Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

Hommage à Roland C. Wagner

Un jour, en 2006, j'ai fait ma première vadrouille toute seule comme une grande pour aller rencontrer un ami internaute à Paris, perdu de vue depuis. En se baladant on était évidemment passés par une librairie, et un livre tout juste sorti m'avait inexplicablement et littéralement aimanté. C'était "Mine de rien", le tome 9 (et dernier) de la série des "Futurs mystères de Paris".



Quelques temps après, j'avais attaqué la série depuis le début, et ce fut un de mes premiers grands coups de coeur littéraires...

Tem l'invisible et son borsalino fluo, Gloria l'aya (I.A.) frondeuse, et toutes ces intrigues quantiquo-déjantées dans une banlieue parisienne à la fois réaliste et décalée - dans un monde quelque peu post-apo, maintenant que j'y pense - avec une certaine dose de dérision et de délire, c'était un cocktail étonnant, qui pouvait parfois prêter le flanc à quelques longueurs mais qui n'en pâtissait pas, tellement le moindre quart d'heure passé en compagnie de ces personnages hauts en couleurs et en même temps très humains se savourait avec bonheur.
J'appréciais beaucoup aussi les réflexions sociales, scientifiques, métaphysiques et psychologiques qui étaient à l'oeuvre, notamment la théorie du grand inconscient collectif humain, la Psychosphère ou Grand Bol de Soupe:

"Imaginez maintenant... Le Big Bang vient d'avoir lieu. L'Univers naît... pourvu de 11 dimensions !... Enfin, potentiellement onze, car seules quatre d'entre elles vont advenir en acte, les autres ne restant en quelque sorte qu'en puissance. Partout dans le rien se répandent les quantons. Ceux-ci ne tardent pas à devenir matière et énergie. L'Univers est né, sous la forme de cette grande immensité, emplie à ras bord ... La Grande Soupe Primitive, selon l'expression consacrée de ce cher Temple sacré de l'Aube radieuse, détective privé millénariste frappé du Talent de transparence, personnage principal des Futurs Mystères de Paris, et qui est très intéressé par toutes ces choses-là...
(...)

Ces quantons psychiques, il faut bien qu'ils aillent quelque part surtout qu'avec l'arrivée de l'homo sapiens sapiens, il va s'en générer un nombre de plus en plus important... Ne pouvant s'accumuler dans nos dimensions habituelles, dans notre Réalité consensuelle, Ils vont migrer vers trois dimensions orthogonales... « Le cerveau humain va apporter [à ces dimensions] les quantons qui [leur] manquaient pour exister. Pour cesser d'être un simple ensemble de probabilités mathématiques » (L'Odyssée de l'espèce) La Psychosphère est née, devenant ainsi l'ensemble des pensées humaines, partageant chaotiquement notre temporalité. « Le Temps [y] coule comme il peut - s'il coule »... L'Inconscient Collectif, vaste et sans organisation propre, sorte de Bol de Soupe psychique."
logoRCW.gif (5,22 ko) © Jérôme "PP" Charlet

J'avais bien aimé aussi le petit one-shot "La saison de la sorcière".

Tout ça dans une plume très vivante, extrêmement agréable à lire.

C'était avant que je commence à aller à des salons et festivals littéraires de l'imaginaire, et quand je m'y suis mise c'était donc un auteur que j'étais particulièrement désireuse de rencontrer et de lui déclarer tout mon amour pour ses oeuvres.

Il avait annulé sa venue à mes premières Utopiales, je l'avais vu à mes premières Imaginales mais seulement dans les tables rondes, et je désespérais de faire plus que le croiser à mes dernières Utopiales quand j'avais finalement réussi à le voir en dédicace et lui parler - bien que pas autant que je l'aurais voulu, un peu prise de court.

Mais même avec si peu (et déjà tellement) de contact "en vrai", de près ou de loin, j'avais pu apprécier sa présence très forte, sa grande gueule qu'il n'hésitait pas à pousser dans les conférences, tables rondes, sur le web, et dans la vie en général (je pense notamment à sa participation à la lutte du Droit du serf), son regard franc et son beau sourire moustachu de gaulois sympathique.


photo © Mélanie Fazi

C'était un "personnage". Entier, généreux, passionnant. Immensément cultivé, toujours prêt à titiller le débat pour mieux le regarder péter dans tous les sens.

Ca fait mal d'en parler au passé. De réaliser que jamais plus, plus de nouveau bouquin, plus de commentaires sur le web, plus de nouvelles occasions de le croiser.

J'ai appris ce matin qu'il a succombé à un accident de voiture.
Un coup du sort stupide - qui me rappelle mon propre accident à peu près dans les mêmes circonstances, je n'imagine que trop bien ce que peut ressentir sa compagne qui était au volant (heureusement "seulement" blessée et sous le choc, comme leur fille).

Je crois que c'est aussi la première fois que le décès d'une personnalité me touche autant de plein fouet, c'en était une qui comptait vraiment pour moi.
La littérature française, en particulier SF, ne sera plus pareille sans lui.

J'ai encore certains de ses textes pas encore lus dans ma PAL, des nouvelles dans des anthologies et des novellas éditées à part. Je vais peut-être aussi finalement tenter "Rêves de gloire", ce pavé qui lui a déjà valu de nombreux prix pour une toute nouvelle direction qui lui tenait à coeur. Et j'ai toujours eu envie d'approfondir les pistes semées par-ci par-là, musicales ou littéraires, entre autres sur la Psychosphère mais pas seulement... (je viens d'apprendre par exemple qu'il aurait traduit un vieux roman Dr Who, "Les Daleks envahissent la terre", ce qui me semble tout à fait coller à sa personnalité)

...mais ce ne sera plus jamais pareil maintenant qu'il n'est plus là pour en parler.
Je suis vraiment consternée et dévastée par ce terrible drame

Comme dirait Gloria:
"À plus camarade. L'esprit de la Commune vivra éternellement dans nos cœurs virtuels."

Roland C. Wagner a rejoint le grand Bol de Soupe originel.
 

Commentaires   

 
Endea54
#1 Endea54 06-08-2012 13:58
C'est le seul point négatif des rencontres en fin de compte, voir les auteurs en vrai, discuter avec eux, leur faire dédicacer des livre, nous les rend plus proches et du coup plus sensibles aussi à ce qui peut leur arriver.
Tu as fait un très bel hommage.
Citer
 
 
Leïa Tortoise
#2 Leïa Tortoise 06-08-2012 14:10
Dans le cas présent, je ne sais pas, ça m'aurait dévastée même si je ne l'avais jamais vu en vrai, je pense. Ca reste un de mes grands auteurs préférés.
Mais c'est sûr que le contact, aussi minime soit-il, crée vraiment un lien...
Merci :)
Citer
 
 
Balt
#3 Balt 06-08-2012 16:05
Oui c'est un choc... D'autant plus que je n'ai lu de lui que le 1er tome des mystères, mais je sais depuis que ce monsieur occupera une grande place dans ma bibliothèque et ma Psychosphère personnelle... Et vraiment, la grande affection que j'ai éprouvée pour l'homme en ne lisant qu'un court roman et quelques extraits biographiques aurait dû me surprendre, mais ce n'est qu'en apprenant sa disparition en début d'après-midi que son immensité m'est vraiment apparue...
Sincères condoléances à tous ceux qui sont touchés par cette triste nouvelle, de près ou de loin
:(
Citer
 
 
Papi
#4 Papi 06-08-2012 20:39
Je ne peux pas m'empêcher d'espérer que ceci est un mauvais canular.
Citer
 
 
Leïa Tortoise
#5 Leïa Tortoise 06-08-2012 21:07
Je ne voulais pas y croire non plus, mais pas le choix...
Citer
 
 
Tigger Lilly
#6 Tigger Lilly 11-08-2012 07:47
Un bel hommage que tu lui rends là. Ce décès est aussi brutal qu'injuste.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir