Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

In*Real*Time

L'Heure du Lapin Blanc: 18h27 (septembre)

Encore un petit mois sur le plan du blog, qui pâtit toujours du peu de temps que j'arrive à me libérer et qui passe surtout dans le Vade-mecum (et un peu le glandouillage, incluant de nouvelles lectures qui accumulent encore le retard de chros)...



Côté lecture, pas tellement d'achevés, avec 5 Livres lus et/ou chroniqués:

-
World War Z (Max Brooks)
- Lignes de vie (Graham Joyce) 
- [BD] Mes mille et une nuits au Caire (Golo)
- [BD] Notes, 2: Le petit théâtre de la rue (Boulet)
- [BD] Notes, 3: La viande c'est la force (Boulet)


Ca faisait un moment que j'étais intéressée par Citriq (le projet de la Librairie Ys pour regrouper des critiques littéraires), beaucoup de blogueurs que je lis(ais) y participant déjà. Eh bien ça y est, j'ai commencé




Par contre, je n'ai pas du tout réussi à honorer ma participation au

Summer Star Wars VI de Lhisbei sur le RSF Blog, vu que je suis encore dans le dernier gros tiers de "Qantice" que je comptais chroniquer pour le challenge...

Mais l'été est bel et bien terminé même sur le calendrier, trop tard!




Côté vidéo, je n'ai toujours pas réussi à me remettre dans Dr Who et ma liste de séries en attente, mais j'ai été une fois au ciné et j'ai rattrapé quand même un peu de culture générale audiovisuelle:

- Du vent dans mes mollets
- Juno
- Les enquêtes de Murdoch, NCIS, La vie de Brian...



En IRL, au lieu d'aller au festival Cidre et Dragon comme je l'avais envisagé, j'ai reçu chez moi, uniquement Linou, avec qui j'ai passé un bon week-end à papoter et visiter
J'ai aussi été voir la Biennale 2012, et je reviens tout juste d'un très agréable petit passage en coup de vent à Toulouse à l'occasion d'une formation professionnelle.


Et puis j'ai envie de parler un peu plus régulièrement des jeux débiles et applications gadget qui accaparent une certaine partie de mon temps libre, scotchée (parfois un peu trop à mon propre goût) à mon smartphone.

Début septembre, j'ai découvert un jeu qui m'a beaucoup plu, Cyberlords Arcology.



J'ai adoré le fait de gérer 4 personnages, les quêtes bien reliées entre elles, la baston stratégique, et l'intrigue dans son ensemble.

    

Une arcologie SF qui m'a bien tenue pendant quelques jours

Voilà voilà, et maintenant pour octobre (déjà bien entamé hélàs), mon seul objectif est de chroniquer, chroniquer, chroniquer, (et bosser sur le Vadem'), histoire de remonter un peu dans mon retard et essayer d'être aussi prête que possible avant mes grands évènement du mois de novembre: les Utopiales et Hogswatch à Wincanton

 

Cadeaux du BlogDay de Snow

Le 9 août dernier, Snow fêtait les 3 ans de son blog Bulle de Livre.



Et en plus, elle organisait un petit concours pour gagner des cadeaux.
Qu'à ma grande surprise (je ne m'attendais pas à ce qu'il n'y ait que 3 participations!) j'ai eu la joie de gagner

J'ai donc reçu aujourd'hui des marque-pages trop beaux, avec une mention spéciale pour ceux en cuir de
IdéeCadeauPhoto (et puis le publicitaire du Chat Potté ), et du miam pour compléter le tout!



Un immense MERCI  à toi, Snow!

Et longue vie à
Bulle de Livre
 

Hommage à Roland C. Wagner

Un jour, en 2006, j'ai fait ma première vadrouille toute seule comme une grande pour aller rencontrer un ami internaute à Paris, perdu de vue depuis. En se baladant on était évidemment passés par une librairie, et un livre tout juste sorti m'avait inexplicablement et littéralement aimanté. C'était "Mine de rien", le tome 9 (et dernier) de la série des "Futurs mystères de Paris".



Quelques temps après, j'avais attaqué la série depuis le début, et ce fut un de mes premiers grands coups de coeur littéraires...

Tem l'invisible et son borsalino fluo, Gloria l'aya (I.A.) frondeuse, et toutes ces intrigues quantiquo-déjantées dans une banlieue parisienne à la fois réaliste et décalée - dans un monde quelque peu post-apo, maintenant que j'y pense - avec une certaine dose de dérision et de délire, c'était un cocktail étonnant, qui pouvait parfois prêter le flanc à quelques longueurs mais qui n'en pâtissait pas, tellement le moindre quart d'heure passé en compagnie de ces personnages hauts en couleurs et en même temps très humains se savourait avec bonheur.
J'appréciais beaucoup aussi les réflexions sociales, scientifiques, métaphysiques et psychologiques qui étaient à l'oeuvre, notamment la théorie du grand inconscient collectif humain, la Psychosphère ou Grand Bol de Soupe:

"Imaginez maintenant... Le Big Bang vient d'avoir lieu. L'Univers naît... pourvu de 11 dimensions !... Enfin, potentiellement onze, car seules quatre d'entre elles vont advenir en acte, les autres ne restant en quelque sorte qu'en puissance. Partout dans le rien se répandent les quantons. Ceux-ci ne tardent pas à devenir matière et énergie. L'Univers est né, sous la forme de cette grande immensité, emplie à ras bord ... La Grande Soupe Primitive, selon l'expression consacrée de ce cher Temple sacré de l'Aube radieuse, détective privé millénariste frappé du Talent de transparence, personnage principal des Futurs Mystères de Paris, et qui est très intéressé par toutes ces choses-là...
(...)

Ces quantons psychiques, il faut bien qu'ils aillent quelque part surtout qu'avec l'arrivée de l'homo sapiens sapiens, il va s'en générer un nombre de plus en plus important... Ne pouvant s'accumuler dans nos dimensions habituelles, dans notre Réalité consensuelle, Ils vont migrer vers trois dimensions orthogonales... « Le cerveau humain va apporter [à ces dimensions] les quantons qui [leur] manquaient pour exister. Pour cesser d'être un simple ensemble de probabilités mathématiques » (L'Odyssée de l'espèce) La Psychosphère est née, devenant ainsi l'ensemble des pensées humaines, partageant chaotiquement notre temporalité. « Le Temps [y] coule comme il peut - s'il coule »... L'Inconscient Collectif, vaste et sans organisation propre, sorte de Bol de Soupe psychique."
logoRCW.gif (5,22 ko) © Jérôme "PP" Charlet

J'avais bien aimé aussi le petit one-shot "La saison de la sorcière".

Tout ça dans une plume très vivante, extrêmement agréable à lire.

C'était avant que je commence à aller à des salons et festivals littéraires de l'imaginaire, et quand je m'y suis mise c'était donc un auteur que j'étais particulièrement désireuse de rencontrer et de lui déclarer tout mon amour pour ses oeuvres.

Il avait annulé sa venue à mes premières Utopiales, je l'avais vu à mes premières Imaginales mais seulement dans les tables rondes, et je désespérais de faire plus que le croiser à mes dernières Utopiales quand j'avais finalement réussi à le voir en dédicace et lui parler - bien que pas autant que je l'aurais voulu, un peu prise de court.

Mais même avec si peu (et déjà tellement) de contact "en vrai", de près ou de loin, j'avais pu apprécier sa présence très forte, sa grande gueule qu'il n'hésitait pas à pousser dans les conférences, tables rondes, sur le web, et dans la vie en général (je pense notamment à sa participation à la lutte du Droit du serf), son regard franc et son beau sourire moustachu de gaulois sympathique.


photo © Mélanie Fazi

C'était un "personnage". Entier, généreux, passionnant. Immensément cultivé, toujours prêt à titiller le débat pour mieux le regarder péter dans tous les sens.

Ca fait mal d'en parler au passé. De réaliser que jamais plus, plus de nouveau bouquin, plus de commentaires sur le web, plus de nouvelles occasions de le croiser.

J'ai appris ce matin qu'il a succombé à un accident de voiture.
Un coup du sort stupide - qui me rappelle mon propre accident à peu près dans les mêmes circonstances, je n'imagine que trop bien ce que peut ressentir sa compagne qui était au volant (heureusement "seulement" blessée et sous le choc, comme leur fille).

Je crois que c'est aussi la première fois que le décès d'une personnalité me touche autant de plein fouet, c'en était une qui comptait vraiment pour moi.
La littérature française, en particulier SF, ne sera plus pareille sans lui.

J'ai encore certains de ses textes pas encore lus dans ma PAL, des nouvelles dans des anthologies et des novellas éditées à part. Je vais peut-être aussi finalement tenter "Rêves de gloire", ce pavé qui lui a déjà valu de nombreux prix pour une toute nouvelle direction qui lui tenait à coeur. Et j'ai toujours eu envie d'approfondir les pistes semées par-ci par-là, musicales ou littéraires, entre autres sur la Psychosphère mais pas seulement... (je viens d'apprendre par exemple qu'il aurait traduit un vieux roman Dr Who, "Les Daleks envahissent la terre", ce qui me semble tout à fait coller à sa personnalité)

...mais ce ne sera plus jamais pareil maintenant qu'il n'est plus là pour en parler.
Je suis vraiment consternée et dévastée par ce terrible drame

Comme dirait Gloria:
"À plus camarade. L'esprit de la Commune vivra éternellement dans nos cœurs virtuels."

Roland C. Wagner a rejoint le grand Bol de Soupe originel.
 

L'Heure du Lapin Blanc: 16h48 (août)

Un mois d'août plutôt petit, même s'il y a encore beaucoup de choses en coulisses...



Quand même 6 livres lus et/ou chroniqués:

- Artemis Fowl, 1 (Eoin Colfer)
- Un bonheur insoutenable (Ira Levin)
- Les pilleurs d'âmes (Laurent Whale)
- L'Ombre du vent (Carlos Ruiz Zafon)
- Abraham Lincoln, chasseur de vampires (Seth Grahame-Smith)

- World War Z (Max Brooks)

Et j'ai gagné au concours de Snow pour ses 3 ans de Bulle de Livres

A mon grand dam, je suis toujours en retard dans Dr Who alors que la nouvelle saison est là, et donc dans tout ce que j'ai d'autre à voir... Le mois d'août se résume à 1 seule vidéo:

- Abraham Lincoln, chasseur de vampires

Mais ce mois d'août fut aussi marqué la mort de Neil Armstrong, l'homme qui a fait rêver le monde entier avec les images de l'alunissage américain, un évènement entré dans l'inconscient collectif...
Et la Psychosphère elle-même est aussi orpheline de Roland C. Wagner, l'auteur des "Futurs mystères de Paris" - entre autres -, une bien triste nouvelle qui m'a beaucoup bouleversée, comme bon nombre d'amateurs de SFFF

Le Bol de Soupe ne sera plus jamais pareil.



Et maintenant, le nouveau mois de septembre est déjà riche en trucs à chroniquer, j'espère mieux me booster pour bloguer tout ça! ^^
 

L'Heure du Lapin Blanc: 14h42 (juillet)

Ce mois-ci a encore été bien chargé, comme prévu... Mais j'ai quand même réussi à bloguer pas mal, on dirait que je commence à prendre un certain rythme ^^



Ca nous fait donc 5 Livres lus et/ou chroniqués:

- Mimosa (Vincent Gessler)
- Les voies d'Anubis (Tim Powers)
- Martiens, go home! (Fredric Brown)
- En route pour la joie (Solenne Pourbaix)
- Premiers sangs (Jacq alias Pierre Pevel)

Avec encore quelques progressions de défis à la clé: un pas de plus dans le Défi Steampunk, enfin ma première chronique pour le challenge
Chefs d'oeuvre SFFF chez Snow, et un hiver nucléaire aussitôt entamé, aussitôt englouti pour le challenge Fins du monde chez Tiger Lilly.



Côté vidéo, 1 film vu:

- Holy motors


Et encore plein d'IRL!

- j'ai été aux Nuits d'été de Guéret, pour voir en concert Merzhin et Pierpoljak (et The Waves)
- j'ai été au Japan Expo/Comic Con, pour voir en concert le Naheulband
- et j'ai été une semaine dans l'Aveyron pour IRL estivale annuelle des Fondus d'Eau Chaude


J'ai encore pleeeeeiiinnn de trucs à raconter et à chroniquer, mais mes projets de voyage commencent à devenir plus flous (finances oblige) donc je vais peut-être finir par me rabattre sur plus d'activité bloguesque (enfin, si je trouve la motivation) ^^
 

Imaginales 2012 (4/4)

=> tous mes billets des Imaginales 2012=>[1/2/3/4]

Bon, le lendemain, j'ai eu un peu de mal à décoller, d'autant plus qu'il fallait déjà préparer les sacs pour le retour

Donc on a débarqué sur le festival plutôt en fin de matinée, en quête des dernières dédicaces et croisages de gens dans la Bulle du Livre.

J'ai pas eu à chercher bien loin avant de tomber sur ma première cible, Ghislain le Voleur en train de discuter avec un organisateur, que j'ai interrompus comme une malpropre pour quémander un p'tit gribouillis dans le T'as pas le niveau
J'ai appris plus tard qu'il a publié des nouvelles chez Malpertuis et Rivière Blanche, j'étudierai ça (dans un avenir probablement assez lointain hélàs)...

Et juste après, j'ai atteint le stand Argemnios où je voulais acheter le bouquin de Tony Beaufils, l'orc verdâtre du Naheulband. J'ai découvert au passage que le pavé est co-écrit avec Marie Fontaine, et qu'il y avait un CD et même un groupe qui allait avec. Tournée de dédicaces en pagaille...





Je confirme que l'orc avait bien des p'tits yeux ^^ Faut dire aussi qu'on étouffait carrément sous la Bulle (et j'étais pas bien fraîche non plus)
Par contre j'ai pas tilté sur le coup que le troisième larron sur le stand était l'illustrateur. Fichtre.

Après, j'ai vu Fabien Clavel pour une dernière dédicace dans l'anthologie "Muséums"...



Ensuite, je crois que j'ai récupéré mon "Druide" oublié, croisé des gensses au bar, fait un tour sur le stand de Présences d'Esprit pour voir Lhisbei et jouer à la loterie solaire, j'ai ramené "Le capitaine Alatriste" de Perez-Reverte, pour voir ce que ça donne.
J'ai recroisé Milora et Kailiana


J'ai aussi passé un moment à contempler une dernière fois la fresque de cette année, réalisée
par Johann Bodin, Elvire de Cock, Fabien Fernandez et Christelle Pécout:




petit WIP par
© Tiger Lilly

© Tiger Lilly

Et puis il n'y avait que deux personnes devant Olivier Peru, je me suis dit que c'était le moment où jamais, alors j'ai attendu sans lâcher, cette fois. Faut vraiment être patient, le gus est très sympa et donne du temps à chacun de ses visiteurs



Du coup ça m'a aussi donné le temps de lorgner sur les dessins de Fabien Fernandez, son voisin de stand... Et j'ai craqué sur une nouvelle édition rajeunie de Jules Verne, parce que ça titillait ma curiosité et j'aime trop ce graphisme vintage




Et pis c'était l'heure de se mettre en route pour le restau avec Lionel Davoust, donc on est partis sous les trombes de flotte avec Tiger Lilly et Endea, en quittant Galoo et le parapluie (acheté exprès le premier jour parce qu'aucun de nous deux n'avait pensé à en amener, ça devient une tradition) à mi-chemin et en arrivant donc prêtes à essorer au restau oriental où on avait mangé un soir de l'année précédente


Apparemment on était les seuls à avoir eu la bonne adresse du restau réservé, du coup on s'est retrouvés en petit comité avec Lhisbei et son Mr, et deux bénévoles du festival, et la tablée était juste pas trop grande pour bien entendre tout le monde

Ce fut fort sympathique, on a beaucoup parlé le "Léviathan", de l'écriture, des projets de Lionel, de ses références (j'ai pris note de 2 Tim Powers)...
C'est passé trop vite, et j'ai dû m'éclipser pour ne pas rater mon train de retour, hélàs.

Un dernier passage à l'hôtel, la montée du faux-plat bien traître, et me voilà dans le train, plus ou moins de justesse

Je me suis affalée dans un carré avec des filles qui semblaient revenir elles aussi du festival, d'après les discussions, auxquelles je me suis joint le plus naturellement du monde, on se connaissait pas du tout mais ça passait super bien ^^ D'ailleurs l'une d'elles,
thésarde en ingénierie mécanique, nous a appris que les avions ont un dispositif de canon pour éviter l'enrayement des moteurs par les piafs aspirés

Et puis d'un coup, j'ai buggé parce que j'ai reconnu PoC dans le carré d'à côté. Avec une fille du groupe, mais la fatigue se faisant ressentir, je n'arrivais plus à coller le bon nom sur le visage. Du coup j'ai été lui demander si elle était Ladyfae ou Lili, c'était la 2° option - "en plus y'a des photos dans le livret" ah oui tiens, c'est vrai, j'aurais dû y penser

Le temps qu'elle me fasse une p'tite dédicace, j'ai papoté un peu,
on a parlé de packaging de CD et de page à pourrir sur les livrets, du dernier CD de Madonna tout naze de ce point de vue, de Belyscendre qui fait des beaux trucs aussi, et d'un éventuel packaging pour un futur album ou une édition spéciale de "T'as pas le niveau", avec un backpack de nain en figurine/coffret



Mais après je les ai laissés, je voulais pas les déranger après un week-end crevant, et j'ai pas osé faire volte-face quand ils m'ont assuré que je dérangeais pas.

Par contre, si j'avais fait un peu gaffe en sortant à Nancy, j'aurais pu me rendre compte qu'eux aussi allaient jusqu'à Paris, et j'eusse volontiers tenté l'incruste pour papoter encore un peu...
Au lieu de quoi j'ai fait un aller-retour jusqu'au début du quai pour comprendre qu'en fait je n'aurais eu qu'à grimper dans le wagon juste en face sur le même quai, puis je n'ai fait que les apercevoir fugacement sans jamais être assez proche pour renouer le contact.
Bon, ce petit moment reste un super souvenir, mais à la réflexion je m'en voulais un peu d'être passée à côté d'une éventuelle posibilité de rab


Pendant le reste de mon retour, j'ai commencé à ruminer mon habituel coup de blues post-festival, assez costaud cette fois-ci... Sûrement parce que ce fut une édition particulièrement intense, avec tout plein de bonne compagnie, des chouettes rencontres, des bons moments et de l'euphorie à la pelle!

Et aussi un certain nouvel apport à mes Montagnes à Lire



=> tous mes billets des Imaginales 2012=>[1/2/3/4]
 
 

Imaginales 2012 (3/4) - Naheulband XP Tour

=> tous mes billets des Imaginales 2012=>[1/2/3/4]

Et donc, après une grosse journée et quelques péripéties dans les pattes, nous voilà tout au bout de la file d'attente devant le MM2, d'où filtrent quelques sons de répétitions chaotiques.
Je me disais bien qu'on s'était pressés et stressés pour rien, que ça serait pas normal que ça commence tout bien à l'heure prévue et tout... Et effectivement c'est avec 3/4 d'heure de retard qu'ils sont ressortis et que Ghislain le Voleur a remonté toute la file pour nous annoncer que les portes allaient ouvrir
Et bon, on était pas devant, mais honnêtement
à ce moment-là je ne rêvais plus que de m'affaler pour reposer mes petons - heureusement, les potesses suissesses squattaient déjà une banquette latérale dans cette intention 

M'enfin quand le Naheul a démarré, ça m'a vite remis debout malgré tout, et on avait des piliers pour s'appuyer 



Tout commenca donc avec La vie d'aventurier, où un judicieux "chaussette!" ponctua le niveau sept

Ensuite une petite nouveauté, le Nanana de l'elfe. Une elfette dans le public a brandi son arc.



Puis encore un classique avec A l'aventure compagnons.
Et le merveilleux Laridé du poulet (que j'avais découvert à Trolls & Légendes) avec son fameux "poulet poulet piou piou piou"! Avec une farandole dans le public, la p'tite Naheul' touch super sympa Et bien sûr les poulets perchés!

   



   

Vinrent ensuite les chants d'anniversaire en l'honneur de Lili et PoC, un grand moment trollesque et pioutesque

Je me suis amusée à filmer une grande partie du concert, mais forcément comme je n'avais que mon phone sous la main ça n'a pas donné une qualité de folie, plutôt tendance bootleg hyper saturé et tressautant, quoi.
J'ai juste pu sauver quelques morceaux à peu près potables, avec un peu d'aide de l'ami Grishka, et j'en ai aussi tapé quelques unes à Galoo, dont celle-ci:


par galoo

Et on enchaîne avec un épique Crom à faire trembler le parquet, sous les piétinnements de bourrins en kilts et autres barbares tatoués, c'était juste génial



Un petit interlude avec la pub culte de Crevetola, "ça donne un beau poil et c'est bon pour le foie"...


par galoo

Et c'est reparti avec Maître du donjon, une des meilleures du nouvel album à mon goût.

Et hop, un interlude irlandais pour une nouvelle farandole!




Suivi de la Hache Durandil que j'adore, et y'en avait une brandie dans le public aussi ^^

 

Mais on ne va pas s'arrêter en si bon chemin, voilà le Noël en Mordor qui déménage bien comme il faut

 
Pour ensuite entonner joyeusement "plouf plouf" et "miam miam" sur un des morceaux les plus wtf de T'as pas le niveau, la parodie de chanson enfantine Le petit gobelin. Ouais.
 
Heureusement, on a aussitôt repris les choses sérieuses avec la Marche barbare! Là aussi un grand moment de bourrinage en chapiteau...
 
 
par galoo

Quoi de mieux pour enchaîner qu'une petite pub Chiantos traditionnelle? "Les p'tits bonbons nains"... En combo avec la version "en passant par la Lorien"
 
Et hop, on s'embarque avec Les pirates mauves, "hi di ho!"
 
Et après ça, il est temps de Sauver les rôlistes, encore un de mes morceaux préférés de T'as pas le niveau, c'est tout bonnement énorme...
 
Les guitares-démon de Tony l'orc assurent un max. Et ça donne encore sur la suivante en chicken metal, avec Chicken Quest laborieusement introduite par Ghislain, du chaos d'anthologie!
 
Et comme il faut toujours veiller à une représentation ethnique égalitaire, et vu qu'on a eu le nanana de l'elfe, il nous faut le tralala du nain. Obligé.
Et du coup, tout le monde s'est mis à genoux pour être à la bonne taille!
 
    

Pour rester dans le sujet, on passe bien évidemment à Mon ancêtre Gurdil, un des gros morceaux cultes.
"nous sommeeuu les nains sous la montagne *blam-blam* on creuse le joouur, on boit la nuit *clamp-clamp* et on n'aime pas ceux d'la surfaceeuuu!"

Ca commence à sentir la fin, hélàs, mais on poursuit sur la lancée avec un énergique Troll farceur...

Et c'est le final. "Then bugger off, you bastards bugger off - fuck! you!"



On se quitte sur une recommandation de ne pas trop chanter "piou piou piou" en présence de policiers pour ne pas finir au poste, un dernier tour de remerciements, et voilà...

On avait rien à faire dédicacer, pas de sous pour acheter, et des pieds agonisant dans d'atroces souffrances ; donc on n'est pas restés, histoire d'avoir encore la force d'aller s'écrouler à l'hôtel.

La prochaine fois je ferai mieux... et c'était déjà un concert génial qui valait tout, tellement convivial dans ce chouette décor du Magic Mirror 2, avec une très forte ambiance survoltée de fanitude extrême et de gros délire commun!

Et puis vivre ça en aussi bonne compagnie (rien que pour le rire de Syane), c'est vraiment la pomme sur l'elfe farci

=> tous mes billets des Imaginales 2012=>[1/2/3/4]