Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

Je, François Villon (Jean Teulé)

Toujours à la poursuite de mon exploration de Jean Teulé, c'est cette fois à "Je, François Villon" que je me suis attaquée.


Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez les cœurs contre nous endurcis

Il est peut-être né le jour de la mort de Jeanne d'Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a appris le grec et le latin à l'université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les étudiants, les curés, les prostituées, les assassins, les poètes et les rois.

Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu'un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l'histoire de son temps et a disparu un matin sur la route d'Orléans.

Il a donné au monde des poèmes puissants et mystérieux, et ouvert cette voie somptueuse qu'emprunteront à sa suite tous les autres poètes : l'absolue liberté.


J'avais déjà pu apprécier le talent de Jean Teulé pour la biographie historique romancée avec "Le Montespan", voilà qu'il se confirme avec cette histoire d'un poète méconnu...

On plonge donc dans des temps particulièrement cruels, où le pilori et autres joyeusetés de torture sous une multitude de formes sont monnaie courante, où les châtiments sont horribles même pour le plus petit larcin d'un nécessiteux, même pour un simple malentendu.

On assiste donc à pas mal d'atrocités, et la vie de François Villon n'en est pas exempte!
Mais c'est absolument passionnant, c'est un beau personnage qu'on a là, à la vie pleine de rebondissements...

Et ça nous permet d'apprécier de l'ancien français tout en le comprenant, et de découvrir un poète médiéval qui ne mâchait pas ses mots, un homme entier, et si humain!

D'autant plus que Eiffel a brillament repris un de ses textes, avec la très belle chanson "Mort j'appelle"...

C'est aussi un temps assez rocambolesque, où les cimetières sont des lieux publics très animés, où certains donnent libre cours à leurs délires les plus extravagants, où la rue est un théâtre de tous les jours: on ne s'ennuie pas une seconde.

Bref: je ne sais pas trop comment en parler, mais je suis bien contente de cette lecture, malgré tout son sordide!


C.L.A.P. : J'ai fini ma lecture à l'arrache, en même temps que j'enfilais mes chaussures avant d'aller à un concert. Mais il ne me restait que deux pages et je VOULAIS finir! 

 

Commentaires   

 
Cec
#1 Cec 18-08-2010 19:59
S'tu veux on a 'le magasin des suicides' de Teulé (et s'tu veux pas on l'a quand même d'ailleurs)
Citer
 
 
Leïa Tortoise
#2 Leïa Tortoise 19-08-2010 10:33
Ah ouais, ça m'intéresse carrément, parce qu'il est hyper demandé à ma bibli et ça aurait été jouable mais chaud pour que je le lise par là, je serai + tranquille et en profiterai plus si je peux vous le piquer temporairement! Mici!
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir