Days

<< < juin 2017 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 24 25
26 27 28 29 30    

Modération

 

Pour des raisons de sécurité, les commentaires sont soumis à modération.
Ne vous inquiétez donc pas si vous en postez et qu'ils n'apparaissent pas immédiatement !

Derniers commentaires

Les Lames du Cardinal, 1 (Pierre Pevel)

Pierre Pevel, c'est mon chouchou depuis que je l'ai découvert avec "Les enchantements d'Ambremer" et "L'elixir d'oubli", puis avec la trilogie de Wielstadt et "Viktoria 92".

Un de mes fantasystes français préférés.

Ca fait donc un moment que je lorgnais sur sa nouvelle série, Les Lames du Cardinal, de la fantasy de capes et d'épées.

 

Mais j'ai attendu longtemps, parce que le temps que je me décide à abattre mon petit porte-monnaie souffreteux, l'édition que je voulais était épuisée et introuvable, alors que c'était la 2° édition de Bragelonne. Tout ça parce que je trouvais que ça serait mieux d'avoir le dyptique des gargouilles avec le parchemin planté d'une épée.

  

Et puis l'épée rappelle aussi la couverture de l'édition britannique, parce que oui, Mesdames et Messieurs, la fantasy française s'exporte, et c'est assez rarissime pour s'en réjouir et s'en glorifier!

 

Sauf qu'en fait, maintenant que je l'ai lu, je me rend compte que finalement j'aurais préféré la 1° édition, avec le portrait du Cardinal et la fine équipe des Lames, surtout pour Saint Lucq et ses lunettes.

    

Et j'ai juste La Fargue sur le marque-page promo de Brag'.

Mais tant pis, je garderai mon édition, parce qu'elle contient quand même ceci:


Voui, parfaitement, une dédicace de mon auteur adoré!

Bon, malheureusement, elle n'a pas la valeur affective maximale puisque je ne l'ai pas obtenue en mains propres, mais par Olya interposée, qui m'avait proposé de m'acheter cette édition introuvable si elle en trouvait au Salon du Livre où elle allait aussi s'acheter le sien et rencontrer Pierre Pevel.

Ca reste quand même une personnalisation sympa, et je ne désespère pas de le rencontrer moi-même un jour pour lui dire combien j'aime ce qu'il fait, combien j'adore les Enchantements d'Ambremer, et combien je déplore qu'il soit si difficile à trouver et que L'Elixir d'oubli n'existe pas en poche, au risque de lui rebattre les oreilles avec un refrain bien connu de lui ^^

 

Bref, puisqu'il a préféré tourner la page et passer à autre chose, découvrons donc cette nouvelle oeuvre:


Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'œuvre des plus fourbes adversaires du royaume: les dragons!

Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir.

Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue.

Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger: les Lames du Cardinal!

Ce roman a été couronné par le prix Imaginales des lycéens 2009. À travers cette uchronie brillante, écrite avec beaucoup de verve et de panache, tout à la fois hommage aux romans de capes et d'épées, récit historique et Fantasy épique, Pierre Pevel, grand bretteur des arts et des lettres devant l'éternel, s'amuse et nous captive.
Vous verrez au détour de chaque page se profiler l'ombre de Pardaillan, vous entendrez le rire perlé de la terrible Fausta, vous sentirez la fougue d'un d'Artagnan ou d'un Lagardère, vous entendrez fuser les réparties foudroyantes d'un Scaramouche, bref, le ton est juste, le style brillant et l'intrigue passionnante !

 

Alors déjà, moi qui ai bouffé du Pardaillan et du Dumas, je peux vous assurer qu'on retrouve bien l'ambiance et le style des feuilletons de capes et d'épées!

(on croise même Athos, si si!)

Le seul truc qui m'a un peu chiffonnée au début, c'est la crédibilité de certains détails, comme la baronne Agnès de Vaudreuil, aventurière très garçonne qui à mon humble avis aurait fait plus que simplement "intriguer" les gens de la région ^^

Mais rappelons-nous que ce n'est pas un feuilleton historique, que c'est aussi de la fantasy. (et de toute façon à bien y réfléchir je crois me souvenir que les feuilletonnistes avaient aussi pour caractéristique de prendre beaucoup de libertés avec la réalité de leur époque, non?)

 

Et j'ai vraiment retrouvé la plume savoureuse de Pevel, ses ambiances si savamment plantées et son suspense très prenant, sans oublier son historique très documenté qui nous fait plonger dans le Paris du 17° siècle d'une manière très détaillée sans qu'on s'en rende compte ou presque.

Et moi j'adore apprendre des détails historiques par des descriptions glissées au milieu d'un roman très prenant. (c'est ce qui m'avait fait lire Notre-Dame-de-Paris et Les Misérables de Hugo pour mon seul plaisir).

Donc j'ai été servie, et aussi avec les jolis mots et expressions d'époque, comme le bruit de cavalcade qui reprend tout son sens quand on refait le rapprochement direct avec les cavales et les chevaliers, par exemple...

 

"Il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé, nous avons pour l'heure d'autres chats à fouetter..."

 

"Elle n'était pas [société] secrète au sens où l'on ignorait son existence, mais au sens où ses membres ne se faisaient pas connaître."

 

On découvre aussi des petits dragonnets, dont certains utilisés comme messagers, et une société de descendants de dragons que seuls leurs yeux peuvent trahir, ce qui n'est pas sans me rappeler les autres livres de Pierre Pevel, cela semble être une de ses constantes...

 

Voilà, je ne sais pas quoi dire de plus, si ce n'est que j'ai vraiment hâte de lire le tome 2 !

 

 

Et c'est la lettre P de mon challenge ABC 2010 :

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir