Arnaud Tsamere, Jeremy Ferrari et Baptiste Lecaplain au Zénith de Limoges (10/01/2013)

Hier, j’ai été voir ces trois humoristes adorés au Zénith de Limoges.
(et là je m’aperçois que ça faisait pas moins de deux ans que je n’étais pas retournée au Zénith, et un an que je n’avais pas revu les copines. Tempus, tu fugit trop vite.)

Arnaud Tsamere, c’est le « Captain Sport Extrême » dans Hero Corp et un des meilleurs talents révélés par « On n’demande qu’à en rire » ; Jérémy Ferrari a aussi fait son temps chez Ruquier avec un humour plus noir ; et Baptiste Lecaplain a un sketch sur l’escrime et les sports ridicules qui tourne sur Rire & Chansons (#mêmepashonte).

Et c’est déjà un beau cadeau de les voir tous les trois pour le prix d’un seul, le même soir, sur le même plateau

C’était la première fois que j’allais au Zénith pour autre chose qu’un concert, et j’étais un peu dubitative sur les conditions que ça pouvait donner… Heureusement, j’ai eu la chance de pouvoir arriver assez tôt (et gloire aux tickets à prix unique et placement libre) pour pouvoir m’installer dans les rangs de la fosse, bien au milieu et sans nuque king size dans ma trajectoire, avec à mes côtés les coupines arrivées tard mais plus vite que prévu: ça frôlait la perfection
Et avec les côtés fermés par des rideaux, on avait un espace somme toute assez proche des conditions d’un théâtre, effectivement.

Les écrans étaient pratiques aussi, d’autant plus que la soirée commence par la projection d’une vidéo où les trois jouent ensemble une scène dans un hôtel, mêlant déjà leurs talents foisonnants traversés d’éclairs de génie, et déjà bien drôle.

On revient à la scène où les trois se campent en chair et en os sous les projecteurs, ça fait son petit effet – surtout Arnaud Tsamere, la tignasse en pétard à un niveau qui dépasse l’entendement et l’air farouche.

Puis on retourne à l’écran, une autre scène d’hôtel, assez succulente, qui se termine habilement avec juste Tsamere et Lecaplain qui présentent et lancent Jérémy Ferrari, qu’on retrouve alors sur scène pour son propre show.

C’est impossible de résumer un spectacle de ce genre, mais en gros, y’a eu quelques extraits de l’Ancien Testament (si, si), une recherche laborieuse d’anecdotes sur Limoges, et du gambadage intempestif.
Je me suis régalée, et mon amûr pour lui s’est grandement décuplé

Après ça, un autre interlude vidéo sur écran, qui débouche sur la vidéo du sketch de Captin America dans « On n’demande qu’à en rire » (ça fait bizarre de le voir là, sur un écran du Zénith), qui débouche sur le sketch réinterprété sur scène… miam!
Et c’est tellement ça, c’est tellement… Tsamere, quoi. Et pas seulement, ça, hin, toute sa partie sur scène, avec du plus inédit et du vif de la soirée. Même si y’a eu aussi du remake du sketch du vaudeville – absolument savoureux, d’ailleurs, et bien intégré à la soirée aussi…
Et pis rah, quel type, je m’en lasse pas
 
Voilà voilà, nouvel interlude vidéo, et on passe à Baptiste Lecaplain. Et si les deux premiers avaient déjà fait preuve d’une belle énergie pour nous éclater, autant vous dire que lui, il a tout explosé
Trois fois plus de bon mime, d’impro, de rebonds sur le public, et de délire général.
A base de colloc’, de jet de douche, de crabe de poissonnerie, d’Etienne Daho de supermarché, et de mini-poneys en warning…
Et puis il est encore plus jubilatoire que les deux autres, à déclarer et montrer qu’il se fait marrer tout seul dans ses délires chopés au vol, on sent encore mieux à quel point il prend son pied dans son truc.
J’étais déjà bien bidonnée, mais là c’était fou rire sur fou rire, un truc de dingue

Pour finir, on repasse à l’intermède du petit feuilleton des artistes à l’hôtel, mais c’est pas encore la fin: on revient à la scène, où les trois sont dûment acclamés pendant leur salut.

En guise de rappel, ils reviennent ensuite avec manteaux et valises en s’engueulant à propos d’une sombre histoire de chauffeur de bus parti fâché, et traversent le public là-dessus.
Au final, une dernière vidéo sur les écrans boucle la boucle, et voilà, c’est fini…

Et j’ai passé un moment extraordinaire, ils sont juste excellents et très beaux et triplement géniaux

(et gne veux le refaaaiiiire!!! et les voir après en dédiz-papotis!!!)

Laisser un commentaire