Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

In*Real*Time

Utopiales - Jour 2 (vendredi 11/11/11)

Le lendemain allait être une grosse journée, et j'ai réussi à démarrer plus tôt ^^

Une immense file d'attente s'étirait devant l'entrée de la Cité des Congrès, c'était hallucinant!
J'avais mon badge mais j'hésitais quand même un peu à m'en servir, alors j'ai appelé Tep' pour déjà être sûre que le badge libraire me permettait bien de faire coupe-file, et puis en même temps j'ai retrouvé Anilori qui était tout au bout et Tep' a proposé de venir vite fait avec un autre badge pour elle aussi, et c'est comme ça que toute honte bue on a remonté toute la file pour entrer tranquillement par l'entrée pros/partenaires 
(de toute façon en théorie on aurait eu droit au badge de presse qui faisait pareil en tant que membres de la Vadem Team, donc pas de complexe ^^)

En passant j'ai dit bonjour à mes copines Tiger Lilly et Endea, mais elles j'ai dû les laisser se coltiner toute l'attente, à mon grand regret... (mais que des fois, faut quand même pas trop tirer sur la ficelle non plus, et t'façon y'avait plus rien de possible ^^)

     

Bref, comme il n'était pas encore 11h30 j'ai filé à la librairie pour mon premier petit tour du jour, et déjà attraper quelques dédicaces...

On m'avait beaucoup répété que Roland Wagner n'était pas toujours aisé à trouver à sa table, et j'avais pu le constater, donc j'étais agréablement surprise de le voir vraiment arriver au rendez-vous, et même pas l'air trop la tête dans l'pâté - bien qu'il me semble l'avoir croisé en meilleure forme par la suite.

Mais c'est un des premiers auteurs que j'ai eu envie de rencontrer avant de commencer à écumer les salons, et je l'avais déjà raté l'an dernier, alors j'ai préféré saisir l'occasion, pour plus de sûreté.

Du coup, je sais pas, j'étais un peu déstabilisée, j'aurais voulu lui dire plein de trucs et j'en ai pas sorti le quart

M'enfin je lui ai fait signer son texte dans la nouvelle anthologie des Utos, et mon tome des Futurs Mystères de Paris que j'avais apporté, en fait le dernier, parce que c'était celui qui m'avait littéralement interpellée partout où je passais il y a quelques années, et c'est comme ça que j'avais entrepris de découvrir la série et l'auteur de plus près
Avec ça je savais qu'il est lui-même un fan comblé de Caza qui lui fait ses couvertures, et je ne peux qui lui donner raison, c'est un trait très particulier qui en théorie n'est pas du tout du style auquel j'accroche, mais qui fait toujours exception...



  
Il m'a donc mis "pour *tortoise*, qui a si bon goût en matière de couverture", et je redécouvre en prenant mes photos de chronique que c'est justement le tome qui est dédié "Pour Caza qui me fait de si jolies couvertures"

Voilà voilà, ensuite j'ai été voir Laurent Genefort dont j'étais en train de lire ce vieux titre pendant mes trajets en bus, une SF arboricole comme je les aime que j'avais dégotté tout à fait par hasard et qui m'a bien plu

    

Et puis j'ai continué mon tour pour l'antho avec Lucius Shepard.



Ensuite j'ai retrouvé Tiger Lilly et Endea au rendez-vous des blogueurs de 11h30, et j'ai surtout papoté avec elles, à vrai dire.

J'ai rapidement filé pour écouter la conférence "Le succès du Steampunk est-il essentiellement basé sur son esthétique?" avec Didier Graffet, Etienne Barillier et Olivier Supiot: un titre alléchant et que du beau monde, quoi!
Et c'était vraiment passionnant...



J'en ai profité pour aller retrouver juste après en dédicace d'abord le Professeur Etienne, auteur limougeaud (!) du magnifique opus des Moutons Electriques que je n'ai pour l'instant qu'entamé:



Et en attendant j'ai pu aborder Carina Rozenfeld que j'avais rencontrée aux Imaginales et qui m'a confirmé la bonne nouvelle de l'avenir éditorial de son tome 3 de la Quête des Livres-mondes dont la série va être reprise par l'Atalante J'ai hâte de voir ça se concrétiser!

Puis j'ai rejoint Tep' et les filles devant Olivier Supiot, dont j'avais donc lu la BD juste la veille grâce à Tep' et que j'ai eu envie de m'acheter grâce à la conférence ^^
Il a commencé avec un superbe Marmelade en saucisse volante (j'aurais appris quequ'chose!) dans les nuages, et m'a ensuite fait un chouette Marmelade steampunk aussi

   

Et comme Tommaso Pincio était là aussi à ce moment-là, j'en ai profité pour chercher son roman, celui chez Asphalte, pas l'autre qu'on voyait partout avec "Kurt Cobain" en gros sur un bandeau rouge (qui m'intrigue assez), et lui demander une petite dédicace.
J'étais bluffée qu'il me remplisse la page comme ça:

       

Voilou voilou, ensuite j'ai été jeter un oeil à l'expo "Voyage au coeur du vivant, saison 2": des images scientifiques de l'INSERM combinées à des gravures des romans de Jules Verne, scénarisées par Bernard Werber.
C'est plutôt rigolo et assez steampunk
J'ai failli m'acheter le bouquin mais j'ai résisté ^^





Peu après j'ai aussi eu droit à la visite commentée de l'Echiquier de Paul Corbineau, qui faisait un bon prolongement à l'expo des Forêts Verniennes vue au musée Jules Verne, autour des essences de bois citées dans les romans.

Cet échiquier est une vraie merveille, chaque pièce est un clin d'oeil savamment travaillé, et un vrai chef d'oeuvre d'artiste...

    

      

       

Et puis je suis retournée zoner au coin librairie, où j'ai continué à récolter les dédicaces:

James Morrow et Norbert Merjagnan dans l'anthologie:

   


Lionel Davoust, dont j'ai lu les premières pages du dernier sorti dans la file d'attente



Et puis j'ai fini par m'offrir "La voie du cygne" de Laurent Kloetzer, dont il m'avait parlé la dernière fois parce que ça se passe dans le même univers que "Mémoire vagabonde" que j'avais ramené à dédicacer l'an dernier ^^

J'ai aussi revu l'ami Pevel, j'avais ramené Viktoria 91 comme c'est le plus steampunk de ses textes...

    

Après j'ai rejoint la salle des jeux de plateau pour jouer à Ankh-Morpork avec Adanedhel, Anilori, et un petit pingouin visiblement passionné par les jeux qui s'est joint à notre tablée.

Le truc sympa c'est que y'avait régulièrement des gens qui s'arrêtaient pour regarder et j'ai pu faire de la pub à l'arrache pour le Vadem', finalement des flyers nous auraient été bien utiles

Comme je le pensais, avoir déjà joué une première fois à Limoges m'avait permis de mémoriser un peu et j'ai mieux apprécié la partie, je me suis encore répété que je le voulais ^^

Ayako était arrivée sur ces entrefaites et était venue me faire coucou avec son pote rennais, je l'ai rejointe après.

Je suis vraiment ravie d'avoir pu la rencontrer là, ça commence à faire un sacré bout de temps qu'on papote virtuellement et j'avais hâte de le faire en vrai, avec ça elle est effectivement super sympa!

J'ai quand même essayé d'être attentive à la dernière conférence qui m'intéressait bien, intitulée "Le steampunk rend-il hommage aux oeuvres littéraires du XXe?" avec Etienne Barillier, Marc Atallah, Greg Broadmore, et Olivier Supiot, qui valait le détour là encore.



Ensuite ils voulaient aller écouter "Arthur un cycle réinterprété" (avec Aleksi Briclot, Claudine Glot, Fabien Clavel, et Anne Fakhouri) et ça me déplaisait pas, même si cette fois j'étais plus disponible pour les petits commentaires échangés avec ma koko ^^

Et puis j'ai pris congé pour commencer à rallier le restau des blogueurs, en chemin j'ai retrouvé Tiger Lilly et Endea au pied du château des Ducs de Bretagne. J'ai aussi retrouvé Laure du Miroir à notre table, ainsi que Lhisbei (et leurs messieurs, + deux amis que Laure avait embarqués ^^).
Du coup je n'ai absolument pas pu faire connaissance avec les autres blogueurs, mais j'étais ravie de passer ce moment supplémentaire avec tous ces gens que j'apprécie

 Pour finir, j'ai rejoint Tep' et l'équipe qui finissaient leur repas dans une petite crêperie pas loin, en compagnie d'un David Lloyd (oui, le David Lloyd, auteur de V pour vendetta) qui s'adonnait tranquillou aux joies du bon vin français.
Ca a vraiment du bon de côtoyer l'équipe des bénévoles librairie...

Et de retour à l'appart' j'ai pu emprunter à Tep' quelques unes des anthologies où elle a publié des textes - n'oublions pas que je l'ai connue par les fanfics - pour ma lecture de dodo, ce qui me comblait parfaitement - j'aurais juste voulu avoir le temps de lire toutes les anthos en entier et prendre des notes pour les chroniquer, mais bon le dodo c'est quand même incontournable avec des journées pareilles

*
Photos par Adanedhel, Tiger Lilly, Endea et moi


Retrouvez toutes les conférences en audio et vidéo sur le blog d'ActuSF aux Utos

 

Hogswatch 2011: Wincanton Meetings, Day 2

Le dimanche - sans Ayako repartie par le premier bus -, on avait prévu de faire un déguisement commun sur le thème du Fresh Start Club, le club du nouveau départ des zombies etc (avec notamment l'aide de Rentawitch), mais finalement on n'a pas trop eu le temps de faire ça à fond, tant pis.

Il faut dire qu'entre grasse mat' et traînouillage, la matinée file vite.

Du coup on a zappé le numéro de puces de Tom Foolery (qui avait déjà fait les marionnettes en avril, si je ne m'abuse), et on a démarré par le traditionnel premier passage à la boutique, où j'ai complété mes achats avec "Le dernier héros" en V.O. et en format plus pratique que le grand, Le Vade-mecum et V.O. et en poche aussi, et quelques bricoles comme un passeport morporkien que j'ai fait dûment tamponner...
(à ce propos, il paraît que la boutique est vraiment officiellement enregistrée comme consulat d'Ankh-Morpork, ce qui fait qu'on est réellement en territoire morporkien!)


Puis on a encore rejoint le Bear pour assister à la grande Charity Auction, la vente aux enchères dont le produit va au RICE
, une association de prise en charge et de soutien pour les malades d'Alzheimer.

Comme toujours, les assistantes étaient joliment corsetées et le Dr Harkin a officié brillamment.

     

Il y a eu quelques private jokes avec des canards, et aussi une sombre histoire de Saint Oignon (ou "prickle"? ou quoi que ça puisse être) qu'un jour Terry avait mis dans un bocal et donné à la vente juste pour voir, et qui depuis est remis en vente à chaque Charity Auction...



D'ailleurs Terry a été tellement emballé que la tradition se soit installée qu'il a demandé au Cunning Artificer d'instituer un Ordre de l'Oignon!





Et encore plus fort, la bestiole a fait des petits et des émules, avec une fois où il n'est pas revenu à temps pour la vente suivante et où il a été remplacé par un bocal plus petit représentant son Esprit, qui continue lui aussi à revenir à chaque nouvelle vente ; et des p'tits légumes en tricot!

        

Il y a eu aussi une p'tite peluche de dragon trop mignonne, le carton de la soirée de lancement de Snuff à bord de la Wonderful Fanny à Londres...

           

Ou encore deux magnifiques gâteaux (qui suivent le jeu "Ankh-Morpork" depuis la convention allemande en septembre, je crois) :


   

Et une planche originale du Royaume Enchanté des Kidby, et encore bien d'autres trucs sympas... J'ai bien tenté de remporter quelques trucs, mais ça partait toujours trop haut pour mon budget, dommage.
J'ai eu l'impression qu'il y avait eu plus de prix abordables en avril...

L'exemplaire de l'anthologie en bilingue qu'avait donné Mestr Tom est parti à 50£ (!) chez un collectionneur qui a tous les tomes en première édition et épreuves non corrigées. Je me demande s'il lira l'antho malgré tout, c'est un peu dommage qu'elle fasse juste étagère... Mais bon, c'est toujours ça de gagné pour le RICE, d'un autre côté.



Mais le clou des enchères, annoncé par Bernard Pearson à travers son esprit véhiculé par son assistant  a été la mise en jeu de l'éventualité
que Terry utilise notre nom dans un prochain bouquin, comme il avait déjà fait... c'est parti à 200£ et quelques!



Malheureusement je ne connais pas la dame qui l'a remporté et je n'ai pas pu lui demander son nom, je ne saurai donc pas quel nom guetter dans les prochains bouquins...

Après ça j'ai fini par craquer et m'offrir la version deluxe du jeu "Ankh-Morpork", je me débrouillerai bien à trouver une solution pour les joueurs non-anglophones avec qui je pourrai y jouer ^^

   

C'était un peu la curée pour manger, et le temps filant à toute allure j'ai préféré laisser les autres aller voir les rues morporkiennes (il y en a 2 nouvelles!) sans moi -





- et encore, j'ai quand même raté les 5 premières minutes de la pièce audio écrite par mon amie Kiray/Adele Kirby (no relation), qui apparemment n'en menait pas large au moment de la présenter ^^ 




J'avoue que sur le coup je n'ai pas tout compris, mais j'ai quand bien aimé, et maintenant que je lui ai demandé le script je peux vraiment affirmer que j'adore ^^
C'est un auteur en panne de BD en panne d'inspiration qui se retrouve projeté dans le monde de son héros (un style Conan qu'il n'aime pas) donc dans sa propre création, en compagnie de son assistant et de sa stagiaire, et qui va devoir affronter le monstre informe et anonyme qu'il n'arrive pas à définir, en proie à une "constipation créative", et qui se nomme à défaut de mieux "the ... of Doom", ou "the Ellipsis of Doom".

On a donc tout un travail sur les processus créatifs, les shémas narratifs, et autres pièges de cet art délicat d'être un auteur, ça me fait un peu penser au Créateur et à la déesse Narrativia de Sir Pratchett, ou à l'univers de la Jurifiction de Jasper Fforde...
Et avec ça c'est vraiment très bien trouvé et très drôle.




      

J'ai adoré aussi les bruitages faits en direct, c'était juste excellent

   

Un enregistrement est en train d'être retravaillé pour être mis sur Youtube


  Les autres frenchies m'ont rejoint alors qu'arrivait le gâteau d'anniversaire des 10 ans de l'Emporium, un grand moment avec une jolie haie d'honneur improvisée pour Sir Terry:

   


Après l'inévitable gloutonnage collectif que l'on connaît tous dans ce genre d'occasions, on a eu un très beau discours de Bernard Pearson, fort émouvant, puis un long discours de Terry où il a parlé de beaucoup de choses, en particulier des détails de ses prochains livres, c'était fantastique...



Puis Bernard a reçu un magnifique bonnet de bouffon qui lui sied à merveille, avant de faire son traditionnel discours d'adieu pour clore le week-end de festivités discales.
En terminant bien sûr par un "piss off", magistral!


  


Bizarrement il n'a pas tenté en français, cette fois
Starbob en a filmé une bonne partie, mais malheureusement le son n'est pas assez bon pour en tirer quelque chose...

Et ce n'était pas encore totalement fini pour nous: on est d'abord allés se poser un peu à l'hôtel, et au passage j'en ai profité pour faire un tour au petit marché avant que tous les stands soient pliés.



J'ai eu la chance de découvrir la véritablement incroyable Incredible Amy et ses objets finement pyrogravés, et je me suis offert un petit Mort en Père Porcher ^^

    


Puis, plus tard dans la soirée, on est encore retournés au Bear pour manger un bout avant le Pub Quizz.

Là on a retrouvé Jean, Mazzie, Gingle Feegle et Completely Batty, et comme j'avais envie de mieux discuter avec eux j'ai proposé qu'on bouge les tables juste le temps de manger.
Malheureusement ça n'a pas empêché que j'avais un mal fou à entendre la voix fluette de Mazzie et à suivre la conversation des deux autres, mais ça aidait déjà un peu à "désenclaver" le groupe français ^^

Jo est venue nous dire avec beaucoup d'humour que c'était pas bien d'avoir rapproché les tables parce que le quizz nécessitait des petites équipes, mais on l'a rassurée

(faites comme ça avec votre main *tendue devant soi*
- oui madame! *youhou, on a tous compris*
- avec l'autre, faites comme ça *assène une tape sur les doigts tendus*
- ok... *!*)


Donc pour le quizz on a bien remis les tables séparées, et on a essayé de faire deux équipes équitables, avec Jean et Mazzie d'un côté avec les autres froggies, pendant que j'étais avec Miss Starbob, Popoyo, Gingle Feegle, et Completely Batty - remplacée après son départ par Lucy (grande steameuse et organisatrice de tea parties, avec Ani' on avait raté ça en avril parce qu'on allait voir Stonehenge au même moment).

Les questions du quizz (un quizz général, pas discworld hélàs) ont été très dures, et mêmes nos anglaises ont été larguées. Du coup on essayait plutôt de remporter la palme à l'envers, avec le score le plus nul, mais c'est l'autre équipe de froggies qui nous as soufflé la place


Mais on s'est quand même bien amusés ^^

Ca a aussi été l'occasion de recroiser Renta, qui nous a à nouveau proposé de visiter sa belle maison à 2 pas du Bear.

Donc en partant après le quiz, Mazzie et Jean ont fait les guides et je suis très contente d'avoir vu ça, c'est magnifique!
Biscornu et très spacieux, poutres apparentes, vitraux dans l'escalier...
Vraiment très chouette.

Et j'ai fait la connaissance avec ses deux chats, qui se sont montrés très sociables ^^

On a discuté encore un peu, puis on s'est fait nos adieux, Mazzie avec une grande accolade, ça m'a fait chaud n'au coeur
(c'est vrai que les anglais semblent plus vite enclins à ça qu'à la bise que nous)


*

Et voilà, c'était déjà fini, pour de bon.

Le lundi, on est repartis tôt le matin par le premier bus (et comme il faisait jour on a pu voir Stonehenge en passant), qui malheureusement avait beaucoup de retard - on a loupé l'Eurostar à 5 minutes près.
J'étais verte, compte tenu de mon 2° train pour Limoges que je n'étais pas sûre de pouvoir remplacer le même jour... Surtout que j'avais quand même compté assez large justement en cas de retard du bus, mais pas pour une différence d'horaire aussi grosse.

Après quelques coups de flippe, un marathon entre Montparnasse et Austerlitz, et un nouveau billet acheté faute d'avoir su que j'aurais dû faire l'annulation une heure avant le départ du train loupé (alors que j'étais dans l'Eurostar où le téléphone capte évidemment super bien), j'ai quand même réussi à dormir chez mes parents ce soir-là et à rentrer chez moi le lendemain tranquillement mais épuisée (re-bonjour, saleté de rhume!), mais je suis maintenant fermement décidée pour la prochaine fois à compter aussi une étape pour le retour!


Parce qu'il y aura une prochaine fois, c'est vraiment devenu un must pour moi 
(d'ailleurs je n'attend que la confirmation des dates du prochain Spring Fling pour me replonger dans les réservations, constitution d'une délégation de froggies, etc ^^)

Mon seul regret est de n'avoir pas encore pu rencontrer/retrouver/discuter avec tout le monde, évidemment, mais c'est beaucoup trop court, et dense, et joyeusement informel pour que ça soit humainement possible, donc pas vraiment de regret, juste une raison de plus d'y retourner


En attendant, bye bye Winky, et Joyeux Porcher bien sûr!

     


*
- Photos avec l'aimable autorisation de: Justin/mavzb, Otto, Loz Green, Vicky Sugarbean, Adele/Kiray, Mestr Tom, Popoyo, Starbob, Mort-aux-Vaches et moi-même ^^
*
Retrouvez d'autres détails sur le Vade-Mecum

 

Hogswatch 2011: Wincanton Meetings, Day 1

Et nous voici donc au premier jour (bon, il y avait eu un petit spectacle au Nog la veille au soir, mais on arrivait trop tard et décalqués pour y assister donc ça compte pas ^^)de ce week-end de Wincanton Discworld Event fort prometteur.

Samedi 26, matin, donc, je fus agréablement réveillée de mon côté
par la musique des artisans qui installaient leurs stands en bas, et de l'autre côté les gars entendaient les cuisines qui se mettaient en route pour le breakfast, qu'on a d'ailleurs eu fort copieux, comme savent le faire les anglais 


Puis on a été faire un premier petit tour à la boutique de l'Emporium, toute fraîchement refaite avec une nouvelle enseigne, etc...

   

Avant l'ouverture on avait été traîner vers la porte à tout hasard et j'avais eu le plaisir de croiser un Ian (Mitchell, l'apprenti cunning artificer) gambadant qui m'avait fait un grand bonjour et m'avait même tapé la bise C'est vrai que je fais un peu partie de la grande famille de Wincanton, maintenant, c'est fou... Beaucoup m'ont reconnue, saluée, cherchée... et complimenté pour mon costume de ninj'A'Tuin qui a fait sensation!

         

En descendant vers le Bear on a trouvé deux autochtones qui avaient bien saisi l'esprit du Porcher ^^



Et donc à 11h on a fait notre première intrusion au Bear, où Mr Boggis nous faisait une intronisation à la Guilde des Voleurs, avec le grand mot d'ordre "always leave a receipt" et démonstrations à l'appui, avec notamment notre amie Rentawitch dans un rôle de jeune dame réactive très réussi ^^




  A la fin on recevait tous une carte de membre et une feuille d'intronisation, et on pouvait se les faire tamponner mais il a fallu que je file retourner à la boutique pour guetter Terry et procéder à la remise des cadeaux: Mestr Tom avec son exemplaire collector de l'anthologie en version bilingue, moi et les autres au nom du Vade-mecum avec le Froggy Run.

       

Et Terry était bien là, à discuter en sirotant un verre de brandy - et je peux pas nier que ça m'a fait quelque chose de le reconnaître, d'abord de dos avec son chapeau, puis sa stature et sa veste noire, sa barbe blanche et sa voix si caractéristique...


 D'ailleurs je craignais surtout de ne pas le comprendre, vu qu'à chaque interview vidéo j'avais beaucoup de mal à décrypter son fort accent et sa manière de manger ses mots dans sa barbe... Eh bien en fait je n'ai eu absolument aucun mal à le comprendre!
Le souci était plutôt que sa voix ne porte pas (et qu'il a tendance à éloigner son micro quand il en a un, pendant ses interventions au Bear par exemple), mais du coup j'était toute contente de bien comprendre chaque mot
En plus il s'est mis à discuter avec moi "puisque j'étais la plus bilingue du groupe" (gnihi!), et bon, je me suis posé des questions sur ma compréhension quand il est parti à me parler des éditeurs norvégiens et du traducteur allemand, mais c'était juste ses savoureuses digressions, tout simplement parce qu'on avait évoqué le traducteur français (c'est-à-dire le géniallissime Patrick Couton, bien sûr).

     

Il a fait un grand sourire étonné quand je lui ai expliqué qu'on avait (entre autres) cherché les citations avec des poulets dans ses livres, et il a eu l'air content des cadeaux.



Il a très gentiment accepté d'honorer sa page du Dedicacium, d'un auguste gribouillis dont il s'est excusé de ne plus pouvoir faire mieux, ce qu'on comprend aisément.



Pendant qu'il se retirait avec Bernard Pearson pour un sandwich au bacon, on est allés en manger de notre côté au Bear, pour être là lors du grand tirage au sort pour gagner des duos de places dans le minibus emmenant Terry à Burnham-on-Sea où il avait accepté l'invitation à la cérémonie d'allumage des illuminations de Noël.

Il se trouve que Mestr Tom a gagné un duo, et qu'il m'a permis de l'accompagner

Par contre, heum, c'était en fait horriblement frustrant, parce que le minibus était quand même assez grand alors ceux qui étaient assis devant à proximité de Terry discutaient très bien avec lui, mais nous derrière on n'entendait rien

J'aurais été seule, j'aurais essayé d'en profiter pour discuter avec Isobel Pearson ou les fans anglais assis à l'arrière, mais avec un 2° français c'était plus délicat, tant pis.


   

En arrivant j'ai juste aperçu Rob qui emmenait Terry dans une arrière-boutique, pendant qu'on allait voir la petite fête devant le Victoria Hotel.

     

L
es gamins se faisaient remettre les cadeaux par le Père Noël de la municipalité, un petit groupe amateur a joué un peu de rock, tout ça...



Et puis tadam, alors que la nuit tombait le grand moment est arrivé ^^ Terry est monté sur scène, a répondu à 2-3 questions pour la forme (mais dans son style si pratchettien, par exemple à "quel est votre meilleur accomplissement" il n'a pas du tout parlé de carrière, mais de sa fille qui se "débrouille bien" dans le milieu du jeu vidéo ^^), puis il a posé quelques instants avec le maire sur la console d'allumage des illuminations, et hop retour au bus, où tout le monde s'est remis aux mêmes places.

    

    

J'avoue que je me demande encore si ça valait vraiment le coup de tenir à le suivre, alors que pendant ce temps-là à Wincanton je ratais Bernard Pearson qui parlait des projets pour une nouvelle carte d'Ankh-Morpork, et la cérémonie du Secret Hogfather dont les photos font bien envie...

D'ailleurs on a quand même pu échanger nos cadeaux par l'intermédiaire de l'Emporium, et j'ai reçu un magnifique porte-clefs fait avec un bout de page mentionnant A'Tuin... Pour moi ça pouvait pas tomber mieux!



La vente des tickets de repas pour le traditionnel banquet de saucisses est passée trop vite et je n'avais pas pu réserver avant que ça soit complet, je n'ai donc pas pu avoir le ticket collector


Vicky Sugarbean

Mais le Bear avait décidé d'ouvrir son côté bar pour répondre à la demande, et Renta avait gentiment réservé pour moi, donc on a quand même pu manger des saucisses avant de revenir dans l'arrière-salle pour voir la Maskerade, le petit spectacle avec des numéros de fans.

Mais avant tout, on a eu quelques petites cérémonies: le (oui, le) grand Davina gratifié solennellement du titre (amplement mérité) de "Dame":

      

Et Jo, du Bear, qui présentait le dessin qui a fait gagner la première place au top 30 des pubs organisé par le Famous Grouse, et qui en a profité pour remercier et dire encore son plaisir d'accueillir les foisonnantes troupes de fans qui font vivre ces week-ends fantastiques:

     

Terry a aussi été fait danseur Morris honoraire.

Puis la scène a vu passer bon nombre de petits moments absolument géniaux...

En vrac et en mentions spéciales, j'ai adoré les paroles adaptées à la sauce Discworld sur des airs bien connus - le meilleur étant "we all meet in the room behind the Bear, the room behind the Bear, the room behind the Bear" sur le refrain du Yellow Submarine des Beatles -, un numéro de charme sur "If you're good to Rosie, Rosie's good to you" dansé par mes chères Renta et Mazzie...

   

...ainsi que Gingle Feegle et Completely Batty - ces dernières ayant aussi fait un duo félin Greebo/You absolument génial...

         

...et surtout, le clou, une adaptation Discworld des Twelve days of Christmas!

On the first day of december
My true love sent to me...

12 Watch Proceedings
11 Feegles Stealing
10 Trolls A-Stomping
9 Dwarves A-Digging
7a Wizards Casting
7 Hippos Swimming
6 Beggar's Begging
5 Skull Rings
4 Elephants
3 Witches
2 Vampires
And a turtle
Swimming through Space

       
("fiiiiiiiive skuuull riiings
")

De quoi se garder des refrains en tête pour le reste de la semaine, quoi!

Et en cherchant à me positionner dans l'assistance (qui évidemment était déjà bondée du repas quand on est arrivés) sans décéder du dos, j'ai rejoint Worbleook qui s'appuyait astucieusement contre le mur, à défaut de mieux c'était un sacré bon plan ^^

Voilà, et puis on a terminé la soirée en papotant dans la chambre du fond, avec le premier accès au wifi du Dolphin 

*
- Photos avec l'aimable autorisation de: Justin/mavzb, Otto, Loz Green, Vicky Sugarbean, Adele/Kiray, Mestr Tom, Popoyo, Starbob, Mort-aux-Vaches et moi-même ^^

*
Retrouvez le making of du Froggy Run et autres détails sur le Vade-Mecum

 

Hogswatch 2011: En route pour Wincanton

Et hop là, après les compte-rendus des Utopiales, on enchaîne avec un autre voyage effectué le même mois!

Un merveilleux petit voyage court mais intense, très riche en rencontres, retrouvailles et bons moments qui m'ont gonflé le coeur à bloc, et ont largement contrebalancé les quelques trucs qui m'ont gonflé tout court

Ceci était mon 3° voyage britannique de l'année, mon 2° Wincanton Discworld Event, et ma 1° rencontre avec Sir Terry himself.

Mais avant d'arriver à Wincanton, j'avais déjà prévu 2 étapes sympas...

* Le jeudi 24:

Je débarquais en soirée à Paris où je voulais dormir chez Vert pour être plus tranquille pour prendre l'Eurostar le lendemain. Du coup, elle avait rameuté quelques blogueurs et Atuaniens pour un petit restau, ce qui m'a permis de faire la connaissance d'Elysio, Isil, et Martlet, et de retrouver aussi Spocky et Tiger Lilly, le tout avec grand plaisir évidemment!

Sur une note plus triste, on en a profité pour porter un toast à El JC, un blogueur et pilier du Cercle dont nous avions appris la disparition en début de semaine (voir ici)

Mais les crêpes et le cidre étaient bons, et j'ai passé un très bon moment 

De retour chez Vert, j'ai pu avancer un peu sur la couture de mon costume que je n'avais pas eu le temps de bien terminer avant de partir...

* Le lendemain, vendredi 25:

Je retrouvais notre petit groupe de froggies à la Gare du Nord, mais dans l'Eurostar on avait beau avoir réservé nos places au même moment en précisant "à côté de", j'étais parachutée quelques wagons plus loin que Popoyo, Mestr Tom, Starbob et Starbobette, et MoV était isolé lui aussi. Le mystère d'un tel éparpillement reste entier.

Mais on s'est retrouvés à Saint Pancras, et pendant que Mestr Tom filait attraper le premier bus pour Wincanton, nous autres sommes partis à l'assaut de l'expo Dr Who Experience à Olympia.

Une expo ma foi bien sympa, la première partie interactive est assez magique, et le reste avec les costumes, affiches en rétrospective etc, est intéressant.



Seuls bémols: dans la partie interactive j'aurais aimé voir aussi d'autres doctors que Eleven, en particulier Tenny, et l'entrée était quand même effectivement un peu chère pour ce que c'est. Et la boutique à la fin accusait de graves lacunes, c'est dommage

J'ai quand même craqué pour un petit badge, 2 des derniers Dr Who Books sortis récemment (j'ai résisté sur le Guide, mais j'aurais préféré le 2011 - que m'avait montré Vert - au 2012), et en réservant mon billet j'avais opté pour le programme de l'expo que j'ai récupéré en partant.



Mais bon, je suis quand même bien contente d'avoir vu ça de mes propres yeux

(et d'avoir repris ce tronçon de métro Earl's Court - Kensington Olympia de jour ^^)

Comme prévu, on est arrivés à Wincanton sur le coup de 8pm, et on a aussitôt pris possession de nos chambres au Dolphin. On avait en fait tout l'étage de l'aile annexe qui sert de Dealers' Room et de salle de p'tit déj'... Et même si le confort était plutôt spartiate, j'ai trouvé ça très bien, ça nous as permis des fins de soirées informelles très sympas

Par exemple ce premier, tout le monde y est allé de son idée pour m'aider à boucler les finitions de mon costume toujours pas complètement terminé... Le scotch s'est révélé d'un grand secours ^^
 

Utopiales - Jour 1 (jeudi 10/11/11)

Hop hop hop, je tente de rattraper mon retard monstre pour tout plein de trucs, et ça commence par me débloquer en terminant ces CR de Nantes avant que j'aie tout oublié!

Pour ce "vrai" premier jour du festival, donc, je n'avais rien noté qui m'intéresse particulièrement le matin, alors j'en ai profité pour traîner un peu chez Tep', laquelle était partie aux aurores avec son libraire de copain. Et à force de prendre mon temps j'ai fini par être en retard pour aller au premier rendez-vous blogueurs de 11h organisé par Traqueur Stellaire  Et j'ai même pas pu compter sur les autres pour passer inaperçue, vu qu'en ce premier matin la plupart des blogueurs n'étaient pas encore arrivés ^^


J'en ai profité pour étrenner mon badge

Donc on a discuté un peu, une des Lyonnes de la SF est arrivée, on s'est ravitaillés en sandwiches, et après j'ai décidé de profiter d'avoir un petit temps mort pour commencer à regarder les expos.

Mais je suis quand même passée d'abord au coin librairie pour voir (et me faire gometter tant que j'étais pas pressée, et papoter avec Tep' et l'équipe), et j'ai pu contempler les étalages de Pratchett et la petite anthologie dans le tas, c'était beau



J'y ai aussi croisé Patrick Couton (ô joie, il se souvenait de nous et m'a reconnue sans que je resitue) et j'ai pu lui taper la causette, c'était chouette

Puis je suis montée à l'étage voir l'expo de Greg Broadmore, absolument magnifique et drôle, qui m'a définitivement décidé à acheter son bouquin.
J'ai même hésité à craquer pour un autre bouquin plus petit en anglais centré sur les armes de son univers, et j'ai trop regretté d'avoir voulu faire ma raisonnable parce que le lendemain quand j'ai voulu céder ils étaient épuisés ><
En tous cas l'expo valait vraiment le détour. Même les cadres étaient remarquables!

    



         



          

Après avoir bien traîné et fait plusieurs tours, j'ai quand même fini par redescendre et j'ai été regarder tant bien que mal les expos "Histoire de la SF" et "Histoire des extraterrestres", ce qui n'était pas des plus aisés vu les couloirs complètement bondés de djeunz en goguette puisque c'était la journée des scolaires, mais j'ai quand même réussi (et j'y ai rejeté un oeil pour compléter à l'occasion, les jours suivants).
C'était sympa, ça me faisait un super complément de ma visite de l'expo "Out of this world: Science fiction but not as you now it" vue à la british Library cet été

Et comme j'attendais impatiemment la première conférence "rencontre avec Greg Broadmore" du festival, je me suis posée à la conférence "rencontre avec Erik L'Homme" qui se tenait juste avant avec une floppée de pingouins apathiques ou taquins.
A force de croiser cet auteur sur les festivals, il faudra quand même qu'un jour j'arrive à avoir un petit moment avec lui pour lui faire dédicacer mes vieux exemplaires qui ont bien vécu du Livre des Etoiles, un de mes meilleurs souvenirs de lecture d'adolescence, et éventuellement discuter un peu de Phaenomen qui me laisse un peu mitigée.

Bref, je pensais profiter de l'exode scolaire pour m'installer mieux à la conférence de Broadmore, mais que nenni, les pingouinots se sont accrochés comme jamais, et c'est tout juste si j'ai pu me trouver une chaise vers l'avant.
Je n'avais pas besoin de la traduction simultanée, mais les pingouinages tout proches m'ont rendu la concentration un brin ardue, m'enfin ça a été ^^



C'était très intéressant, même si les deux tiers de la conférence ont tourné autour du film "Number 9" que je n'ai pas vu. Le parcours de ce type est quand même assez fou et idyllique - au chomage, sans aucune formation, il réalise d'un coup qu'il y a quand même la WETA chez lui et que c'est pas rien, et que c'est bien dans ce qui lui plairait de faire, il tente à tout hasard et allez hop c'est parti mon kiki. Si ça c'est pas un peu le rêve...

Du coup il m'a donné l'impression d'être resté humble et humain, d'avoir une conscience aigüe de son manque de formation et de la chance incroyable qui l'a mené là, à faire ce qui le passionne et à pouvoir donner forme à son propre univers. Et de s'y donner à fond, sans se ménager.

Du coup, il a une conception très personnelle de ses propres créations, et il tiquait toujours qu'on le fasse passer pour "l'affiche steampunk des Utos 2011": pour lui, ce qu'il fait ce n'est pas du steampunk, à la limite ça peut être vu comme du dieselpunk, mais ce n'est pas du tout son optique de s'orienter dans le steampunk. Certes, son esthétique peut s'en rapprocher par certains côtés, notamment les rayguns et l'ambiance vintage caricaturée, mais pour lui ça ne va pas plus loin - c'est surtout parce que c'est cool et donc que ça s'intègre bien à son délire.

Perso je trouve que malgré tout c'est très steampunk par bien des aspects, mais je comprend ce qu'il veut dire, ça reste sa création vraiment personnelle et il n'a pas cherché à "faire" steampunk, en gros.

En tous cas, j'aime ^^

Et donc j'ai tenté la file pour une dédicace de mon "Victoire", malgré la foule qui s'y pressait... Et je l'ai eue

      

Par contre il n'a pas cherché à mettre mon prénom, et il faisait exactement la même chose pour tout le monde, j'ai trouvé ça dommage
Enfin, il avait dit pendant la conférence qu'il était un peu jetlagué, et même si ça se voyait pas je veux bien le croire, et entre ça et rien du tout je suis bien contente d'avoir eu quand même une dédicace.

Tant que j'y étais, j'ai été voir Glen Cook pour éviter la cohue prévisible des autres jours... Du coup lui aussi était bien jetlagué et ça se voyait, donc j'ai pas trop osé lui parler.
J'ai quand même remarqué qu'il mettait une petite formule différente pour chacun, alors que je m'attendais à un simple "pour Machin" qui semble être la norme pour les auteurs internationaux, du coup je suis toute contente: voyez, un détail tout con, mais ça personnalise 

     
"Carpe Noctum", je crois - l'autre c'est plus compliqué, je dirais "Working gods mischief, law" ou "I am", enfin quelque chose comme ça ^^

Voilà voilà, après il y avait une conférence qui m'aurait intéressée si Tim Powers avait bien été présent, mais on avait appris la veille au soir qu'il avait raté son avion et qu'il annulait tout, ce qui était bien triste

Je comptais bien lui parler des Voies d'Anubis que je venais de finir (un énooorme coup de coeur) et de Sur des mers plus ignorées que j'admire beaucoup, et je pensais même me racheter un exemplaire de ce dernier pour avoir la magnifique couverture de Didier Graffet et le faire dédicacer par les deux, ben finalement j'ai laissé tomber.

Du coup j'ai plutôt été écouter la conférence "L'histoire dépasse-t-elle la fiction?", un intitulé un peu nébuleux mais néanmoins alléchant, avec Francis Valéry, Fabien Vehlmann, Glen Cook et Tommaso Pincio. Et en prime Lionel Davoust, qui est venu faire le traducteur pour Glen Cook, et même si dans ces cas-là il ne parle pas pour lui c'est toujours sympa de la voir ^^ Je ne connaissais pas Tommaso Pincio, qui m'a eu l'air d'avoir beaucoup d'humour et ça m'a donné envie de le découvrir de plus près.



Et justement, en traînant ensuite au bar j'ai croisé
Mélanie Fazi qui discutait avec l'éditrice de Tommaso Pincio, et elle m'a encore conforté dans ma décision de ne pas repartir du festi' sans son bouquin ^^

J'ai aussi croisé Adanedhel, qui m'a appris que le jeu Ankh-Morpork était jouable sur place et on s'est mis d'accord pour faire une partie le lendemain ; et Patrick Couton est venu pour faire un petit boeuf avec Pierre Bordage et Georges Mérel (un directeur de collection à l'Atalante), à la guitare et banjos, comme il me l'avait évoqué le matin (à défaut de la fameuse chanson qu'il se promet d'écrire avec Bordage depuis des lustres ^^), c'était un très beau petit moment



Puis j'ai quand même été écouter la dernière conférence qui m'intéressait par curiosité, "Apprenti écrivain mode d'emploi" qui faisait intervenir aussi des membres permanents de CocyClics. C'est surtout cet aspect-là qui m'a intéressée. Et les relations de bêta-lecture, évidemment.

Et puis comme c'était un peu le seul jour creux où on pouvait se permettre de rentrer pas trop tard, on a fini la soirée chez Tep & Le Libraire, à médire tranquillement autour d'un plateau canap', c'était sympa aussi

Et en plus, Tep' m'a prêté une petite BD toute sympa, "Un amour de marmelade", de Supiot, qu'elle voulait faire dédicacer pendant le festi, ça m'a fait ma lecture de dodo!

*

Photos par Adanedhel, Tiger Lilly, Endea et moi


Retrouvez toutes les conférences en audio et vidéo sur le blog d'ActuSF aux Utos
 

Nantes - Jour 0 (mercredi 9/11/11)

Après cette petite escale rennaise, me voici de retour à Nantes en début d'après-midi, sous un beau ciel bleu!

Avant toute chose, j'ai été retrouver Tep' ma bénévole d'amie hébergeuse à la Cité des Congrès pour confier mon barda à sa tuture.
Petit bonheur de revoir le Lieu Unique, et surtout la Cité avec enfin la belle affiche "en vrai"!



Un barbu pendu à son téléphone avait l'air d'attendre quelqu'un sur le parvis pendant que moi-même j'attendais Tep' - en le voyant il lui a semblé reconnaître Greg Broadmore (à qui on doit l'affiche, donc)... et j'ai vu les jours suivants que c'était bien lui

Mais pour l'heure, donc, je laissais ma Tep' retourner faire des piles de livres et je partais faire mon tourisme, en commençant par le musée Jules Verne.

J'avais été prévenue qu'il fallait marcher pas mal après la descente du tramway, et tant mieux parce que sinon je me serais bien un peu inquiétée ^^
J'ai donc gravi la petite côte qui s'éloigne des quais, tranquillement le nez en l'air, et j'ai su que je touchais au but en découvrant cette petite place où le capitaine Némo et Jules Verne enfant observent la vue...

  

Petit détail sympa, sur les entrepôts de l'autre rive je distinguais justement un portrait de Jules Verne!

 
 

Et effectivement, juste après on arrive à la belle maison - que Broadmore a représenté en arrière-plan dans son affiche - qui abrite le musée.

  

Comme j'ai pas encore 26 ans, j'ai payé moins cher, comme à l'expo Alice à Rennes, c'est chouette

Le musée Jules Verne, donc, est plutôt petit mais compense par une bonne scénographie et du contenu passionnant!

Très vite on débouche sur une pièce lumineuse qui présente d'un côté une représentation de la vue depuis l'endroit précis du musée telle qu'elle devait être à l'époque de Verne, et de l'autre côté deux fenêtres nous donnent la même vue au présent, agrémentées de citations de Jules Verne sur les carreaux.

  
(cliquez sur la photo de droite pour mieux voir)

Il y a aussi pas mal de choses qui donnent une idée de l'environnement dans lequel il a grandi, sa famille, son enfance...

Au passage il y a aussi une borne informatique qui m'attirait, apparemment elle était destinée à présenter les différentes machines présentes dans l'oeuvre de Verne ("les machines", ça a fait tilt ^^) par la collection Hetzel - sauf qu'elle bugguait

Dans un petit recoin, les murs portaient des dessins d'enfant représentant la maison familiale, avec le petit détail qui tue, la flèche avec la mention "ma chambre" qu'on a sûrement tous fait étant gamins

  
(cliquez sur la photo de droite pour mieux voir)

Après on aborde sa passion pour les bateaux et ceux qu'il a possédés, j'ai craqué sur les citations peintes au mur:



Et y'en a plein, un régal ^^

Pas toutes de lui d'ailleurs, mais toujours très justes et parfaitement adéquates aux thèmes des salles.



Et c'est absolument passionnant de se replonger dans toutes ces machines soigneusement imaginées, en bonnes prémisses de la SF, avec toutes les maquettes, esquisses, documentations et notes...

On y voit aussi des choses plus annexes, comme un très beau travail d'animation sur les diverses illustrations de toute l'oeuvre de Jules Verne:

  


Et des adaptations en théâtre de papier, un hit parade des titres de la collection Voyages Extraordinaires, ou encore une expo très intéressante sur la présence des arbres dans l'oeuvre de Verne, qui présente par exemple des échantillons des essences évoquées dans tel ou tel livre, qui participent aussi de l'aspect encyclopédique des romans de Verne, ses notions écologistes avant l'heure, si on peut dire, une carte des arbres de Verne dans le monde, etc...



Il y en avait un écho aux Utopiales, mais j'en reparlerai plus tard.

Mais en parlant d'Utopiales, j'ai eu la merveilleuse surprise de trouver sur le chemin de la sortie la fresque des Utopiales 2005 (dont vous pourrez voir le détail sur un topic du forum Steampunk-fr.com), belle à tomber...
(normal, aux pinceaux y'avait entre autres Didier Graffet!)



Et on achève en beauté avec l'oeuvre qui a fait l'affiche des Utos 2000, que j'avais déjà noté en commençant ma visite mais qui prenait cette fois tout son sens!



Evidemment j'ai traîné à la boutique, et j'ai craqué pour un tout petit livre, les souvenirs d'enfance autobiographiques du grand monsieur...

Et hop, un petit coup de tramway et je faisais mes retrouvailles avec les Machines de l'île, la géniale galerie/atelier de talent, et sa touche tellement steampunk.

 

Un émerveillement total qui m'a été complètement renouvelé, comme je le pressentais.

L'an dernier il faisait nuit quand on y avait été, donc redécouvrir de jour c'est déjà tout différent.

Le Grand Eléphant étant parti en vadrouille, je venais acheter un ticket pour revoir la galerie mais la madame m'a dit d'attendre un peu dans la hall si je voulais voir l'éléphant, qu'il serait bientôt là.

Et effectivement, à peine avais-je glandouillé un peu dans l'allée en me demandant quel était le meilleur endroit, pour ne pas louper non plus l'heure de fermeture du guichet pour enchaîner avec ma re-visite de la galerie, que soudain je regarde tout au fond du hall et y'a un truc qui bouge - nom d'un p'tit bonhomme, c'est l'Eléphant!



Alors là je dois dire que ça m'a vraiment fait quelque chose, non seulement le voir en mouvement pour la première fois, mais aussi par cette rentrée au bercail très majestueuse, dans la symétrie et les perspectives du hall, dans la lumière de cette fin de journée d'automne: c'était juste terriblement magnifique, enthousiasmant, grandiose.

    

Le p'tit malin qui s'amuse à agiter la trompe et arroser les imprudents...

J'ai tenté quelques vidéos, mais je ne suis décidément pas assez bien équipée, et comme y'avait tout le temps du monde devant moi et que je tentais d'arranger ça, je n'ai fait qu'aggraver l'image tremblée et la houle digne des pires tempêtes

Pourtant sur une j'ai un très beau barrissement

Et puis le seigneur des lieux s'est immobilisé et endormi pour la nuit...



Il était temps pour moi de vite entrer dans la galerie, dix minutes avant la fermeture du guichet.

Revoir la partie sur le développement du projet de l'éléphant juste après ce très grand moment fut à la fois très enrichissant et presque déconcertant

Je me demandais si un animateur viendrait, vu le peu de public et la fin de journée pour les Machines... Mais si, il y en a eu un, qui a su ravir la petite famille présente en jouant de son super-pouvoir "je te fais monter sur la machine" ^^

Comme je connaissais déjà, j'ai regardé la carosse des profondeurs avec ses merveilleux petits poissons volants, parce que bon quand même c'est trop beau, puis je me suis un peu éloignée pour revoir le reste de la galerie.



La disposition de certaines machines avait changé un peu, j'ai eu l'impression que la maquette de l'arbre aux hérons avait évolué mais un type est venu bosser dessus alors je me suis pas attardée, j'ai tourné autour du petit avion en bavant un peu, et j'ai retrouvé avec joie mon totem
(enfin, tout d'un coup j'ai un doute, là... je me demande si elle était bien présente déjà l'an dernier, ou si elle n'a pas été fabriquée depuis... *mémoire qui flanche*)

   
© Endea

En fait j'ai fait un ou deux aller-retours entre la visite groupée et le vadrouillage libre, et la première fois où je suis revenue vers le groupe ils se préparaient à faire vivre le grand dragon de mer, qui demande pas mal de "personnel" à bord

Je le sentais un peu venir vu notre nombre restreint mais j'évitais d'y penser, reste de timidité, mais là, ô joie, je fus choisie pour aller grimper derrière la tête du bestiau
Evidemment je ne voyais rien de la belle bête en action, et j'étais pas super à l'aise avec ma tendance au vertige et ce machin qui se penchait bien à fond, mais j'avais de quoi m'aggriper et faire joujou à tourner la tête d'un côté et de l'autre en lui ouvrant la bouche, alors ça a été fun ^^

    

Voilà voilà, j'ai fini par un petit tour à la boutique pour acheter une petite boîte trop belle avec des caramels trop bons dedans pour ma cat-sitter (et bien sûr baver sur les beaux livres qui retracent plusieurs grands projets de François Delarozière, et ravaler ma salive devant le prix, sans oublier que j'étais à la veille d'un salon littéraire ^^).

Après je suis revenue à la Cité des Congrès, j'avais prévu de faire un arrêt au Lieu Unique pour fouiner dans la boutique mais finalement je n'en avais pas le temps (au final j'ai pas réussi à le faire des 4 jours, encore un prétexte pour y retourner ^^).

A 18h30 il y avait la cérémonie d'inauguration du festival, donc j'ai retrouvé au coin librairie Tep' et toute la clique (tous très sympas d'ailleurs, ce sera avec grand plaisir que je les reverrai l'an prochain s'ils sont fidèles au poste).
J'ai rencontré un contact de l'Atalante à qui je devais remettre ma petite livraison d'exemplaires de l'anthologie "Hommage à Sir Terence" (que j'avais dû rajouter à tout mon barda et qui était *très pratique* à trimballer, j'étais pas mécontente de m'en débarasser, lol), et j'ai appris qu'en tant que membre du Vade-mecum ou même en tant que blogueuse j'aurais très bien pu obtenir un pass presse en passant à l'avance par l'accréditation sur le site, ce que j'ignorais totalement.
Pour cette fois Tep' m'avait dégotté un pass de libraire que j'ai pu garder pendant tout le festival, mais c'est très bon à savoir pour la prochaine fois!

On a ensuite pas mal papoté en attendant les discours des officiels et les p'tits fours qui ne manqueraient pas de suivre... Mais nos estomacs se creusaient et les discours ont commencé avec plus d'une heure de retard [EDIT: ah tiens, en fait non, c'était bien marqué comme ça dans le programme détaillé des soirées], et les p'tits fours ne sont pas apparus puisque c'était l'heure du ciné-concert de la soirée, qu'on est allées voir en attendant.



Lors de cette première soirée, sera présenté le premier long métrage d’animation européen et le 2e de toute l’histoire du cinéma, réalisé en papier découpé : "Les aventures du Prince Ahmed" (Die Abenteuer des Prinzen Achmed) (1926) de Lotte Reiniger sur une musique d'Eric Le Guen, avec Erwan le Guen au violoncelle et Paul Mindy aux percussions traditionnelles.

Il était une fois, dans la ville du Calife, le jeune Prince Ahmed qui part vivre de grandes aventures sur son cheval volant. Il ne sait pas encore que sa visite au pays de Wak-Wak va lui réserver la plus belle des surprises : tomber amoureux la belle Pari Banu ! Mais son ennemi, le terrible Mage Africain ne veut pas le laisser vivre en paix...


La formule du ciné-concert m'intrigue depuis quelques temps mais c'était la toute première fois que j'avais l'occasion d'assister à une séance de ce genre, et celui-ci était d'un genre encore plus particulier puisque le chef d'orchestre nous faisait aussi participer pour faire le bruit du vent, de l'orage, du blabla ou de l'engueulade...
Par contre comme y'avait un peu trop de consignes visuelles et de longs moments où il ne demandait rien, j'ai vite oublié la moitié de la signification de ses signes et je crois que j'étais pas la seule, vu le concert de souffles venteux pendant la scène de combat où je soupçonne qu'il voulait plutôt de l'engueulade ^^
Mais c'était très sympa malgré tout, ça donnait un peu de rigolo et de plus vivant, et puis le parti pris de faire comme une civilisation d'un futur très lointain et très évolué qui se penchait sur des étrages bandes photo archaïques était pas mal aussi

Je suis bien contente d'avoir vécu ça, quoi   Et après on a enfin pu se goinfrer (enfin quand on a pu repérer ce qui n'était pas encore froid au milieu) ^^ et pis hop, rentrer dodo sur le coup d'une ou deux heures du mat'...

Rideau!
(j'espère vraiment avoir le temps de chroniquer les autres jours avant de repartir, je me demande si je vais y arriver...)
 

Expo Images d'Alice à Rennes (08/11/11)

En me rendant à Nantes pour les Utopiales, j'avais décidé de faire une étape à Rennes, pour retrouver Luna Pensive et Mort-aux-Vaches et aller voir ensemble l'expo "Images d'Alice au pays des merveilles" à la bibliothèque de Rennes (que je me souviens avoir observée pendant mes études!) :



Le site web en donne une idée assez complète pour avoir envie d'aller découvrir de plus près:



Par un ingénieux décor, on plonge directement dans l'ambiance en entrant dans le terrier du lapin blanc, avec des miroirs déformants et des réveils virevoltant de-ci de-là, et le trou de la surface tout là-haut...



   


(j'ai vraiment beaucoup aimé les parois du terrier faites en épaisseurs de carton ondulé)


Après un petit rappel dans les grandes lignes de cette oeuvre emblématique de Lewis Carroll et ses illustrations de John Tenniel, on s'offre un petit détour par l'environnement familial de Charles Lutwidge Dodgson (alias Lewis Carroll) et d'Alice Liddell.



Je savais déjà que Lewis Carroll avait été passionné de photographie, mais la quantité de clichés exposés ici est assez impressionnante, tout comme leur bon état de conservation, et leur qualité esthétique, et cette passion pour la fantaisie des enfants Liddell avec tous leurs déguisements, et une Alice particulièrement à l'aise et vivante, effectivement!

Ensuite on arrive dans la salle des portes, qui continue à donner le ton:



  


On y découvre moult détails très intéressants sur les influences littéraires de l'époque, la genèse de la couverture du premier Alice (mieux en rouge, selon Lewis C. apparemment), les esquisses de John Tenniel, les premiers "produits dérivés", et un journal de Lewis/Dodgson lu à voix haute et illustré en vidéo pour mieux suivre les tableaux qu'il a vus et qui l'ont inspirés, etc... Une chouette idée!

Et bien sûr quelques échantillons les plus farfelus de sa correspondance avec ses "enfants amies", en particulier un calligramme qui rappelle celui du livre, d'autres dont l'écriture inversée ne peut se lire que grâce à un miroir, ou encore cette lettre-rébus:



On continue la visite en entrant toujours plus avant dans l'oeuvre...





 

Trois écrans montrent les toutes premières vidéos adaptées de Alice, c'est très sympa

On a ensuite une salle avec toute une collection d'exemplaires anciens de tous genre et de tous pays, disposés sur une longue table parsemée de tasses pour l'ambiance "thé des fous", et des diapos des illustrateurs étrangers ou français encastrés dans les fauteuils...

 

Il y a aussi des extraits de vieux films qui passent aux murs, dont le vieux Disney.
Enfin, le dernier espace présente les réinterprétations d'artistes de maintenant, comme Helen Oxenbury:



Ou Rébecca Dautremer, sûrement ma préférée, j'aime beaucoup son Alice très proche de la vraie Alice Liddell et qui me fait penser aussi à Amélie Poulain:


    

Quoiqu'il en soit, tous étaient intéressants, et je me rend compte que j'ai oublié de prendre en photo certains bricolages qui étaient très kiffants aussi...

On débouchait ensuite sur un espace dégagé où l'on pouvait s'asseoir "dans l'herbe" et feuilleter une impressionnante sélection de la bibliothèque, ou bien profiter d'un côté d'extraits d'encore un vieux film très surréaliste que j'ai adoré et dont j'aurais dû noter les références (EDIT: ah, on me souffle dans l'oreillette qu'il s'agit du "Alice" de 1987 par le réalisateur tchèque Jan Svankmajer, merci!), et de l'autre côté de la scène du thé des fous dans la toute dernière adaptation, celle du Tim Burton bien sûr.

   

Il nous as fallu du temps pour lever la tête et remarquer un dernier détail:



Voilà, après ça on s'est dirigés tranquillement vers les restaus qu'on avait repérés, avec une petite visite du centre ville...

  

...la première crêperie repérée étant fermée, puis un autre restau aussi sans explication, on a fini par se rabattre sur un dernier qui par chance était ouvert

On s'est bien régalés, puis Luna m'a emmenée chez elle où j'ai fait la connaissance d'une de ses filles et de 3 chats

Voilà pour le mardi - rideau!