecosse, d’ailleurs.

Reste à voir si on peut simplement se faire quelque chose entre copines, mais dans nos cambrousses les fêtes de famille c’est un peu sacré, pis la plupart habitent chez les parents (et mon appart’ est un brin trop loin, et d’ailleurs un peu petit pour recevoir), alors bon, faut pouvoir s’organiser. Pis chais pas, mais en fait bof, ça m’emballe pas des masses non plus.

Ah, c’est bien morositant d’avoir des rêves et des envies tout en étant renfermée plus que jamais… Je suis vraiment une fille compliquée et chiante, par le fait.

Lectures de début septembre

Allez, on est presque au milieu du mois, je refais un bilan de lecture, parce que ça me botte ^^

J’ai donc lu ou fini:

– [BD] Le Chat du rabbin, Joann Sfar: plutôt sympa!
1: la Bar-mitsva
2: Le Malka des Lions
3: L’Exode
4: Le Paradis terrestre
5: Jerusalem d’Afrique



– Millénium t.3: La reine dans le palais des courants d’air, Stieg Larsson: mouais, ben il était temps que ça se finisse. Ce genre de polar n’est définitivement pas mon truc, même si je reconnais que c’est pas mauvais.

– Thud! (la VF « Jeu de nains » sort en fin d’année) +  l’extrait inclus de Wintersmith (prochain Tiphaine Patraque), Terry Pratchett:
Wouhou, I did it! ça y est, j’ai lu un Pratchett en V.O.!
Je craignais beaucoup de ne rien piger, mais en fait j’ai eu beaucoup moins de difficultés que je pensais, même avec son humour et son vocabulaire bien particulier. Il n’y a qu’à la fin où je n’ai pas tout compris, je suis passée à côté des subtilités dans la scène cruciale mais chaotique… Vivement la VF, donc (et tant pis si c’est exactement la même couverture).
L’extrait de Wintersmith, par contre, m’a fermement convaincue de toujours attendre la VF pour les Tiphaine. Parce que le langage des Feegle, déjà en français il faut un peu s’accrocher, mais alors en V.O. je me sens complètement larguée!
Et pis ça me fera des économies, huhu… Par contre pour « Nation », je me tâte, c’est difficile de ne pas se laisser gagner par l’enthousiasme de la promo chez les Brittons.
M’enfin je me sens légèrement saturée de V.O., là.
D’ailleurs j’ai toujours Making Money qui m’attend, pour faire suite à Timbré que je compte relire pour l’occasion. Mais ça sera pas pour tout de suite… En attendant, je vais me relire Carpe Jugulum, tiens.

– La fée des dents, Graham Joyce:



Il me faisait de l’oeil dans les librairies, çui-là. J’ai fini par l’emprunter pour voir de plus près… Et j’ai beaucoup aimé. Ca m’a beaucoup rappelé « Coeurs perdus en Atlantide » de Stephen King: il n’y a pas de grands rebondissement et d’action à proprement parler, mais on suit tout simplement la vie au quotidien de trois enfants, des enfants bien ancrés dans leur réalité morose et pourtant pas tout à fait comme les autres, mais au final peut-être que si: voilà en gros l’impression générale!
Ca m’a tenu en haleine d’un bout à l’autre.

Et il y a même une allusion à Doctor Who, huhu! Normal, vu la popularité de la série en UK, mais c’est le genre de détails qui me fait toujours plaisir… D’ailleurs je suis en train de rechercher frénétiquement la citation exacte du Journal de Georgia Nicolson où l’oncle Eddie fait le Dalek, et puis j’arrive plus à me souvenir où c’est qu’il me semble aussi avoir lu assez récemment un autre clin d’oeil à Doctor Who… Un de ces jours je crois que je ferai un post là-dessus ^^

Bref, et donc j’ai actuellement en lectures en cours:

– Le Soldat Chamane t.1, Robin Hobb: c’t’un peu long…
– Journal de Georgia Nicolson t. 7 Retour à la case égouttoir de l’amour: Bizarrement j’ai eu du mal avec le vocabulaire dans les premières pages, mais j’ai vite repris l’état-d’esprit général de la chose ^^
– [manga] Ludwig revolution t.2
– [manga]
Xxxholic t.3

Plus en pointillés:
– [manga] La nuit du fantôme: j’en reparlerai (enfin si j’y pense)
– (relect.) Carpe Jugulum, Terry Pratchett

– Saint Glinglin, Raymond Queneau: quand j’ai envie de me chatouiller la cervelle ^^

Dr Who 304-305, Daleks in Manhattan / Evolution of the Daleks

Manhattan, 1799, l’Empire State Building, la Statue de la Liberté…


J’ai des souvenirs de lycée qui remontent, là, lol! Ah, ces TPE… Et encore plus quand le Doc déclame le poème qui est au pied de la Statue de la Liberté, The New Colossus, d’Emma Lazarus (tiens? y’a lazarus dans le titre de l’épisode suivant, hum?)

« Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free… »

Je me revois encore essayer de traduire globalement ce poème pour voir si on pouvait en tirer quelque chose d’intéressant, hihi…



Et puis, petit rappel historique: la Grande Dépression, et le Hooverville dans Central Park… L’image a de quoi inspirer, mine de rien.
M’enfin on est dans Doctor Who, quand même. Et comme de juste, revoilou les Daleks.

« They survive. They always survive while I lose everything »



Escortés cette fois par des couinants pigs slaves (qui me rappellent le début de The Empty Child… ‘va falloir que je me le revoie, maintenant que j’ai mon joli coffret de la saison 1)


Pauvres cochonisés, quand même…
Et cette petite bonne femme, « Tallulah with three L’s and a H’s »…

« Martha: That’s prove it: There’s someone for everyone.
Doctor: Maybe… »

Hum, en tous cas, les Daleks sont toujours là. On assiste à un tournant assez intéressant de leur histoire, d’ailleurs, par certains côtés… Mais non, au final ils sont toujours les tueurs inflexibles qu’on a appris à connaître.



« But you have doubts?
– Affirmative »

Et on ressort les fouets pour les blancs d’oeufs…



(Direction les cuisines. Mouhahahaaaa ^^)


(j’adore c’te tronche de Martha, au passage – fière de ma caps, huhu)

M’enfin le Doc maîtrise, comme d’hab’.



Même s’il nous cause une sacrée petite frayeur en cours de route (et l’image est sublime, paradoxalement…)


Et puis voilà, c’est déjà fini. Ca va toujours trop vite, les doubles épisodes bourrés d’action. (Sauf les finaux où y’a aussi trop d’émotion, lol)

Bye bye Manhattan…
« Give me your tired, your  poors, your huddle masses and maybe the odd Pig Slaves Daleks mutant hybrids, too »
(Mouhaha ^^)



See you soon, Dalek Caan?

Lady librarian

« The lady say you got to go, so we gotta go ».
Waw! Ben ça a déjà plus de classe que la vieille rengaine moisie « bon, ben on va laisser aller manger la d’moiselle – à demain (ahaha) » du big boulet du samedi (ça fait longtemps qu’il est pas venu, je vais forcément y avoir droit cette semaine… raaah)

J’aime les anglais. Même si j’ai aussi des boulets dans ce tas (raah, les pareents!!!), c’est toujours avec plus de classe, bizarrement.

Don’t wake me up when september comes

Je m’étais bien installée dans ma routine, il ne se passait presque rien, tout était en suspens pendant l’été, période de grandes vacances… Et tout d’un coup, voilà qu’on est en septembre, et que tout le monde se réveille sauf moi, qui aurait bien aimé continuer à comater (relativement) tranquillement.

Rien que mardi, j’avais déjà ramassé une bonne migraine et une réserve de stress (et sources de). Evidemment, ça ne s’en va pas comme ça, ce serait trop facile. Semaine pourrie en vue… Je m’attend à un point culminant samedi, où visiblement il va y avoir la fête foraine sur la place, je ne sais donc pas encore si je vais pouvoir circuler et me garer pas loin du boulot, mais je vais plutôt sûrement galérer un peu. Et je vais encore me taper leur sono de merde pendant toute une matinée, en plus de la floppée de visiteurs du samedi et son maxi quota de chieurs. Gasp. Rien de bien méchant, en fait, mais ajouté à tout le reste, ça m’achève rien que d’y penser.

M’enfin je vais quand même pas gaspiller un précieux congé rien que pour ça. N’empêche que y’a toujours des hauts et des bas, mais là j’ai l’impression que je suis dans le bas pour un bon moment… (si seulement je pouvais vivre bien sans avoir à bosser)

Peau neuve (?)

(ouais j’ai pas d’idée pour le titre, sorry)


Oooh, je découvre le nouveau design du site officiel d’Indo, c’est la classe!! (comme d’hab’)



(p’naise, si ça se trouve ça fait des mois qu’il est là, je me tiens plus trop au courant…)

Le concept du prochain album? J’adore… Même atmosphère qu’Alice & June, mais en pas pareil, lol! Et puis cette petite volée de notes, et ce joli, euh… orgue de barbarie, c’est ça? Le machin à manivelle qui déroule ses partitions, là… Bref, ça a petit arrière-goût de fête foraine, et l’ensemble est bien prometteur
Vivement 2009… Roh, ça y est, je suis encore en manque 

En attendant, j’irai peut-être revoir Volo en novembre, ils passent dans un p’tit festival en Corrèze… Et au programme y’a aussi Tryo le 7 mai 2009 au Zenith de Limoges.