Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

Antho-Noire ...pour Nuits Blanches (collectif)

 J'avais commencé à m'intéresser à cette anthologie juste parce que ma coupine Sol² avait tenté l'Appel à Textes.
Et puis, j'ai aimé le concept du titre, et l'illustration de couverture... Au final j'étais vraiment très curieuse de voir ça de plus près


antho-noire-nuits-blanches

...du fantastique au polar ...du steampunk à l'humour noir
Quinze nouvelles qui vous laisseront toutes un étrange goût de sang dans la bouche !
Pour cela retrouvez tous les quatorze auteurs de ces histoires et venez frissonner avec eux jusqu'au bout de la nuit !


Le jeu de mot sur l'entonnoir est bien sûr le fil conducteur, servi à toutes les sauces, jusqu'aux photos retouchées des auteurs dans leur présentation avant leur texte
J'ai par contre plus de mal avec le smiley imprimé dans chacune ces présentations, mais ce n'est qu'un détail.

Dans l'ensemble, c'est surtout une anthologie amateur partie d'une idée un peu folle, et en tant que telle c'est vraiment pas mal !

Comme d'habitude, je reprend chaque texte en quelques mots...

* * *
* *
*
** Le gant noir (Sylvie Arnoux)
J'aime bien celle-là, la chute est bonne, bien amenée, et ça ajoute un autre vision sur le texte ^^

"Un râle lui parvient à travers la porte. Elle reconnaît son prénom: 'Juuuuuuuuuuuuuuuulieeee !' Mon Dieu ! Ce pervers la traque donc depuis des jours ; il l'a repérée comme on repère une proie. Il sait tout d'elle puisqu'il connaît son prénom, son adresse, et même son lieu de travail. Car elle en est sûre maintenant, il l'a suivie depuis qu'elle a quitté le bureau."

 *
**Histoire de l'entonnoir (Elodie Baillot aka Péléane)
Celle-ci tient en deux pages, et elle est toute mignonne ! C'est inattendu et une bonne idée.

"Je suis un entonnoir et je viens juste de sortir de l'usine pour être vendu en magasin. Dans les rayons, nous sommes plusieurs et nous nous demandons à quoi on peut bien servir."
 
*
**Ordinem Niger Caprarum (Rémy Catalan)
Ouch, celle-là, elle est dure. Très sombre, extrêmement cynique et désabusée... Et c'est assez percutant de réalisme.

"Chaque cellule de l'Ordre est une entité unique, close, égocentrée sur elle seule et versée dans un occultisme provincial dévoué à la fin des temps. Et si toutes ces cellules embrassent la même cause, chacune dévoie à sa manière l'idéologie originelle ; c'est ainsi que dans la consanguinité métaphysique sont nées les névroses mortifères les plus démoniaques, grandes consommatrices de vierges dont il est le pourvoyeur."
 
 *
**Les vieilles (Sophie Dabat)
Ah! Une auteure que j'ai déjà vue (brièvement) en festis/salons ^^
Cette nouvelle est originale aussi, ambiance polar franchouillard en plein Marseille, saupoudrée d'humour... Petit bémol: j'ai trouvé le ton parfois un peu forcé, et la chute un peu faiblarde. Mais ça reste un texte bien sympa!

"Chaque fois qu'une sortait de la salle, elle prévenait la suivante, 'pour vous éviter d'avoir à monter les escaliers, par cette chaleur' et les deux inspecteurs n'avaient eu que le temps d'aller boire un verre d'eau en catastrophe entre chaque déposition. Ils en seraient presque venus à admirer les vieillardes pour leur endurance, s'ils ne les avaient pas déjà haïes de leur imposer ça."


 *
**Le maître du temps (Delphine Dumouchel aka Kinder Phinette)
Londres victorienne, montre magique et rêves déments de coeur mécanique... Les ingrédients sont très bons. Hélàs, là aussi j'ai trouvé le ton un peu forcé, le style parfois trop didactique... Dommage, ça freine un bon potentiel.

"L'air est froid dans les rues de Londres, mais pas aussi glacial que le regard de Tempus. Le maître du temps, comme il aime se nommer, est debout dans l'obscurité d'une ruelle crasseuse. Il contemple sa nouvelle oeuvre, sa jeune victime semble désarticulée telle une poupée de chiffon."

*
**L'héritier de Lucifer (Anne Feugnet)
J'aime beaucoup celle-ci, du fantastique bien écrit, avec la bonne dose de réalisme et d'ambiance bien réussis.

"A le côtoyer quotidiennement, il m'arrive parfois de me demander si le mutisme de Maxence n'est pas volontaire. J'en ai parlé au docteur Calfan, c'est son psychiatre référant, un médecin d'une rare compétence, très à l'écoute de ses patients et des observations de l'équipe médicale. Je ne suis qu'une modeste infirmière, mais je n'étais pas peu fière quand il m'a dit penser la même chose, tout comme les médecins qui l'ont soumis à toute une batterie d'examens après le drame."
 
*
**Massacre au nylon (Barbara Fouquin)
Très bien aussi, celle-là! Comme dans "Histoire d'un entonnoir", on donne la parole et le point de vue d'un objet, ici c'est juste un peu plus long et donc ça va un peu plus loin ^^ Dans un bon style, aussi.

"Et moi, je me glissai telle une anguille sous la table rouge sang du bar. L'atmosphère enfumée de l'endroit me comblait, j'avais les fibres qui s'éveillaient, l'extase n'était pas loin."
 
 *
**Le noir en ent'onnoir (petit entracte offert par Delphine Dumouchel)

Un joli calligramme pour marquer une pause dans le recueil ^^

*
**Les confitures d'Angeline (Corinne Gatel-Chol)
Là aussi, un très bon texte, avec une atmosphère très présente.

"Soudain, quelqu'un sonna. Elle sursauta, prête à ronchonner, car, comme tous les artistes, elle n'aimait guère être dérangée en pleine création. Toutefois, étant foncièrement de nature délicieuse, aimable et plaisante, à tous petits pas feutrés tous petits pas calculés, elle se dirigea doucettement pressée, vers la porte qu'elle ouvrit."

*
**De l'intérieur (Kyoko)
Très sombre, un suspense et une atmosphère bien plantés ici aussi...

"La boîte contenait une splendide poupée. Son teint pâle, ses joues roses, ses boucles blondes, ses yeux bleus, sa tenue de dentelle rouge et blanche assortie au chapeau... Elle était la poupée que Célia avait toujours rêvé d'avoir."

 

 *
**Le sang noir (Lanael Logan)
Un texte plutôt fantasy, très bien ficelé et tourné. Et ça fait plaisir de voir aussi ce genre parmi la grande diversité de cette antho ^^

"Ses yeux masqués par un étrange dispositif fait de métal et de verres bleutés intriguaient les clients, mais aucun n'était assez courageux pour lui en demander l'utilité. Ses longs cheveux blonds, nattés, retombaient sur son épaule gauche. Sa puissance le mettait à l'abri de beaucoup de problèmes, mais pouvait aussi en être la cause.
Il ne bougeait donc pas. Il attendait."
 
 *
**La trame du temps (Menerahn)
J'ai particulièrement aimé celui-ci, un polar fantastique très réussi et bien foutu, avec des personnages géniaux ^^

"Quelque chose n'allait pas, pensa Tabatha en fixant l'écran. Elle n'avait pas pour habitude de se mêler des affaires judiciaires, mais une phrase de la journaliste avait retenu son attention. Comment avait-elle dit que les filles s'appelaient?"

 

 *
**Jamais seul (Solenne Pourbaix)
Honnêtement, et aussi objectivement que possible, je crois que c'est un des meilleurs textes de ma coupine.
Du fantastique légèrement détourné, on pense à la schizophrénie, à la manipulation, aux logiques psychopathiques et enfantines... Ca fait froid dans le dos avec le minimum d'éléments surnaturels, voire aucun selon la lecture qu'on en fait.

"Quand il s'affala sur son lit, en colère contre la terre entière, il entendit soudain quelque chose bouger. Il tourna la tête vers son placard et vit une ombre pleine de points lumineux qui le regardait.
- Tu es là?
Glissant dans les ombres de la chambre, la chose vint s'installer sous le lit. Nathan se laissa lui aussi glisser par terre et sourit."

 *
**Bêtise (Béatrice Ruffié Lacas)
Un bon texte là aussi, psychologique et réaliste, en à peine quatre pages une progression évasive mais vers les deux derniers paragraphes percutants.
 
"Bien que le thermostat soit réglé sur vingt degrés, elle frissonnait. Elle sortit le plaid du coffre et s'enroula à l'intérieur. Elle se sentit tout de suite mieux et se dit qu'elle allait enfin pouvoir se reposer. La journée avait été longue et à cette heure tardive, d'ordinaire, elle dormait depuis bien longtemps."

*
**A jamais réunis (Jérémy Semet)
J'ai moins accroché à celle-ci, je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être une certaine froideur dans le thème qui m'a moins parlé...

"La centrifugeuse ronronnait faiblement et les tubes disposés en croix tournoyaient comme les pales d'une hélice en plein vol. Les appels s'étaient multipliés, mais Tom n'y avait pas répondu. Qu'aurait-il pu lui dire?"
 
*
**BONUS : Les dernières corrections de Cali (Collectif)
Une nouvelle écrite à 14 mains, sur le principe du cadavre exquis, avec un nom de personnage imposé (d'après la gagnante d'un concours organisé spécialement à cette intention).
Evidemment, c'est très touffu - bien que ça garde une certaine cohérence pour un tel défi, mais il y a aussi une espèce de rythme saccadé, des décalages de styles, je ne sais pas trop exactement, toujours est-il que je n'arrive pas à apprécier le texte en lui-même.
Cela dit, si on garde en tête toutes les contraintes et les conditions de son écriture, c'est un sacré délire qui est assez marrant à lire, on imagine bien les pièges et patates chaudes que les auteurs se sont refilés les uns aux autres ^^

"Cali, les yeux écarquillés, tomba à la renverse. Après quelques minutes, la douce reprit ses esprits et s'aperçut qu'elle tenait entre ses mains le fameux livre qu'elle devait corriger.
L'arme, l'homme, la neige... plus rien! Elle ouvrit le livre, les écritures avaient disparu, juste une seule phrase restait et on pouvait lire:
'Tu m'as lu, tu m'as tué, tu dois me retrouver...' "

*
* *

Dans tout ça, il y a donc pas mal de bonnes choses, malgré les quelques textes moins aimés, inévitables à chaque anthologie, et les quelques maladresses de style et fautes récalcitrantes ici et là, mais qui restent en proportions très correctes pour un projet amateur - qui à ce titre tient plutôt bien la route.

**
***
Or donc, il se trouve que j'en ai gagné un exemplaire supplémentaire lors d'un concours organisé par La Cabane à Mots, et je vais donc bientôt l'offrir à mon tour ici-même... stay tuned !
*

logo-lecture-equitable   cabane-a-mots

 
...D'autant plus que c'est ma première chronique pour le challenge JLNN de chez Lune !

jlnn challenge lune

CITRIQ

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir