Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

Lorgnette*View

Chappie (film)

Avec l'opération "Printemps du cinéma", le ciné moins cher nous est redevenu accessible et on a donc essayé d'en profiter.

Notre première séance fut tout de suite la bonne, une agréable surprise avec Chappie, un film de robots et de baston qui semblait être sans grande prétention, mais je trouve qu'il a été plutôt mal présenté et ses teasers l'ont desservi, pour ne s'adresser qu'à grands traits au plus large public-cible.

chapp0

/!\ ATTENTION SPOILERS /!\
(je raconte, en évitant le point les plus importants, mais je raconte. vous voilà prévenus.)

Nous sommes donc à Johannesburg, Afrique du Sud, dans un futur proche. Face à la délinquence et la criminalité galopantes, les forces de polices débordées font appel à Tetravaal, une grosse entreprise qui leur fournit des droïdes comme escortes efficaces et remplaçables à l'infini sans les conséquences de pertes humaines.

chapp1a

Ces "scouts" sont une création de Deon Wilson, dont le rêve et la vocation est de pousser encore plus loin pour créer une intelligence artificielle (IA) parfaite, dotée d'une conscience propre et indépendante, aussi proche que possible de l'humain, dans ce qu'il a de meilleur. Il pense aux répercussions que cela pourrait avoir sur les perceptions artistiques, l'enseignement, etc... C'est clairement son but ultime, celui pour lequel il travaille sans relâche, repoussant toujours les limites de son remarquable talent d'ingénieur (autant que celles plus triviales liées à son corps d'humain - un geek sorti de l'école 42, quoi).

Mais Tetravaal ne cautionne pas ces recherches, préférant se concentrer sur la production de scouts dans leur état actuel qui répond parfaitement à la demande importante de la police - en clair : une affaire qui marche, point barre.

chapp1b

Ce sont d'ailleurs les mêmes motivations qui cantonnent Vincent Moore, autre ingénieur visionnaire de l'entreprise, à la simple étude circonspecte en tant que plan B de son projet à lui, l'Orignal, un droïde géant plus puissant, imposant et mobile - mais résolumment opposé à toute idée d'intelligence artificielle, privilégiant un contrôle total à distance par un commandant humain doté d'un casque neuronal permettant la transmission entre son robot sur le terrain et ses propres ordres décidés à l'abri des combats.

chapp333

Concept qui n'emporte pas non plus l'adhésion totale de Tetravaal, à l'écoute de son client plus concerné par une guérilla urbaine - pour laquelle l'orignal paraît disproportionné - qu'à un champ de bataille en guerre ouverte où il aurait plus sa place.

Malgré l'argument du contrôle humain plutôt qu'une intelligence artificielle, le projet reste donc en étude - à financements réduits pour mieux se concentrer sur les scouts déjà opérationnels.

Dans tout ça, on remarque déjà le spécimen n°22 qui revient invariablement de ses missions en passant par la case maintenance, grand poissard des troupes droïdes.

chapp1aa

C'est d'ailleurs durant une opération au coeur des bidonvilles qu'il se fait mettre HS une dernière fois par Hippo lui-même, caïd incontournable pour tous les malfrats de la ville.
En l'occurence, la petite bande de Ninja, Yo-Landi et Amerika, qui se sortent miraculeusement de l'intervention, mais pas de leur dette qui s'en trouve décuplée.

Ca sent le roussi, mais ils ont peut-être une chance avec une idée folle : et s'il y avait une télécommande pour "éteindre" tous les robots-flics ?

Pendant ce temps, Deon est parvenu au bout de ses recherches, avec un fichier de conscience intégrable à la programmation des scouts, mais se voit refuser l'autorisation de le tester, même sur le n°22 qui est désormais en route pour la casse.
Mais cette fois, pour le projet de sa vie, il résoud de se passer de l'accord officiel et dérobe lui-même le droïde cabossé, pour le rafistoler chez lui et en faire son prototype d'IA douée de conscience.

Par un petit incident de parcours, il se retrouve kidnappé par l'équipe de Ninja, qui garde le n°22 et accepte de laisser Deon le reprogrammer en espérant pouvoir en faire un droïde à leurs ordres, l'arme parfaite pour se tirer d'affaire.

La conscience est donc intégrée, et le droïde numéro 22 se réveille en étant le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Aussi perdu et malléable qu'un bébé, il est rebaptisé Chappie par la bande, qui va être son premier environnement proche beaucoup plus que ne le pourra Deon, malgré sa volonté et ses efforts pour lui inculquer quelques bases de morale et stimuler sa créativité.

"Une promesse, on ne l'efface pas."

Ninja veut surtout en faire un tueur sans s'embarrasser de chichis, Amerika temporise en l'élevant comme une petite racaille de quartier (bling-bling included), et Yo-Landi lui apporte une tendresse toute maternelle qui rejoint les idées de Deon.

chappie-0

Toute une éducation...

Entre l'atelier peinture, le wesh-wesh, le livre du petit mouton noir, et l'apprentissage de la vie à la dure.

chapp10       chapp11b

chapp44

chapp8       chapp8a

chapp13

   chapp12       chapp11a

chapp7

Mais Moore, frustré de voir son orignal délaissé, développe un virus qu'il inocule aux scouts pour rendre son projet soudain indispensable.

En ramenant Chappie en urgence (et en loucedé) au labo de Tetravaal, Deon parvient à le nettoyer du virus, et le robot curieux pique un casque neuronal de Moore en passant...

En complétant son enseignement dans le grand bouillon de culture qu'est internet, il parvient lui-même à faire un premier essai de transfert de conscience sur support numérique.

Les choses se compliquent ensuite, les combats s'intensifient sur tous les fronts, entre malfrats, autorités, droïdes prototypes et leurs inventeurs...

chapp14

chapp15      chapp16

chapp17

Chappie appréhende alors des sujets éthiques comme le mensonge, la manipulation, mais aussi l'instinct de survie de sa "famille", le sens du sacrifice, et l'alternative extraordinaire du transfert de conscience.

Les enjeux sont colossaux, et en face des rêves d'échappatoire ou d'évolution pour l'humanité venant des proches de Chappie, les autorités autant que l'ingénieur adverse considèrent l'IA comme trop dangereux pour l'ordre établi, incontrôlable... Ils vont tout faire pour maintenir le statu quo et s'assurer qu'il soit le premier et le dernier de son espèce.

chapp20

chapp18

chapp19

C'est vraiment un coup de coeur inattendu, pour moi.

Mon ressenti d'après le teaser était un abrégé de robot gentil au milieu de robots flics, en gros.

En réalité c'est bien plus que ça. 
C'est l'IA contre le contrôle humain, c'est les outils entre de bonnes ou de mauvaises mains, c'est la conscience et tout ce que ça implique, de bon et de mauvais, d'éducation et de convictions, de questions existentielles et d'expériences, d'instruction et de libre arbitre.

C'est un peu (juste un peu) comme un Wally "pour les grands", en plus trash et dans une atmosphère de guérilla urbaine, dans le Johannesburg des bidonvilles et des gratte-ciels, frôlant l'apocalypse.

 

Et la vieille question de la vie éternelle, du transfert et sauvegarde de conscience...

Et l'humanité dans toutes ses nuances, de ce qu'il y a de plus crade jusqu'aux pépites qui se dénichent sous la poussière et les galères.

C'était vraiment bô. Je me suis beaucoup attachée à Chappie, et Yo-Landi, et Deon. Et même Ninja sur la fin.
(D'ailleurs je découvre que Yo-Landi et Ninja ont leur groupe de rap, Die Antwoord, donc presque des rôles de composition pour eux dans l'univers de ce film.)

chapp21


 

The Big Bang Theory, Saison 1

"Our whole universe was in a hot dense state, Then nearly fourteen billion years ago expansion started, wait, The Earth began to cool, nanananananool, nanananananool, nanananananana, Math, science, history, unraveling the mysteries, That all started with the big bang - Bang!"

Vous aurez bien sûr reconnu si, comme moi, ce générique vous reste en tête depuis une certaine série - pour moi c'est (seulement) depuis quelques jours que je me suis *enfin* mise à regarder The Big Bang Theory.

tbbt1-0

A vrai dire je n'étais pas sûre que j'aimerais vraiment... en fait, j'ai adoré cette première saison ^^

Ces purs geeks sont géniaux, déjà par eux-mêmes, mais bien évidemment encore plus dans leurs tentatives de socialisation avec la charmante nouvelle voisine, Penny, jeune fille ordinaire qui travaille comme serveuse à Cheesecake Factory et enchaîne les relations décevantes avec des sales types.
En face: Sheldon, le nerd arrogant qui ne sait parler et penser que d'un point de vue très scientifique, Leonard, le nerd coloc' qui essaye de sauver les meubles avec ses maigres notions de vie en société ordinaire, Howard, le nerd blogueur et youtubeur compromettant mais aussi tombeur-loser obsédé, et Raj, le nerd standard mais terrorisé par la gent féminine.

Une belle bande de clampins autant que de génies, en somme, et des personnages riches de potentiel pour alimenter la sitcom et attachants que je trouve très bien interprêtés (je parle bien sûr de la vost - quoique le doublage vf ne me semble pas si mauvais en soi, c'est juste que c'est infiniment meilleur et dans l'esprit en vo).

Je les aime tous chacun à leur façon, bien que Sheldon se démarque un peu plus pour son aplomb à toute épreuve, et Leonard pour sa délicatesse ^^

Revue d'impressions des épisodes :
(attention: spoilers!)

* 101 - Pilot *

Les mots croisés de la secrétaire au don du sperme des hauts Q.I., les tableaux des scienteux, la douche, le défroquage chez l'ex, le plan karaoké lourd de Howard.

tbbt1-1-2

"Penny: This is really impressive.
Leonard: I have a board. If you like boards, this is my board." 

"Leonard: At least I didn't have to invent 26 dimensions just to make the math come out.
Sheldon: I didn't invent them. They're there.
Leonard: In what universe?
Sheldon: In all of them, that is the point!
"

*

* 102
- The Big Bran Hypothesis *

Le délire sur Superman, la livraison de meubles, la compulsivité maniaque de Sheldon face au bordel chez Penny, le conflit de sarcasme entre Leonard et Sheldon, le monologue avec Raj, la lettre d'excuse, le délire du montage de meuble ikea.

tbbt1-2-1

"Leonard: You know what, you’ve convinced me, maybe tonight we should sneak in and shampoo her carpet.
Sheldon: You don’t think that crosses a line?
Leonard: Yes! For God’s sake, Sheldon, do I have to hold up a sarcasm sign every time I open my mouth.
Sheldon: You have a sarcasm sign?
Leonard: No, I do not have a sarcasm sign."

*

* 103 - The Fuzzy Boots Corollary *

La partie de mmporg, le dépit de Leonard face au nouveau mec de Penny, la tentative d'approche de Lesley Winkle (ce personnage est génial), le délire sur les robots, le cours de salsa avec des vieux.

tbbt1-3-1

"
Sheldon: I’ve got the Sword of Azeroth!

Leonard: Forget the sword, Sheldon, help Raj.
Sheldon: There is no more Sheldon, I am the Swordmaster!"

 "Howard: Kissing, what kind of kissing? Cheeks? Lips? Chaste? French?
Leonard: What is wrong with you?
Howard: I’m a romantic."
 

"Sheldon: I have noticed that Lesley Winkle recently started shaving her legs. Now, given that winter is coming one can only assume that she is signalling sexual availability."

"Lesley: Hang on. I’m trying to see how long it takes a five hundred kilowatt oxygen iodine laser to heat up my cup o’ noodles.
Leonard: I’ve done it, about two seconds, 2.6 for minestrone."

"Sheldon: Oh, I’ve seen that look before. This is just going to be two weeks of moping and tedious emo songs, and calling me to come down to pet stores to look at cats. I don’t know if I can take it."

*

* 104 - The Luminous Fish Effect *

Sheldon viré, ses expériences sur les oeufs du p'tit déj', sa découverte de la vie ordinaire (et le calvaire pour Penny de le traîner au supermarché), la situation de crise, l'appel de la mère de Sheldon à la rescousse.

tbbt1-4-3

"Howard: Hey, what up, science bitches? May I introduce my special lady friend, Summer.
Summer: I already told you, touching’s extra."

"Penny: Well, maybe it’s all for the best, you know I always say, when one door closes, another one opens.
Sheldon: No it doesn’t. Not unless the two doors are connected by relays, or there are motion sensors involved."

"Mrs Cooper: You know, you two make a cute couple.
Leonard: No, we’re not, we’re not, not a couple, two singles, like those individually wrapped slices of cheese that…. are friends.
Mrs Cooper: Did I pluck a nerve there?
Howard: Oh yeah."

"Howard: Hey, look who’s come out…
Mrs Cooper: Shhh, you're spooking him. It's like a baby deer, you gotta let him come to you."

*

* 105 - The Hamburger Postulate *

Le premiers repas des gars au Cheesecake Factory où Penny travaille, la répétition de quartet fortuite avec Leslie - et autres implications d'instruments -, Leslie qui corrige tout sur le tableau de Sheldon.

tbbt1-5-1

"Sheldon: You’re a lucky man, Leonard.
Leonard: How so?
Sheldon: You’re talking to one of the three men in the Western hemisphere capable of following that train of thought.
Leonard: Well, what do you think.
Sheldon: I said I could follow it, I didn’t say I cared."

"Sheldon: Who told you you could touch my board?
Leslie: No-one.
Sheldon: I don’t come into your house and touch your board.
Leslie: There are no incorrect equations on my board.
Sheldon: Oh, that is so… so…
Leslie: I’m sorry, I’ve got to run, if you come up with an adjective, text me."

"Sheldon: You know, I think I may have misjudged this restaurant.
Leonard: No kidding.
Sheldon: I won’t go out on a limb, but I think we may be looking at my new Tuesday hamburger.
Leonard: Your old Tuesday hamburger will be so broken hearted."

"Sheldon: Who do I speak to about permanently reserving this table?
Penny: Um, I don’t know, a psychiatrist? "


*

* 106 - The Middle-Earth Paradigm *

L'invitation de Penny à sa fête d'Halloween, le délire cosplay des geeks, le hobbit vs l'ex baraqué, Raj au goût d'une fille (bourrée).

tbbt1-6-1

"Penny: It might. Boy, you’re really smart.
Leonard: Yeah, I’m a frickin’ genius.
Penny: Leonard, you are so great. Why can’t all guys be like you?
Leonard: Because if all guys were like me, the human race couldn’t survive."

*

* 107 - The Dumpling Paradox *

Le timing de la nuit Halo, la squatteuse pétasse de Penny, le prêt du canapé, l'oubli total de Raj dans l'affaire, Sheldon perturbé dans ses habitudes et sa routine obstinée (mais avec du Doctor Who dedans  ), le clash entre la mère de Howard et la pétasse.

tbbt1-7-1

"Leonard: Penny, you are on fire.
Penny: Yeah, so is Sheldon.
Sheldon: Okay, that’s it, I don’t know how, but she is cheating. No-one can be that attractive and be this skilled at a video game.
Penny: Wait, wait, Sheldon, come back, you forgot something.
Sheldon: What?
Penny: This plasma grenade. Ha! Look, it’s raining you!
Sheldon: You laugh now, you just wait until you need tech support.
Penny: Gosh, he’s kind of a sore loser, isn’t he?
Leonard: Well, to be fair, he is also a rather unpleasant winner."

"Sheldon: Every Saturday since we have lived in this apartment, I have awakened at 6:15, poured myself a bowl of cereal, added a quarter cup of 2% milk, sat on this end of this couch, turned on BBC America and watched Doctor Who.
Leonard: Penny’s still sleeping.
Sheldon: Every Saturday since we have lived in this apartment, I have awakened at 6:15, poured myself a bowl of cereal….
Leonard: I know, I know, look, you have a TV in your room, why don’t you just have breakfast in bed?
Sheldon: Because I am neither an invalid nor a woman celebrating Mother’s Day."

"Leonard: Sheldon, think this through, you’re going to ask Howard to choose between sex and Halo.
Sheldon: No, I’m going to ask him to choose between sex and Halo 3. As far as I know, sex has not been upgraded to include high-def graphics and enhanced weapon systems.
Leonard: You’re right, all sex has is nudity, orgasms and human contact.
Sheldon: My point."


*

* 108 - The Grasshopper Experiment *

Les parents de Raj en video-tchat, la perspective d'un mariage arrangé qui lui tombe dessus, le test de cocktails de Penny, le débloquage de Raj qui peut parler en présence d'une femme s'il est bourré, Lalita qui du coup se fait bâcher méchamment, Sheldon qui la compare à une princesse de dessin animé de son enfance, ce qui la conduit à préférer passer sa soirée avec lui plutôt que Raj, l'engueulade des parents, et Sheldon qui se lâche sur le piano quand Penny expérimente les effets de l'alcool sur lui.

tbbt1-8-2

"Penny: I need some guinea pigs.
Sheldon: Okay, there’s a lab animal supply company in Reseda you could try, but if your research is going to have human applications may I suggest white mice instead, their brain chemistry is far closer to ours.
Penny: I swear to God, Sheldon, one day I’m going to get the hang of talking to you.
Leonard: His mom’s been saying that for years."

"Penny: Okay, calm down, no-one can make you get married. Why don’t you just meet this girl and, see what happens.
Raj: Haven’t you been listening to me, I cannot talk to women.
Leonard: Um… Raj.
Howard: No, no, let’s see how long it takes him.
Penny: Um, Raj, honey, you say you can’t talk to women but… you’ve been talking to me.
Sheldon: And now we’ll never know.
Raj: You’re right. I… I am"

"Sheldon: When I was a little boy and got sick, which was most of the time, my mother would read it to me. It’s about an Indian princess who befriends a monkey, who was mocked by all the other monkeys because he was different. For some reason I related to it quite strongly.
Penny: I know the reason.
Leonard: We all know the reason."


*

* 109 - The Cooper-Hofstadter Polarization *

Le délire des geeks qui contrôlent leurs appareils électriques par connexion qui traverse le monde entier, l'invitation à un colloque pour un travail de Sheldon et Leonard, l'envie de Leonard d'y aller mais le refus obstiné de Sheldon, la garde-robe ringarde de Leonard, la blague de physiciens soporiphique pour Penny, et la contradiction surprise de Sheldon qui finit en baston de nerds pitoyable, aussitôt buzzée par Wolowitz.

tbbt1-9-1

"Leonard: I didn’t skip it, it’s just an anecdote. It’s not science.
Sheldon: Oh, I see, was the apple falling on Newton’s head, was that just an anecdote?
Leonard: You are not Isaac Newton.
Sheldon: No, no that’s true, gravity would have been apparent to me without the apple.
Leonard: You cannot possibly be that arrogant.
Sheldon: You continue to underestimate me, my good man."

"Sheldon: So you admit that you’re an egotist?
Leonard: Yes. My name is Dr Leonard Hofstadter, and I could never please my parents so I need to get all my self-esteem from strangers like you. But he’s worse."

"Penny: Is this usually how these physics things go?
Howard: More often than you’d think."


*

* 110 - The Loobenfeld Decay *

Le chant horrible de Penny recrutée pour un spectacle, l'invitation refusée avec un mensonge de Leonard, Sheldon très perturbé avec ce mensonge, sa manière très particulière de frapper aux portes, son perfectionnement du mensonge, et un petit début d'évolution en matière de tact et relations humaines.

tbbt1-10-1

"Penny: You’ll never guess what just happened.
Leonard: Oh, I give up.
Sheldon: I don’t guess. As a scientist I reach conclusions based on observation and experimentation, although as I’m saying this it occurs to me you may have been employing a rhetorical device rendering my response moot.
Penny: What was that?
Leonard: Believe it or not, personal growth."

"Sheldon: He lied, and I’m feeling very uncomfortable about it.

Penny: Well imagine how I’m feeling.
Sheldon: Hungry? Tired? I’m sorry this really isn’t my strong suit."

"Leonard: Oh, I’m getting a bad feeling.
Sheldon: Hunger? Indigestion, I’m sorry I’m really not very good at this. Anyway, Penny now believes that on Friday night, we’re going to participate in my cousin Leopold’s drug intervention.
Leonard: Your cousin Leopold?"

"Leonard: I don’t know what to say."

*

* 111 - The Pancake Batter Anomaly *

Sheldon grandiose dans sa parano hypocondriaque puis malade attention-whore, les stratégies des autres pour se défiler et le fuir, Penny qui se récupère le bébé sur les bras, la berceuse, le regrettable accident de lunettes, le mode furtif foiré.

tbbt1-11-1

“Soft kitty, warm kitty, little ball of fur, happy kitty, sleepy kitty, purr purr purr.”

"Howard: It’s all right, wireless mini-cam and Bluetooth headset. We’ll be your eyes.
Leonard: Fine.
Howard: One more thing. This is a subsonic impact sensor. If Sheldon gets out of bed and starts to walk, this device will register it and send a signal to the laptop. At that point, based on the geography of the apartment and the ambulatory speed of a sick Sheldon, you’ll have seven seconds to get out, glasses or no glasses."

"Howard: Angle your head to the right. A little more. A little more. That’s it, now just keep true. Alright, you’re close enough to Sheldon’s room, deploy the sensor. Now turn it on.
Leonard: It wasn’t on?
Howard: No.
Leonard: Then why did I have to crawl?
Howard: Oh, I guess you didn’t.
Leonard: Okay, it’s on.
Howard: Good. From this point forward you will have to crawl.
Leonard: I know."


*

* 112 - The Jerusalem Duality *

Le jeune scientifique prodige et précoce qui vient battre Sheldon sur ses plate-bandes de geekerie et d'orgueil, l'abattement, la recherche d'un autre sujet d'études ou occupation, l'ingérence vite relou, et le plan de détournement du Dennis vers d'autres terrains de jeu.

tbbt1-12-1

"Sheldon: Alright, and this is my office.
Dennis: Is this part of the tour?
Sheldon: Nope. Goodbye.
Leonard: Come on, Sheldon, we’ve hardly shown him anything.
Sheldon: Oh, alright, this is my desk, these are my books, this is my door, please close it behind you. Goodbye."


"Dennis: Wow, you won the Stephenson award.
Sheldon: Yes, in fact I am the youngest person ever to win it.
Dennis: Really, how old?
Sheldon: Fourteen and a half.
Dennis: You were the youngest person ever to win it.
Leonard: It’s like looking into an obnoxious little mirror, isn’t it?"


"Leonard: Just eat, Sheldon, you’ll feel better.
Sheldon: Why waste food. In Texas when a cow goes dry they don’t keep feeding it, they just take her out and shoot her between the eyes.
Penny: I’m confused, did Sheldon stop giving milk?"


"Howard: Sheldon.
Sheldon: Yes.
Howard: Go away.
Sheldon: Did Leonard tell you to say that?
Howard: No, I thought of it all by myself.
Sheldon: Huh. It can’t be a coincidence. There must be some causal link I’m missing."


"Gablehouser: Oh, what are you working on?
Sheldon: Something remarkable. Since my prospects for the Nobel Prize in physics have disappeared, thank you very much, I’ve decided to refocus my efforts and use my people skills to win the Nobel Peace Prize. Look, I’m going to solve the Middle-East Crisis by building an exact replica of Jerusalem in the middle of the Mexican desert.
Gablehouser: To what end?
Sheldon: You know, it’s like the baseball movie, build it and they will come.
Gablehouser: Who will come?
Sheldon: The Jewish people.
Gablehouser: What if they don’t come.
Sheldon: We’ll make it nice, put out a spread."


*

* 113 - The Bat Jar Conjecture *

La coupe de l'université de physique, la constitution des équipes, uniformes, etc, l'entraînement avec Penny, puis la sécession de Sheldon, le retour de Leslie, le concierge russe du 3° étage.

tbbt1-13-1

"Sheldon: Just look. I’ve designed the perfect uniforms for our team. The colours are based on Star Trek, the original series. The three of you will wear support red, and I will wear command gold.
Leonard: Why do they say AA?
Sheldon: Army Ants.
Leonard: Isn’t that confusing? AA might mean something else to certain people.
Sheldon: Why would a physics bowl team be called anodised aluminium?
Leonard: No, I meant…. never mind. Hey, check it out. I got you a Batman cookie jar!
Sheldon: Oh neat, what’s the occasion?
Leonard: Well, you’re a friend, and you like Batman, and cookies, and you’re off the team.
Sheldon: What?
Leonard: Howard, Raj and I just had a team meeting.
Sheldon: No you didn’t.
Leonard: Yes we did, I just came from it.
Sheldon: Okay, I don’t know where you just came from, but it couldn’t have been a team meeting because I’m on the team and I wasn’t there, ergo the team did not meet.
Leonard: Okay, let me try it this way, uh, I was at a coffee klatch with a couple of friends and one thing led to another and it turns out you’re off the team.
Sheldon: Why?"


"Gablehouser: AA, I need your official answer.
Sheldon: Well it’s not what he said.
Gablehouser: Then what is it?
Sheldon: I want a different question.
Gablehouser: You can’t have a different question.
Sheldon: Formal protest.
Gablehouser: Denied.
Sheldon: Informal protest.
Gablehouser: Denied. I need your official answer.
Sheldon: No. I decline to provide one.
Gablehouser: Well, that’s too bad, because the answer your teammate gave was correct.
Sheldon: That’s your opinion.
Gablehouser: Alright, the winner of the match is…
Leonard: Hang on. Sheldon is proving that you are single-handedly smarter than everyone else so important that you would rather lose by yourself than win as part of a team.
Sheldon: I don’t understand the question.
Leonard: Go ahead."


*

* 114 - The Nerdvana Annihilation *

Les enchères sur une machine à remonter le temps du film du même nom, la surprise de sa taille à la livraison, la crise de Penny qui a perdu sa journée à cause des escaliers bloqués, le coup de tête de grand nettoyage de Leonard, tout ça pour un vent avec le nouveau mec de Penny, et les cauchemards de Sheldon avec les Morlocks et les Eloi.

tbbt1-14-2

"Raj: It’s only $800?
Leonard: Yeah. And that’s my bid.
Sheldon: You bid $800.
Leonard: It was a spur of the moment thing, I figured it would go for thousands and I just wanted to be a part of it.
Sheldon: There’s only 30 seconds left in the auction.
Howard: Do you have $800?
Leonard: Not to blow on a miniature time machine.
Howard: Don’t worry, the way these things work there’s people waiting ‘til the last second to bid, and then they swoop in and get it, it’s called sniping.
Raj: Fifteen seconds.
Leonard: Come on, snipers."


"Penny: What are you doing?
Leonard: Oh, just, you know, moving… something upstairs.
Penny: What is it?
Leonard: It’s… you know, time machine.
Penny: Yeah, okay, neat, but I really got to get to work, so….
Leonard: Uh, just give us a few minutes.
Penny: I don’t have a few minutes, I’m running really late.
Sheldon: Then I have a simple solution, go up to the roof, hop over to the next building, there’s a small gap, don’t look down if you’re subject to vertigo, and use their stairwell.
Penny: You’re joking, right?
Sheldon: Oh, I never joke when it comes to vertigo.
Penny: Damn, okay, I’ll just take the roof."


"Leonard: Can I go back and prevent you from explaining that to me?
Sheldon: Same paradox. If you were to travel back in time and, say, knock me unconscious, you would not then have the conversation that irritated you, motivating you to go back and knock me unconscious.
Leonard: What if I knocked you unconscious right now?
Sheldon: It won’t change the past.
Leonard: But it would make the present so much nicer."


"Sheldon: Are you upset about something?
Leonard: What was your first clue?
Sheldon: Well, it was a number of things. First the late hour, then your demeanour seems very low energy, plus your irritability…
Leonard: Yes I’m upset.
Sheldon: Oh! I don’t usually pick up on those things. Good for me.
Leonard: Yeah, good for you.
Sheldon: Oh, wait. Did you want to talk about what’s bothering you?
Leonard: I don’t know. Maybe.
Sheldon: Wow, I’m on fire tonight."


"Penny: Okay, okay look, if this is about yesterday, Leonard, I am really sorry about what I said; I was just a bit upset.
Leonard: No, I needed to hear it.
Penny: No you didn’t. Look, you are a great guy, and it is things you love that make you who you are.
Howard: I guess that makes me large breasts."


*

*115 - The Pork Chop Indeterminacy *

L'appel à testeurs pour un remède contre l'anxiété sociale par les étudiants en pharmacie, la soeur jumelle canon de Sheldon, la drague très lourde des gars, la tactique de Leonard pour impliquer Sheldon ("Shelly" ^^) en tant que frère protecteur, la clarification de Missy, les tactiques d'enfance qui reviennent, le défilé à la porte de Penny pour parler à Missy, les effets secondaires du nouveau médoc de Raj.

tbbt1-15-2

"Leonard: Oh, hey buddy.
Sheldon: Buddy.
Howard: Sorry I’m late; I’m working on a project that may take me up on the next space shuttle.
Sheldon: How can you be late, I wasn’t expecting you at all.
Howard: Nobody ever expects me, sometimes you just look and… BAM! Howard Wolowitz."


"Leonard: We all make mistakes, let’s move on."

"Missy: We had a dog who made a noise like that. Had to put him down."

*

* 116 - The Peanut Reaction *

L'anniversaire de Leonard, le plan de Penny pour lui organiser sa première fête surprise, l'impro désespérée de Howard pour entraîner Leonard à l'écart le temps que les autres préparent, la virée de Sheldon et Penny au magasin d'informatique pour que Sheldon trouve un cadeau à son goût, la fausse-vraie crise allergique de Howard, le retour à l'appart' largement trop tard, donc la surprise légèrement foirée. Mais un Raj qui s'est visiblement bien éclaté en attendant.

tbbt1-16-2

"Penny: Okay, here’s the deal, we are going to throw Leonard a kick-ass surprise party for his birthday on Saturday.
Sheldon: I hardly think so; Leonard made it very clear he doesn’t want a party.
Howard: Did someone say party?
Penny: He just doesn’t know he wants one because he’s never had one.
Howard: I suppose that’s possible, but for the record, I’ve never had a threesome and yet I still know I want one."


"Penny: Okay, here’s the deal, you either help me throw Leonard a birthday party or, so help me God, I will go into your bedroom and I will un-bag all of your most valuable mint condition comic books. And on one of them, you won’t know which; I’ll draw a tiny happy face in ink.
Sheldon: You can’t do that, if you make a mark on a mint comic book it’s no longer mint.
Penny: Sheldon, do you understand the concept of blackmail?
Sheldon: Well of course I… oh!"

"Howard: Told you not to ask.
Penny: Well, Sheldon, you’re his friend. Friends give each other presents.
Sheldon: I accept your premise, I reject your conclusion.
Howard: Try telling him it’s a non-optional social convention.
Penny: What?
Howard: Just do it.
Penny: It’s a non-optional social convention.
Sheldon: Oh. Fair enough.
Howard: He came with a manual."


"Sheldon: Penny! If I’m going to buy Leonard a gift, I’m going to do it right. I refuse to let him experience the same childhood trauma I did.
Penny: Oh, I know I’m going to regret this but, what trauma?
Sheldon: On my twelfth birthday I really wanted a titanium centrifuge, so, you know, I could separate radioactive isotopes.
Penny: Of course.
Sheldon: Instead of a titanium centrifuge, my parents bought me… wow, this is hard. They got me… a motorised dirt bike.
Penny: No?
Sheldon: What twelve year old boy wants a motorised dirt bike?
Penny: All of them.
Sheldon: Really?
Penny: Yeah.
Sheldon: Huh?"


*

* 117 - The Tangerine Factor *

Les leçons de mandarin de Howard à Sheldon qui veut pouvoir confronter les restaurateurs, Penny qui utilise leur fenêtre pour balancer l'ipod de son mec fraîchement largué parce qu'il racontait des détails intimes sur son blog, la quête obstinée de Howard pour trouver le blog, la confusion sentimentale de Leonard, sa défense involontaire, le re-larguage, la proposition, la théorie du chat de Schrodinger.

tbbt1-17-2

"Leonard: Why are you learning Chinese?
Sheldon: I believe the Szechuan Palace has been passing off orange chicken as tangerine chicken and I intend to confront them.
Leonard: If I were you, I’d be more concerned by what they’re passing off as chicken."


"Penny: I really thought Mike was different; I thought he was sensitive and smart. I mean, not you smart, normal non-freaky smart.
Leonard: Yeah, no, sure.
Penny: You know, and then he just goes and has to humiliate me by writing about me on his blog so the entire world can read it.
Leonard: Actually it’s not all that easy to find.
Penny: Yeah, really, well my friends at work found it, my sister found it, judging by my email a number of prisoners at the Michigan State Penitentiary found it."


"Penny: Look, do you have a second.
Sheldon: A second what? Pair of underwear?
Penny: I was just wondering if I could talk to you? It’s about Leonard.
Sheldon: Why me? Why not Koothrappali or Wolowitz?
Penny: Well, Raj can’t talk to me unless he’s drunk, and Wolowitz is, you know, disgusting.
Sheldon: Yes, I suppose he is."


"Penny: ...want to sit down?
Sheldon: Oh, I wish it were that simple. You see, I don’t spend much time here and so I’ve never really chosen a place to sit.
Penny: Well, choose.
Sheldon: There are a number of options and, I’m really not familiar enough with the cushion densities, air flow patterns and dispersion of sunlight to make an informed choice.
Penny: Alright, why don’t you just pick one at random, and then if you don’t like it you can sit somewhere else next time.
Sheldon: No, no, that’s crazy. You go ahead and talk while I figure it out."


"Sheldon: Okay. I think this will be my seat.
Penny: Sheldon, do you have anything to say that has anything to do with, you know, what I’m talking about.
Sheldon: Well, let’s see. We might consider Schrodinger’s Cat.
Penny: Schrodinger? Is that the woman in 2A?
Sheldon: No. That’s Mrs Grossinger. (...) Anyway, in 1935, Erwin Schrodinger, in an attempt to explain the Copenhagen interpretation of quantum physics (...)
Penny: Sheldon, what’s the point?
Sheldon: Just like Schrodinger’s Cat, your potential relationship with Leonard right now can be thought of as both good and bad. It is only by opening the box that you’ll find out which it is.
Penny: Okay, so you’re saying I should go out with Leonard.
Sheldon: No, no, no, no, no, no. Let me start again. In 1935, Erwin Schrodinger…"

"Penny: Okay, great, listen, um, maybe we should talk first.
Leonard: Oh. Okay. But before you say anything, have you ever heard of Schrodinger’s Cat?
Penny: Actually, I’ve heard far too much about Schrodinger’s Cat."

*


Hum, si ça continue je vais finir par recopier les scripts entiers pour mes citations préférées

Bon, là je pense que je vais revenir à Dr Who (l'épisode de l'anniversaire est tout proche !), j'aimerais assez compléter mes manqués des Enquêtes de Murdoch, suivre la nouvelle saison 3 de Hero Corp...
Mais à la première occasion, j'ai bien envie de poursuivre TBBT !

 

Dr Who 613 The Wedding of River Song

Alors le voilà, ce final qui recolle les morceaux avec The Impossible Astronaut !
Bon, par contre, j'avais vu qu'à l'époque de sa diffusion il avait soulevé une certaine effervescence et de la capillotractation à la pelle, et effectivement... C'est très timey-wimey, et je ne prétend pas avoir toutes les réponses (s'il y en a, parce que je soupçonne Moffat de ne pas forcément les avoir non plus, hormis des TGCM déguisés en "hinhin, c't'un secret, rien ne transparaîtra, huhu").
Je dois dire que la fiche wikipedia et cette courte chronologie comparée m'ont été utiles, cela dit (sans parler d'un ou deux revisionnages).

Nous voilà donc dans un Londres où se superposent toutes les périodes historiques, des ptérodactyles remplacent les pigeons dans les parcs, Winston Churchill est César, et Charles Dickens fait sa promo à la télé: les fantômes du passé, du présent, et du futur, c'est assez approprié...

613b     613g

Le tout n'est qu'à peine perturbé par de fréquentes éruptions solaires qu'un service de météo annonce régulièrement... et le fait qu'il soit tout le temps 5:02 PM du 22 avril 2011.
Ce qui ne manque pas de frapper Winston-Caesar, qui s'efforce de comprendre en interrogeant son "devin" - qui n'est autre que le Doc.

613v

"Tick tock goes the clock. As the old song says. But they don't, do they? The clocks never tick.
Something has happened to time. That's what you say. What you never stop saying. All of history is happening at once. But what does that mean? What happened? Explain to me in terms that I can understand. What happened to time?
- A woman."
*

A partir de là, le Doc revient en arrière pour raconter comment on en est arrivé à cette boucle temporelle.

Parti sur la trace du Silence, il a rencontré diverses personnalités, dont des membres de cet ordre, à commencer par un certain Gideon Vandaleur ou plutôt son apparence prise par le robot-vaisseau métamorphe Teselecta (qu'on avait vu dans Let's kill Hitler), et donc son équipage miniaturisé à l'intérieur... Ca aura son importance plus tard, mais en attendant, il faut remarquer la saine lecture du Doc en patientant pour son rendez-vous: Knitting for girls, kitchouille quand tu nous tiens XD

   613o

Puis, après une partie d'échecs avec un autre membre de l'ordre aux allures de viking, il se fait mener au Seventh Transept, une crypte bien flippante avec des crânes voraces - et la tête décapitée mais bien vivante et autonome (avec wifi intégré, s'il vous plait!) de Dorium Maldovar, le gros négociant bleu qu'on a vu principalement dans A good man goes to war. Le Doc obtient enfin quelques éclaircissements sur l'objectif des Silence.

  



"- What's so dangerous about my future?
- On the fields of Trenzalore, at the fall of the Eleventh, when no living creature could speak falsely, or fail to answer, a question will be asked. A question that must never, ever be answered.
- "Silence will fall when the question is asked"...
- Silence MUST fall would be a better translation.
The Silence are determined the question will never be answered. That the Doctor will NEVER reach Trenzalore.
- I don't understand? What's it got to do with me?
- The first question.
The oldest question in the universe, hidden in plain sight."
*

Eclaircissements qu'il rapporte au Churchill-Caesar de la boucle temporelle bloquée:

"- But what was the question? Why did it mean your death?
- Suppose there was a man who knew a secret. A terrible, dangerous secret that must never be told. How would you erase that secret from the world? Destroy it forever, before it can be spoken.
- If I had to, I'd destroy the man.
- And silence would fall.
All the times I've heard those words, I never realised... it was
my silence. My death. The Doctor will fall."
*

A ce moment, il a donc embarqué la tête de Dorium dans le Tardis, et après une dernière tentative de repousser l'inéluctable, il a accepté que le moment était venu, le point fixe dans le temps ne pouvant être ignoré plus longtemps.



Il a donc envoyé les enveloppes bleues pour inviter ses amis au Lake Silencio, histoire de ne pas être seul...

"If it's time to go, remember what you're leaving.
Remember the best.
My friends have always been the best of me."

*

La suite, on la connaît: les évènements de The Impossible Astronaut (et des épisodes suivants)... Du moins on connaît cette branche temporelle, mais on découvre ici que le moment-clef du meurtre forcé du Doc par River Song dans la combinaison d'astronaute ne s'est pas exactement passé comme prévu... et renferme la boucle temporelle bloquée, provoquée par le geste de River qui a court-circuité l'énergie de l'arme intégrée à la combinaison programmée, modifiant ainsi un point temporel fixe et mettant le dawa dans l'espace-temps.

   

   

Voilà ce qu'explique le Doc-Devin à Churchill-Caesar, dans cette anomalie où tout se superpose le 22 avril 2011 à 05h02.

"-Well? What happened?
- Nothing.
- Nothing?
- Nothing happened. And then it kept happening. Or if you prefer everything happened, at once, and it won't ever stop. Time is dying. It's going to be 5:02 in the afternoon for all eternity. A needle stuck on a record.
- A record? Good Lord, man, have you never heard of downloads?
- Said Winston Churchill."
*

Puis il réalise qu'il s'est marqué les bras pour compter les Silence, et quand ils repèrent l'immense nid au-dessus de leurs têtes... Amy arrive avec un détachement de soldats spécialement entraînés, et elle-même dotée du cache caractéristique de Kovarian, ce qui ne manque pas de stupéfier le Doctor, que Amy achève proprement avec son arme pour éviter les questions et longs discours



Il se réveille face à une Amy certes différente, dans sa version propre à cette boucle temporelle, mais qui se souvient un peu de sa vie précédente/alternative, surtout les aventures vécues avec le Doc.
(par contre, Rory, pas du tout, bien qu'il soit son homme de confiance dans les troupes qu'elle dirige, et ce dernier n'a lui-même aucun souvenir)

    

"I have to keep writing and drawing things. It's hard to keep remembering...
- It's not your fault, time's gone wrong. Do you remember why?
- The lakeside.
- Lake Silencio, Utah. I died.
- But then you didn't. I remember it twice, different ways.
- Two different versions of the same event, both happening in the same moment. Time split wide open. Now look at it. All of history happening at once.
- Does it matter? I mean, can't we just stay like this?
- Time isn't just frozen. It's disintegrating. It will spread and spread and all of reality will simply fall apart."
*

"- Why are you older? If time isn't really passing,
then how can you be ageing?
- Time's still passing for me. Every explosion has an epicentre. I'm it... I'm what's wrong.
- What's wrong with you?
- I'm still alive."
*

Or, Amy était en route pour amener le Doc à la Zone 52, une pyramide où sont gardés des centaines de Silences...



(au passage, elle l'invite à utiliser un de ces fameux cache-oeil qui sont en fait des interfaces de documentation indispensables pour ne pas oublier les Silence)



...et où elle l'amène à retrouver toute une petite équipe bien connue





Bien consciente de l'anomalie temporelle, River n'en démord pas pour autant, et le débat s'engage, avec quelques interruptions acides de Mme Kovarian.



Et le Doc tente déjà de foncer pour être en contact physique avec River, ce qui mettrait fin à la boucle parallèle...

"Doctor: - It's the only way. We're the opposite poles of the disruption. If we touch, we short out the differential, time can begin.
River: - And I'll be by a lakeside, killing you.
Doctor: - And time won't fall apart. Reality will continue. There isn't another way.
River: - I didn't say there was, sweetie. There are so many theories about you and I, you know.
Doctor: - Idle gossip.
River: - Archaeology.
Kovarian: - Same thing.
River: - Am I the woman who marries you, or the woman who murders you?"
*

C'est bien du dilemme, tout ça... Et aucun ne veut lâcher quoi que ce soit.

Après y'a du bordel, les Silence attaquent, Amy reconnaît son Rory (légèrement dépassé par les évènements), les cache-oeil/interfaces sont court-circuités et électrifiés, Amy prend une petite vengeance sur Mme Kovarian, tout ça tout ça...
Et River Song emmène le Doc en haut de la pyramide pour lui parler d'un plan qu'elle et Amy ont élaboré juste pour lui - ce qui l'exaspère au plus haut point tellement il s'évertue à répéter que la perturbation du point temporel fixe de son meurtre signe la fin de tout et qu'il ne peut pas y avoir de moyens d'y échapper.

Mais River a des choses importantes à lui dire...

*
"- That's all you've got, a distress beacon?
- I've been sending out a message. A distress call. Outside the bubble of our time, the universe is still turning, and I've sent a message everywhere, to the future and the past, the beginning and the end of everything. "The Doctor is dying, please, please help".
- River, River, this is ridiculous. That would mean nothing to anyone, it's insane. Worse! It's stupid! You embarrass me.
[...]
- Those reports of the sun spots and the solar flares. They're wrong, there aren't any. It's not the sun, it's you, the sky is full of a million, million voices, saying yes, of course we'll help. You've touched so many lives. Saved so many people. Did you think, when your time came, you'd really have to do more than just ask?
You've decided that the universe is better off without you, but the universe doesn't agree."
*

River est juste magnifique à ce moment-là, complètement révélée et vibrante de toute sa vérité et son identité...

Et touché.
(tant que j'y suis, c'est quand même un peu bizarre que le Doc, si orgueilleux et sûr de toutes ses relations, ait pu prétendre croire qu'un appel à l'aide pour le sauver n'aurait rien signifié pour personne et soit embarrassant.)

Le Doctor capitule, à la condition qu'ensuite River l'aide à rétablir le point fixe, et elle-même accepte à la condition d'un baiser de mariage qui a intérêt d'être bon ^^

Le Doc improvise donc dans l'instant son mariage avec River, sous les yeux des parents



Il glisse quelque chose à l'oreille de River - ce qui semble la réjouir et l'émerveiller au plus haut point -, qu'il prétend être son nom, et puis il débloque le point temporel dévié de la plus belle manière qui soit... 


(squeee!!)

De retour dans la ligne temporelle courante, Amy retrouve River, toujours à contre-courant dans sa propre ligne, et discute de cette mort du Doc dans un paradoxe temporel dont elle garde le souvenir.



River revient donc sur les derniers mots que le Doc lui a glissé avant de l'embrasser... Ce n'était pas son nom. ("Rule One: The Doctor lies.") C'était "regarde dans mes yeux"...

Parce que lors de sa rencontre avec le Teselecta, au début de l'épisode, il est finalement revenu sur ses pas pour demander un service à l'équipage miniaturisé du robot métamorphe.

 

Et ce que River a vu dans les yeux du Doc, c'est le Doc lui-même, dans le Teselecta à son image, et c'est le vaisseau-robot qui a officié à la mort du Time Lord...

  

Voilà donc la pirouette que Moffat mijotait depuis The Impossible Astronaut.

Ca laisse quelques questions (qu'est devenu le Teselecta, est-ce que/comment le fait que son équipage et/ou juste le Doc soit miniaturisé à l'intérieur a pu vraiment les protéger d'une attaque destinée et étudiée pour anéantir le Doctor, y compris son pouvoir régénérateur, et éventuellement comment se déroule ensuite la relation entre le Doc et River, désormais passés de l'autre côté de leurs chronologies inversées...), mais en prenant comme ça vient sans y regarder de trop près, ça peut coller et c'est assez impressionnant.

Pendant ce temps, le Doc ramène la tête de Dorium Maldovar au Seventh Transept, avant de partir se faire oublier un peu après son truquage de sa propre mort à Lake Silencio...

...en emportant l'écho de l'avertissement rappelé par Maldovar:

"But you're a fool nonetheless. It's all still waiting for you... the fields of Trenzalore, the fall of the Eleventh. And the question! The first question! The question that must never be answered, hidden in plain sight. The question you've been running from all your life. Doctor who? Doctor who?
Doc... tor... WHO?!"



Eh bien, on verra... Bien que personnellement, j'espère bien qu'on ne le saura jamais, ce mystère fait trop partie intégrante du personnage et de la série toute entière.

Voilà, à partir de maintenant je vais vite regarder la suite sans la chroniquer, juste pour être à jour le 13 juillet quand je vais aller voir Dr Who at the Proms au Royal Albert Hall de Londres (oui! oui! ouiiiii!!! j'en reviens toujours pas!).
Ce n'est qu'après que je prendrai le temps de revisionner pour chroniquer les autres épisodes, très probablement.

Geronimooo !!!

 

Dr Who 612 Closing Time

Okay, le Doctor débarque chez Craig, visiblement une vielle connaissance.
Gné? Ah oui, le type de The Lodger!
Qui vit toujours avec Sophie et a eu d'elle un p'tit bébé Alfie - ou plutôt Stormaggedon, tel qu'il préfère se nommer lui-même et d'après les qualités d'interprête du Doc.

Mais faut que Eleven arrête de dire qu'il ne fait que passer, pour sa tournée d'adieux... Et que non non, il ne remarque rien, absolument rien, il n'a rien remarqué, et -aaahhh!
Non, vraiment, quoi qu'il en dise, il ne peut pas s'en empêcher

Du coup, il prend en compte les bizarres perturbations électriques dans le quartier, et les disparitions inquiétantes au grand magasin où travaille la petite amie de Craig - présentemment en voyage.

Et donc, le Doc se retrouve au rayon jouets, avec un beau badge avec son nom dessus

612d

"They gave me a badge with my name on in case I forget who I am, very thoughtful, as that does happen."



Et puisque Craig tient tant que ça à l'aider, autant le rendre utile: une poussette n'est-elle pas le meilleur moyen de surprendre tout un tas de bavardages?

"Well, look round. Ask questions. People like it when you're with a baby, babies are sweet, people talk to you.
- That's why I usually take a human with me.
- So I'm your baby?
- You're my baby!"


Enfin ça, c'est en théorie, parce que faut avouer que le pauvre Craig est toujours un poil manchot...

Ce que le Doc n'a pas manqué de remarquer, et va donc tenter désespérement de faire diversion quand le fond de la cabine d'ascenseur va s'ouvrir sur un repaire de Cybermen...
ce qui n'est pas très subtil et franchement stupide et ridicule 


 ouh le duckface!

Or donc, après le coup de tournevis sonique et le "oui mais non" de rigueur, notre fine équipe repart sur des bases plus saines (quoique, c'était marrant ^^), et se met en tête de capturer le "rat argenté" qu'ont cru voir certains employés du magasin.

C'est en fait un Cybermat, qu'ils capturent assez aisément:


"hahahé! 'agad' comment c'est wigolo/meugnon! - owi, on dirait une souris..."

       
"...yaargh! - woops"


Mais voilà donc un nouveau joujou pour le Doc, qui peut maintenant ronger son os (façon de parler) et avancer dans l'affaire.



En même temps, il rumine pas mal sur les "partenaires" qu'il met en danger, et tous ses problèmes existentiels...

Petite parenthèse, d'ailleurs, avec un aperçu de Rory et Amy qui a fait carrière avec un parfum... inspiré...




Et donc, Craig, en bon ami digne de ce nom, remet un peu le Doc à sa place sur son délire de mise en danger et tout ça.

"Because of me, you and Alfie nearly died. Do you still feel safe with me, Craig?

- You can't help who your mates are.
- No! I am a stupid and selfish man. Always have been. I should have made you go, I should never have come here.
- What would have happened if you hadn't come? Who else knows about Cybermen or teleports?
- I put people in danger.
- Stop beating yourself up! If it wasn't for you this whole planet would be an absolute ruin."

Ouais. Et sur ces bonnes paroles, il s'en va racheter du lait (tu le sens venir, l'isolement à la con?) et le Doc se sent un soudain élan envers le petit Alfie, encore si innocent et porteur d'avenir.




Mais que fait le Cybermat pendant ce temps-là, laissé à lui-même? Eh ouais, on lui tourne le dos deux secondes et il se réactive en berserk.

Mais bon, le Doc est là, il s'occupe de tout, il prend les choses en main.


(frigo emblématique déjà dans The Lodger)

Craig le file au train qu'il le veuille ou non, et ensemble ils connaissent à nouveau la mouise totale, puis le retournement inespéré, et la victoire (par la force de l'amûr paternel).

Vient alors l'heure des adieux pour de bon... et c'est là qu'on raccroche aux éléments du premier épisode de la saison, The Impossible Astronaut, qui nous laisse toujours son énigme en suspens...

D'abord les enveloppes bleues...


...puis le chapeau de cowboy...



...et les adieux-pincement-au-coeur à trois bouts d'humains qui se trouvaient là par hasard.



"I'm the Doctor.
I was here to help.
And you are very, very welcome."

Et surtout, surtout, tout ça est receuilli par River Song, qui à ce point-là vient de devenir Docteur River Song, et... dont le destin va la rattraper, j'en ai bien peur.



Car revoilà l'horrible femme en noir au cache-oeil...



...et le funeste rendez-vous de Lake Silencio...



..et la combinaison d'astronaute.



Je pressens un final grandiose pour boucler la boucle, et d'un côté j'espère enfin quelques réponses à ce sac de noeuds, mais de l'autre côté je redoute un peu...

"Tick, tock, goes the clock
and all the years they fly.

Tick, tock, and all too soon
your love will surely die."

 

"Silence will fall
when the question is asked."

 

Dr Who 611 The God Complex

Eh ben il est fort aussi, cet épisode-là, même si on retombe encore dans le piège à base de cauchemards incarnés - du moins semble-t-il, au début.

Une femme dans un hôtel désert et bizarre, ouvrant les portes au hasard sur des scènes flippantes - dont au passage un clown (iîîîrkk!) vaguement familier:



Elle finit par tomber sur King Kong, son cauchemard personnel, et quitte la scène brutalement pour clôturer l'intro.

"It's funny.
You don't know what's going to be in your room until you see it, then you realise it could havenever been anything else."

Le Tardis mène donc le Doc et les Pond dans cet hôtel bizarre et contrefait - dernier point qui met le Doc en joie - un rien l'amuse

 "Amy. Beaky. This could be the most exciting thing I have ever seen!
- You're kidding."


 
Beaky? Mais c'est quoi c'te pure familiarité avec Rory? 
Mais pas le temps de rester dessus, voilà qu'ils croisent un autre groupe qui tente de survivre et comprendre cet hôtel d'épouvante.
Avec un geek blogueur (en plein trip "théories du complot"), un joueur de poker (le premier à se faire rattraper par la folie ambiante), un alien couard (par habitude de se soumettre aux envahisseurs de sa planète), et une jeune femme brillante - pas trop difficile avec un tel ramassis, faut dire ^^


"I take it from the pathological compulsion to surrender, you're from Tivoli.
- Yes, the most invaded planet in the galaxy. Our anthem is called Glory To Insert Name Here."
*

"Amazing.
- It's all there on the internet.
- No, it's amazing you've come up with a theory even more insane than what's actually happening."

Avec les premiers qui succombent, le Doc monte un guet-appens pour intercepter le Grand Monstre, histoire de faire un brin de causette, voir ce qu'il est et ce qu'il veut au juste...

 

611aIl ne lui manque que le fez...

Nous voilà donc avec un alien à face de Minotaure, bouffeur d'âmes mais fatigué.


C'est là la mission du Doc: l'aider à mettre fin à son problème.
Et rien de tel qu'un bon thé pour y réfléchir en reprenant ses esprits.


"...and this is a cup of tea.

- Of course, I'm British, it's how we cope with trauma. That and tutting.
- But how did you make it?
- All hotels should have a well stocked kitchen, even alien fake ones."

 


Elle lui plaît bien, cette Rita, et c'est vrai qu'elle a le tempérament d'une companion...

"- Why?

- Excellent question. Why what?
- Why is it up to you to save us? That's quite a God complex you have there.
- I brought them here. They'd say it was their choice, but offer a child a suitcase full of sweets and they'll take it."


Pendant ce temps, Rory revient à sa nature d'ambulancier pour saluer le geek perdu, avec une réflexion sensible chargée de toute l'humanité qu'il a en lui...

"You know, Howie had been in speech therapy. He'd just got over this massive stammer.
What an achievement. I mean, can you imagine?
I'd forgotten, not all victories are about saving the universe."

 

Et puis hop, c'est reparti dans les couloirs, à tenter de trouver une solution sans en rajouter une couche en ouvrant les portes - m'enfin quand même, juste un oeil au passage à la chambre n°11 - évidemment ^^



Eleven expérimente, observe, et tente une théorie:

"It's as I thought, it feeds on fear.

Everything, the rooms, Lucy's note, even the pictures in reception, has been put here to frighten us.
So we have to resist it.
Do whatever you have to, cross your fingers, say a prayer, think of a basket of kittens, but do not give in to the fear."



Mais la chouette Rita tombe dans l'engrenage à son tour, et prend sur elle de leur donner au moins un répit.



C'est le moment pour le Doc de corriger les nuances erronées de son raisonnement, et de mettre le doigt dessus: pas la peur pure et simple, mais la foi. La confrontation, la conversion, et l'acte final. Praise him.

Et c'est là que leur présence s'explique: Amy est une cible potentielle...

"- You're not religious or superstitious, so there's no faith for you to fall back on. It wants her.

- Me?
- Why?
- Your faith in me. That's what brought us here."

Mais c'est aussi l'occasion ou jamais de rompre cette spirale infernale, en usant des bonnes armes.

Le Doctor casse sa propre image aux yeux de celle qui a une foi en lui inébranlable, et c'est ce qui la sauve, qui les sauve, tous...




Eh oui, le Doc n'est pas un ange, même s'il a forcé le trait.

Et c'est là qu'il ramène ses Pond à la case "vie normale", tant qu'ils sont encore vivants.

 



C'est sage, c'est mieux, mais c'est triste...





Et voilà, un nouveau regard tourné vers le ciel, avec les reflets d'un vortex de Tardis plein la tête...

*vworp vworp* *triste*

 

Dr Who 610 The Girl Who Waited

Eh ben, pfwouf! J'étais prévenue que cet épisode-là revenait à un autre niveau, et je confirme.
Il est très fort, émotionnellement.

En débarquant sur Apalapucia, élue planète n°2 des meilleures destinations intergalactiques, le Doc s'attend à montrer un petit paradis, mais c'est un environnement blanc et stérile qu'il trouve, avec une porte à boutons étranges ouvrant sur une pièce tout aussi étrange...



Entre-temps, Amy est repartie chercher son mobile.

"Have you seen my phone?
- Your phone?
- Yeah.
- Your mobile telephone? I bring you to a paradise planet, two billion light years away, and you want to... update Twitter?
- Sunsets. Spires. Soaring silver colonnades. It's a camera phone.
- On the counter, by the DVDs.
- Thank you."



Ca se corse quand elle veut les rejoindre après coup et appuie sur le mauvais bouton, tombant dans une autre boucle temporelle...



Et qu'il s'avère qu'une peste mortelle pour les êtres dotés de deux coeurs comme le Doctor est la raison du confinement de la planète et de l'armée de drones sanitaires qui écument la base de Twostreams - et dont les services imposés ne sont pas adaptés à des êtres à un seul coeur comme des humains, ça leur serait même fatal. Et leur toucher la main fait perdre connaissance...
Des adversaires redoutables pour Amy,  livrée à elle-même dans sa boucle temporelle alternative et détectée comme une intruse par le système.

Le Doc et Rory tentent d'aller la récupérer en forçant le Tardis dans l'autre boucle temporelle, où Rory sera les yeux, les oreilles et la voix du Doc qui ne peut sortir sans risquer d'être contaminé contre un fléau auquel même ses capacités de régénération ne pourraient rien.



"Haha! How do I look?
- Ridiculous.
- Glasses are cool. See?"

Mais quand Rory sort de l'autre côté c'est une guerrière expérimentée et rancunière qui se jette sur lui, ayant patienté 36 ans  de son côté...







C'est terrible. La culpablité de Rory, et aussi un peu du Doctor, la douleur de cette si grande et longue solitude en milieu hostile, pendant ce qui a n'a été qu'un battement de cils pour le Doc et Rory... Et cet abandon qu'Amy vieillie porte comme une bannière, refusant farouchement de refaire confiance au Doctor ; tout comme de chercher une solution qui lui volerait cette existence si longue et si amère.

Et c'est qu'elle a son caractère, Amy...







Cela dit, Rory a aussi un mot à dire.



"I got old, Rory, what did you think was going to happen?

- Hey! I don't care that you got old. I care that we didn't grow old together."

Mais comme le dit le Doc:
"There's still time, Amy. There's still time to fix everything."



En 36 ans d'isolement, on se bricole de la compagnie comme on peut.


Ca se corse encore quand, à travers l'optique qui communiquait entre les deux boucles temporelles à leur arrivée, Rory retrouve aussi la Amy de ce temps-là que lui le Doc viennent de quitter pour chercher à la rejoindre.

C'est très... un brin perturbant et très douloureux. Amy Now et Amy Then ont le même caractère bien trempé et la détermination à toute épreuve... forcément, puisque c'est elle-même avec seulement une dernière expérience différente... et Amy Now refuse de se faire effacer pour permettre à son ancienne elle-même de reprendre la bonne jambe dans le Pantalon du Temps.

Seulement, elles partagent aussi les mêmes souvenirs, et le même amour primordial envers Rory... Et il n'y a que ça qui pouvait les mettre d'accord et résoudre le dilemme.



"You know when sometimes you meet someone so beautiful, and then you actually talk to them, and five minutes later they're as dull as a brick? Then there's other people, and you meet them and think, "Not bad, they're OK." And then you get to know them... and their face just sort of becomes them. Like their personality's written all over it. And they just turn into something so beautiful?
[synchro] Rory's the most beautiful man I've ever met."

"Do it for him.
- You're asking me to defy destiny, causality, the nexus of time itself, for a boy?
- You're Amy. He's Rory."

Et c'est là qu'elle se retrouvent à esquisser la macarena. Ben oui, le Doc leur a demandé de se concentrer sur le plus fort souvenir qu'elles peuvent avoir en commun...

"She's doing The Macarena... Our first kiss..."

   




S'ensuit une rencontre paradoxale zarbi, une course contre la montre, et au terme d'un combat magistral contre les robots, Rory emporte Amy Then touchée et évanouie dans le Tardis.

   





Et, ultime trahison, le Doctor referme la porte au nez de Amy Now, qui voit encore sa confiance bafouée - mais en même temps comprend ses motivations et les approuve, aussi déchirant que ce soit, pour elle dont l'instinct et le désir de survie sont si forts.

Mais elle trouve ce dernier courage de baisser les armes et se sacrifier...

       








Tout l'épisode est absolument poignant. On ressent tout l'amour immense qui lie Rory et Amy. Toute l'amertume de Amy Now la pourfendeuse de drones, sa tenace rancoeur contre le Doctor, le mal que cela lui fait, et le déchirement de sa résignation finale. Le malaise du Doctor, et celui de Rory, toujours si réservé et un peu gauche mais si déterminé au fond de lui.

Tout ça dans la stérilité clinique de Twostreams, qui laisse toute la place à ce déchaînement de sentiments, de dilemmes et d'épreuves.

Ce ne sont pas forcément des thèmes bien nouveaux dans Dr Who, mais j'ai trouvé que ce traitement-là était particulièrement bien servi, et tout à fait bouleversant...

 

Dr Who 609 Night Terrors

Je l'ai dit, et redit, et redit, et redit encore, depuis plus d'un an, mais après contretemps, manque de temps, et procrastination, j'ai fini par le faire: ça y est, j'ai démarré mon rattrapage de Dr Who !

609a

J'en étais donc restée à cet épisode des freaky dolls, dont je me souvenais que le trailer me faisait craindre pas mal de crispation angoissée.
En fait, ça va, j'ai pas bondi derrière ma chaise, même si les effets sonores et musicaux ont bien joué.

Mais je dirais quand même que c'est un petit épisode de transition, relativement classique, pas aussi chargé que je m'y attendais - ce qui n'est pas plus mal pour ma reprise !

"Today, we're answering a cry for help from the scariest place in the universe - a child's bedroom."

Nous voilà avec un petit garçon qui a peur du noir, tellement que sa maman doit satisfaire à ses tocs avant d'éteindre la lumière pour la nuit, et lui répéter que "tout ce qui [lui] fait peur, on le met dans le placard".

Mais le gamin reste terrifié, et son appel mental de détresse parvient au Tardis, qui dépose le Doctor, Amy et Rory vers un immeuble.
Pour trouver le bon appartement, les voilà qui se coltinent du porte-à-porte

609d

"Hey! Any luck?
- Three old ladies, a traffic warden from Croatia and a man with ten cats.
- What are we actually looking for?

- Ten cats! Scared kid, remember.
- I found scary kids. Does that count?"


Le Doc finit par trouver le bon, rencontrer le papa dépassé, feuilleton l'album photo familial, discuter avec le petit George...

"Pantaphobia. That's what it's called. Pantaphobia. Not a fear of pants though, if that's what you're thinking. It's a fear of everything... including pants, I suppose, in that case... Sorry. Go on."

609f 

"Great! Reading's great. You like stories, George? Yeah? Me, too. When I was your age, about, ooh... a thousand years ago, I loved a good bedtime story.
The Three Little Sontarans. The Emperor Dalek's New Clothes. Snow White And The Seven Keys To Doomsday, eh? All the classics."


609ga

...puis examiner le placard au screwdriver et prendre la mesure du problème: "monsters are real".

609m

Pendant ce temps, Amy et Rory se font emporter par l'ascenseur à l'intérieur d'une maison sans lumière, où tout est en bois, et légèrement flippant.

Le Doc et le papa ne tardent pas à les rejoindre quand le placard s'ouvre...

609p

Tout comme le proprio et la vieille voisine qui font peur à George.

609r        

Arrivés là, le Doc fait tout de suite le rapprochement entre le mobilier fake et une maison de poupées, certainement le support qu'a trouvé le gamin pour repousser ses peurs - sauf qu'il n'est pas un petit garçon ordinaire...



"A cuckoo. A cuckoo in the nest. A Tenza. He's a Tenza. Millions of them hatch in space and then whoomph! Off they drift, looking for a nest. The Tenza young can sense exactly what their foster parents want and then they assimilate. Perfectly."

De leur côté, Amy et Rory voient les poupées flippantes à l'oeuvre: ceux qu'elles touchent deviennent des poupées de bois à leur tour.
(grosse pensée pour le Coraline de Neil Gaiman)



Et très vite, le Doc et le père sont confrontés à la même menace. Et le sonic screwdriver n'a aucun effet, bien sûr ^^


"A gun? You've got a gun?!
- It's not a gun. Wood! I've got to invent a setting for wood. It's embarrassing."


L'impro wtf: activités manuelles version géantes.



Alors que dans leurs fuites, ils finissent par se rejoindre tous dans les escaliers, et que la situation commence à devenir critique, le Doc comprend que le gamin est la clé de tout.



Et le papa, aussi, dont les hésitations auraient bien pu perturber l'atavisme d'intégration du petit Tenza...

Et tout est bien qui finit bien, quand la maman rentre du travail tout va beaucoup mieux et c'est arrivé "comme ça", grâce au "Doctor" qui a été "envoyé" ^^



Voilà voilà. Donc juste un p'tit épisode sympa comme ça.