Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

[BD] Dieu qui pue, Dieu qui pète (Fabien Vehlmann & Frantz Duchazeau)

Voici une petite trouvaille dégotée au boulot, vite lue et vite chroniquée, une petite parenthèse idéale!



"Dieu est arrivé chez nous par une belle journée de printemps. Enfin, quand je dis "Dieu", c'est pas trop sûr. Il ressemblait plutôt à une grosse nuée de mouches avec, au milieu, un type qui sentait comme mille crottins d'éléphants malades".

Ca, c'est le début d'une histoire. Une histoire cocasse, envoûtante, cruelle et douce à la fois.
Une histoire qui parle des hommes, des animaux et des dieux. Une petite histoire africaine.

*

Et il y en a 9 comme ça, de seulement quatre pages chacune, qui nous emportent aussi sûrement qu'un griot africain bien caustique dans des petits contes magnifiques, avec cette petite touche d'humour - souvent inopinée et d'autant plus bonne - et cette poésie propre aux contes africains.

Dans Princesse-de-la-colline, une petite fille se joue des animaux de la savanne avec une certaine malice ;
Dans Le tout petit voyage, les deux fils du chef d'un village doivent se départager pour sa succession en prenant pour monture le premier animal qu'ils voient ;
Quelques mots dans le désert
est un très bel interlude à propos de ce que deviennent les mots emportés par le vent ;
Dans A peine deux battements de coeur, un vieil éléphant donne une belle leçon aux hommes orgueilleux ;
Avec Le pays empoisonné, un nom difficile à porter finit par porter les fruits d'une ruse longue et malicieuse ;
Dans Chaka et les lièvres, un infirme prouve qu'il est capable malgré tout d'être initié en adulte ;
Dieu qui pue, Dieu qui pète, est un conte théologique délicieusement moqueur ;
Le jeune homme égoïste est une belle leçon de vie ;
et dans Le berger bien tranquille, un homme très avisé fait l'exception pour une princesse qui éblouit tout le monde.

Le ton est assez traditionnel, dans cette façon atemporelle des contes de l'Afrique sauvage, et puis pouf!, un mot familier bien de notre époque vient pimenter l'humour déjà sous-jacent de la manière africaine: c'est un délice

    

"Dans sa jeunesse, Senou était un jeune homme rapide et fort, qui ne craignait personne. En fait, il ne respectait personne non plus, pressé qu'il était de sauver des princesses, de découvrir des trésors et d'aller combattre des ennemis! Pas un vrai méchant, donc, mais plutôt un petit couillon."



Un très bon moment de lecture, dépaysant, drôle et intelligent.

CITRIQ
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir