Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

L'assassinat du père noël (Pierre Véry)


J'aime faire des lectures de noël, et ce titre m'avait intriguée lors d'une de mes virées en bouquinerie, d'autant plus qu'il me semblait familier...

Peut-être simplement parce que l'auteur, Pierre Véry, a aussi écrit "Les disparus de St Agil" qui m'avait bien plu dans mes lectures d'ado.






J'ai d'abord eu du mal à rentrer dedans, parce qu'on est directement plongé dans l'ambiance de conte campagnard qui imprègne Mortefont, le petit village de montagne où se passe l'histoire. Je me disait que le style avait vieilli, j'étais pas sûre de continuer...

Et puis j'ai persévéré, et j'ai commencé à accrocher sans m'en rendre compte, au point de ne plus pouvoir le lâcher avant d'avoir tourné la dernière page.

A Mortefont, donc, l'artisanat des jouets en bois est l'affaire de tous les habitants, qui travaillent chez eux à peindre des yeux, coudre des uniformes de petits soldats, etc.
L'abbé Fuchs frémit à l'idée que le précieux reliquaire du doigt de Saint Nicolas soit volée pendant son exposition à Noël, son sacristain est en quête du Bras d'Or, autre relique disparue depuis la Révolution, le facteur joue le rôle de l'Homme au Sac pour récolter les lettres des enfants adressées au Père Noël, que le photographe Cornusse incarne chaque année en prenant une bonne cuite au passage de sa tournée, la jeune Catherine Arnaud qui raconte des histoires aux enfants est surnommée Cendri pour Cendrillon, et un curieux visiteur répondant au nom de marquis de Santa Claus vient s'installer pour quelques jours: bref, le marquis se croirait vraiment dans un conte.

Mais ça se complique quand on retrouve le père noël étranglé dans la neige, qu'il s'avère que ce n'est pas Cornusse sous le déguisement, que les diamants du reliquaire ont été volés et emplacés par des "bouchons de carafe", que Cornusse déraille sérieusement, et que les policiers mettent 3 jours à venir dans la tempête et les routes enneigées.

Le maire furibond essaye de mener l'enquête lui-même, pendant que le marquis de Santa Claus mène discrètement quelques fines observations et tente lui aussi de démêler tout ça, tout en s'intéressant à la légende du Bras d'Or.

On assiste à quelques détails troublants, comme une substitution de marquis, et on cherche sans cesse à déterminer qui est "clean" et qui est suspect, et qu'est-ce qui a bien pu se passer au juste dans toute cette confusion.

Malgré tout on est bluffés jusqu'à la fin.

Mais surtout j'ai beaucoup aimé l'ambiance un peu feuilletonniste, ça m'a rappelé Le parfum de la dame en noir, par exemple, où après tout, quand on a enfin le dénouement et ses explications, on s'en fiche un peu tellement on a savouré les péripéties pour en arriver là.

Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un grand coup de coeur, mais ça s'est laissé lire bien mieux que je ne le craignais au début!


Pour info, j'ai découvert que ça avait aussi été adapté en film et en BD, comme quoi ç a quand même eu un certain succès...


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir