Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

Les voies d'Anubis (Tim Powers)

Au moment des Utopiales 2011, j'avais profité du fait que Tim Powers était à l'affiche pour continuer à découvrir cet auteur - même si finalement il n'était pas venu pour un sombre problème d'avion - avec ce classique souvent cité quand on parle de steampunk



Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d'or? Comment deviner que l'attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures? Voyez plutôt : à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou... Et, nul doute, quelqu'un cherche à l'enlever sinon à le tuer! Traqué, maintes fois capturé et toujours s'échappant, il cherche à corps perdu la "brèche" du retour...

Ce fut un coup de coeur, un vrai

J'ai retrouvé le beau style de "Sur des mers plus ignorées", avec en bonus du trivial et beaucoup plus d'humour, et du voyage dans le temps!
Tout ce que j'aime

*
"- A mon avis, l'alcool est aussi nécessaire que l'écran plombé. Je n'aurai pas accepté de rester planté sur la trajectoire de toutes ces radiations sans une bonne dose de gnôle dans le ventre.
Doyle avait été sur le point de demander un téléphone pour appeler la police mais la remarque de Benner le prit de court.
- Maintenant?
- Oui. La conversion tachyonique. Il ne t'a pas expliqué comment on allait sauter jusqu'en 1810?
Doyle se sentit tout vide.
- Non.
- Est-ce que tu t'y connais un peu en théorie des quanta? Ou en physique subatomique?
Sans que ce mouvement résultât d'une volition consciente, la main de Doyle porta le verre à sa bouche et avala une rasade de scotch.
- Non."

*

On a donc un universitaire spécialiste d'un poète anglais méconnu du XIX° siècle, qui se retrouve embarqué dans un plan ambitieux et risqué par un savant fou et véreux qui a trouvé le moyen de faire des bonds dans le temps.

Evidemment, ça ne se déroule pas exactement comme prévu.
Notre littéraire est entraîné dans un complot à tiroirs, qui se joue en plusieurs endroits à travers les siècles par un (à peu près) duo de sombres comploteurs incroyablement retors et puissants. Avec ça, une mystérieuse épidémie mortelle se répand dans le sillage d'un assassin parasite.

L'intrigue en est bien construite et maîtrisée, et il y a toujours un rebondissement ou des questions qui traînent pour tenir le suspense...
Parfois on se dit que c'est complètement dingue, mais jusqu'où va-t-il aller? Et pourtant on suit toujours, d'une péripétie à l'autre, toujours plus loin dans cette histoire foisonnante à l'univers riche.

On y croise bien sûr des célébrités d'époque, et des éléments inspirés de véritables faits historiques (comme Romanelli qui a vraiment fait partie de la vie de Lord Byron), ce qui ajoute à l'intérêt de la chose.

*
"- Vous avez donc lu ma poésie? s'exclama Byron dont l'étrange sourire venait de réapparaître. C'est un honneur que vous me faites; mais je poursuis à présent la poésie de l'action. Le coup d'épée bien placé plutôt que le terme bien choisi. Mon but est de porter l'assaut décisif qui...
- Arrêtez, fit Doyle.
-
...qui brisera les chaînes qui nous restreignent...
- Arrêtez! Ecoutez, nous n'avons pas beaucoup de temps devant nous et mon propre cerveau non plus ne pète pas vraiment le feu, mais votre présence ici... j'ai besoin de savoir pourquoi vous êtes ici. Il faut absolument que je sache... et puis merde, des tas de choses encore... (Doyle prit sa chope et sa voix se réduisit à un murmure en aparté.) Que je sache entre autres si c'est bien le vrai 1810 ou celui d'un univers parallèle..."

*


Avec ça, les techniques du voyage dans le temps et la magie à l'oeuvre sont plutôt originales et surtout bien réfléchies, construites et développées, c'est vraiment des éléments majeurs de ce livre et c'est fascinant

*
"- La terre, voyons, fit Théo. Avant que Romany n'en fit un magicien, le clown n'avait pas besoin de se promener continuellement sur des échasses. Mais lorsqu'on s'occupe un peu trop de magie, on renonce à ce qui vous relie au sol, à la terre."
Son contact devient un supplice et c'est pourquoi le docteur porte des chaussures à ressorts, pourquoi Horrabin se balade toujours sur des échasses."

*
"Le ka décrépit avait ôté ses souliers lestés qu'il tenait à présent par la bouche afin de marcher sur les mains tandis que ses jambes flottaient derrière lui comme des rubans attachés à la grille d'un calorifère. Son visage inversé grimaça un sourire.
- Allons-y, Alonzo, lança-t-il à Doyle. Il est temps d'aller voir l'homme de la lune.
- Vous allez la boucler! fit Romanelli avant de se tourner vers son prisonnier. Par ici. Suivez-moi."

*

Oui, il y a aussi la notion de ka qui m'a rappelé la Tour Sombre de Stephen King
Et de la mythologie égyptienne, et des gitans, des mendiants, et "Yesterday" des Beatles.

Bref, c'est décalé, c'est plein d'humour, de anti-héros intéressants et/ou attachants, d'insolite, de magie, de voyages dans le temps, et c'est bien écrit: que du bonheur!


*
"Jacky avait lu et admiré Mary Wollstonecraft; la mode des vapeurs féminines lui faisait horreur; mais, malgré qu'elle en eût, elle se sentit défaillir."

*


-
- -
- - -


Et bien sûr c'est une nouvelle contribution au Défi Steampunk initié par Lord Orkan Von Deck!



- Technologie uchronique = 4/10 > moui, la technique pour faire un bond dans le temps
- Dirigeables = 0/10 > hélàs, aucun
- Automates = 0/10 > non plus, j'crois pas
- Goggles = 0/10 > pas besoin
- Machines à vapeur = 1/10 > ben, très peu, faut dire
- Savant fou = 10/10 > alors là oui!
- Ère victorienne/Belle Epoque = 7/10 > oui, bien que ce n'est pas aussi flagrant que ça pourrait l'être
- Métal riveté (mécanique) = 0/10 > euh ben non
- Engrenages = 0/10 > je crains que non plus
- Célébrités d'époque = 7/10 > pas aussi éloquentes que par exemple Verne, mais y'en a

Ce qui fait seulement 29%
au steam-o-mètre, et ça rejoint bien ce qu'on dit de ce livre: c'est une des oeuvres fondatrices du steampunk, mais ce n'est pas le livre intrinsèquement le plus steampunk qui puisse exister.
Cela dit je le conseille quand même grandement!

-
- -

Et en plus, miracle, il me permet d'apporter ma première participation au
challenge des Chefs d'oeuvre SFFF chez Snow! Enfin, si il tient toujours, depuis le temps...

 

Commentaires   

 
Vert
#1 Vert 17-07-2012 17:25
Cette belle chronique enthousiaste m'a rappelé tout le plaisir que j'avais eu à lire ce roman. C'est un très bon texte ^^
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir