Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

[BD] Terre d'accueil (Alessandro Tota)

Ca fait un moment que je devais le chroniquer, celui-là, je l'ai même relu entièrement en voulant le feuilleter pour me remettre dedans...



Et bien m'en a pris, car j'en ai ressenti une émotion doublée, j'ai lu avec un autre oeil, par rapport à la première lecture où j'étais restée dans un état d'esprit plus léger.

On suit les traces du Yéti, ni plus ni moins, qui avait quitté les sommets pour s'installer dans la vallée, où la douceur du climat a fait tomber tous ses poils mais où il coulait des jours paisibles. Jusqu'à ce qu'une invasion déchettière le pousse à reprendre son baluchon, et le voilà qui débarque à Paris, grosse masse rose noyée dans la foule, qui ne s'exprime que par "gnu", réduit à vivoter et se faire humilier à faire le ménage dans un centre de télécommunication...

Et puis il fait la connaissance de sa voisine de palier, Caterina, une jeune italienne pétulante, fêtarde, dotée d'un sacré franc-parler...



...ainsi que deux de ses amis, Volker qui vient d'allemagne et Alessandro qui vient d'italie comme elle.
Evidemment, là on ne peut s'empêcher de noter la coïncidence avec le nom de l'auteur, et le fait que Caterina essaie de travailler sur un projet de BD: on devine des éléments autobiographiques, mais entremêlés.
Heureusement, entre nous, parce que le Alé de la BD n'a pas le plus beau rôle ^^

Et donc, petit à petit Yéti s'intègre à cette petite bande et passe de bons moments...



et d'autres moments un peu plus mitigés...



Mais peu à peu sa nouvelle vie se fissure, pour diverses raisons qui en altèrent le sens et le font douter...



...et il va finalement s'éloigner une fois de plus, en forme de parenthèse qui se ferme.

C'est une très belle histoire sur l'immigration, la difficulté de s'intégrer, la barrière de la langue, la solitude, et la société... La vie, même.

Les couleurs et les traits d'un style simple et assez naïfs renforcent les contrastes, le déroulement de la vie avec ses joies et ses moments moins bons, apportant une lumière toute simple, parfois crue. Comme dans la vie, quoi.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir